Lavrov Sergueï

  • Украина: Лавров и Блинкен провели первый телефонный

    Imprimer

    Министр иностранных дел РФ Сергей Лавров и госсекретарь США Энтони Блинкен провели первый телефонный разговор. Это первый разговор глав дипломатических ведомств Москвы и Вашингтона после начала полномасштабного вторжения российской армии на территорию Украины, начавшегося 24 февраля.

    "Это был честный и прямой разговор. Я призвал Кремль принять наше содержательное предложение по освобождению Пола Уилана и Бриттни Грайнер. Я также подчеркнул, что мир ждет от России выполнения своих обязательств по сделке, достигнутой с Украиной, Турцией и ООН по поставкам зерна из Украины", – сообщил Блинкен.

    По словам госсекретаря США, Лавров заявил, что смена демократически избранного правительства Украины входит в российские планы. В ответ Блинкен пригрозил новыми санкциями в случае попытки реализовать этот план.

    "В свете недавних заявлений Кремля о планах продолжить аннексии украинской территории и слов самого министра о том, что смена демократически избранного правительства Украины входит в российские планы, я дал понять Лаврову, что эти планы никогда не будут приняты. Мир никогда не признает аннексий. Мы наложим дополнительные существенные санкции на Россию, если она реализует эти планы", - заявил он.

    МИД РФ заявил, что Лавров в разговоре с Блинкеном подчеркнул, что "цели и задачи" российской "специальной военной операции" будут "полностью выполнены", а также отметил, что ситуация с экспортом продовольствия "осложняется американскими санкциями".

    "Внимание госсекретаря было обращено на то, что продолжающаяся накачка ВСУ и нацбатальонов американским и натовским оружием, которое масштабно применяется против мирного населения, лишь продлевает агонию режима в Киеве, затягивая конфликт и умножая жертвы", – сообщили в МИД РФ.

  • Ukraine : Lavrov et Blinken ont eu la première conversation téléphonique depuis le début de la guerre

    Imprimer

    Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain Anthony Blinken ont eu leur première conversation téléphonique. Il s'agit de la première conversation entre les chefs des départements diplomatiques de Moscou et de Washington depuis le début d'une invasion à grande échelle de l'armée russe sur le territoire de l'Ukraine, qui a commencé le 24 février.

    "Ce fut une conversation honnête et directe. J'ai exhorté le Kremlin à accepter notre offre significative de libérer Paul Whelan et Brittney Griner. J'ai également souligné que le monde attend que la Russie remplisse ses obligations en vertu de l'accord conclu avec l'Ukraine, la Turquie et le ONU pour l'approvisionnement en céréales de l'Ukraine ", a déclaré Blinken.

    Selon le secrétaire d'État américain, Lavrov a déclaré que le changement du gouvernement démocratiquement élu de l'Ukraine faisait partie des plans de la Russie. Blinken a répondu en menaçant de nouvelles sanctions si le plan était tenté.

    "À la lumière des récentes déclarations du Kremlin sur les projets de poursuite des annexions du territoire ukrainien et des propres propos du ministre selon lesquels un changement dans le gouvernement démocratiquement élu de l'Ukraine fait partie des plans de la Russie, j'ai clairement indiqué à Lavrov que ces plans ne seraient jamais acceptés. "Le monde ne reconnaîtra jamais les annexions. Nous imposerons des sanctions supplémentaires importantes à la Russie si elle met en œuvre ces plans", a-t-il déclaré.

    Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que Lavrov, lors de sa conversation avec Blinken, avait souligné que les "buts et objectifs" de l'"opération militaire spéciale" russe seraient "pleinement mis en œuvre", et a également noté que la situation des exportations alimentaires était "compliquée par les sanctions américaines."

    "L'attention du secrétaire d'État a été attirée sur le fait que la fourniture continue des forces armées ukrainiennes et des bataillons nationaux avec des armes américaines et de l'OTAN, qui sont largement utilisées contre la population civile, ne fait que prolonger l'agonie du régime en Kiev, prolongeant le conflit et multipliant les victimes", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.

