Rwabee (Emirati)

  • Yémen : 11 membres d'équipage retenus sur un bateau saisi par les rebelles yéménites, affirme Abou Dhabi

    Imprimer

    11 membres d'équipage sont retenus sur un bateau battant pavillon des Emirats arabes unis saisi la semaine dernière en mer Rouge par les rebelles chiites yéménites houthis, affirme Abou Dhabi dans une lettre adressée lundi 10 janvier 2022 au président du Conseil de sécurité de l'ONU.

    Sept d'entre eux sont Indiens et les autres sont des ressortissants d'Ethiopie, d'Indonésie, du Myanmar et des Philippines, précise dans la lettre obtenue par l'AFP la représentante permanente des Emirats à l'ONU. La missive dénonce un "acte de piraterie" contre le bateau Rwabee, capturé le 3 janvier.

    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite, qui intervient depuis 2015 au Yémen aux côtés du gouvernement contre les rebelles, a depuis prévenu qu'elle pourrait bombarder les ports tenus par les houthis si le navire n'est pas libéré, les accusant d'utiliser à des fins militaires les ports de Hodeida et Salif (ouest).

    "Cet acte de piraterie est contraire au droit international", souligne la lettre, signée par l'ambassadrice des Emirats à l'ONU, Lana Nusseibeh et datée du 9 janvier. "Il présente une sérieuse menace à la liberté et la sécurité de la navigation ainsi qu'au commerce international en mer Rouge et à la sécurité et la stabilité régionale", poursuit-elle. Mme Nusseibeh décrit le Rwabee comme un "navire cargo civil" loué à l'Arabie saoudite qui transportait du matériel pour un hôpital de campagne, et naviguait sur une voie internationale.

    Proches de l'Iran, grand rival des Saoudiens, les rebelles ont affirmé qu'il transportait du "matériel militaire" et diffusé des extraits vidéo montrant du prétendu matériel militaire à bord du navire. 

    Les ports de Salif et Hodeida sont essentiels pour l'acheminement de l'aide humanitaire dont dépend 80% de la population, confrontée à l'une des pires crises humanitaires au monde depuis le début de la guerre, qui a tué 377.000 personnes, victimes directes ou indirectes du conflit, depuis 2014.  Toute attaque sur les ports aggraverait encore davantage la situation humanitaire au Yémen.

    La zone est par ailleurs une voie maritime commerciale importante, notamment pour le transport de l'or noir. Environ 1,5 million de barils de pétrole par jour transitent par la mer Rouge en provenance du Koweït, d'Oman et d'Arabie saoudite, selon S&P Global Platts.