Sari Yahya (porte-parole militaire houthi)

  • Emirats Arabes Unis : Les rebelles chiites yéménites (Houthi) menacent de bombarder l'Expo 2020

    Imprimer

    Menaçant directement les Émirats Arabes Unis (EAU) et leur économie, le porte-parole de la milice Houthi, le général de brigade Yahya Saree, a annoncé vouloir viser l'Expo 2020 qui se tiendra dans l'émirat de Dubaï. 

    Saree a déclaré sur Twitter : "Expo... avec nous, vous risquez de perdre... Nous vous conseillons de changer de destination", indiquant que le groupe pourrait menacer l'exposition internationale, dont les activités se poursuivront à Dubaï jusqu'au 31 mars 2022.

    La menace a été prononcée peu de temps après un autre tweet dans lequel les Houthi revendiquaient avoir ciblé des sites vitaux dans les profondeurs saoudiennes et émiraties avec un grand nombre de missiles balistiques et de drones.

    Expo 2020 est la plus grande exposition au Moyen-Orient
    L'Expo de Dubaï est le plus grand événement organisé dans le monde arabe, et cette exposition a lieu tous les 5 ans. Des centaines de pays exposent leurs dernières nouveautés en matière d'architecture et de technologie dans leurs pavillons.

    Ouverte à Dubaï en octobre 2021, l'exposition a jusqu'à présent attiré près de 11 millions de visiteurs. Plus de 190 pays présentent leurs cultures et leurs innovations, dans des pavillons à l'architecture époustouflante, sur un site de 438 hectares. L'événement espère attirer 25 millions de visiteurs au cours des six mois pour stimuler le tourisme et les investissements dans l'émirat.

     

     

     

     

  • Abou Dhabi : Les rebelles chiites yéménites attaquent Abou Dhabi et raid de représailles de la coalition sunnite contre la capitale yéménite

    Imprimer

    Les Houthis attaquent les Émirats arabes unis, trois morts
    Au moins trois personnes ont été tuées et six blessées lors d'une frappe houthie sur des cibles stratégiques près d'Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis. Trois réservoirs de pétrole ont été détruits et d'un incendie s'est déclaré dans la nouvelle zone de construction près de l'aéroport d'Abou Dhabi.
    FJduo3SWUA0LitX.jpeg

    Les Houthis confirment avoir attaqué une installation de stockage de pétrole et l'aéroport d'Abu Dhabi
    Les rebelles yéménite houthis ont confirmé lundi avoir ciblé les aéroports d'Abou Dhabi et de Dubaï et la raffinerie de Musaffah aux Émirats arabes unis, avec des missiles balistiques et un grand nombre de drones, dans une opération qu'ils ont baptisée "Yemen's Storm" (tempête du Yémen).

    La déclaration a appelé les entreprises étrangères, les citoyens et les résidents des Émirats arabes unis à rester à l'écart des "sites et installations vitaux", s'engageant à "élargir la banque d'objectifs pour inclure des sites et des installations plus importants dans la période à venir".

    Il est rapporté que trois réservoirs appartenant à la société ADNOC ont brûlé dans une installation de stockage de pétrole dans la zone industrielle de Mussafah. Un incendie à l'aéroport a entraîné la suspension des vols.

    Les autorités des Émirats arabes unis n'ont pas encore admis avoir été attaquées par les Houthis. Cependant, des responsables de la police ont déclaré que des fragments d'avions ont été retrouvés dans les deux endroits, qui pourraient également appartenir à des drones.

    Ces dernières semaines, l'intensité des frappes contre l'Arabie saoudite par les Houthis soutenus par l'Iran a considérablement augmenté. Le royaume a dû se tourner vers des alliés régionaux avec une demande de fourniture de nouveaux missiles intercepteurs pour la défense aérienne.

    Des dommages importants ont été causés à une installation de stockage de pétrole située dans la zone industrielle de Musaffah. Trois chars ont explosé ici et des gens sont morts - des citoyens indiens et pakistanais. Un incendie s'est déclaré dans un entrepôt de l'aéroport international d'Abu Dhabi, l'aéroport a été fermé.

