Sayyidah Zainab

  • Syrie : L'armée de l'air israélienne frappe la zone de Sayyidah Zainab où sont basés les militants du Hezbollah, une milice chiite libanaise

    Imprimer

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), rapporte que l'armée de l'air israélienne avait frappé dans la nuit du 16 au 17 septembre 2022 le territoire syrien dans la région de Sayyidah Zainab, où sont basés les militants du Hezbollah, une milice chiite libanaise.

    Les médias syriens ont rapporté que des frappes aériennes avaient également visé des cibles proches de l'aéroport de Damas et des objectifs dans la zone d'al-Kiswah au sud de la capitale syrienne. 

    Le ministère syrien de la Défense affirme que les défenses aériennes syriennes ont pu abattre la plupart des missiles israéliens. Il a également fait état de cinq militaires morts et de dégâts importants.

    Il s'agit de la troisième attaque attribuée à Israël contre des cibles en Syrie au cours des deux dernières semaines.

    Plus tôt cette semaine, le ministre israélien de la Défense Benny Gantz, lors d'une conférence à New York pour le Jerusalem Post, avait montré pour la première fois des images satellite montrant plus d'une douzaine d'installations de production d'armes avancées iraniennes, y compris au Centre syrien de recherche scientifique (CERS) à Masyafe.

    "Selon les plans de Qasem Soleimani, l'Iran devait utiliser la capacité du CERS pour produire des missiles à guidage de précision, des armes à moyenne et longue portée pour le Hezbollah et ses autres forces alliées. En d'autres termes, le centre scientifique était devenu une usine de production d'armes stratégiques avancées », avait déclaré Gantz.

    Le ministre israélien de la Défense a déclaré que le monde devait freiner l'agression iranienne et envisager d'utiliser la force militaire pour le faire.

  • Syrie : Des ingénieurs iraniens ont quitté précipitamment le site de Sayyidah Zainab, près de Damas

    Imprimer

    Le blogueur Abu Ali, spécialiste du Moyen-Orient, cite des sources de l'opposition iranienne affirmant que des ingénieurs iraniens et irakiens et des membres de leur famille ont quitté d'urgence la région de Sayyidah Zainab, au sud de Damas. Tous ont été transportés dans la province de Deir ezZor, au nord-est de la Syrie.

    Même avant le début de la guerre civile en Syrie, la région, proche de la capitale, s'appelait déjà «l'île iranienne». Elle tire son nom du mausolée où Zainab, la petite-fille du prophète Mahomet, serait enterrée. Ce site est particulièrement vénéré par les chiites.

    Près de la mosquée se trouve le poste de commandement du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran et d'autres installations du CGRI. Ils ont été la cible d'une récente frappe israélienne. Les ingénieurs qui ont quitté Sayyidah Zainab travaillaient dans les bâtiments de ce complexe.

  • Syrie : Une frappe israélienne a endommagé des bases militaires près de Damas où se trouvent les forces iraniennes

    Imprimer

    L'édition d'Al-Arabiya précise qu'à la suite d'une frappe aérienne israélienne sur des cibles près de Damas, des dommages ont été causés aux bases militaires où se trouvent les forces iraniennes.

    Selon des sources, la Syrie déploie des troupes iraniennes sur des bases appartenant à la marine syrienne, et les Iraniens possèdent également des stocks et des entrepôts dans des unités militaires syriennes.

    En outre, la semaine dernière, le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique s'est rendu en Syrie pour discuter du déploiement des troupes iraniennes en Syrie et renforcer ainsi la position des forces iraniennes sur le territoire syrien.

    Le groupe de surveillance basé à Londres, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , a déclaré qu'au moins huit personnes avaient été tuées au cours des frappes aériennes israéliennes sur des cibles près de Damas : trois soldats syriens, deux Syriens associés au Hezbollah libanais et trois étrangers.

    Selon l'OSDH, des étrangers et des Syriens associés au Hezbollah ont été tués lors d'une frappe de missiles dans la région de Sayyidah Zainab dans une usine où des avions sans pilote étaient assemblés à l'aide de la technologie iranienne (il a déjà été signalé qu'un dépôt d'armes y avait été attaqué). Le site est complètement détruit.

    Les soldats syriens, selon l'OSDH, ont été tués lors d'une attaque contre des batteries de défense aérienne situées le long du périmètre de la base aérienne de Mezzeh.

    Plus tôt, il a été signalé que l'armée de l'air israélienne avait attaqué les bureaux de renseignement de l'armée de l'air syrienne, le bureau d'un haut fonctionnaire, une voiture près de l'aéroport militaire de Mezzeh et un point de contrôle près de l'aéroport militaire.

    Dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 juillet, les médias d'État syriens ont rapporté que des avions israéliens depuis les hauteurs du Golan avaient lancé des attaques de missiles sur des cibles près de Damas. Les défenses aériennes syriennes sont entrées en action. Le ministère syrien de la Défense confirme la mort de trois soldats syriens dans cette attaque. Sept autres soldats syriens ont été blessés, a indiqué le ministère syrien de la Défense.

    L'armée israélienne n'a pas commenté ces informations.

  • Syrie : Trois morts lors de frappes israéliennes près de Damas

    Imprimer

    Dans la nuit du 19 au 20 mai, l'armée israélienne a tiré des missiles sol-sol sur des cibles au sud de Damas, a rapporté l'agence de presse d'Etat syrienne SANA .

    Le rapport fait état de trois morts à la suite de cette attaque au missile qui a causé d'importants dégâts.

    SANA affirme que "la plupart des missiles ont été abattus".

    L'attaque, selon la source, a été menée vers 23h00 le 19 mai.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), rapporte que trois soldats syriens de la défense aérienne ont été tués et quatre autres blessés à la suite de l'attaque aux missiles. Selon l'OSDH, les frappes ont été menées non seulement sur des cibles près de Damas, mais également sur des cibles dans la région de Masyaf. Des cibles ont également été attaquées dans la zone de Jabl al-Maniyah (près d'al-Kiswah, au sud-ouest de Damas) et dans la zone de Jamrayah (au nord de Damas), ainsi que dans la zone de l'aéroport international de Damas. En outre, une cible a été touchée dans la région de Sayed-Zeinab au sud de Damas.

    Riposte de la défense anti-aérienne russe pour la première fois
    Dans la soirée du 16 mai, la chaîne de télévision israélienne 13 a rapporté que le 13 mai, l'armée russe a tiré pour la première fois sur des avions israéliens en Syrie. Le correspondant de guerre Alon Ben David a rapporté qu'une batterie de défense aérienne exploitée par l'armée russe a ouvert le feu sur des avions israéliens. Selon lui, il n'y avait aucune menace réelle pour l'avion. La chaîne 13 a affirmé que les défenses aériennes syriennes, comme d'habitude, avaient tiré tous leurs missiles anti-aériens, et lorsque les avions israéliens ont commencé à s'éloigner du site de l'opération, la batterie russe a tiré plusieurs missiles (sans qu'il y ait d'acquisition de cibles par les radars). Le rapport a mentionné que l'une des batteries russes S-300 installées en Syrie a tiré sur les avions israéliens. Certains médias russes ont écrit sur qu'une batterie S-400 avait été mise en action. D'une manière ou d'une autre, il s'agit d'un événement sans précédent.

    Les sources officielles n'ont pas confirmé cette information et ne l'ont pas commentée. Mais elle a été citée par de nombreux médias arabes.

    Auparavant, la Russie et Israël coordonnaient leurs actions en Syrie. Dans le cadre des accords conclus, l'armée russe  ignorait les actions de l'armée de l'air israélienne dans l'espace aérien syrien et les avions israéliens n'attaquaient pas les batteries de défense aérienne sur lesquelles se trouvaient les militaires russes.

    Récemment, depuis que la Russie a déclenché son offensive militaire en Ukraine, les relations entre la Fédération de Russie et Israël se sont nettement détériorées. Moscou est mécontente du fait que les Israéliens fournissent une assistance à l'Ukraine et que des armes israéliennes (via des pays tiers) ont commencé à être fournies aux forces armées ukrainiennes.

    Dans la soirée du 14 mai, le contre-amiral Oleg Zhuravlev, chef adjoint du « Centre russe pour la réconciliation des belligérants » en Syrie, s'est exprimé au sujet de la frappe de l'armée de l'air israélienne sur des cibles en territoire syrien. Il a déclaré ce qui suit : "Le 13 mai, de 20h25 à 20h32, six chasseurs tactiques F-16 de l'armée de l'air israélienne, sans pénétrer dans l'espace aérien syrien, ont attaqué les installations du Centre de recherche syrien dans le secteur de ​​​​la localité de Masyaf et le port maritime de Banias. Selon lui, la défense aérienne syrienne a détruit 16 missiles et un véhicule aérien sans pilote. « À la suite des frappes aériennes israéliennes, trois militaires syriens et deux employés civils ont été tués, deux militaires syriens ont été blessés. Les entrepôts d'équipements spéciaux du Centre de recherche syrien ont été endommagés », a déclaré Zhuravlev.

