Sévaré

  • Mali : Le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM), affilié à Al-Qaïda, menace Bamako jusqu'à l'application de la Charia

    Imprimer

    Le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM), principale alliance de groupes islamiques sahéliens liée à Al-Qaïda a menacé Bamako et les grandes villes du Mali jusqu'à l'application de la Charia islamique a indiqué jeudi 28 juillet 2022, Mahamoud Barry Alias Abou Yahya, numéro 2 de la Katiba du Macina, groupe allié au GSIM.

    Mahamoud Barry, de son nom de guerre Abou Yahya s'exprimait dans une vidéo de quatre minutes en langue bamanankan, la plus parlée au Mali.

    « Il n’y aura pas de répit tant que le Mali ne retournera pas à la charia ou ne l’appliquera pas. Les membres de la la Katiba Macina sont déployés dans toutes les périphéries de la capitale. Ils opéreront de jour comme de nuit à Bamako et dans toutes les villes maliennes » a déclaré la même source.

    Abou Yahya affirme que « nos hommes vont entrer partout […]. Il est temps que les populations maliennes retournent à Allah » expliquant qu'« un plan a été élaboré pour assiéger la capitale, Bamako et qu'il y aura des attaques continues jusqu'à l’application de la charia. Tout cela ne finira pas tant que tout le monde n'aura pas accepté l'application de la charia ».

    L'organisation terroriste a indiqué que « Les héros de la victoire de l'islam et des musulmans en défense des opprimés et en représailles pour les faibles, ont mené des attaques près de la résidence du président de la Transition et de celle du ministre de la Défense ».

    Cette déclaration intervient au lendemain des attaques repoussées contre les positions des Forces Armées Maliennes (FAMa) dans les localités de Sévaré, Sokolo et Kalumba, dans le centre du Mali.

    L'armée a indiqué que quinze soldats maliens et trois civils d'une entreprise de construction de route ont été tués ainsi que 48 "terroristes" neutralisés, dans des attaques armées contre les positions des Forces Armées Maliennes (FAMa) à Sévaré dans la région de Mopti, Sokolo région de Ségou dans le centre et Kalumba dans la région de Nara près de la frontière avec la Mauritanie.

    Le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM) avait déjà revendiqué le 23 juillet dernier, l’attaque qui a visé le 22 juillet le camp militaire de Kati, près de Bamako.

    Lors de cette attaque, sept terroristes avaient été neutralisés, un soldat tué, tandis que six personnes, dont cinq militaire et un civil, étaient blessées.

  • Mali : l'armée malienne visée par des attaques ''terroristes'' simultanées - 15 soldats et 48 terroristes tués

    Imprimer

    L'armée malienne a annoncé avoir été victime "d'attaques terroristes simultanées", tôt mercredi 27 juillet 2022, dans les régions de Nara près de la frontière avec la Mauritanie et de Ségou dans le centre du Mali.

    Par voie de communiqué, la Direction de l'Information et des Relations Publiques des Armées (Dirpa) a indiqué que « les postes FAMa (Forces Armées Maliennes) de Kalumba, non loin de Mouradiah, région de Nara et celui de Sokolo, à proximité de Diabaly dans la région de Ségou ont été attaqués simultanément tôt ce mercredi 27 juillet 2022 ».

    Quinze soldats maliens et trois civils d'une entreprise de construction de route ont été tués ainsi que 48 "terroristes" neutralisés, dans ces attaques armées contre les positions des Forces Armées Maliennes (FAMa) à Sévaré dans la région de Mopti, Sokolo région de Ségou dans le centre et Kalumba dans la région de Nara près de la frontière avec la Mauritanie. 

    Ces dernières semaines plusieurs camps militaires ont été visés par des attaques terroristes et attentat à la voiture piégée.

    Le jeudi 21 juillet 2022, trois militaires et trois ''terroristes'' ont été tués dans des attaques complexes et simultanées dans les localités de Douentza, Koro, Thy (Sévaré), Bapho, Ségou et Kolokani.

    Le 22 juillet, un militaire et sept ''terroristes'' ont trouvé la mort dans une attaque à la voiture piégée contre l'installation de la Direction du Matériel, des Hydrocarbures et des Transports des Armées (DMHTA) à Kati près de Bamako.

