Sanctions économiques américaines

  • Iran : Un accord sur la levée de sanctions américaines

    Imprimer

    Téhéran et Washington seraient d'accord sur la levée des sanctions contre le pétrole et les secteurs bancaires iraniens.

    Le négociateur nucléaire en chef de l'Iran a déclaré que Téhéran s'attendait à ce que les sanctions américaines sur le pétrole, les banques et la plupart des individus et des institutions soient levées sur la base des progrès réalisés jusqu'à présent lors des pourparlers de Vienne, ont rapporté les médias iraniens. De leur côté, les États-Unis minimisent  la perspective d'une percée imminente.

    Les parties aux négociations sur l'accord nucléaire à Vienne ont convenu d'exclure de nombreux noms et organisations iraniens des listes de sanctions, mais tous n'ont pas été exclus et les discussions sur cette question sont toujours en cours, a déclaré le vice- ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi .

    "Il y a eu un accord pour retirer les noms de nombreuses personnes, individus et organisations des listes de sanctions, mais il y en a d'autres qui sont toujours sur ces listes pour diverses raisons. Nos négociations sur cette partie du travail sont toujours en cours", a déclaré Araghchi. dans une interview qu'il a postée sur sa chaîne Telegram .

  • Qatar Petroleum signe un autre contrat de 1,9 milliard

    Imprimer

    Le  Qatar Petroleum , la compagnie pétrolière d'État du Qatar, a annoncé, lundi 1er mars, avoir signé un contrat avec la société coréenne Samsung C & T Corporation pour l'expansion des installations de stockage et le chargement de gaz naturel liquéfié (GNL) situé à l'intérieur de la ville industrielle de Ras Laffan. L'accord fait partie du projet North Field East (NFE), relatif au plus grand champ de gaz naturel non associé au monde.

    Selon ce qui a été précisé par la société qatarie, le contrat signé, d'une valeur de 1,9 milliard de dollars, comprend des opérations «d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction» (EPC). Il a été signé par le ministre d'État à l'Énergie, ainsi que par le président-directeur général de Qatar Petroleum, Saad Sherida al-Kaabi, et Oh Se-chul, président-directeur général de Samsung C&T, lors d'une cérémonie qui s'est tenue le 1er mars au siège de la société qatari, en présence de hauts fonctionnaires de Qatar Petroleum et de Qatargas. Comme spécifié par Qatar Petroleum lui-même, le contrat, attribué sur une base forfaitaire, est le deuxième type EPC onshore pour le projet NFE. Le premier a été atteint le 8 février avec CTJV, la joint-venture entre TechnipFMC et Chiyoda, et envisage la construction de quatre lignes avec les infrastructures associées qui leur sont associées.

    La signature du deuxième contrat en un mois pour l'extension des installations de stockage et de chargement de GNL représente une nouvelle étape importante pour Doha, qui vise à augmenter sa capacité de production de gaz naturel. En outre, les deux contrats représentent l'aboutissement d'un travail de conception entrepris depuis début 2018. Une fois achevé, North Field East devrait permettre au Qatar de passer de 77 millions à 110 tonnes par an de GNL. La deuxième phase d'expansion, relative au projet North Field South (NFS), permettra ensuite d'augmenter encore la capacité de production de 110 à 126 tonnes d'ici 2027.

    Comme l'a souligné al-Kaabi, les contrats permettront à Doha de renforcer de plus en plus sa position de producteur de GNL le plus grand et le plus fiable au niveau international. C'est le ministre lui-même qui a précisé que les contrats signés prévoient l'extension des infrastructures existantes nécessaires pour garantir la sécurité des opérations de chargement et la livraison en temps voulu du GNL aux «clients internationaux du monde entier».

    Le soi-disant North Field a des réserves qui s'élèvent à plus de 900 billions de pieds cubes standard, soit environ 10% des réserves mondiales. Le champ, partagé par l'Iran et le Qatar, est situé au large de la côte nord-est de la péninsule du Qatar et couvre une superficie de plus de 6 000 kilomètres carrés, soit environ la moitié de la superficie du pays du Golfe. Le développement d'une telle ressource est considéré comme une étape importante dans la croissance économique de Doha. Ce dernier, pendant plus de vingt ans, a été le seul à investir dans North Field, les sanctions américaines empêchant l'Iran d'exploiter son côté du champ gazier, surnommé South Pars par Téhéran.