    Le vendredi 13 mai, l'agence étatique syrienne SANA avait rapporté que l'armée israélienne avait lancé une attaque au missile dans la région de Masyaf. Selon l'agence, les défenses aériennes syriennes ont tenté de repousser l'attaque ; la plupart des missiles ont atterri dans des terrains vagues.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), a rapporté que l'armée de l'air israélienne a tiré au moins 8 missiles sur des dépôts d'armes et d'autres installations appartenant à des milices iraniennes et situées près de la ville de Masyaf : à l'ouest de celle-ci, dans le gouvernorat rural de Hama, et au sud-est, dans la province de Soueida. Selon les médias syriens, à la suite de l'attaque, il y a des morts et des blessés. Le journal Al-Watan a rapporté que deux personnes avaient été tuées et six blessées. Selon Sham FM, cinq personnes ont été tuées et sept autres blessées, dont un enfant.

    Le fondateur et directeur du groupe de l'OSDH, Osama Suleiman, commentant la frappe de l'armée de l'air israélienne sur des cibles dans la région de Masyaf, a déclaré que des civils, apparemment, sont morts à la suite de l'action des forces syriennes de défense aérienne. Dans le même temps, il note que la batterie russe S-300 était restée inactive. pour Suleiman, les civils syriens sont devenus les otages de la guerre irano-israélienne, qui se déroule sur le territoire syrien.

  • Syrie : Le porte-parole du commandement russe affirme que les défenses aériennes syriennes ont repoussé un nouveau raid aérien israélien

    Imprimer

    contre-amiral Vadim Kulit.jpegDans la soirée du 25 juillet, le chef adjoint du Centre russe pour la réconciliation des parties belligérantes en République arabe syrienne, le contre-amiral Vadim Kulit (photo), a déclaré que dimanche matin, les défenses aériennes syriennes avaient repoussé avec succès un nouveau raid de l'armée de l'air israélienne. .

    « De 5 h 40 à 5 h 54 le 25 juillet, deux chasseurs tactiques F-16 de l'armée de l'air israélienne, sans entrer dans l'espace aérien de la République arabe syrienne, en provenance du sud-ouest, ont frappé avec deux missiles guidés aéroportés des cibles dans le village de la province de Sayyidah Zainab à Damas », a déclaré Kulit. Selon lui, les deux missiles ont été abattus à l'aide des complexes Buk-M2E de fabrication russe, qui sont en service au sein de la défense aérienne de l'armée syrienne.

    Les autorités israéliennes n'ont pas commenté cette déclaration.

    Il s'agit de la troisième déclaration de ce type sur les succès du système de défense aérienne syrien, faite par le contre-amiral Vadim Kulit au cours des deux dernières semaines. Il a affirmé que dans la soirée du 19 juillet, sept des huit missiles guidés tirés par des avions israéliens sur des cibles au sud-est d'Alep ont été interceptés par des complexes Pantsir-S et Buk-M2 de fabrication russe. Et plus tard, il a affirmé que les complexes Buk-M2E de l'armée syrienne avaient détruit tous les (quatre) missiles guidés tirés dans la nuit du 22 juillet par deux chasseurs F-16 israéliens sur des cibles dans la province syrienne de Homs.

    La fiabilité des déclarations du représentant du commandement russe est extrêmement douteuse. Lui, comme l'armée syrienne, prétend avoir intercepté tous ou presque tous les missiles israéliens, mais il s'est avéré plus tard que toutes les cibles avaient été touchées.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que dans la nuit du 22 juillet, dans la zone de l'aéroport militaire d'Al-Dabaa et dans la zone de Qousseir à l'ouest de la province de Homs, l'armée de l'air israélienne avait détruit des dépôts d'armes et de munitions du Hezbollah libanais, ainsi que des bastions et des installations du Hezbollah dans l'est de la province de Homs. L'OSDH a également fait état de morts et de blessés. Le fait que des cibles ont été touchées a été confirmé par des images satellites.

    Et l'OSDH a également rapporté que tard dans la soirée du 19 juillet, à la suite d'une attaque de l'armée de l'air israélienne contre des dépôts d'armes iraniens dans la province d'Alep au nord de la Syrie, cinq combattants (deux Syriens et trois étrangers) avaient été tués.

    L'OSDH n'a pas signalé de tentative d'attaque le 25 juillet.

    Selon l'OSDH, depuis le début de 2021 seulement, Israël a mené 14 attaques en Syrie, détruisant plus de 40 cibles et tuant près de 100 personnes.

     

  • Syrie : Bombardements israéliens sur la région de Damas

    Imprimer

    La défense aérienne syrienne est entrée en action à 22H16 dans le ciel de Damas pour tenter de repousser une attaque de l'armée de l'air israélienne. L'aviation israélienne a frappé des cibles militaires  iraniennes au sud de Damas. L'attaque a été menée par des F-16 qui ont tiré leurs missiles des hauteurs du Golan sur la zone de l'aéroport international de Damas et le village de Gizlania. L'armée syrienne a riposté, utilisant les systèmes de défense aérienne Pantsir-S et Buk-M2 fournis par la Russie pour repousser l'attaque.