  • Россия: IRNA: на следующей неделе Путин посетит Иран

    Imprimer

    2077862.jpegПрезидент России Владимир Путин в начале следующей недели прибудет с визитом в Иран. Об этом сообщил агентству IRNA глава комиссии по экономике иранского парламента Мохаммад-Реза Пур-Рахими. По его словам, предметом переговоров станет расширение экономических связей.

    Депутат заявил, что недавний визит президента Ирана в Россию придал положительный импульс двусторонним отношениям, было подписано немало соглашений. "В условиях антироссийских санкций, введенных США и Евросоюзом, Россия еще более заинтересована в сотрудничестве с Ираном", – сказал Пур-Рахами.

    После вторжения в Украину Россия превратилась в парию международного сообщества. Министр иностранных дел Сергей Лавров был вынужден досрочно покинуть встречу "Большой Двадцатки" в Индонезии в связи с обструкцией, устроенной коллегами из западных государств.

    Санкции привели к тому, что в России начали говорить об изучении иранского опыта длительного существования под международным давлением. Однако иранский опыт нельзя назвать положительным – экономическая ситуация в стране крайне тяжелое. При этом на рынке энергоносителей Россия и Иран являются прямыми конкурентами.

    В то же время военное сотрудничество успешно развивается. Как заявил советник президента США по национальной безопасности Джек Салливан, Иран намерен передать России сотни беспилотников, как разведывательных, так и ударных, а также обучить российских военнослужащих их задействованию.

    Россия в настоящее время испытывает острый дефицит БПЛА в зоне боевых действий на территории Украины. Известно, что российскими военными задействуются даже беспилотники МЧС.

    Также отметим, что визит Путина в Иран станет своеобразным ответом на ближневосточное турне президента США Джо Байдена, в ходе которого он посетит Израиль и Саудовскую Аравию. Согласно публикациям, речь пойдет, в том числе, и о сдерживании Ирана.

  • Russie : Poutine se rendra en Iran la semaine prochaine, affirme IRNA

    Imprimer

    2077862.jpegLe président russe Vladimir Poutine se rendra en Iran au début de la semaine prochaine. L'information a été donnée à l'agence IRNA par Mohammad-Reza Pour-Rahimi, chef de la Commission économique du Parlement iranien. Selon lui, l'objet des négociations sera l'élargissement des liens économiques.

    Le député a déclaré que la récente visite du président iranien en Russie a donné une impulsion positive aux relations bilatérales, de nombreux accords ont été signés. « Dans le contexte des sanctions anti-russes imposées par les États-Unis et l'Union européenne, la Russie est encore plus intéressée par une coopération avec l'Iran », a déclaré Poor-Rahimi.

    Après l'invasion de l'Ukraine, la Russie est devenue un paria de la communauté internationale. Le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a été contraint de quitter la réunion du G20 en Indonésie plus tôt que prévu en raison de l'obstruction organisée par les membres des pays occidentaux.

    Les sanctions ont conduit au fait qu'en Russie, on a commencé à étudier comment l'Iran s'est organisé pour résister à la pression internationale. Cependant, on peut difficilement qualifier l'expérience iranienne de positive car la situation économique du pays est extrêmement difficile. Dans le même temps, la Russie et l'Iran sont des concurrents directs sur le marché de l'énergie.

    En revanche, la coopération militaire se développe avec succès. Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jack Sullivan, a déclaré que l'Iran avait l'intention de transférer des centaines de drones, à la fois de reconnaissance et de frappe, vers la Russie, ainsi que de former le personnel militaire russe à les utiliser.

    La Russie connaît actuellement une grave pénurie de drones dans la zone de combat sur le territoire de l'Ukraine. On sait que même les drones du ministère des Situations d'urgence sont utilisés par l'armée russe.

    On note également que la visite de Poutine en Iran sera une sorte de réponse à la tournée au Moyen-Orient du président américain Joe Biden, au cours de laquelle il se rendra en Israël et en Arabie saoudite. Selon les médias, il s'agirait, entre autres, d'endiguer l'influence de l'Iran.

