Sari Yahya (porte-parole militaire houthi)

  • Yémen : Les Houthis sont à la "périphérie" de la ville de Marib et la coalition intensifie ses frappes pour stopper leur avancée

    Imprimer

    Les rebelles chiites houthis ont annoncé mardi 12 octobre 2021 qu'ils avaient réalisé des progrès significatifs sur le front de bataille dans le gouvernorat stratégique de Marib, au nord-est de la capitale yéménite, Sanaa. Ils se trouvent à la "périphérie" de la ville, malgré l'intensification des frappes aériennes de la coalition dirigée par les Saoudiens qui tente d'arrêter leur avance.

    Selon le porte-parole des houthis, Yahya Sari, "les forces houthies ont réussi à libérer une superficie totale de 600 kilomètres carrés lors de l'opération "L'aube de la victoire" qui a été lancée pour "libérer Marib". 

    Sari a déclaré lors d'une conférence de presse que les houthis ont atteint la périphérie de la ville de Marib de plusieurs côtés lors de l'opération Dawn of Victory".

    "Les opérations de défense aérienne ont contribué à semer la confusion chez l'ennemi et à frustrer bon nombre de ses opérations aériennes", a-t-il ajouté, notant qu'"elle a pu abattre 11 avions espions des forces ennemies, y compris de fabrication américaine."

    Il a souligné que "les forces de défense aérienne ont enregistré d'autres succès, notamment la mise en œuvre de plus de 518 opérations de riposte pour les forcer (les avions) à partir".

    Il a poursuivi : « Les opérations de la Drone Air Force se sont réparties entre 170 opérations externes et 75 opérations internes », expliquant que « la Drone Air Force a mené 245 opérations visant l'ennemi dans sa géographie et dans les zones occupées ».

    Un porte-parole des Houthis a déclaré : « La force de missiles a mené 49 opérations sur nos terres occupées et 19 opérations sur les terres ennemies.

    Et il a poursuivi: "Les directives imposent de ne pas tirer sur tout mercenaire et traître après qu'il ait pris l'initiative de quitter les combats et de fuir, en quittant sa position."
    15.jpeg


    Deux bateaux chargés d'explosifs détruits dans le sud de la mer Rouge

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a détruit deux bateaux chargés d'explosifs utilisés lors d'une tentative d'attaque par les rebelles chiites houthis soutenus par l'Iran dans le sud de la mer Rouge. L'information a été donnée, mercredi 13 octobre par la télévision publique saoudienne.

  • Yémen..les Houthis contrôlent toute la province d'Al-Bayda

    Imprimer

    Jeudi 23 septembre 2021, Ansar ullah, le bras armé des rebelles chiites houthis a achevé son contrôle du gouvernorat d'Al-Bayda, dans le cadre d'une opération militaire lancée par le groupe,  baptisée « L'aube de la liberté ».

    Les houthis, selon leur porte-parole, Yahya Sari, ont pris le contrôle  d'une zone de 2,7 mille kilomètres carrés en 48 heures, et ont pu s'emparer des districts d'Al-Soma et de Maswarah et de certaines parties du district de Mukayras.
    12-4.jpeg

    Sari a affirmé que l'opération était dirigée contre les éléments d'« Al-Qaïda » et de « l'Etat islamique », alléguant leur complicité avec la coalition arabe qui mène ses opérations au Yémen en soutien au gouvernement yéménite internationalement reconnu, et a déclaré : « Avec cette opération, la province d'Al-Bayda est complètement libérée."

    Le porte-parole a déclaré que les pertes des forces fidèles au gouvernement internationalement reconnu et à la coalition au cours de l'opération s'élevaient à 70 morts, 120 blessés et 40 prisonniers. Les Houthis ont également endommagé 10 véhicules blindés et divers véhicules, saisissant de gros équipements militaires et contrôlant sept camps.

    Le porte-parole a indiqué qu'au cours de l'opération, les forces de la coalition avaient lancé plus de 30 frappes aériennes, ajoutant que les Houthis, pour leur part, ont lancé 10 missiles et drones sur les positions ennemies".

    La coalition arabe n'a pas encore commenté cette annonce des houthis.

     

  • Yémen : Les rebelles chiites Houthis revendiquent la capture d'un agent du Mossad

    Imprimer

    Le mouvement chiite soutenu par l'Iran qui contrôle une grande partie du Yémen a revendiqué la capture d'un agent du Mossad, le service de renseignement israélien. 

