Saif al-Islam (groupe)

  • Gaza/Israël : L'armée de l'air israélienne attaque des cibles du Hamas à Gaza en réponse à l'envoi de ballons incendiaires sur Israël

    Imprimer

    Dans la nuit du 23 août au 24 août, l'armée de l'air israélienne a attaqué des cibles du Hamas dans la bande de Gaza. L'attaque a été menée en réponse à l'envoi de ballons incendiaires sur le territoire israélien.

    Le service de presse de Tsahal rapporte que l'armée de l'air israélienne a attaqué une installation de production d'armes à Khan Younes, un tunnel du Hamas à Jabaliya et un lance-roquettes souterrain situé à Shajaya, à côté d'une école.

    Des militants du Hamas ont tenté de tirer à la mitrailleuse sur des avions israéliens. En réponse, un tunnel du Hamas à Khan Younes, au sud du secteur, a été attaqué.

    L'agence Safa , basée à Gaza, rapporte que les avions de combat israéliens ont tiré plusieurs missiles sur une "cible de la résistance" à l'ouest de Khan Younes, et ont également attaqué des cibles dans la zone d'Al Fuhari, à l'est de Khan Younes, au sud du secteur de Gaza. En outre, des roquettes ont été tirées sur une cible à l'est de la zone de Zeitoun (photo ci-dessus), à l'est de la ville de Gaza, et sur des cibles proches d'un cimetière à l'est de Jabaliya dans la partie nord du secteur. Au même moment, l'artillerie israélienne a tiré des obus éclairants à l'est de Rafah, au sud du secteur. Safa confirme que les combattants du Hamas ont tiré sur des avions israéliens avec des « canons anti-aériens ».

    Le 23 août, au moins trois groupes d'activistes de Gaza ont annoncé leur intention de lancer des « boules de feu » en direction du territoire israélien. Les lancements de ballons munis d'engins incendiaires et d'explosifs ont provoqué, lundi 23 août, au moins cinq incendies dans les zones frontalières, en particulier sur le territoire de la mairie d'Eshkol. Le blogueur israélien "Abu Ali", qui suit les actions des organisations militantes palestiniennes, a écrit que l'envoi de ballons incendiaires était le fait des groupes "Bani al-Zuari" (associés au Hamas), "Saif al-Jihadiya" (associés à l'organisation radicale "Sword of Islam" ), "Al-Saad" (associé au "Front populaire de libération de la Palestine").

    Ces groupes responsables des lancements de ballons incendiaires se sont engagés à intensifier leurs opérations dans les prochaines heures du mardi 24 août.

  • Gaza/Israël : Tir de roquettes depuis Gaza - Israël riposte

    Imprimer

    L'armée israélienne a bombardé vendredi matin la bande de Gaza en réponse au tir d'au moins six roquettes à partir de Gaza sur le territoire israélien. Les missiles ont explosé dans une zone ouverte sans causer de dommages importants. Aucune victime n'a été signalée. Les tirs de roquettes étaient eux-mêmes une réponse, affirment les Palestiniens, à des bombardements israéliens.

    Le Hamas avait précédemment déclaré qu'il avait l'intention de changer la «formule» de réaction aux actions israéliennes et de répondre par des frappes de missiles aux attaques de Tsahal. Le Hamas appelle également à la poursuite de la "terreur incendiaire" (le lancement de ballons avec des engins explosifs et incendiaires) une forme de "protestation civile".

    De son côté, La faction militante de Gaza Saif Al-Islam a publié une menace en hébreu et en arabe : "Le temps presse" ! "Vous mourrez de peur à cause des missiles de la résistance"

    Egc2g5mWsAA3pTB.jpeg

    Ainsi, la tension n'est pas retombée, en dépit des efforts du Qatar pour calmer le jeu après trois semaines d'échanges de tirs quasi quotidiens, ont indiqué des sources concordantes.

    Tôt vendredi matin, des avions de combat et des tanks israéliens ont frappé des positions du Hamas en représailles, selon l'armée, à des lancers de ballons incendiaires qui se multiplient depuis le début du mois à partir de l'enclave palestinienne vers Israël. Puis, les sirènes ont retenti dans des villes du sud d'Israël et l'armée israélienne a fait état de tirs de roquettes depuis Gaza vers son territoire.

    Le mouvement islamiste Hamas, qui contrôle la bande de Gaza depuis 2007, a revendiqué ces frappes, affirmant dans un communiqué qu'il s'agissait d'une "réponse directe à "l'escalade de l'occupation israélienne". Et dans la foulée, l'aviation a bombardé à nouveau Gaza, visant selon elle "d'autres cibles militaires du Hamas", incluant des sites de "fabrication d'armes".

    Selon Safa, une agence basée à Gaza, un avion sans pilote de Tsahal a tiré un missile sur une "cible de la résistance" à l'est de la région de Touffah dans l'est de Gaza, suivi par des avions de guerre tirant deux autres missiles sur cette cible. Puis un incendie s'est déclaré. Puis l'artillerie ou les chars israéliens ont tiré sur un poste de contrôle à l'est de Rafah, au sud du secteur. Des dégâts matériels importants ont été causés, aucune victime n'a été signalée.

    En réponse aux ballons incendiaires, qui ont déclenché plus de 400 incendies en Israël selon une compilation des bilans des services des pompiers, l'Etat hébreu a aussi resserré son blocus de Gaza en fermant le point de passage de marchandises de Kerem Shalom et en stoppant les livraisons de carburant à ce territoire palestinien, ce qui a obligé la seule centrale électrique de la bande de Gaza à fermer.

    Ces nouveaux échanges de tirs interviennent après le passage cette semaine à Gaza de l'émissaire du Qatar pour ce territoire palestinien Mohammed El-Emadi, qui y avait rencontré la direction locale du Hamas, et avait aussi rencontré des responsables israéliens à Tel-Aviv, selon des sources proches du dossier.

    Le Hamas et Israël, qui se sont livré trois guerres (2008, 2012, 2014), étaient parvenus l'an dernier à un accord de trêve, conclu par le biais de l'ONU, de l'Egypte et du Qatar, ce qui n'a pas empêché des échanges de tirs, voire des escalades militaires. L'accord prévoit l'octroi d'une aide financière mensuelle à Gaza par le Qatar, mais aussi une série de mesures économiques - comme l'extension d'une zone industrielle locale et l'octroi de permis de travail israéliens à des Gazaouis - afin de réduire la pauvreté et de stabiliser ce territoire.