S-300

  • Nagorny-Karabakh : Deux systèmes anti-aériens S-300, de fabrication russe, détruits par l'armée azérie - Mauvaise nouvelle pour la Russie

    Imprimer

    Alors qu'un cessez-le-feu humanitaire entre théoriquement en vigueur entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises dans la région du Haut-Karabakh, des sources azerbaïdjanaises continuent de diffuser des vidéos de tirs d'artillerie et de frappes aériennes sur des cibles arméniennes.

    Les vidéos incluent la destruction de radars 35D6 (ST-68U) et de lance-missiles S-300 de l'armée arménienne. Les S-300 ont été détruits à l'aide de "munitions rôdeuses" israéliennes IAI Harop. La première frappe s'est produite près du village de Khojaly, dans le district de Khojaly, tandis qu'une autre s'est produite près du village de Qubadlı, dans le district de Kashatagh de la République autoproclamée du Haut-Karabakh (République d'Artsakh).

    Radars 35D6 (ST-68U)
    Le 35D6 est un système extrêmement coûteux de radar de surveillance aérienne tridimensionnel embarqué sur véhicule (nom utilisé par l'OTAN : Tin Shield). La gamme des fonctions principales du radar comprend la détection de cibles volant à basse altitude protégées par des écrans de brouillage actifs/passifs, ainsi que le contrôle du trafic aérien.

    Il peut être utilisé comme une installation séparée ainsi que comme une partie du système de défense aérienne S-300. Selon des sources azerbaïdjanaises deux systèmes lance-missiles anti-aériens S-300 de l'armée arménienne ont été détruits dans la même région.

    L'armée azerbaïdjanaise a diffusé une vidéo de la destruction du lanceur de missiles S-300. Le lieu de la frappe n'est pas précisé, mais il se peut qu'elle ait eu lieu près de Qubadli :

    Il est surprenant que les forces arméniennes aient déployé des systèmes de défense aérienne à longue portée si près de la ligne de front. En outre, on ne dispose d'aucun rapport sur le déploiement de tels systèmes. D'autre part, il est probable que la partie arménienne ait décidé d'utiliser les radars 35D6 dans la zone de front afin de détecter et de contrer les drones opérés par l'Azerbaïdjan (et la Turquie).

    Dans tous les cas, ces frappes démontrent les faibles capacités de la défense aérienne des forces arméniennes dans la région du Karabakh et à proximité. Elles démontrent également la vulnérabilité des systèmes S-300 russes, ce qui ne doit pas faire plaisir à Moscou.

  • Azerbaïdjan : Bilan des pertes ennemies annoncé par chacun des adversaires

    Imprimer

    Le ministère azerbaïdjanais de la Défense déclare que le 29 septembre, lors des combats dans le village de Shushakend, dans la région de Khojaly, un système de missiles antiaériens S-300 des forces armées arméniennes a été mis hors service. Le ministère arménien de la Défense a démenti l'information.

    Bakou déclare également qu'au cours des trois premiers jours du conflit, l'armée azerbaïdjanaise a neutralisé 2 300 militaires arméniens.

    En outre, "environ 130 chars et autres véhicules blindés, plus de 200 pièces d'artillerie et lance-roquettes multiples, des mortiers, environ 25 systèmes de défense aérienne, 6 postes de commandement et de contrôle et de commandement et d'observation, 5 dépôts de munitions, environ 50 armes antichar, 55 unités d'équipement automobile », rapporte Trend en référence au ministère azerbaïdjanais de la Défense.

    Le mercredi 30 septembre, les bombardements se poursuivent dans la zone de la ligne de contact des deux côtés. Ceci est déclaré par le ministère de la Défense d'Arménie. Il est également rapporté que deux drones ont été abattus au-dessus de Stepanakert la nuit dernière.

