Lavrov Sergueï

  • Mali : Le ministre russe des AE confirme que le gouvernement malien a approché le groupe PMC Wagner mais affirme que Moscou n'est pas impliqué

    Imprimer

    Le Mali a demandé à la société de sécurité privée Wagner de renforcer la sécurité dans ce pays déchiré par le conflit, a confirmé samedi le ministre russe des Affaires étrangères, ajoutant que Moscou n'était pas impliqué.

    Les pays européens ont mis en garde le gouvernement malien en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies cette semaine contre l'embauche de paramilitaires du groupe Wagner.

    Mais alors que Paris s'apprête à réduire sa présence militaire au Mali, Sergueï Lavrov a confirmé que le gouvernement malien s'était tourné vers des "entreprises privées russes".

    "C'est une activité qui a été menée sur une base légitime", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York.

    "Nous n'avons rien à voir avec cela", a-t-il ajouté.

    Selon certaines informations, le gouvernement malien est sur le point d'embaucher 1 000 paramilitaires du groupe Wagner.

    La France a averti le Mali que l'embauche des combattants de la société de sécurité privée russe isolerait le pays au niveau international.

    L'entreprise russe est considérée comme proche du président russe Vladimir Poutine et les pays occidentaux l'accusent d'agir au nom de Moscou.

    Les paramilitaires, les instructeurs de sécurité privée et les entreprises russes sont devenus de plus en plus influents en Afrique ces dernières années, en particulier en République centrafricaine en proie à un conflit, alors que les Nations Unies ont accusé les mercenaires de Wagner d'avoir commis des abus.

    Moscou admet avoir déployé des « instructeurs » en RCA mais affirme qu'ils ne sont pas actifs dans les combats. La Russie insiste sur le fait qu'il n'y a pas de paramilitaires en Libye, malgré les affirmations occidentales du contraire.

  • Afghanistan : Quatre jours après la chute de Kaboul

    Imprimer

    Le regard de la communauté internationale est toujours tourné vers l'Afghanistan, attendant de découvrir les futurs mouvements des talibans. De son côté, Washington a annoncé que ses troupes resteraient dans le pays jusqu'à l'évacuation complète des citoyens américains, tandis que l'ancien président, Ashraf Ghani, a déclaré son soutien aux négociations visant à former un nouveau gouvernement.

    Une situation toujours instable autour de l'aéroport - situation inconnue dans le reste du pays
    Comme le rapporte le quotidien al-Arabiya , quatre jours après la chute de Kaboul, que les talibans ont investi le 15 août, la situation est toujours instable. Alors que de nombreux pays continuent d'évacuer leurs citoyens et personnel diplomatique, le chaos règne toujours dans l'aéroport de la capitale. Ici, le 16 août , des milliers de citoyens se sont rassemblés pour tenter de sortir d'Afghanistan, et, selon l'armée américaine, il y a eu au moins 7 morts dans la confusion, dont certains sont tombés de l'avion auquel ils s'étaient accrochés. Le 19 août, les talibans et les responsables de l'OTAN ont annoncé que 12 personnes ont été tuées dans et autour de l'aéroport depuis que le mouvement islamiste radical a pris le contrôle de la capitale. 
    Coincés entre les postes de contrôle tenus par les talibans et la clôture de barbelés posée par l'armée américaine à l'aéroport, la seule porte de sortie de l'Afghanistan, des centaines de civils afghans attendaient toujours, ce 19 juillet, dans l'espoir de trouver un vol pour fuir le pays. 
    Si les talibans laissent bien les citoyens américains accéder à l'aéroport de Kaboul, il semble qu'ils "empêchent les Afghans qui souhaitent quitter leur pays d'atteindre l'aéroport", où les complexes opérations d'évacuation se poursuivent laborieusement, a déploré Mme Wendy Sherman, le numéro deux du département d'État américain. Les Etats-Unis attendent d'eux qu'"ils permettent à tous les citoyens américains, tous les ressortissants de pays tiers et tous les Afghans de partir s'ils le souhaitent, de façon sûre et sans être harcelés", a-t-elle ajouté. 
    Près des ambassades également, de nombreux Afghans supplient d'être évacués. Beaucoup ont déjà des visas pour un pays étranger, mais ils ne peuvent entrer dans les enceintes diplomatiques.
    "J'ai parlé avec mon ami qui est sur place. Il a une lettre des Espagnols assurant qu'il peut partir avec eux, mais quand il essaie de gagner la porte on le menace de lui tirer dessus", raconte à l'AFP un homme qui a demandé à rester anonyme. "Les Espagnols lui ont dit que s'il parvenait à entrer, tout irait bien pour lui, mais il n'y arrive pas", ajoute-t-il.
    Tous se souviennent encore du précédent régime taliban, entre 1996 et 2001, et de son bilan catastrophique en matière de respect des droits humains, et n'ont aucune confiance dans les multiples assurances données ces derniers jours par ces islamistes.
    Mardi pourtant, un porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, avait assuré qu'ils avaient appris de leur premier exercice du pouvoir, avant d'en être chassés en 2001 par une coalition menée par les Etats-Unis, et qu'il y aurait de "nombreuses différences" dans leur manière d'administrer leur pays. Ils avaient alors imposé une version ultra-rigoriste de la loi islamique. Les femmes ne pouvaient ni travailler ni étudier, et voleurs et meurtriers encouraient de terribles châtiments.