    Le service de presse de la coalition sunnite a déclaré avoir réussi à intercepter huit drones tirés sur des objets situés en Arabie saoudite.

    Représailles de la coalition sunnite à Sanaa, la capitale yéménite
    FJYHQ6tXIAU9wnI.jpeg

    Des frappes aériennes de la coalition sous commandement saoudien intervenant militairement au Yémen ont fait 14 morts dans la capitale Sanaa, contrôlée par les rebelles chiites houthis, selon les premières estimations, alors que les fouilles des décombres se poursuivaient, ont déclaré mardi à Reuters des habitants.

    Cette offensive de la coalition saoudienne est survenue en représailles à une attaque imputée aux houthis lundi contre l'aéroport d'Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, alliés de l'Arabie saoudite.

    D'après une source médicale et des habitants, l'une des frappes a ciblé le domicile d'un ancien représentant de l'armée, qui a été tué, de même que son épouse, son fils, d'autres membres de sa famille et d'autres personnes non identifiées. 

    Lundi 17 janvier 2022, la coalition arabe a annoncé, dans un bref communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne (SPA), qu'"en réponse à la menace et à la nécessité militaire, nous avons lancé des frappes aériennes à Sanaa".

    Elle a ajouté : "Nous avons ciblé des chefs terroristes au nord de la capitale, Sanaa, et la situation opérationnelle nécessite des frappes continues en réponse à la menace".

    La télévision officielle des houthis, mouvement chiite soutenu par l'Iran, a rapporté dans un premier temps que 12 personnes, dont des femmes et des enfants, avaient été tués par l'offensive aérienne de la coalition saoudienne. Par ailleurs, 11 personnes ont été blessées et cinq maisons détruites, a indiqué Al Massirah.

    Les rebelles houthis ont révélé le type de missiles utilisés pour attaquer Abou Dhabi
    La milice chiite yéménite Houthi a révélé les types de missiles qu'elle a utilisés lors des raids qu'elle a lancés hier sur des cibles aux Émirats arabes unis et a menacé de nouvelles attaques contre l'État du Golfe.

    Missiles de nom iranie
    Drone Samad 3.jpg

    Le porte-parole militaire du groupe Ansar Ullah au Yémen, Yahya Saree, a déclaré que l'aéroport d'Abu Dhabi avait été visé par quatre missiles ailés "Quds 2" tandis que l'aéroport de Dubaï avait, lui, été visé par un missile balistique "Zulfiqar". Les missiles sont de conception iranienne mais de fabrication yéménite. 

    Le porte-parole a déclaré mardi dans un communiqué : "Les missiles qui ont été utilisés lors de l'opération "Tempête du Yémen" étaient quatre missiles ailés Quds 2, qui ont visé la raffinerie de pétrole de Mussafah et l'aéroport d'Abou Dhabi". Il a ajouté que le missile balistique Zulfiqar avait visé l'aéroport de Dubaï.

    Le communiqué ajoute : "Quant aux drones, ils ont visé un certain nombre de cibles sensibles et importantes. Il s'agissait de drones Sammad 3".

    Menace de nouvelles attaques
    Le commandant des forces armées du groupe houthi "Ansar Ullah" a menacé les Émirats arabes unis de nouvelles attaques, et le maréchal Mahdi Al-Mashat a déclaré : "Si l'agression et la poursuite de l'occupation de ce pays (Yémen) se poursuivent, cela posera des risques pour l'économie et les investissements dans les Émirats arabes unis à l'avenir." 

    Les EAU condamnent les attaques des Houthis
    Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a déclaré, dans un communiqué, que "les Émirats arabes unis condamnaient le ciblage par la "milice terroriste Houthi" de zones et d'installations civiles sur le territoire des Émirats arabes unis", soulignant qu'il "poursuit ses crimes sans contrôle et cherche à semer le terrorisme et le chaos dans la région », selon l'agence de presse Emirates - WAM.

    Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a appelé la communauté internationale à condamner ces actes terroristes visant des civils, considérant que "ces attaques sont un crime odieux commis par la milice Houthi en dehors des lois internationales et humanitaires". 


    FJTMuMIX0AIMJ7o.jpeg

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis affirment avoir tué 500 membres des forces pro-gouvernementales dans la bataille de Chabwah

    Imprimer

    Les forces soutenues par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) ont eu plus de 1 500 victimes lors de leur récente opération à grande échelle dans la province yéménite de Shabwah, ont révélé les Houthis (Ansar Allah) le 12 janvier 2022.

    L'opération, baptisée "Tempête du Sud", a commencé le 1er janvier 2022. En dix jours, les "brigades des Géants" soutenues par les Émirats arabes unis et l'armée loyaliste ont expulsé les Houthis des centres des districts d'Usaylan, Bayhan et Aïn.

    Les forces pro-gouvernementales auraient payé un lourd tribut pour obtenir ce succès. Selon une déclaration du général Yahya Sari, porte-parole des Houthis, 515 membres des "Brigades des Géants" et leurs alliés ont été tués, 850 ont été blessés et 200 autres sont toujours portés disparus.

    Deux officiers supérieurs des "Brigades des Géants" ont été tués au cours de l'opération. On a cité le colonel Samih Jarada, commandant de la 2e "brigade des géants", et le colonel Magdy Radfani, commandant de la 3e "brigade des géants".

    Les combattants houthis ont également détruit ou endommagé 102 véhicules militaires à chenilles et à roues, y compris des obusiers lourds.

    De plus, deux drones de combat CAIG Wing Loong II de l'UAE Air Force de fabrication chinoise ont été abattus par les Houthis. Le premier a été abattu le 5 janvier au-dessus d'Usaylan, tandis que le second a été abattu le 11 janvier au-dessus d'Aïn.

    "Les mercenaires et les militants de l'Etat islamique des Emirats Arabes Unis ont reçu des dizaines de frappes de missiles qui ont visé leurs rassemblements et ont fait un grand nombre de morts et de blessés dans leurs rangs", a annoncé le général Sari dans sa brève déclaration.

    L'opération "Tempête du Sud" est toujours en cours. Les "Brigades des Géants" et leurs alliés sont entrés dans le district de Harib dans la province centrale de Marib le 11 janvier 2022.

    Les forces soutenues par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis seront probablement confrontées à plus de résistance lorsqu'elles s'approcheront de Maarib, où les unités de combat d'élite des Houthis sont à l'offensive depuis près d'un an maintenant. Toutes les tentatives précédentes pour chasser les combattants houthis de la province ont échoué.

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis ont progressé dans la province d'al-Jawf

    Imprimer

    Dimanche 26 décembre 2021, Ansar Ullah (le bras armé des rebelles chiites houthis) a annoncé avoir capturé quelque 1 200 kilomètres carrés de la province d'al-Jawf, au nord du Yémen, aux forces loyalistes soutenues par les Saoudiens lors d'une récente offensive.

    Sari.jpegDans un communiqué, le général Yahya Sari (photo ci-contre), porte-parole du groupe houthi, a déclaré que la zone stratégique d'al-Yatemah et ses environs avaient été capturés au cours de l'opération qui portait le nom de code "Aube du Désert".

    « Ainsi, la province d'al-Jawf a été complètement libérée, à l'exception de certaines zones désertiques », indique le communiqué.

    Selon le général Sari, les combattants houthis ont infligé de lourdes pertes aux forces gouvernementales soutenues par les Saoudiens et capturé de nombreuses armes au cours de l'opération. Le porte-parole a déclaré que plus d'informations sur l'opération seront publiées dans quelques jours.

    La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a intensifié ses frappes aériennes sur al-Jawf, ainsi que sur la province centrale de Marib, la province occidentale de Hodeidah et la capitale, Sanaa, au cours des derniers mois dans le but de stopper la progression des rebelles Houthis. . Cependant, les frappes aériennes n'ont pas réussi à stopper l'offensive des Houthis.