    Le ministère azerbaïdjanais de la défense a indiqué que ses frappes d'artillerie ont pilonné les positions du 1er bataillon du 5e régiment de fusiliers motorisés près de Gasangaya dans la région de Terter et du 1er bataillon du 6e régiment de fusiliers motorisés des forces armées arméniennes dans la région de Talysh. L'Azerbaïdjan affirme que l'armée arménienne a subi de lourdes pertes, et qu'elle a eu des difficultés à trouver le matériel nécessaire pour organiser l'évacuation des morts et des blessés. De son côté, l'artillerie du Haut Karabakh (Arméniens) bombarde la localité de Terter.

    Côté arménien, on annonce la mort de 790 soldats azéris et 137 armements détruits
    Le 29 septembre au soir, le ministère arménien de la défense a annoncé que depuis le matin du 27 septembre, environ 790 militaires azerbaïdjanais ont été tués et 1 900 personnes ont été blessées au cours des affrontements. L'armée arménienne a également affirmé que ses forces avaient détruit 137 unités de matériel militaire, dont des chars de combat, 72 drones, 7 hélicoptères et un avion militaire.

    Vidéo - côté arménien :


    Bombardement de la ville arménienne de Stepanakert


    Vidéo : Côté Azerbaïdjan :
    Destruction de chars arméniens

    Destruction d'une pièce d'artillerie arménienne :
    Frappes de l'artillerie azérie : 

  • Frontlive-Chono du 24 avril 2018

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le 24 avril 2018

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais)

    • Irak : début de la reconstruction de la célèbre mosquée de Mossoul – Lire
    • Syrie: Israël ripostera en cas d’utilisation de batteries de fabrication russe – Lire
    • Syrie: 18 combattants prorégime tués dans l’opération anti-EI à Damas – Lire

    Lire la suite

  • Exemple de la newsletter envoyée chaque jour aux abonnés - 8 octobre 2016

    Imprimer

    Cher lecteur

    Ceci est un exemple de la newsletter que vous pourriez recevoir pratiquement chaque jour en vous abonnant. Elle a été envoyée aux abonnés le 7 octobre 2016.
    Si vous êtes intéressés, professionnellement ou à titre privé, par les évènements qui agitent le Moyen Orient, l'Afrique du nord, le Sahel et par les problèmes liés au jihadisme, cette newsletter est un outil indispensable pour vous tenir informés.
    Pour plus de renseignements, écrire à ptolemee@belliard74.com
    Vous recevrez par retour les conditions d'abonnement.

    JR Belliard

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Abou Walid al sahraoui, al-Mourabitoune, Alep, ALGÉRIE, Ankawa, AQMI, AQPA, Armée Syrienne Libre, ASSYRIENS, Base aérienne Hmeimeim/Bassel al-Assad, Baydah (gouvernorat), Bekaa, Boumerdès, brigade Faylaq al-Rahman, Cavusoglu Mevlüt, Comité national antiterroriste (NAK), Corps des Gardiens de la Révolution Islamique, Cukurca (province de Hakkari), Deir ez-Zhor, Delattre François (Ambassadeur à l'ONU), Dorrian John (Colonel), Douaouda (Tipaza), Droukdel Abdelmalek, Erbil, ÉTAT ISLAMIQUE, ÉTAT ISLAMIQUE DANS LE GRAND SAHARA (EIGS),, ÉTATS-UNIS, Forces de défense Est du Kurdistan (YRK), FRANCE, Front al-Nosra, GRANDE BRETAGNE, Haïdar Abadi, Hakkari, HEZBOLLAH, INGOUCHIE, IRAK, IRAN, ISRAËL, Istanbul, Jeich Fateh al-Cham, John Kerry, JORDANIE, Kermanshah, Kirby John, Kirkouk, Konashenkov Igor (major-général ), KURDISTAN, Lavrov Sergueï, LIBAN, Mossoul, Nazran, Parti pour la vie libre au Kurdistan (PJAK), Pentagone, PKK, Qoudsaya, RUSSIE, S-300, SYRIE, Tartous, TURQUIE, YEMEN 0 commentaire
  • La Russie déploie des systèmes de défense antiaérienne à Tartous - 5 octobre 2016

