Saleh Mahamat (chef rebelle)

  • République centrafricaine : Au moins huit soldats tués dans une attaque armée

    Imprimer

    La ville minière de Nzacko, dans la préfecture du Mbomou située dans le sud-est de la République centrafricaine, a été à nouveau secouée par des détonations d’armes lourdes et légères dans la nuit du samedi 21 au dimanche 22 mai 2022, lorsque des rebelles ont mené une attaque contre une position de l’armée centrafricaine, faisant au moins 8 morts.

    D’après le journal local Corbeau News, « l’attaque a été menée par des éléments rebelles de l’Alliance de forces pour la paix et le développement (AFPD), dirigée localement par l’ancien général du FPRC Mahamat Saleh ».

    « Au moins huit soldats centrafricains ont été tués par des éléments rebelles et plusieurs autres blessés alors que certains ont été pris en otage », a indiqué Adja Kaltouma Gandja, maire de la ville de Nzacko.

    Le bilan provisoire rapporté par Corbeau News, est plutôt revu à la hausse à Nzacko où l'exploitation artisanale de diamants est active dans la commune.

    Le journal centrafricain a indiqué qu’il y a eu « onze morts du côté de l’armée nationale, et deux du côté des rebelles. Tandis qu’un soldat Faca (Forces armées centrafricaines) a été fait prisonnier et six rebelles seraient blessés au cours de l’attaque ».

    Le même journal a souligné que « les assaillants, au cours de leur assaut, n’ont laissé aucune marge de réaction aux éléments de l’armée nationale qui se sont battus en retraite tout en se repliant de la ville. Présentement, les soldats Faca sont en débandade vers Bakouma ».

    Dans un article publié le 2 février dernier, la Radio Ndeke Luka en RCA avait indiqué que « la situation sécuritaire est toujours préoccupante à Nzacko » car « la population de Nzacko dans le Mbomou vit toujours dans la peur » à cause « de la présence d’éléments de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) ».

    Dans le même article, la Radio Ndeke Luka avait relevé que « pendant que ces rebelles de la CPC multiplient des exactions et imposent des taxes aux paisibles populations, c’est le silence total. Jusqu’alors, le gouvernement n’a pas encore officiellement réagi aux appels de la population, qui sollicite le redéploiement des Forces armées centrafricaines et leurs alliés ».

    Dans une déclaration faite en juillet 2021, l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) a souligné que « durant la majeure partie de l’année 2021, le village de Nzacko est resté inaccessible aux organisations humanitaires, à cause des combats et de l’insécurité générale dans cette zone. Certains habitants sont restés cachés dans la forêt, par peur des attaques, sans accès aux soins de santé ».

    Les équipes MSF sont parvenues à retourner à Nzacko en juillet 2021, pour venir en aide à ces populations coupées du reste du pays.