    Depuis 2012, le Mali est confronté à une crise sécuritaire alimentée de revendications séparatistes et d'attaques terroristes, notamment dans le nord et le centre du pays.

  • Mali : Six soldats tués dans plusieurs attaques simultanées

    Imprimer

    Six soldats maliens ont été tués, 15 autres blessés et 11 "terroristes" dont un kamikaze neutralisés, dimanche 24 avril, dans des attaques contre les camps des forces armées maliennes à Sévaré, Niono et Bapho, a déclaré l'état-major général des armées du Mali dans un communiqué.

    « Les forces armées maliennes ont simultanément repoussé trois attaques complexes terroristes respectivement au camp Amadou Balobo Maiga de Sévaré, au camp de Bapho et au Camp de Niono. C'était très tôt ce matin 24 avril 2022 aux environs de 5h00 », a indiqué le communiqué, ajoutant que « les groupes armés terroristes dans des actions désespérées ont utilisé des véhicules Kamikazes bourrés d'explosifs ». Vidéo de l'attaque du camp de Sévaré.

    A Bapho, les terroristes, qui appartenaient vraisemblablement au Groupe de Soutien à l'Islam et aux Musulmans (GSIM) ont attaqué une entrée du camp à l'aide d'un véhicule piégé kamikaze. L'explosion a été suivie de tirs nourris. Un hélicoptère Mi24 a été endommagé au sol. Vidéo.

    D'après le communiqué, « la situation est sous contrôle, les FAMa sont en train de ratisser dans les secteurs cibles et les dispositifs sécuritaires renforcés dans toutes les emprises ».

    Depuis 2012, le Mali est confronté à une crise sécuritaire alimentée de revendications séparatistes et d'attaques terroristes, notamment dans le nord, le centre et le sud du pays.

  • Mali : 7 Casques bleus togolais tués dans une nouvelle explosion dans le centre

    Imprimer

    Au moins 7 Casques Bleus togolais ont trouvé la mort et 3 autres ont été blessés, mercredi 8 décembre 2021, dans l'explosion ayant visé un convoi logistique de la force de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) allant de Douentza, à Sévaré, au centre du pays, a indiqué la mission onusienne dans un tweet.
    « Ce mercredi 8 décembre dans la matinée, un convoi logistique de la Force MINUSMA allant de Douentza à Sévaré a heurté un engin explosif improvisé (IED) sur la RN16 dans la région de Bandiagara», a annoncé la MINUSMA sur sa page officielle.

    FGHrnqUWUAAVRQK.jpeg

    FGHroUuXEAQMKk-.jpeg

    FGHrml2WUAgh4LS.jpeg

    « Un premier bilan fait état de 7 Casques bleus décédés et 3 grièvement blessés », explique la même source.

    Le secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a précisé par la suite, dans un tweet, qu'il s'agissait de 7 Casques Bleus togolais.
    FGHleNiXIAg9bdw.jpeg

    Mardi, la mission onusienne a annoncé la mort d'un Casque bleu de la MINUSMA des suites de ses blessures, lundi 6 décembre, à Dakar, au Sénégal.

    Selon le document le soldat avait été grièvement blessé le 22 novembre dernier après que le véhicule dans lequel il se trouvait, dans le cadre d'un convoi logistique se rendant de Tessalit à Kidal. Le véhicule à bord duquel il se trouvait avait heurté un engin explosif improvisé, à environ 11 km du camp de la MINUSMA à Tessalit.

    ''Il avait alors été évacué à Dakar avec deux autres Casques bleus pour y recevoir des soins appropriés'' a indiqué la même source.

    Les embuscades et les attaques aux engins explosifs improvisés sont fréquentes, notamment dans le centre du Mali et la région des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.
    FF7SGNQWYAkntA0.png

  • Mali : Quatre militaires maliens tués et blessés par l'explosion d'une mine

    Imprimer

    Quatre militaires maliens ont été tués et blessés par l'explosion d'une mine visant une unité de l'armée malienne, ce lundi matin, entre Bankass et Sevaré, dans le centre du pays.

    Information en cours d'évaluation.