    Imprimer

    Blog sur le Moyen Orient et l’Afrique du nord du 5 octobre  2016
    Extrait de la newsletter publiée par Jean René Belliard le 4 octobre sur les évènements du Moyen Orient, d’Afrique du Nord et du Sahel. La totalité de la newsletter est accessible contre abonnement.
    Pour s’abonner, écrire à : mailto: ptolemee@belliard74.com

    Lire la suite

  • 7 décembre 2014 - Nouvelles des guerres du Moyen Orient

    Imprimer

    Arabie saoudite

    L'Arabie arrête 135 suspects pour des affaires de "terrorisme"
    L’Arabie saoudite, le berceau du wahhabisme, une version rigoriste de l'islam,  a connu entre 2003 et 2006 une vague d'attentats attribuée à al-Qaïda. Pour faire face à la menace terroriste, le royaume s'est doté en 2011 de tribunaux spéciaux qui ont jugé des dizaines de Saoudiens et d'étrangers.
    Et en février 2014 un décret royal a été publié qui prévoit jusqu'à 20 ans de prison pour participation à des combats à l'étranger et appartenance à des "groupes terroristes".

    135 arrestations
    Les autorités saoudiennes ont annoncé, dimanche 7 décembre, que 135 personnes, dont 26 étrangers, avaient été arrêtées. Elles sont toutes suspectées d'être mêlées à des affaires de "terrorisme".
    "Toutes les personnes arrêtées sont des Saoudiens à l'exception de 26 étrangers, dont 16 Syriens et 3 Yéménites", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, cité par l'agence officielle Spa.
    Quarante de ces suspects se sont rendus dans "des zones de conflit, ont rallié des groupes extrémistes et suivi une formation au maniement des armes (...) avant de rentrer dans le royaume pour déstabiliser le pays", a indiqué le porte-parole.
    Selon lui, 54 autres étaient impliqués notamment dans "le financement, le recrutement, la propagande et la fabrication d'explosifs (...) au profit de groupes extrémistes".
    Il a encore indiqué que 17 suspects étaient liés à des troubles et à des attaques armées contre les forces de sécurité à Al-Awamiyeh, une localité de l'est saoudien, une région où se concentre la minorité chiite et qui a été le théâtre ces dernières années de manifestations anti-régime.
    En outre, 21 personnes sont détenues pour trafic d'armes et trois autres ont été arrêtées à Qatif, ville chiite dans l'est du royaume, où ils ont cherché à recruter des candidats à "des actions terroristes", a expliqué le porte-parole.
    Parmi les étrangers arrêtés, figurent aussi un Egyptien, un Libanais, un Afghan, un Ethiopien, un Bahreïni, un Irakien et un apatride, selon le porte-parole.
    Ces dernières arrestations sont à relier à l’attaque meurtrière perpétrée contre des chiites dans l'est du royaume. L’attaque avait fait sept morts, le 3 novembre 2014, à Al-Dalwa, lors du deuil de l'Achoura, la plus importante célébration du calendrier chiite. Le ministère de l’intérieur l’avait attribuée à d'anciens prisonniers liés à l'Etat Islamique.

    Front irakien

    Bagdad
    Nouvel attentat à Bagdad.  Le quartier d’al-Taremiya a été visé par une violente explosion qui a fait huit morts et une douzaine de blessés.
    Selon les derniers rapports de l’ONU, plus de 1200 personnes auraient perdu la vie en Irak au mois de novembre 2014.

    Front libanais

    Bekaa
    Des explosions et des tirs d'obus dans le jurd de Koussaya et Deir el-Ghazal, dans la Békaa
    Des explosions et des tirs d'obus étaient entendus dimanche 7 décembre dans le jurd des villages frontaliers de Koussaya et de Deir el-Ghazal, à l'est de Zahlé, dans la Békaa. Selon plusieurs médias, il s'agit de combats entre des éléments armés syriens et le FPLP-CG (Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général) qui est lié depuis longue date au gouvernement syrien.
    Le FPLP-CG a une importante base à Koussaya. La colline de Koussaya est truffée de galeries souterraines et de blockhaus. Il y a également aménagé une base de formation, un important stock de munitions et tout un bataillon de guérilleros (150 - 250 hommes). (Source : Analyst Network).

