Sentop Mustafa (président du parlement)

  • Turquie : Le Parlement turc condamne les actions "inappropriées" de l'Iran envers Erdogan

    Imprimer

    Le président du parlement turc, Mustafa Sentop (photo), a condamné le "comportement inapproprié" des responsables iraniens envers le président Recep Tayyip Erdogan, après la poésie que ce dernier avait lue dans la capitale azerbaïdjanaise Bakou.

    C’est ce qui ressort du tweet de Sentop publié samedi sur son compte officiel, en exprimant son refus catégorique des actions iraniennes à l’égard du président Erdogan qui a courageusement défendu la loi contre l’embargo et l’isolation imposés à l’Iran.

    Et le président de la Grande Assemblée de signaler que l’Iran n’a pas réagi ainsi même à l’encontre des pays qui lui ont imposé l’embargo.

    Sentop a affirmé que "ceux qui se cachent derrière ces actions ne connaissent pas leur limite, tandis qu’ils ne comprennent pas la valeur des relations entre Ankara et Téhéran.

    Mustafa Sentop a également exprimé sa vive condamnation des déclarations et des publications abominables qui circulent en Iran, à la suite du poème lu par le président Erdogan à Bakou.

    Le ministère iranien des Affaires étrangères a convoqué, vendredi, le représentant de la Turquie en Iran, l'ambassadeur Derya Ors, en raison du poème panturkiste  lu par le président Erdogan.

    Derya Ors a été convoqué par le vice-ministre iranien des Affaires étrangères pour lui transmettre la "ferme condamnation de Téhéran" et que l'Iran s'attendait à des explications rapides sur la question, selon le communiqué du porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh.

    Par ailleurs, Zarif a présumé que le vers du poème lu par le président Erdogan visait l’intégrité territoriale iranienne.

    En réponse à la convocation de son ambassadeur, le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué, vendredi, l'ambassadeur iranien à Ankara, Mohammad Ferazmend, exprimant son mécontentement face aux allégations sans fondement faites par Téhéran contre le président Erdogan.​​​​​​​

    Vendredi, le ministère iranien des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur de Turquie à Téhéran, Derya Urs, dans le contexte de la poésie qu'Erdogan a lu.

    Selon un communiqué publié par le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saeed Khatibzadeh, le vice-ministre des Affaires étrangères a convoqué l'ambassadeur de Turquie et lui a présenté la forte dénonciation du ministère, et que Téhéran attendait des éclaircissements sur la question.

    En réponse à la convocation de son ambassadeur, le ministère turc des Affaires étrangères a convoqué vendredi l'ambassadeur iranien à Ankara, Muhammad Farazmand, et lui a exprimé son mécontentement face aux allégations sans fondement faites par Téhéran contre Erdogan.

    Jeudi dernier, le président turc avait récité un poème lors de la «cérémonie de la victoire» à Bakou, dans lequel le nom de «rivière Araks», qui provient de Turquie et traverse l'Arménie, l'Azerbaïdjan et l'Iran, a suscité la colère de Téhéran, sur la base de certaines considérations de sa perspective.