    Les grandes entreprises énergétiques ont attendu une dizaine d'années une nouvelle opportunité d'investissement au Qatar, qui a jusqu'à présent gelé de nouveaux projets de développement pour garantir que North Field puisse maintenir les niveaux de production prévus. Exxon, Shell, Total et ConocoPhillips participent aux terminaux méthaniers du Qatar depuis que le pays s'est lancé dans l'aventure pour devenir un acteur majeur du secteur il y a vingt ans. Cependant, selon des sources qui ont participé aux négociations le 8 février, les perspectives des prix du gaz naturel ont conduit les grandes entreprises à abaisser leurs attentes en matière de taux de rendement pendant la phase d'expansion au Qatar. Pour contribuer à la baisse des attentes, il y a aussi le lancement de projets au niveau international, du Canada au Mozambique en passant par le Nigéria,

    Dans ce contexte, les contrats signés par Qatar Petroleum avec des acheteurs pakistanais et bangladais remontent à février. Avec le premier, sur le long terme, la société qatari s'est engagée à fournir au Pakistan 3 millions de tonnes de GNL par an, ce qui porte la quantité totale expédiée de Doha à 6,75 millions de tonnes par an, jusqu'en 2031. Le second accord, sur le d'autre part, a été signé par l'intermédiaire du néerlandais Vitol et prévoit la fourniture de 1,25 million de tonnes de GNL par an au Bangladesh.

  • Iran : Conséquences des tensions avec l'UE, l'Iran arrête des citoyens européens, révèle Le Figaro

    Imprimer

    Une personne ayant la double nationalité française et iranienne et un ressortissant allemand ont été arrêtés en Iran il y a plus de deux semaines, a rapporté vendredi le quotidien français Le Figaro.

    Sans citer ses sources, le journal a déclaré que les deux personnes avaient été arrêtées et détenues avant le 4 février comme levier en prévision de la condamnation du diplomate iranien Assadolah Assadi en Belgique ce même jour.

    Le diplomate iranien a été condamné à 20 ans de prison pour avoir projeté de commettre un attentat lors d'un rassemblement de l'opposition iranienne en France en 2018.

    Le Figaro a déclaré que le Franco-iranien avait été arrêté dans le désert aux commandes d'un drone.

    Le ministère français des Affaires étrangères n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire. Ni les responsables allemands ni iraniens n'étaient immédiatement joignables.

    Les arrestations, si elles sont confirmées, interviennent à un moment sensible. Les États-Unis ont indiqué jeudi qu'ils étaient prêts à discuter avec l'Iran de la manière dont les deux pays pourraient revenir à l'accord de 2015 visant à empêcher Téhéran d'acquérir des armes nucléaires.

    Dans une déclaration commune, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont également appelé l'Iran à libérer tous leurs ressortissants détenus arbitrairement.

    Le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI)  a arrêté des dizaines de binationaux ces dernières années, principalement pour espionnage.

    Des militants des droits de l'homme ont accusé l'Iran d'avoir arrêté des binationaux pour tenter de gagner des concessions d'autres pays. Téhéran nie détenir des personnes pour des raisons politiques et a accusé de nombreux étrangers détenus dans ses prisons d'espionnage.

  • L'Iran dit avancer dans sa recherche sur la production d'uranium métal

    Imprimer

    L'Iran a indiqué mercredi 13 janvier 2021 à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avancer dans sa production d'uranium métal pour servir de carburant à un réacteur, ce qui marquerait une nouvelle violation de ses engagements de l'accord international de 2015.
     
    "L'Iran a informé l'Agence dans une lettre le 13 janvier que +la modification et l'installation de l'équipement adéquat pour les activités mentionnées de Recherche et Développement a déjà commencé+", a indiqué l'AIEA dans un communiqué, se référant au projet de l'Iran de mener des recherches sur la production d'uranium métal dans une usine d'Ispahan (centre). Selon Téhéran, cette recherche a pour objectif de fournir du combustible avancé pour un réacteur de recherche à Téhéran.
    "L'uranium naturel sera utilisé pour produire de l'uranium métal dans un premier temps", a indiqué dans un tweet l'ambassadeur iranien auprès de l'AIEA Kazem Gharib Abadi.
     
    Le sujet est sensible car l'uranium métal peut être utilisé comme composant pour des armes nucléaires, et l'accord de 2015 comporte une interdiction de 15 ans sur "la production ou l'acquisition de métaux de plutonium ou d'uranium ou leurs alliages". Il prévoit que l'Iran puisse être autorisé à commencer sa recherche sur la production de combustible à base d'uranium "en petites quantités agréées" au bout de dix ans, mais seulement avec l'autorisation des autres signataires de l'accord.
     