  • Украина: интенсивные бои в Северодонецке - Лавров предупреждает Запад

    Imprimer

    В понедельник бои шли в Северодонецке, ключевом городе восточной Украины, подвергающемся интенсивному российскому обстрелу, где президент Украины признал "сложную" ситуацию, а Москва вновь предупредила Запад о поставках оружия дальнего радиуса действия.

    Украинские силы "держат себя в руках" в Северодонецке, но русские там "более многочисленные и более мощные", поэтому ситуация на восточном фронте "сложная", сказал Владимир Зеленский журналистам в Киеве. Губернатор области Сергей Гайдай ранее заявил, что ситуация для украинцев "ухудшилась", несмотря на контратаку, в результате которой была отвоевана половина завода "Азот".
    FUjZh1rX0AEIlaI.jpegFUjqmg_WUAE0q9L.jpegUsine Azot.jpeg

    Мэр города Александр Стрюк сообщил информационному агентству УНИАН, что "ситуация меняется каждый час" и что происходят "интенсивные уличные бои", а также "артиллерийская дуэль". По словам г-на Гайдая, обстрел Северодонецка и Лысичанска, соседнего города, расположенного "на высотах" и имеющего стратегическое значение для "удержания линии обороны", еще более усилился.

    Русские "разрушают все со своей обычной тактикой выжженной земли", чтобы "не осталось ничего, что можно было бы защищать", - обвинил губернатор. Северодонецк - крупнейший из оставшихся под контролем Украины городов Луганской области, куда в последние недели продвигаются российские солдаты.

    Обе стороны понесли тяжелые потери. Сообщается, что командир батальона 24-й украинской механизированной бригады подполковник Максим Гребенника (на фото внизу) погиб в бою.
     lieutenant-colonel Maxim Grebennika.jpeg

    Международный легион участвует в боевых действиях на украинской стороне
    Контингент наемников из "Международного легиона" прибыл в Северодонецк три дня назад. Он был прикреплен к остаткам 79-й штурмовой бригады. Их численность и ресурсы недостаточны для формирования автономного боевого подразделения.

    Для России получение в свои руки этого города будет иметь решающее значение для завоевания всего обширного Донбасского угольного бассейна, который уже частично удерживается пророссийскими сепаратистами с 2014 года. За последние 24 часа вооруженные силы страны продолжили наступление на других фронтах на востоке Украины, где "семь атак (...) были отбиты" в Донецкой и Луганской областях, по данным украинских властей.

    Москва предупреждает западные страны об оружии
    В Москве глава российской дипломатии Сергей Лавров предостерег западные страны от поставок Киеву оружия дальнего радиуса действия. "Чем эффективнее вы будете поставлять оружие дальнего действия, тем больше мы будем отодвигать украинские рубежи от нашей территории", - предупредил Лавров в понедельник на онлайновой пресс-конференции.

    Накануне президент Владимир Путин пригрозил нанести удар по "объектам, на которые мы до сих пор не нацеливались", если такое оружие будет поставлено. Это не помешало Лондону объявить в понедельник о поставке ракетных установок M270 MLRS с дальностью стрельбы 80 километров, в дополнение к "Химарам" той же дальности, обещанным на прошлой неделе Вашингтоном.

    Военные эксперты отмечают, что эта дальность несколько больше, чем у аналогичных российских систем, что позволит украинским войскам поражать артиллерию противника, оставаясь вне пределов досягаемости.

    Лаврова не пустили в Сербию
    Лавров также осудил "скандальное" закрытие тремя европейскими странами своего воздушного пространства для самолета, который должен был доставить его в Сербию, где его двухдневную поездку пришлось отменить. "Случилось немыслимое, - сказал он, - суверенное государство было лишено права проводить свою внешнюю политику. Болгария, Северная Македония и Черногория, все три члена НАТО, пошли на такой шаг, ссылаясь на санкции, введенные Брюсселем против России.