    Les troupes américaines resteront jusqu'au départ du dernier ressortissant américain, assure Biden
    Parallèlement, Biden a déclaré le 18 août que les troupes américaines, qui comprennent actuellement quelque 4 500 soldats, resteraient en Afghanistan jusqu'à ce que le dernier de ses citoyens soit évacué, quitte à maintenir une présence militaire dans le pays asiatique au-delà de la date limite du 31 août. Le chef de la Maison Blanche a ensuite précisé que les talibans, pour le moment, n'entravaient pas l'évacuation des citoyens américains, mais des difficultés ont été rencontrées dans la fuite des Afghans qui avaient coopéré avec les Etats-Unis. 5 000 personnes ont encore quitté l'aéroport de Kaboul, mercredi 18 août, mais des hommes armés affiliés aux talibans empêchaient, ce même mercredi 18 août les citoyens afghans d'atteindre l'aéroport.
    En réponse aux déclarations de Joe Biden, les talibans exigent que les États-Unis s'en tiennent à la date de sortie du 11 septembre pour évacuer la totalité de leurs soldats d'Afghanistan,  mais 'nous ne les attaquerons pas', ajoutent-ils.

    Les Etats-Unis bloquent les fonds afghans déposés à l'étranger et arrêtent les aides économiques
    Sur le plan économique, l'administration américaine a fait part de son intention de bloquer l'accès des talibans aux fonds déposés à l'étranger, ainsi qu'aux armes américaines sur le sol afghan. 
    À cet égard, le gouverneur de la banque centrale, Ajmal Ahmadi, a révélé le 18 août que l'Afghanistan disposait de réserves à l'étranger d'environ 9 milliards de dollars, dont près de 7 milliards de dollars en obligations, actifs et or de la Réserve fédérale américaine, tandis que les avoirs en dollars de la Banque centrale afghane sont « proches de zéro » car le pays n'a pas reçu les expéditions en espèces prévues pour la semaine passée. Parallèlement, le Fonds monétaire international annoncé avoir suspendu l'aide directe à l'Afghanistan, dont environ 440 millions de dollars de nouvelles réserves en devises, en raison de l'incertitude sur le statut des dirigeants à Kaboul et d'un manque de clarté au sein de la communauté internationale concernant la reconnaissance d'un nouveau gouvernement.

    Consultations politiques 
    Les talibans, dont le cofondateur et numéro deux, le mollah Abdul Ghani Baradar, est rentré mardi en Afghanistan, ont mené des consultations politiques mercredi à Kaboul avec d'éminentes personnalités afghanes. Ils ont diffusé des images montrant l'ancien président afghan Hamid Karzai avec Anas Haqqani. Celui-ci participait aux négociations avec le gouvernement afghan à Doha, qui n'ont jamais débouché sur une issue quelconque. Mais il est surtout le frère cadet de Sirajuddin Haqqani, le chef du réseau éponyme, qualifié de terroriste par Washington, qui a aussi le statut de numéro deux au sein des talibans.