    En 2015, la République islamique et le Groupe des Six (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) ont conclu à Vienne un Plan d'action global commun (PAGC) censé régler la question nucléaire iranienne après douze années de tensions. Mais le président américain Donald Trump en a retiré son pays en 2018 avant de rétablir et d'intensifier des sanctions économiques punitives. En riposte, Téhéran s'est affranchi progressivement depuis 2019 de la plupart de ses engagements pris à Vienne. La tension a encore augmenté d'un cran après l'assassinat fin novembre d'un physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh. Suite à cet assassinat, une loi a été votée en décembre, qui enjoint le gouvernement à reprendre immédiatement ses activités de production d'uranium enrichi à 20%, que l'Iran avait accepté de suspendre lors de la conclusion de l'accord de Vienne. La loi demandait également à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) de "faire fonctionner une usine de production d'uranium métal" dans les cinq mois.
     
    Téhéran affirme que ses mesures de désengagement sont réversibles immédiatement en cas de levée des sanctions américaines. Le président américain élu Joe Biden, dont l'investiture est le 20 janvier, a dit sa volonté de faire revenir les Etats-Unis à l'accord de Vienne.

  • L'Iran a signalé son intention d'enrichir de l'uranium à 20%, selon l'AIEA

    Imprimer

    L'Iran a fait part à l'Agence internationale de l'énergie atomique de sa volonté de produire de l'uranium enrichi à 20%, bien au-delà du seuil fixé par l'accord de Vienne de 2015, a-t-on appris vendredi 1er janvier 2021auprès de l'agence onusienne.
     
    "L'Iran a informé l'Agence de son intention d'enrichir de l'uranium à un taux pouvant aller jusqu'à 20% dans l'usine souterraine de Fordo, afin de se conformer à une loi récemment adoptée par le Parlement iranien", a indiqué un porte-parole à l'AFP. La lettre, datée du 31 décembre, "n'a pas précisé quand cette activité d'enrichissement serait mise en œuvre".
     
    L'ambassadeur russe auprès de l'AIEA, Mikhaïl Oulianov, avait rapporté l'information un peu plus tôt sur Twitter, mentionnant un rapport remis par le directeur général Rafael Grossi au Conseil des gouverneurs.
     
    "C'est un coup de pression supplémentaire", a commenté pour l'AFP un diplomate basé à Vienne, sous couvert de l'anonymat, alors que l'Iran s'affranchit toujours plus de ses engagements.
     
    D'après le dernier rapport disponible de l'agence onusienne, publié en novembre, Téhéran enrichissait de l'uranium à un degré de pureté supérieur à la limite prévue par l'accord de Vienne (3,67%) mais ne dépassait pas le seuil de 4,5%, et se pliait toujours au régime très strict d'inspections de l'Agence. Mais le dossier connaît des soubresauts depuis l'assassinat fin novembre d'un physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh. Dans la foulée de cette attaque attribuée à Israël, l'aile la plus dure à Téhéran a promis une riposte, et le Parlement a adopté une loi controversée préconisant de produire et stocker au "moins 120 kilogrammes par an d'uranium enrichi à 20%" et de "mettre fin" aux inspections de l'AIEA, destinées à vérifier que le pays ne cherche pas à se doter de la bombe atomique. Le gouvernement iranien s'était montré opposé à cette initiative dénoncée par les autres signataires de l'accord, qui avaient appelé en décembre Téhéran à ne pas "compromettre l'avenir". "Les +démocraties+ ne peuvent pas demander à l'Iran de violer la législation parlementaire", avait toutefois prévenu le ministre des Affaires étrangères, Javad Zarif.
     
    Les différentes parties prenantes (Chine, France, Allemagne, Russie, Royaume-Uni) jouent la montre, fondant des espoirs sur l'arrivée prochaine de Joe Biden à la tête des Etats-Unis. Le démocrate s'est montré déterminé à sauver ce pacte (appelé JCPoA), mis à mal depuis le retrait américain en mai 2018, à l'initiative de Donald Trump, et le rétablissement des sanctions économiques par les Etats-Unis.
     
    Le renvoi des inspecteurs de l'AIEA et la reprise d'activités d'enrichissement à hauteur de 20%, niveau que pratiquait l'Iran avant la conclusion de l'accord de Vienne, risqueraient de renvoyer le dossier du nucléaire iranien devant le Conseil de sécurité de l'ONU et de torpiller définitivement ce texte.

  • Iran : Levée de l'embargo sur les armes - une "défaite historique" de Washington

    Imprimer

    Les Etats-Unis subiront à la fin de la semaine une "défaite historique" avec la levée attendue d'un embargo onusien sur les armes visant l'Iran, a affirmé lundi Téhéran. Institué par la résolution 2231 du Conseil de sécurité ayant validé en juillet 2015 l'accord international sur le nucléaire iranien. Cet embargo interdisant notamment la vente d'armes et d'équipements militaires lourds à l'Iran est censé expirer le 18 octobre. En août, les Etats-Unis ont échoué dans une tentative visant à pousser le Conseil de sécurité à prolonger cet embargo et à rétablir les sanctions internationales contre l'Iran levées par la résolution 2231.