    В понедельник Латвия приняла решение запретить вещание на своей территории всем телеканалам, базирующимся в России. Накануне президент Зеленский посетил украинские войска, дислоцированные под Бахмутом (Донецкая область) и Лысичанском (Луганская область). На фотографиях, опубликованных президентом, главу государства можно увидеть в одежде военного образца, беседующим с солдатами внутри зданий. Он также отправился в Запорожье, на юг, чтобы встретиться с жителями Мариуполя, которым удалось бежать из этого стратегического порта, захваченного русскими.

    Война на других фронтах
    Война идет и на других фронтах: коммуникационном, морском и экономическом. Столица Киев подверглась бомбардировке в воскресенье впервые с конца апреля, а российская армия заявила, что уничтожила бронетехнику, поставленную европейскими странами. 

  • Ukraine : Bataille intense à Severodonetsk - Lavrov met à son tour en garde les Occidentaux

    Imprimer

    Les combats faisaient toujours rage lundi 6 juin 2022 à Severodonetsk, une ville-clé de l'est de l'Ukraine soumise à un intense feu russe où le président ukrainien reconnaît une situation "difficile", tandis que Moscou a de nouveau mis en garde les Occidentaux en cas de livraisons d'armes de longue portée.

    Les forces ukrainiennes "tiennent bon" à Severodonetsk, mais les Russes y sont "plus nombreux et plus puissants", si bien que la situation est "difficile" sur le front oriental, a déclaré Volodymyr Zelensky devant des journalistes à Kiev. Le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï avait plus tôt souligné que la situation s'était "aggravée" pour les Ukrainiens, malgré une contre-attaque qui a permis de reprendre la moitié de l'usine Azot.
    FUjZh1rX0AEIlaI.jpegFUjqmg_WUAE0q9L.jpegUsine Azot.jpeg

    Son maire, Oleksandre Striouk, a pour sa part raconté à l'agence de presse UNIAN que "la situation changeait toutes les heures" et que d'"intenses combats de rue" étaient en cours, ainsi qu'un "duel d'artillerie". Selon M. Gaïdaï, les bombardements se sont encore intensifiés sur Severodonetsk et Lyssytchansk, une localité voisine située sur "les hauteurs" et stratégique pour "tenir la ligne de défense".

    Les Russes "détruisent tout avec leur tactique habituelle de terre brûlée" pour qu'il "ne reste plus rien à défendre", a accusé le gouverneur. Severodonetsk est la plus grande agglomération encore aux mains des Ukrainiens dans la région de Lougansk, où les soldats russes ont avancé ces dernières semaines.

    Pour la Russie, mettre la main sur cette ville serait déterminant en vue d'une conquête de l'intégralité du vaste bassin houiller du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014.

    Des deux côtés, les pertes sont importantes. On a appris que le Chef de bataillon à la 24e brigade mécanisée ukrainienne, le lieutenant-colonel Maxim Grebennika (photo ci-dessous), venait d'être tué au combat.
     lieutenant-colonel Maxim Grebennika.jpeg

    La légion internationale participe aux combats du côté ukrainien
    Un contingent de mercenaires de la "Légion internationale" est arrivé il y a 3 jours à Severodonetsk. Il a été rattaché aux restes de la 79e brigade d'assaut.
    Leur effectif et moyens ne seraient pas suffisants pour former une unité combattante autonome.

    Les forces armées russes ont poursuivi ces dernières 24 heures leur offensive sur d'autres fronts dans l'est de l'Ukraine, où "sept attaques (...) ont été repoussées" dans les régions de Donetsk et de Lougansk, selon les autorités ukrainiennes.

    Moscou met en garde les Occidentaux sur les armes
    À Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a à son tour mis en garde les pays occidentaux contre des livraisons à Kiev d'armes de longue portée. "Plus les armes de longue portée que vous livrerez seront performantes, plus nous repousserons loin de notre territoire les lignes" ukrainiennes, a averti M. Lavrov lundi au cours d'une conférence de presse en ligne.