    Koussaiya.jpg

     Koussaya

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    Actes anti-syriens
    Les actions contre les réfugiés syriens semblent se multiplier depuis deux jours au Liban.
    Des éléments armés à bord d'une Jeep noire ont ouvert le feu dimanche 7 décembre en direction de tentes de réfugiés syriens, dans la région de Hoche Tal-Saffiyé, à Baalbeck, dans la Békaa, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Deux personnes ont été blessées.
    Dans le Akkar (Nord), des inconnus ont incendié des tentes de réfugiés syriens dans le village de Machha.

    Front syrien

    Damas
    Urgent
    L’armée de l’air israélienne a bombardé des positions dans la province de Damas, dimanche 7 décembre 2014, selon la télévision officielle syrienne. Le raid n’aurait pas fait de victimes.
    "L'ennemi israélien a attaqué la Syrie en visant des bases gouvernementales  dans la province de Damas: Les bombardiers israéliens ont pris pour cible une base militaire près de Dimas (une ville proche de la frontière libanaise) et une autre près de l'aéroport international de Damas". La défense antiaérienne syrienne a tiré deux missiles sol-air contre les bombardiers israéliens. Des habitants de Damas confirment avoir entendu de fortes explosions. L'objectif de la chasse israélienne aurait été de détruire des fusées S-300 fournies par la Russie à la Syrie.
    http://www.liveleak.com/ll_embed?f=adbc7edbea6a
    et
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=OznteXryltY

    Deir ez-Zhor
    Les forces gouvernementales syriennes ont réussi à repousser l'attaque jihadiste contre un important aéroport militaire de la province orientale de Deir el-Zhor.
    L’Armée Arabe Syrienne a réussi à stopper l'attaque lancée par l’Etat islamique contre l'aéroport militaire de Deir el-Zhor.
    Un jour après avoir lancé une offensive contre l'aéroport, les jihadistes ont été contraints de se replier aux abords de ce site militaire stratégique.
    Plus de 100 jihadistes ont péri dans la bataille, dont deux Français originaires de l'Hérault, et l’Armée Arabe Syrienne aurait perdu 59 hommes.
    Il semble que l’armée a utilisé du gaz chlorite au cours de la bataille, provoquant la mort par suffocation de plusieurs Jihadistes.
    Les jihadistes ont dû également se retirer de la base d'un bataillon de missiles dont ils s'étaient emparés, en raison des violents bombardements des forces du régime.
    L'aéroport militaire de Deir el-Zor est la seule voie de ravitaillement des forces gouvernementales dans l'est de la Syrie. Il est également très important pour l'armée car c'est de là que ses avions et hélicoptères décollent pour des raids contre les positions jihadistes et les régions contrôlées par les rebelles dans plusieurs régions de Syrie.

    Deraa (Sud)
    Un attentat kamikaze perpétré le dimanche 7 décembre contre un immeuble d’habitation de l’AAS à Cheikh Miskin. On ignore pour l’instant le nombre des victimes. C’est la deuxième attaque suicide contre des immeubles d’habitation de l’armée. Un premier attentat avait visé l’immeuble des officiers.
    Vidéo mise en ligne le 7 décembre :
    http://www.liveleak.com/ll_embed?f=40483fc356b6

    Jihadisme international

    Grande Bretagne
    Un « Britannique » portant le nom de guerre de Gawad Abou Abdullah al-Britani a effectué un attentat kamikaze, dimanche 7 mars, près de la ville de Samar (Irak).

    Gawad Abou Abdullah al-Britani.jpg

    al-Britani
     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Jean René Belliard