    Moscou a confirmé en septembre sa volonté de développer sa coopération en matière militaire avec l'Iran une fois l'embargo levé et la Chine ne cache pas non plus son intention de vendre des armes à l'Iran après le 18 octobre.

    Cette date verra "la concrétisation d'une défaite historique des Etats-Unis en dépit de leurs (...) ruses", a déclaré le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Saïd Khatibzadeh, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

    "L'Iran a montré une fois de plus que les Etats-Unis ne sont pas aussi puissants qu'ils le disent", a-t-il ajouté.

    En mai 2018, le président américain Donald Trump avait sorti unilatéralement les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne.

    M. Trump argue - contre les autres Etats parties à cet accord avec l'Iran (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) - que ce texte n'offre pas des garanties suffisantes pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique.

    L'Iran a toujours démenti vouloir une telle arme. L'accord de Vienne lui offre une levée des sanctions internationales qui asphyxiaient son économie en échange de garanties vérifiées par l'ONU destinées à attester la nature exclusivement civile de ses activités nucléaires.

    Depuis que M. Trump a dénoncé ce pacte, Washington a rétabli toutes les sanctions contre l'Iran que les Etats-Unis avaient accepté de lever à Vienne et les a même amplifiées au nom d'une politique de "pression maximale" privant la République islamique des bénéfices qu'elle escomptait de l'accord.

    En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements-clés qu'il avait pris à Vienne, notamment concernant la limitation de ses activités d'enrichissement de l'uranium.

  • Iran/USA : Washington annonce l'entrée en vigueur des sanctions des Nations Unies contre l'Iran

    Imprimer

    Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a annoncé samedi que les sanctions des Nations unies contre l'Iran sont à nouveau entrées en vigueur, mettant en garde contre les «conséquences» si les États membres de l'instance internationale ne s'engagent pas à les mettre en œuvre.

    "Aujourd'hui, les États-Unis se félicitent du retour de presque toutes les sanctions des Nations Unies qui avaient été précédemment supprimées à l'encontre de la République islamique d'Iran", a déclaré Pompeo dans un communiqué.

    Il a expliqué que les sanctions 1696, 1737, 1747, 1803, 1835, et 1929 sont entrées en vigueur à partir de 20h00 samedi, heure de Washington (dimanche 00 GMT).

    Pompeo a ajouté: "Si les États membres des Nations Unies ne s'acquittent pas de leurs devoirs de mise en œuvre de ces sanctions, les États-Unis sont prêts à utiliser ses pouvoirs internes pour imposer des conséquences à ceux qui sont à l'origine de ces échecs et faire en sorte que l'Iran ne profite pas de cette activité interdite par les Nations Unies."

    Il a promis que les mesures à prendre contre les "contrevenants" seraient annoncées dans quelques jours.

    Réaction de l'Iran
    L'Iran ne cédera pas aux intimidations américaines, déclare Rohani
    Le président iranien Hassan Rohani a assuré dimanche que son pays ne céderait pas aux "intimidations" des Etats-Unis et que la communauté internationale s'opposerait aux rétablissement des sanctions multilatérales décrété samedi par Washington.

    Hassan Rohani a félicité dimanche les membres du Conseil de sécurité de l'Onu pour leur "fermeté" face aux pressions exercées par les Etats-Unis.

    "L'Amérique est condamnée à la défaite avec son initiative sur les sanctions. Elle fait face à la réaction négative de la communauté internationale", a déclaré le président iranien.

    "Nous ne céderons jamais à la pression des Etats-Unis et nous apporterons une réponse cinglante aux intimidations de l'Amérique", a-t-il affirmé dans un discours télévisé.

    Réactions de l'Allemagne, la France et la Grande Bretagne
    La France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne, les trois pays européens signataires de l'accord de 2015 sur le programme nucléaire iranien, ont estimé dimanche dans un communiqué conjoint que les Etats-Unis agissaient "en dehors du droit" en voulant imposer le rétablissement des sanctions levées en 2015.

    "Les États-Unis d'Amérique ont cessé d'être un participant au JCPoA (Plan d'action global commun, NDLR) à la suite de leur retrait de l'accord le 8 mai 2018", notent les trois pays.

    "En conséquence, la notification prétendument fondée sur le paragraphe 11 de la résolution du Conseil de sécurité 2231, reçue de la part des Etats-Unis et transmise aux Etats membres du Conseil de sécurité, est sans effet en droit."

    Russie et Chine
    La Russie et la Chine, autres signataires de l'accord de 2015, avaient déjà exprimé leur opposition au rétablissement des sanctions cette semaine aux Nations unies, poussant Washington à agir unilatéralement.