    La victoire des Houthis à al-Jawf devrait leur permettre de lancer des attaques plus importantes et plus audacieuses le long de la frontière avec l'Arabie saoudite dans un avenir proche. 
    FHidOU4XsAYpPQt.jpeg
    FHyKn_2WQAQ6Dy4.jpeg

    mOFHcj25.jpeg

  • Arabie saoudite/Yémen : Cinq morts en Arabie saoudite et au Yémen dans des frappes de rebelles et de la coalition

    Imprimer

    Deux personnes ont été tuées, vendredi soir 24 décembre 2021 en Arabie saoudite, dans une attaque imputée aux rebelles chiites yéménites Houthis, tandis que trois autres ont péri lors d'une frappe aérienne de la coalition sunnite dirigée par Ryad au Yémen, selon les autorités saoudiennes et des sources médicales yéménites.

    La défense civile du royaume a annoncé que deux personnes, dont un Saoudien et un Yéménite, avaient été tuées lors d'une attaque sur Jizane, une région saoudienne à la frontière du Yémen.

    "Un projectile est tombé près d'un magasin commercial à Samtah, près de Jizane (photo ci-dessus), faisant deux morts, un Saoudien et un résident yéménite, et blessé sept civils, dont six Saoudiens et un résident bangladais", a dit un communiqué officiel saoudien. Et selon des médecins yéménites, trois personnes ont péri et six autres ont été blessées lors de frappes aériennes de la coalition au nord-ouest de la capitale Sanaa, tenue par les rebelles chiites. "Trois civils, dont un enfant et une femme, ont été tués et six autres blessés, dans la ville d'Ajama", ont rapporté des médecins à l'AFP.

    C'est la première fois depuis des mois que des attaques des Houthis contre le royaume font des morts, les rebelles yéménites lançant régulièrement des missiles et des drones en Arabie saoudite voisine ciblant ses aéroports et des infrastructures pétrolières.

    Les Houthis promettent à l'Arabie saoudite une réponse "douloureuse"
    Les rebelles Houthis du Yémen ont promis samedi 25 décembre 2021 à l'Arabie saoudite, à la tête de la coalition militaire soutenant le gouvernement yéménite, des "opérations douloureuses", peu après une attaque contre le royaume saoudien qui a fait deux morts. "Nous promettons au régime saoudien des opérations douloureuses tant qu'il poursuivra son agression et ses crimes", a déclaré le porte-parole des Houthis Yahya Sari, selon un communiqué publié sur la chaîne Telegram des rebelles yéménites soutenus par l'Iran.

    377 000 morts depuis le début du conflit
    Riyad intervient au Yémen depuis 2015 pour appuyer les forces gouvernementales en guerre depuis sept ans contre les rebelles. Ces derniers, proches de l'Iran, lancent régulièrement des attaques depuis le Yémen vers le territoire saoudien. La coalition militaire anti-Houthis a indiqué qu'elle tiendrait une conférence de presse samedi sur le derniers développements dans ce conflit.

    Selon l'ONU, la guerre au Yémen aura causé la mort de 377.000 personnes d'ici à la fin 2021, dont plus de la moitié due aux conséquences indirectes du conflit, notamment le manque d'eau potable, la faim et les maladies.

  • Arabie saoudite : Les rebelles yéménites Houhtis tirent 5 missiles balistiques contre le royaume, provoquant des pertes

    Imprimer

    Tard, mercredi 15 décembre 2021, les rebelles yéménites Houthis ont annoncé avoir lancé cinq missiles balistiques sur plusieurs cibles dans la région sud de l'Arabie saoudite.

    Dans un communiqué, le général Yahya Sari, porte-parole du groupe rebelle yéménite, a déclaré que les cibles comprenaient la base aérienne Roi Khaled dans la province d'Asir et plusieurs positions « vitales » dans la province de Jizane. Des dommages ont été causés à trois bâtiments industriels, ainsi qu'à des véhicules à proximité. Aucune victime n'a été signalée.