    Ces derniers ont également rencontré l'ancien vice-président Abdullah Abdullah, selon le groupe de surveillance des sites islamistes SITE. Ces négociations ont été bien accueillies par l'ex-président Ashraf Ghani, qui s'est enfui dimanche pour les Émirats arabes unis. "Je souhaite le succès de ce processus", a-t-il déclaré dans un message vidéo posté sur Facebook, affirmant être "en pourparlers pour retourner en Afghanistan". Mais les Etats-Unis ont estimé que M. Ghani, qui avait succédé en 2014 à Hamid Karzai, n'est "plus une personne qui compte en Afghanistan".

    Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a dit jeudi espérer que ces négociations puisse déboucher sur un "gouvernement représentatif" en Afghanistan. Il a aussi souligné que les talibans ne contrôlaient pas l'intégralité du territoire afghan, une résistance tentant de s'organiser dans la vallée du Panchir, avec l'ancien vice-président Amrullah Saleh et Ahmad Massoud, le fils du commandant Ahmed Shah Massoud, assassiné en 2001 par al-Qaïda. Ce dernier a d'ailleurs appelé Washington à le soutenir en lui fournissant armes et munitions, dans une tribune publiée mercredi par le quotidien Washington Post.

    Ashraf Ghani, le président afghan en fuite, soutient les négociations entre les Talibans et l'ancien président afghan, Hamid Karzai
    Le 18 août également, le désormais ancien président de l'Afghanistan, Ashraf Ghani , arrivé aux Émirats arabes unis avec sa famille, s'est adressé à la nation, pour la première fois depuis la chute de Kaboul, via une diffusion en direct sur Facebook. Le chef de l'Etat, se référant aux critiques de ceux qui se sont opposés à son évasion du pays, a déclaré que ces personnes ne devraient pas parler sans connaître les détails, tout en démentant les informations selon lesquelles il aurait quitté le pays avec une valise pleine d'argent. Dans le même temps, Ashraf Ghani a déclaré qu'il soutenait les négociations en cours pour former un nouvel exécutif. Le 18 août, en effet, les talibans ont rencontré l'ancien président Hamid Karzaï et le haut responsable Abdullah Abdullah.

    L'Union européenne toujours préoccupée par le respect des droits de l'homme en Afghanistan
    Malgré les assurances du groupe islamiste radical, qui a promis un gouvernement différent de celui qu'il a dirigé dans la période 1996-2001, et le respect des droits humains, y compris les femmes, l'Union européenne, les États-Unis et 18 autres pays ont publié une déclaration commune dans laquelle ils se sont dits "profondément préoccupés par le sort des femmes et les filles afghanes", exhortant les talibans à garantir leur sécurité.

    Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) tire la sonnette d'alarme
    Par ailleurs, Mary Ellen McGroarty, cheffe de l'agence des Nations Unies "Programme alimentaire mondial" (PAM) en Afghanistan, a déclaré qu'une "crise humanitaire" est en train de se produire dans le pays, avec 14 millions de personnes souffrant de la faim suite à la prise du pouvoir par les talibans. Le conflit, la deuxième vague de sécheresse la plus aiguë du pays au cours des trois dernières années, et l'impact social et économique de la pandémie de COVID-19 ont amené une situation déjà désastreuse vers une situation de  "catastrophe". Comme le précise McGroarty, plus de 40% des récoltes ont été perdues, tandis que des centaines de milliers de personnes ont été déplacées par la guerre et l'offensive des talibans. Le représentant du PAM a exhorté les donateurs à fournir 200 millions de dollars, nécessaires pour fournir de la nourriture à la population afghane.