    Le porte-parole des Houthis, le général de brigade Yahya Sari, a déclaré qu'un film documentaire contenant des preuves de l'ingérence sioniste dans les affaires yéménites, y compris des plans de frappe contre les milices chiites, sera présenté dans un proche avenir.

    Rappelons que les Houthis ont proféré à plusieurs reprises des menaces contre Israël, et ils ont menacé à la fois d'utiliser des missiles balistiques et des drones pour frapper le territoire israélien et attaquer des navires israéliens en mer Rouge.

  • Arabie saoudite : Attaque de drone contre la base aérienne du roi Khaled

    Imprimer

    Ansar Ullah, le bras armé des rebelles yéménites houthis, a annoncé, samedi 17 avril 2021, avoir lancé une attaque au moyen d'un drone contre la base aérienne du roi Khaled en Arabie Saoudite.

    Yahya Sari,  porte-parole des houthis, a écrit sur son compte Twitter qu'un drone «Qasef 2K» avait bombardé une «cible militaire sensible» sur la base du roi Khaled située à Khamis Mushait, ajoutant que «le coup avait été précis».

    Le drone Qasef-2K est une copie du drone Iranien Ababil-2. Le drone a une portée allant jusqu'à 150 km et est armé d'une ogive à fragmentation hautement explosive équipée d'une fusée de proximité. Une fois atteint sa destination, le drone explose 20 mètres au-dessus de la cible.

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite est restée inhabituellement silencieuse après cette attaque de drone des Houthis contre le royaume. Cela pourrait signifier que l'attaque a été réussie. 

    Cela s'inscrit dans le contexte de l'intensification d'«Ansar Allah» ces dernières semaines contre l'Arabie saoudite, en conjonction avec l'offensive militaire lancée par les Houthis pour s'emparer de la province yéménite de Ma'rib.

  • Yémen : Les rebelles yéménites houthis annoncent des attaques à grande échelle dans les profondeurs saoudiennes

    Imprimer

    yahya-saree-768x605.jpegLundi 12 avril 2021, les rebelles chiites yéménites houthis ont annoncé le ciblage de plusieurs sites en Arabie Saoudite, dont une raffinerie d'Aramco, avec 17 drones et deux missiles. L'opération a été baptisée "Trente de Chaaban" (Chaaban est le huitième mois du calendrier musulman).

    Ils ont déclaré dans un communiqué publié par le porte-parole du groupe "Houthi", Yahya Sari (photo ci-contre), que 10 drones "Samad 3" avaient visé les raffineries d'Aramco dans les régions de Djeddah et Jubail.

    Il a souligné que des sites militaires sensibles dans les régions de Khamis Mushait et Jizane avaient été également pris pour cible par 5 drones «Qasef 2K» et deux missiles balistiques de type «Badr 1». 

    Il a souligné que les attaques se sont poursuivies du dimanche soir à l'aube de lundi, ajoutant: "Ils ont atteint leurs objectifs avec succès".

    Il a ajouté: "Les forces armées confirment que leurs opérations se poursuivront et s'intensifiront tant que l'agression et le blocus de notre pays se poursuivra".

    L'Arabie saoudite annonce avoir repoussé l'attaque massive des houthis
    L'Arabie saoudite a déclaré avoir intercepté, dimanche 11 avril, un missile balistique et trois drones piégés à Jizane (sud de l'Arabie saoudite).

    La coalition a déclaré que les tentatives délibérées et systématiques des rebelles yéménites houthis avaient été contrecarrées et repoussées, soulignant qu’elle prenait «les mesures opérationnelles nécessaires pour protéger les civils conformément au droit international humanitaire».

  • Arabie saoudite : Nouveaux tirs de drones et de missiles contre des installations d'hydrocarbure saoudiens par les rebelles yéménites houthis

    Imprimer

    Les rebelles chiites yéménites houthis ont lancé dimanche 28 mars 2021 des drones et des missiles au cœur de l'industrie pétrolière saoudienne, y compris une installation de Saudi Aramco à Ras Tanura, vitale pour les exportations de pétrole.