    La veille, c'était le président Vladimir Poutine qui avait menacé de frapper "des sites que nous n'avons pas visés jusqu'à présent", si de telles armes étaient fournies. Cela n'a pas empêché Londres d'annoncer lundi la livraison de lance-roquettes M270 MLRS d'une portée de 80 kilomètres, en complément des Himars de même portée promis la semaine dernière par Washington.

    Les experts militaires soulignent que cette portée est légèrement supérieure à celle des systèmes analogues russes, ce qui permettrait aux forces ukrainiennes de frapper l'artillerie adverse en restant hors d'atteinte.

    Lavrov empêché d'aller en Serbie
    M. Lavrov a aussi fustigé la fermeture "scandaleuse" par trois pays européens de leur espace aérien à l'avion qui devait l'emmener en Serbie, où son déplacement de deux jours a dû être annulé. "L'inconcevable s'est produit", a-t-il réagi, "on a privé un Etat souverain de son droit d'exercer sa politique extérieure". La Bulgarie, la Macédoine du Nord et le Monténégro, tous trois membres de l'OTAN, ont pris une telle mesure en invoquant des sanctions imposées par Bruxelles à la Russie.

    La Lettonie a quant à elle décidé lundi d'interdire de diffusion sur son territoire de toutes les chaînes de télévision ayant leur siège en Russie. La veille, le président Zelensky avait rendu visite aux troupes ukrainiennes déployées près de Bahmut (région de Donetsk) et de Lyssytchansk (celle de Lougansk). Sur des images diffusées par la présidence, on pouvait voir le chef de l'Etat en tenue de style militaire s'entretenir avec des soldats à l'intérieur d'immeubles. Il était aussi allé à Zaporijjia, dans le sud, à la rencontre d'habitants de Marioupol ayant réussi à fuir ce port stratégique pris par les Russes.

    La guerre sur les autres fronts
    La guerre se déroule aussi sur d'autres fronts : celui de la communication, en mer et au niveau économique. La capitale Kiev avait été bombardée dimanche, pour la première fois depuis fin avril, et l'armée russe avait assuré avoir détruit des blindés fournis par des pays d'Europe de l'Est, ce qu'ont démenti des responsables et des témoins sur place.

    "C'est un autre exemple de falsification fabriquée par la Russie pour justifier cette guerre brutale contre l'Ukraine", a commenté auprès de l'AFP Sergii Leshchenko, le responsable d'une compagnie de chemins de fer. En mer Noire, l'armée ukrainienne a assuré lundi avoir largement fait reculer la flotte russe, une information invérifiable de source indépendante.

    "À la suite de nos actions destinées à défaire les forces navales ennemies, le groupe de navires de la flotte russe de la mer Noire a été repoussé des côtes ukrainiennes à une distance de plus de cent kilomètres", a affirmé le ministère ukrainien de la Défense. Selon lui, les troupes russes ont été en conséquence contraintes de déployer des systèmes de défense côtière en Crimée et dans la région méridionale ukrainienne de Kherson, qu'elles occupent.

    "Nous avons privé la flotte russe du contrôle total de la partie nord-ouest de la mer Noire, qui est devenue une +zone grise+", a encore affirmé le ministère, ajoutant que Moscou tentait actuellement d'y reprendre le dessus. Les Russes continuent néanmoins leur blocus naval des ports ukrainiens, selon la même source, empêchant les exportations de céréales et faisant craindre des crises alimentaires dans les pays, notamment d'Afrique, qui en dépendent.

    Le conflit oppose deux superpuissances céréalières, la Russie et l'Ukraine assurant 30% des exportations mondiales de blé, et il a provoqué une flambée des prix. La quantité des céréales destinées à l'exportation et bloquées en Ukraine pourrait tripler d'"ici à l'automne" pour atteindre 75 millions de tonnes, a alerté lundi Volodymyr Zelensky. "Nous avons besoin de couloirs maritimes et nous en discutons avec la Turquie et le Royaume-Uni" ainsi qu'avec l'ONU, a ajouté le président ukrainien. Kiev évoque aussi ce sujet avec la Pologne et les Etats Baltes pour exporter de petits volumes par le rail.