    Le départ des troupes américaines à l'origine de la débâcle de l'armée afghane
    Ce qui s'est passé à Kaboul le 15 août est l'aboutissement des tensions qui ont duré des semaines et qui ont permis aux talibans de prendre progressivement le contrôle du pays. En fait, l'offensive massive du groupe islamiste a commencé en avril lorsque le président américain Joe Biden a annoncé que les troupes américaines se retireraient d'Afghanistan après deux décennies de présence sur le terrain. Le retour des soldats américains dans leur patrie avait été convenu par des représentants de Washington et des talibans à l'occasion d'un accord de paix "historique" conclu entre les parties à Doha, au Qatar, le 29 février 2020. L'accord prévoyait également une feuille de route vers la paix en Afghanistan, la fin des relations entre les talibans et al-Qaïda et la fin des offensives contre les grands centres urbains. Cependant, l'accord a été rompu à plusieurs reprises et n'a pas mis fin aux violences, qui se sont intensifiées pendant et après les négociations. 

    Inquiétude devant une possible résurgence du terrorisme islamiste
    Certains analystes s'inquiètent que ce qui se passe en Afghanistan n'inspire les jihadistes du monde entier. De nombreux groupes islamistes, parmi lesquels les branches d'al-Qaïda en Syrie et au Yémen (AQAP) ont félicité les talibans et se sont engagés à poursuivre le jihad.
    "Cette victoire et cette prise de pouvoir nous révèlent que le jihad et le combat représentent le moyen légal et réaliste, sur la base de la charia, de rétablir les droits (et) d'expulser les envahisseurs et les occupants", a déclaré dans un communiqué la branche yéménite d'al-Qaïda.
    Les Etats-Unis considèrent AQPA comme la branche la plus dangereuse du réseau mondial d'al-Qaïda et a ciblé ses combattants au Yémen après les attentats du 11 septembre 2001.
    Lundi 16 août, les combattants d'AQPA ont célébré le retour au pouvoir des talibans en Afghanistan avec des feux d'artifice et en tirant des coups de feu en l'air dans certaines provinces du Yémen, ont rapporté des habitants à l'AFP.
    Dans leurs récentes négociations avec les Américains, les talibans avaient promis de ne pas protéger les combattants d'al-Qaïda. Les experts estiment toutefois que les deux mouvements conserveront des liens étroits mais plus discrets.
    En Syrie, la branche du groupe djihadiste anti-chinois Turkestan Islamic Party (TIP) a publié une déclaration félicitant les talibans et les Afghans pour l'établissement de « l'émirat islamique » en Afghanistan.
    E9I8dZvX0AQgYy8.jpeg

  • Russie : Lavrov discute de la menace terroriste croissante en Afghanistan

    Imprimer

    Le ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Sergueï Lavrov, a annoncé vendredi 2 juin que, dans le contexte du retrait progressif des troupes américaines, l'organisation terroriste de l'État islamique (Daech) se développait activement en Afghanistan. Pour cette raison, la Russie et le Tadjikistan ont déclaré leur intention d'intensifier leur coopération militaire.

    Lavrov, lors d'une conférence de presse, a souligné combien il est important de surveiller l'évolution de la situation dans la région. "Les militants de l'Etat islamique avancent vers de nouveaux territoires", notamment dans le nord du pays, à la frontière avec des Etats alliés à la Russie, comme le Tadjikistan et l'Ouzbékistan, a réitéré le ministre russe. Si Moscou avait déclaré la veille qu'elle n'était pas préoccupée par l'avancée des talibans vers le nord de l'Afghanistan, la Russie a néanmoins indiqué qu'elle entendait fournir une assistance militaire au Tadjikistan en cas d'augmentation de la menace terroriste des talibans sur la frontière avec les pays voisins.

    Le 1er juillet, Douchanbé a accueilli le sommet de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance militaire défensive créée en 1992 pour sauvegarder les territoires de l'ex-Union soviétique. Au cours du sommet, le chef de la Chambre haute du Parlement tadjik, Rustami Emomali, et le président de la Douma d'État de la Fédération, Viacheslav Volodin, ont discuté de la situation en Afghanistan, convenant de renforcer la coopération russo-tadjike dans le domaine de la défense et de la sécurité.conformément aux obligations établies par l'OTSC. Dans la note finale, publiée à l'issue du sommet, il est indiqué que les parties se sont engagées à poursuivre le dialogue sur l'Afghanistan en raison de l'instabilité et de l'incertitude croissantes de la situation. En plus de cela, la Russie et le Tadjikistan ont convenu d'intensifier la formation de leurs forces armées, ainsi que la coopération technico-militaire.

    Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, et le ministère de la Défense du pays étaient du même avis. Ces derniers ont déclaré vouloir activer les fonds nécessaires pour renforcer la 201e division militaire russe au Tadjikistan. C'est une base militaire terrestre située à Douchanbé depuis l'époque de l'Union soviétique. En 2001, la division a été déployée à la frontière avec l'Afghanistan après que les talibans aient tenté de la franchir. En octobre 2012, un accord a été signé prolongeant la période de stationnement de la base militaire russe au Tadjikistan jusqu'en 2042.

    Les derniers développements diplomatiques entre l'Afghanistan et la Fédération de Russie concernent diverses consultations, qui ont été lancées pour discuter de l'escalade des tensions dans le nord du pays d'Asie centrale. Plus précisément, le 1er juillet, le conseiller afghan à la sécurité nationale, Hamdullah Mohib, s'est rendu en Russie pour s'entretenir avec le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolai Patrushev. Le sommet s'est tenu en présence de l'envoyé de la présidence russe pour l'Afghanistan, Zamir Kabulov, et a porté sur le retrait des troupes de l'Alliance atlantique et des États-Unis du pays . Les représentants ont également discuté du dialogue de paix intra-afghane, ainsi que de l'intensification de la coopération bilatérale entre Moscou et Kaboul,

    Cette visite intervient deux jours après les déclarations de l'ambassadeur de Moscou à Kaboul , Dmitry Zhirnov. Ce dernier, le 29 juin, a déclaré que les talibans ne représentaient pas une menace directe pour la Russie car les militants afghans ne seraient pas assez forts pour prendre le contrôle de la capitale et d'autres grandes villes du pays. Malgré cela, Zhirnov a reconnu que les tensions à Kaboul s'intensifiaient en raison de la menace terroriste accrue.  

    Le dernier épisode de violence mettant en danger l'Ouzbékistan, qui partage 144 kilomètres de frontière avec l'Afghanistan, remonte au 23 juin. À cette date, les troupes gouvernementales afghanes sont entrées en  Ouzbékistan  pour fuir une attaque des talibans. Le Tadjikistan, qui borde l'Afghanistan sur 1 357 kilomètres, a également été le théâtre de troubles dus au conflit entre le gouvernement afghan et les militants. Le 22 juin, le Comité d'État sur la sécurité nationale (GKNB) du  Tadjikistan, qui s'occupe également des services de sécurité aux frontières, a déclaré que 134 soldats du gouvernement afghan avaient été contraints de se retirer sur le territoire du Tadjikistan parce qu'ils n'étaient pas en mesure de contenir l'offensive des talibans. Ce dernier a donc pris le contrôle du principal poste frontière de l'Afghanistan avec le Tadjikistan, près de la ville de Shir Khan Bandar, située à une cinquantaine de kilomètres de Kunduz. À ce jour, les talibans ont pris le contrôle de la plupart des avant-postes afghans près de la frontière avec le Tadjikistan.

    Pendant des décennies, l'Afghanistan a été caractérisé par une profonde instabilité politique. Le groupe taliban, d'origine islamique fondamentaliste, s'est d'abord engagé dans la lutte antisoviétique en Afghanistan. L'intervention des États-Unis en 2001, et le soutien ultérieur offert par l'OTAN avec la mission de la Force internationale de sécurité et d'assistance (FIAS) en août 2003, ont renversé le régime théocratique qui avait été imposé au pays entre 1995 et 1996. Cependant, le groupe a poursuivi ses activités militaires contre les troupes de la coalition internationale de l'Alliance atlantique déployées en Afghanistan, ainsi que contre les forces gouvernementales à Kaboul. Au fil des ans, les talibans ont cycliquement perdu et regagné du terrain. Ce qui est également le cas de  l'État islamique (EI). Les pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans ont débuté le 12 septembre 2020 dans la capitale du Qatar mais n'ont jusqu'ici donné aucun résultat.