    Le ministère saoudien de l'énergie a déclaré qu'il n'y avait pas eu de victimes ou de dégâts provoqués par ces attaques. Le ministère de la Défense a déclaré avoir intercepté un drone armé venant de la mer avant d'atteindre un site de stockage de pétrole à Ras Tanura, site d'une raffinerie et la plus grande installation de chargement de pétrole en mer au monde.

    Des éclats d'un missile balistique sont tombés près d'un complexe résidentiel à Dhahran utilisé par Saudi Aramco.

    Les attaques ont poussé les prix du Brent au-dessus de 70 dollars le baril à leur plus haut niveau depuis janvier 2020, tandis que les contrats à terme sur le brut américain ont touché leur plus haut depuis octobre 2018. 

    Les sites sont situés sur la côte du Golfe en face de l'Iran et près de l'Irak et de Bahreïn, qui abrite la cinquième flotte de la marine américaine. Le Yémen se trouve à des milliers de km au sud-ouest du golfe d'Aden.

    Annonçant les attaques, les Houthis, qui combattent une coalition dirigée par l'Arabie depuis six ans, ont également déclaré avoir attaqué des cibles militaires dans les villes saoudiennes de Dammam, Asir et Jizane.

    «De tels actes de sabotage ne visent pas seulement le Royaume d'Arabie saoudite, mais aussi la sécurité et la stabilité des approvisionnements énergétiques dans le monde, et par conséquent, l'économie mondiale», a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué aux médias d'État.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a précisé que 12 drones armés  visant des «cibles civiles» avaient été interceptés. Elle n'a pas précisé les cibles visés. Elle a ajouté  avoir également détruit des missiles tirés par les Houthis vers Jizane.

    La province de l'Est saoudien abrite la plupart des installations de production et d'exportation d'Aramco. En 2019, l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole, a été visée par une importante attaque de missiles et de drones contre des installations pétrolières à quelques kilomètres des installations touchées dimanche 28 mars 2021.  Riyad avait imputé l'attaque à l'Iran, une accusation démentie par Téhéran.

    Cette dernière attaque,  revendiquée par les Houthis, n'était pas lancée du Yémen, elon Riyad. Elle  a forcé l'Arabie saoudite à fermer temporairement plus de la moitié de sa production de brut, provoquant une énorme flambée des prix.

    ESCALADE
    Le porte-parole militaire houthi Yahya Sari a déclaré dimanche 28 mars que le groupe avait tiré 14 drones et huit missiles balistiques dans le cadre d'une «vaste opération visant le cœur de l'Arabie saoudite».

    Les Houthis ont récemment intensifié leurs attaques trans-frontalières contre l'Arabie saoudite à un moment où les États-Unis et les Nations Unies font pression pour un cessez-le-feu pour relancer les négociations politiques bloquées visant à mettre fin à la guerre.

  • Yémen : Les rebelles houthis affirment avoir abattu un drone Reaper et lancé un drone armé vers l'Arabie saoudite

    Imprimer

    Mardi 23 mars, Ansarullah, le bras armé des rebelles chiites yéménites Houthis ont annoncé avoir abattu un drone de combat  Reaper MQ-9, de fabrication américaine, au-dessus de la province yéménite de Marib.

    L'annonce a été faite par le général de brigade Yahya Sari des houthis.

    Une vidéo a été mise en ligne montrant la destruction du drone Reaper : Elle montre la destruction du drone  au-dessus de la province de Ma'rib (Yémen). Selon les affirmations des Houthis, le drone menait des «opérations de combat». Dans la vidéo, on peut voir le drone recevoir un coup direct d'un missile anti-aérien juste après avoir tiré une munition Brick.



    Les Houthis exploitent des systèmes de défense aérienne soviétiques améliorés ainsi que des missiles air-air qui ont été modifiés pour être lancés depuis le sol.

    Le MQ-9 «Reaper», qui a été présenté pour la première fois par General Atomics en 2007, a une autonomie de 14 heures. Le drone de combat peut transporter plus de 1000 kg d'armes à guidage de précision. Le drone était probablement utilisé par l'armée américaine ou la Central Intelligence Agency (CIA), connue pour être engagée dans une guerre de drones au Yémen.

    Le général de brigade Sari a également annoncé que les forces yéménites avaient lancé un drone kamikaze Qasef-K2 sur une cible militaire dans la zone de l'aéroport international d'Abha en Arabie saoudite. La frappe a été lancée en réponse à l'agression saoudienne continue contre le Yémen, a-t-il déclaré.