  • Mali : un militaire tué et 12 assaillants neutralisés dans une attaque au centre

    Imprimer

    Un militaire malien a été tué et quatre autres ont été blessés, mardi 6 avril, dans l'attaque d'une position des Forces armées maliennes (FAMa) à Konna, dans la région de Mopti, au centre du Mali.

    "Très tôt ce matin, mardi 06 avril 2021, les FAMa ont réagi vigoureusement à une attaque terroriste à Konna", a indiqué l'armée malienne sur site officiel.

    "Cette riposte au poste de Konna a donné un bilan provisoire d'un mort et 4 blessés légers côté FAMa", a précisé la même source, ajoutant que douze corps d'assaillants ont été récupérés, ainsi que des fusils et du matériel de transmission.

    C'est la cinquième attaque enregistrée dans le centre du Mali en moins d'un mois.

    Dimanche dernier, des combats ont opposé des soldats maliens à des hommes armés dans le secteur de Mafuné, dans la région de Ségou. Six assaillants ont été neutralisés et trois soldats maliens ont été blessés, dont un grave, selon un bilan de l'armée.

    Le vendredi 2 avril courant, une attaque a visé un poste militaire de la commune de Diafarabé dans la région de Mopti. Selon un bilan provisoire publié par l'armée, trois militaires ont été tués et dix-sept  autres ont été blessés, dont six graves.

    Une dizaine d'assaillants ont été neutralisés dans cette attaque. Le samedi 27 mars, des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de gendarmerie de Madiakuy, dans la région de Ségou. Un gendarme a été tué dans cette attaque.

    Le jeudi 25 mars, d'autres hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de sécurité de Médina Coura, une localité située dans la commune urbaine de Mopti. Selon un bilan publié par l'armée, un militaire a été tué, deux autres ainsi qu'un civil ont été blessés lors de l'attaque. Dans la nuit du mercredi 24 mars, une autre attaque a visé un camp de cantonnement des anciens combattants près de la ville de Sévaré, dans la région de Mopti. Deux éléments du camp ont été tués et un troisième a été blessé.

    Le centre du Mali est confronté ces dernières années à une hausse de l'insécurité, en raison des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires.

  • Mali : l'armée neutralise 6 terroristes dans le centre

    Imprimer

    L'armée malienne a neutralisé six terroristes, dimanche 4 avril 2021, lors d'une offensive menée dans le centre du pays, a rapporté l'état-major des Forces armées maliennes (FAMa) dans un communiqué.

    "Le chef d'état-major des armées informe l'opinion nationale et internationale que suite à des renseignements qui précisaient la présence terroriste dans le secteur de Mafuné à une dizaine de kilomètres de Madiakui dans la région de Ségou, une unité FAMa a été engagée en reconnaissance offensive", a indiqué le communiqué, précisant que "dans sa progression , l'unité a été accrochée à environ 10 kilomètres de Mafuné".

    Six terroristes ont été neutralisés et trois militaires maliens ont été blessés, dont un grave, au cours de l'accrochage, a ajouté la même source.

    Ces dernières semaines, les attaques terroristes se multiplient dans le centre du Mali.

    Vendredi dernier, une attaque a visé un poste militaire de la commune de Diafarabé dans la région de Mopti (centre).

    Selon un bilan provisoire publié par l'armée, trois militaires ont été tués et dix-sept autres  blessés, dont six graves.

    Une dizaine d'assaillants ont été neutralisés dans cette attaque.

    Le samedi 27 mars, des hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de gendarmerie de Madiakui, dans la région de Ségou. Un gendarme a été tué dans cette attaque.

    Le jeudi 25 mars, d'autres hommes armés non identifiés ont attaqué le poste de sécurité de Médina Coura, une localité située dans la commune urbaine de Mopti. Selon un bilan publié par l'armée, un militaire a été tué, deux autres ainsi qu'un civil ont été blessés lors de l'attaque.

    Dans la nuit du mercredi 24 mars, une autre attaque a visé un camp de cantonnement des anciens combattants près de la ville de Sévaré, dans la région de Mopti. Deux éléments du camp ont été tués et un troisième a été blessé.

    Le centre du Mali est confronté ces dernières années à une hausse de l'insécurité, en raison des attaques terroristes et des conflits intercommunautaires.