  • Liban : La France passe à l’acte, sans les Européens

    Imprimer

    Au moment où le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil plaidait sa cause à Moscou, la France est passée, jeudi 29 avril 2021,  subitement à la vitesse supérieure, en annonçant qu’elle a commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives en matière d’accès au territoire français à l’encontre de personnalités impliquées dans le blocage politique au Liban ou dans la corruption. « Nous avons à titre national commencé à mettre en œuvre des mesures restrictives en matière d’accès au territoire français à l’encontre de personnalités impliquées dans le blocage politique en cours, ou impliquées dans la corruption », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, selon le texte d’une déclaration qu’il a faite lors d’une visite à Malte, et transmis à la presse.

    « Les responsables du blocage doivent comprendre que nous ne resterons pas inactifs », a-t-il prévenu lors d’un point de presse aux côtés de son homologue maltais, Evarist Bartolo, en précisant qu’il n’était pas exclu que la France adopte « des mesures supplémentaires à l’encontre de tous ceux qui entravent la sortie de crise (...) en coordination avec (ses) partenaires internationaux ».

    Aucune précision n’a été fournie par M. Le Drian sur la nature des restrictions qui ont commencé à être adoptées, ni surtout sur l’identité des responsables touchés par ces mesures. À Beyrouth, l’ambassade de France a distribué le texte de la déclaration du chef de la diplomatie, sans plus de précisions non plus. La France s’efforçait depuis quelques semaines d’entraîner ses partenaires de l’Union européenne dans une politique de sanctions à l’égard des responsables libanais jugés coupables de « non-assistance à pays en danger », selon les termes utilisés récemment par M. Le Drian lui-même. Mais le mécanisme de prise de décisions diplomatiques au sein de l’UE, où l’unanimité des 27 membres est nécessaire, rendait l’exercice vain, dans la mesure où certains pays membres traînaient les pieds. En visite au Liban le week-end dernier, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, qui a rencontré M. Bassil, a ainsi déclaré sans ambages que Budapest s’opposerait à tout projet de sanctions européennes visant « le plus grand parti chrétien libanais », en référence au CPL.

    L’action russe
    À Moscou, M. Bassil s’est entretenu d’abord avec Mikhaïl Bogdanov, représentant personnel de Vladimir Poutine pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, puis avec le ministre des Affaires étrangères, Serguei Lavrov. Des échanges qui ont porté sur un ensemble de sujets qui intéressent les deux parties, principalement sur la question du blocage de la formation du gouvernement. Appuyant la position française, Moscou est en faveur d’un cabinet d’experts où les équilibres politiques sont respectés, aucune partie ne pouvant détenir un veto quelconque. C’est dans ce sens, mais de manière plus nuancée que s’est d’ailleurs prononcé M. Bassil, à l’issue de sa rencontre avec M. Lavrov. Il s’est prononcé en faveur d’un « cabinet de spécialistes soutenu par les principales forces politiques et parlementaires, sans que personne ne puisse contrôler et empêcher ces réformes ».

    Il a aussi indiqué avoir demandé au ministre russe des Affaires étrangères de jouer le rôle nécessaire pour « inciter le Premier ministre désigné à boucler le dossier de la formation du gouvernement », avant de rejeter la balle de la responsabilité du blocage dans le camp haririen.

    « Nous attendons tous que le Premier ministre désigné décide de procéder à la formation du gouvernement et, plus important encore, décide d’engager des réformes », a-t-il dit.

    De source proche de M. Bassil, on apprenait que ce dernier a « clarifié » respectivement à MM. Bogdanov et Lavrov sa position au sujet du blocage et rectifié certaines « perceptions erronées ».

    N’ayant aucune initiative à la clé pour pouvoir dénouer la crise, Moscou a cependant favorablement accueilli ces derniers mois le défilé des personnalités libanaises venues solliciter son aide dans l’espoir de rapprocher les points de vue et créer un climat de confiance entre les protagonistes. Soucieux de ne pas afficher de parti pris et ayant réussi au plan diplomatique à entretenir des relations avec plusieurs parties souvent adverses, les dirigeants russes semblent ne pas vouloir déroger à cette règle avec les protagonistes libanais.