    Vladimir Poutine avait assuré la semaine dernière qu'il n'y avait "pas de problèmes pour exporter les céréales d'Ukraine", à partir de ports ukrainiens, d'autres sous contrôle russe ou via l'Europe centrale et orientale. L'Ukraine rejette pour sa part les solutions proposées par les Russes.

  • Offensive diplomatique russe en Afrique : La Russie dénonce « l’attitude coloniale de Paris » au Mali

    Imprimer

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov a dénoncé, ce vendredi, la « mentalité coloniale » de la France et de l’Europe à l’égard du Mali. S’exprimant lors d’un point de presse animé conjointement avec son homologue malien, Aboulaye Diop, en visite à Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères a commenté les « critiques de Paris à l’encontre du gouvernement malien » qui reflétaient, a-t-il affirmé, « la volonté de continuer à lui dicter sa conduite ».

    « Le mécontentement [de la France] face à l’attitude des dirigeants maliens de solliciter l’aide de structures extérieures de protection et de sécurité n’est rien d’autre qu’un retour à la pensée coloniale dont les Européens auraient dû se débarrasser depuis longtemps », a-t-il estime.

    Sergueï Lavrov a lancé, dans ce sens, une mise en garde contre « un danger réel d’apparition » au Mali « d’enclaves d’anarchie », où « des combattants de diverses formations armées illégales qui se sont déjà préparées à de telles actions opéreront sans entrave».

    Cela, a-t-il affirmé, « menace l’intégrité territoriale du pays», assurant que la Russie a averti la France à plusieurs reprises. « Nous comprenons mais n’apprécions pas les tentatives de la France et d’autres pays de l’UE de prétendre à un rôle dominant en Afrique et dans d’autres régions », a-t-il ajouté.

    Le chef de la diplomatie russe a jugé « inadmissible » que la France cherche à « dicter sa conduite au Mali, avec qui elle peut communiquer ». Le constat fait par Sergueï Lavrov est appuyé par Abdoulaye Diop en confirmant « qu’il y a des tentatives de déstabilisation de l’Etat malien sous diverses formes ».

    « D’abord on a voulu utiliser les organisations régionales, comme je l’ai indiqué en janvier dernier. Quand l’Etat malien a été sanctionné par un embargo économique et commercial, beaucoup ont à l’esprit de faire tomber le gouvernement, en comptant sur un soulèvement de la population. Cela ne s’est pas réalisé. Je crois qu’il y a eu plusieurs tentatives. On a même essayé d’inventer des charniers dans certaines localités du Mali, comme on a tenté de créer des difficultés avec certains voisins du Mali comme la Mauritanie pour l’amener à fermer ses frontières », a-t-il expliqué.

    Chaque jour, a-t-il affirmé, il y a des tentatives « de déstabiliser le pays parce que les Maliens ont décidé de prendre leur destin en main et de gérer leur pays selon leur propre vision ». « Je crois que certains partenaires n’ont pas encore réalisé que les choses ont changé », a-t-il soutenu, en citant des « entités et des pays qui prétendent défendre la démocratie » qui tentent, selon lui, de « changer le régime au Mali par divers moyens ».

    Revenant sur la dernière « tentative de coup d’Etat au Mali », Abdoulaye Diop a laissé entendre que la France a soutenu cette opération. « L’enquête est en cours et les interrogatoires se poursuivent. Les premiers éléments confirment qu’une puissance étrangère a soutenu cette opération », a-t-il souligné, affirmant que « les autorités du pays sont soutenues par le peuple ».

    Par ailleurs, le chef de la diplomatie russe a assuré que Moscou était prêt à accorder un soutien à Bamako « pour augmenter les capacités de combat des forces armées maliennes », à travers la formation des militaires et des policiers.

    Selon lui, la Russie « allait continuer à livrer au Mali du blé, des engrais minéraux et des produits pétroliers ». Pour sa part, Abdoulaye Diop a assuré que la coopération russo-malienne donne « des résultats probants sur le terrain ».