Salma ash-Shahab

  • Arabie saoudite : Un tribunal condamne une militante des droits de l'homme à 34 ans de prison pour avoir posté sur Twitter

    Imprimer

    Salma ash-Shahab-2.jpegLa Cour d'appel pénale d'Arabie saoudite a augmenté la peine de prison de la militante saoudienne des droits de l'homme Salma al-Shahab (photo) de six à 34 ans pour des tweets critiquant les autorités. Les militants saoudiens des droits de l'homme demandent l'annulation de la peine.

    La responsable du département de surveillance et de communication de l'organisation saoudienne de défense des droits de l'homme ALQST, Lina al-Khatloul, a envoyé une notification aux médias internationaux.

    Une étudiante diplômée de l'Université de Leeds au Royaume-Uni, Salma ash-Shahab, a été arrêtée le 15 janvier 2021, accusée d'avoir fourni un soutien aux contrevenants à l'ordre public qui ont tenté de porter atteinte à la sécurité de l'État, ainsi que d'avoir publié de fausses rumeurs sur Twitter. Fin 2021, elle avait été condamnée à une peine de six ans de prison, qui a été portée par une cour d'appel à 34 ans en vertu des lois antiterroristes et sur la cybercriminalité.

    Selon la militante des droits de l'homme Lina al-Khatloul, cette "peine sauvage" ridiculise les propos des autorités saoudiennes sur les réformes du système judiciaire visant à améliorer le statut des femmes et prouve qu'"elles sont toujours obsédées par le fait de punir sévèrement quiconque exprime librement ses opinions."

    ALQST a appelé les autorités du royaume à libérer Salma al-Shahab, à abandonner toutes les charges et toutes les restrictions légales à son encontre, à cesser de persécuter les défenseurs des droits de l'homme et à respecter le droit à la liberté d'opinion et d'expression.