    Après avoir reçu le 15 mars dernier une délégation du Hezbollah, Moscou a accueilli le 14 avril Saad Hariri qui cherchait à obtenir un appui dans le bras de fer qui l’oppose au camp aouniste. De même, la visite de M. Bassil en Russie, qu’il a lui-même sollicitée, est surtout destinée à briser son isolement. Moscou s’apprête à accueillir prochainement le chef des Marada, Sleiman Frangié, le chef du PSP, Walid Joumblatt, ainsi que son adversaire politique, Talal Arslane.

    Échanges parisiens
    Les entretiens de M. Bassil à Moscou avaient été précédés d’une visite de M. Bogdanov à Paris lundi et mardi derniers. Lors de ses échanges avec notamment son homologue français, Patrick Durel, le sujet libanais a figuré en première ligne. De source diplomatique proche de ces entretiens, on apprenait que MM. Bogdanov et Durel sont convenus du fait que la mouture de 24, sans possibilité de blocage, était la plus appropriée pour une sortie de crise.

    La partie française aurait fait part de son étonnement de voir M. Hariri persister dans sa rigidité. D’un autre côté, le responsable russe aurait insisté, devant son interlocuteur, sur la nécessité, pour M. Bassil, de ne pas s’obstiner sur la question de la nomination des deux ministres chrétiens comptés dans la quote-part de Saad Hariri et qu’il devait par conséquent lui laisser cette marge de manœuvre. C’est probablement cette recommandation qu’a dû entendre hier M. Bassil lors de ses entretiens à Moscou.

    La bataille entre le camp aouniste et le Premier ministre désigné s’est poursuivie autour de la question de la nomination des ministres chrétiens que le camp du chef de l’État souhaite monopoliser au nom du droit supposé des chrétiens à placer leurs propres ministres.

    Un argument de façade qui cache en réalité un jeu d’équilibre du pouvoir au sein du futur cabinet. Si le chef de l’État devait nommer tous les ministres chrétiens en plus du ministre druze relevant de la part du député Talal Arslane, le camp du président obtiendrait ainsi dix ministres sur les 24. On reviendrait ainsi à la case de départ et au tiers de blocage auquel les aounistes s’étaient pourtant engagés à renoncer.

  • Afghanistan : Le gouvernement afghan et les talibans à Moscou pour parler de paix

    Imprimer

    Le gouvernement afghan et une délégation des talibans se sont retrouvés à Moscou jeudi 18 mas, en présence d'émissaires étrangers, pour des négociations devant notamment porter sur la formation d'une "administration" de transition avant un éventuel retrait américain.

    Cette rencontre intervient à l'heure où les efforts se multiplient pour aboutir à un accord de paix avant le 1er mai lorsque les Etats-Unis doivent théoriquement retirer tous leurs militaires d'Afghanistan. Mais cette date a été remise en cause mercredi par le président Joe Biden.

    Washington a proposé aux belligérants afghans la formation d'un gouvernement de transition incluant les talibans. Cette idée, soutenue par Moscou, a pour l'instant reçu un accueil peu enthousiaste de la part du pouvoir en place à Kaboul.

    Après avoir reçu les différentes délégations, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a appelé Washington et les talibans à "rester attachés aux dispositions de l'accord" conclu par l'administration de l'ex-président Donald Trump en février 2020 au Qatar. Cet accord prévoit le retrait des soldats américains d'ici au 1er mai 2021 en échange de garanties sécuritaires et d'un engagement des talibans à discuter avec Kaboul. Mais le président des Etats-Unis Joe Biden a estimé qu'il serait "difficile" de tenir ce délai, et les talibans l'ont aussitôt mis en garde contre tout retard.

    Les discussions à Moscou, qui se tiennent en présence d'émissaires pakistanais, chinois et américains, sont organisées parallèlement à celles qui ont commencé en septembre à Doha, au Qatar, et à celles que la Turquie veut accueillir en avril à Istanbul.