    "Cette attaque vient en réponse à l'escalade aérienne et aux crimes commis contre notre cher peuple", a déclaré le porte-parole. « Les forces armées affirment être prêtes à lancer des opérations de plus en plus larges tant que l'agression et le siège de notre pays se poursuivront. »

    De son côté, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé avoir intercepté deux missiles balistiques et un drone suicide lancés par les Houthis depuis l'aéroport international de la capitale yéménite, Sanaa.

    La coalition a toutefois reconnu qu'un « projectile » avait touché la ville de Jizane, détruisant trois véhicules et endommageant trois ateliers.

    En réponse à l'attaque au missile des Houthis, les avions de guerre de la coalition dirigée par les Saoudiens ont effectué une série de frappes aériennes sur Sanaa. Selon la coalition, les frappes aériennes ont détruit deux ateliers où les Houthis fabriquaient et assemblaient des missiles balistiques ainsi qu'un chantier de construction utilisé par les experts en drones.

    L'attaque au missile des Houthis confirme que les récentes frappes aériennes intenses de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sur Sanaa n'ont pas été efficaces. Les capacités offensives du groupe n'ont pas été aussi durement touchées que le prétend la coalition.

  • Yémen : La coalition dit avoir infligé d'importantes pertes aux rebelles

    Imprimer

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen a affirmé mardi avoir tué 110 rebelles houthis ces dernières 24 heures dans de nouveaux raids aériens principalement dans la province de Ma'rib, dernier bastion loyaliste dans le nord du pays ravagé par la guerre. La coalition, qui appuie militairement le pouvoir au Yémen depuis 2015, indique presque quotidiennement depuis un mois infliger d'importantes pertes aux rebelles houthis. Mais ces derniers affirment tout de même avancer vers la capitale provinciale éponyme. Les bilans de la coalition ne peuvent être vérifiés de source indépendante et les houthis ne communiquent que très rarement sur leurs pertes.

    La prise de la ville de Ma'rib, principal objectif de l'offensive des rebelles lancée en février mais qui s'est intensifiée ces deux derniers mois, serait un désastre pour le gouvernement yéménite et son allié saoudien.

    "Vingt-deux véhicules militaires et un dépôt d'armes ont été détruits, et 110" insurgés tués dans des raids aériens visant des secteurs dans la province de Ma'rib, et d'autres dans la province voisine de Jawf, a indiqué la coalition dans un communiqué diffusé par l'agence de presse officielle saoudienne SPA.

    L'aviation de la coalition, qui aide les forces gouvernementales au sol à Ma'rib, cherche à empêcher les houthis de s'approcher de la ville de Ma'rib.

    Les Houthis ont abattu un drone américain à Marib
    Le groupe Ansar Allah, le bras armé des rebelles chiites Houthis, a abattu mardi 9 novembre 2021 un drone américain dans le gouvernorat de Ma'rib.

    Yahya Sari, porte-parole des houthis, a déclaré dans un communiqué que les défenses aériennes houthies « ont réussi à abattre un avion espion armé de fabrication américaine, alors qu'il menait des actes hostiles dans l'espace aérien de la région de Jawbah. , au sud de Marib."

    Le porte-parole a expliqué que l'avion était un "Scan Eagle", notant que les vidéos de l'épave de l'avion seront diffusées ultérieurement.

    Selon le porte-parole, il s'agit du cinquième avion du même type que son groupe a abattu cette année.

    Activité diplomatique
    Les nouvelles violences surviennent au lendemain de visites séparées au Yémen de l'envoyé spécial de l'ONU Hans Grundberg et de l'émissaire américain Tim Lenderking. En visite à Taëz (sud-ouest), ville sous contrôle gouvernemental mais assiégée depuis 2015 par les houthis, l'émissaire de l'ONU a affirmé que la lutte pour la paix était "ardue", appelant les parties en conflit au "dialogue". Tim Lenderking, qui effectuait sa première visite au Yémen avec un déplacement à Aden (sud), siège provisoire du gouvernement, a plaidé pour un arrêt des combats.