    Le raid israélien pourrait être en représailles à l'attaque du navire Helios Ray appartenant à une société israélienne ds le Golfe d'Oman. Israël a attaqué l'Iran d'être responsable de cette attaque à l'aide de mines magnétiques. 

    Dans la soirée du 28 février, une réunion d'urgence avait eu lieu avec la participation du Premier ministre Benjamin Netanyahu, du ministre de la Défense Beni Gantz et du chef d'état-major général Aviv Kohavi et d'autres hauts responsables de la sécurité.

    Plus tôt, une source israélienne de haut niveau avait déclaré que l'État juif ne pouvait pas laisser sans réponse l'attaque contre le navire israélien. L'attaque, attribuée au Corps des gardiens de la révolution islamique, est considérée en Israël comme un franchissement de la «ligne rouge» par l'Iran.

     Cinq explosions ont été entendues, dont une dans la direction de l'aéroport international de Damas et de ses environs. La force al-Quds, la force spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran est installée dans cette région. La zone sud de Damas, qui s'étend de la région d'Aqraba à l'aéroport international de Damas en passant par Sayyida Zainab, est sous le contrôle de la force al-Quds et de la milice libanaise Hezbollah. 

    Une cible située dans le secteur du sanctuaire chiite de  Sayyida Zainab situé dans la banlieue de Damas et gardé par des milices pro-iraniennes aurait également été pris pour cible. L'Observatoire Syrien pour les Droits de l'Homme (OSDH) a confirmé que l'armée de l'air israélienne avait attaqué des militants pro-iraniens et des cibles du Hezbollah dans la région de Sayyida Zainab, au sud de Damas.

    Le vol Istanbul-Amman de Turkish Airlines a fait demi-tour en raison des tensions dans le ciel syrien.
    EvV0DhQWQAAYDnU.png

  • Syrie : L'armée israélienne frappe des cibles militaires iraniennes et syriennes

    Imprimer

    Mercredi soir 18 novembre, les forces de défense israéliennes ont attaqué des installations militaires en Syrie appartenant à la force iranienne al-Qods et à l'armée syrienne, a rapporté le service de presse de Tsahal.

    L'armée israélienne a annoncé avoir ciblé le "quartier général iranien" en Syrie, un "site secret" accueillant des "délégations de hauts responsables iraniens", la 7e division de l'armée syrienne et des batteries de missiles sol-air.

    Selon la déclaration de Tsahal, l'attaque a été menée en réponse au placement d'engins explosifs à la frontière avec Israël. Selon les renseignements israéliens, le sabotage a été préparé par des militants syriens, agissant sous la direction des Iraniens.

    "Ce que l'Iran et la Syrie ont fait: ils ont mis des engins explosifs improvisés près de la ligne Alpha pour frapper les troupes israéliennes. Ce que nous avons fait: nous venons de frapper des cibles de la Force iranienne Qods et des forces armées syriennes en Syrie", a écrit l'armée d'Israël sur Twitter.

    Le commandement de l'armée israélienne souligne que la responsabilité de toute tentative d'actions hostiles depuis le territoire syrien incombe au régime de Bachar al-Assad.

    "Nous espérons que le message est bien clair et qu'il est inacceptable pour le régime syrien de permettre, de tolérer et de faciliter l'usage par les forces iraniennes de la Syrie comme rampe de lancement pour des attaques contre Israël", a ajouté M. Conricus, précisant que les frappes s'étendaient de la frontière à la périphérie de Damas.

    Une source militaire syrienne a déclaré dans un communiqué: «Vers 3 h 11 ce jour-là, l'ennemi sioniste a lancé une agression aérienne en direction du Golan syrien occupé sur la région sud, et nos défenses aériennes l'ont affronté et ont détruit un certain nombre de missiles.

    L'agence d'État syrienne SANA a confirmé que des forces de défense aérienne avaient été déployées pour repousser l'attaque israélienne. Il est allégué que plusieurs missiles ont été abattus par la défense aérienne syrienne.

    Au moins dix combattants, parmi lesquels cinq Iraniens de la force al-Qods et quatre miliciens chiites libanais, ont été tués, selon des sources à Téhéran. La Force al-Qods est une unité d'élite des gardiens de la révolution iraniens chargée des opérations extérieures.

    Les frappes israéliennes ont visé deux positions de la défense antiaérienne de l'armée syrienne, près de l'aéroport de Damas et au sud-ouest de la capitale, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les bombardements ont aussi visé des positions et des entrepôts d'armes et de munitions des forces iraniennes et pro-iraniennes près de la capitale, notamment dans les environs de Sayyidah Zeinab et Kiswah.

    A noter que la Russie refuse de fournir une couverture aérienne aux forces iraniennes.

    Images des objectifs visés :

    1697672.jpg

    Vidéo de la frappe israélienne