    M. Lavrov a dit "regretter que les efforts déployés pour lancer le processus politique à Doha n'aient pas encore donné de résultats" et espérer que les discussions à Moscou "contribueront à créer les conditions nécessaires" à des progrès. Il a souligné que "dans les conditions d'une situation militaro-politique qui se dégrade, de nouveaux retards sont inacceptables" pour les négociations à Doha. Les violences se sont intensifiées ces derniers mois dans tout l'Afghanistan, malgré les pourparlers. Dans ce contexte, le départ des Etats-Unis inquiète le gouvernement en place à Kaboul, dont l'autorité est contestée ou mise à mal sur plus de la moitié du territoire. L'armée américaine ne compte plus, depuis le début de l'année, que 2.500 hommes sur le territoire afghan, son plus bas niveau depuis 2001 et son intervention après les attentats du 11 septembre.

    Dostum.jpegIncident avec le général Dostum
    Le général ouzbek Abdurrashid Dostum (photo), chef du « Mouvement Islamique National d'Afghanistan » ne s'est pas présenté dans son uniforme de maréchal à la conférence, les talibans ayant refusé qu'il apparaisse en uniforme. Ls talibans ont également refusé que le général Dostum prononce un discours lors de la conférence. Cela a eu le don de mettre le général Dostum en colère et il a quitté la conférence après la première session.

  • La Turquie ne reconnaît pas l'annexion de la Crimée par la Russie

    Imprimer

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rencontré à Istanbul le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le dirigeant turc a déclaré qu'Ankara n'a pas reconnu et ne reconnaît pas l'annexion de la péninsule de Crimée par la Russie. Il a également promis un soutien aux Tatars de Crimée.

    "Nous percevons l'Ukraine comme un pays clé en termes de sécurité et de stabilité de notre région. Et dans ce cadre, nous avons toujours soutenu et soutiendrons la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, y compris la Crimée", a déclaré Erdogan cité par Interfax .

    La position de la Turquie est restée inchangée depuis le début du conflit entre l'Ukraine et la Russie en 2014. Cependant, la re-déclaration du président fait suite à plusieurs déclarations sévères de politiciens russes sur l'éclatement du conflit au Haut-Karabakh.

    Ainsi, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a déclaré que la Russie rejette la position turque sur le Karabakh. Nous n'avons jamais qualifié la Turquie d'allié stratégique, c'est un partenaire très proche », a-t-il ajouté.

  • Azerbaïdjan : Les corps de 120 mercenaires syriens reviennent d'Azerbaïdjan

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) a annoncé, mardi 13 octobre, l'arrivée en Syrie des corps de mercenaires des factions pro-Ankara tués dans les combats du Haut-Karabakh, accompagnés d'un lot de combattants revenus d'Azerbaïdjan.

    L'observatoire a rapporté que le nombre de mercenaires tués dans les combats du Haut Karabakh, aux côtés des forces azéries, se monte à 119. Malgré le nombre élevé de morts, les efforts turcs pour recruter des combattants et les envoyer en Azerbaïdjan se poursuivent à plein régime.

    L'OSDH rapporte que plus de 400 combattants des factions «Sultan Murad et Hamzat» et d'autres factions devraient être transférés par le gouvernement turc en Azerbaïdjan dans les prochains jours.

    Selon l'OSDH, la Turquie a transféré au moins 1 450 combattants syriens en Azerbaïdjan depuis le début des combats.

    Il a ajouté que les services de renseignement turcs continuaient de transférer et de former un grand nombre de membres des factions pro-turques à combattre en Azerbaïdjan.

    Selon l'OSDH, le gouvernement turc aurait assuré les mercenaires des factions syriennes pro-turques que leur rôle se limiterait à protéger les champs pétrolifères et les frontières d’Azerbaïdjan.

    Les combats, les plus féroces dans la région du Haut-Karabakh depuis 25 ans, retiennent l'attention du monde entier, en partie en raison de sa proximité avec des oléoducs transportant du pétrole et du gaz d'Azerbaïdjan et des risques d'entraîner des puissances régionales telles que la Turquie et la Russie dans le conflit.

    Ankara et Moscou subissent de plus en plus de pressions pour exercer leur influence dans la région et mettre fin aux combats.

    Le ministre arménien des Affaires étrangères Zahrab Mnatsakyanian a rencontré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov à Moscou et a accusé l'Azerbaïdjan de tout faire pour accroître l'influence de la Turquie dans la région et d'utiliser des mercenaires fidèles à la Turquie.