Rutte Mark (premier ministre)

  • Pays bas : Les terroristes d'Eindhoven "visaient des politiciens"

    Imprimer

    Neuf hommes arrêtés la semaine dernière à Eindhoven, soupçonnés de préparer un attentat terroriste, visaient trois personnalités politiques, dont le Premier ministre Mark Rutte, selon des sources rapportées par De Telegraaf.

    Les hommes étaient âgés de 18 à 31 ans et sont accusés d'avoir des sympathies pour l'Etat islamique. Huit d'entre eux sont nés aux Pays-Bas d'origine « méditerranéenne » ; le neuvième est né en Afghanistan.

    Selon des sources policières et judiciaires rapportées par le journal, les autorités estiment avoir de solides arguments contre ces individus, qui auraient jeté leur dévolu sur le premier ministre Rutte, Thierry Baudet, leader du Forum pour la démocratie (FVD) et le politicien Geert Wilders, qui a régulièrement exprimé des opinions anti-islamiques.

    Il s'agit de la deuxième menace pour la sécurité de Rutte en peu de temps. Mercredi dernier, un membre du conseil municipal de La Haye a été arrêté et accusé d'avoir planifié un attentat contre Rutte, qui se trouvait simplement dans le même quartier que l'homme dont la mère y habite.

    Depuis lors, la sécurité de Rutte a été renforcée.

  • Pays Bas : Le Premier ministre néerlandais s'en prend à Erdogan à travers les médias

    Imprimer

    Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a qualifié mardi d'"inacceptable" une plainte déposée par Recep Tayyip Erdogan contre un dirigeant d'extrême droite néerlandais qui avait partagé une caricature du président turc sur Twitter. M. Rutte s'est directement adressé à M. Erdogan, face caméra, devant plusieurs journalistes néerlandais.

    "J'ai un message pour le président Erdogan et il est très simple : aux Pays-Bas, nous considérons la liberté d'expression comme le plus grand bien et cela inclut des caricatures, dont des caricatures de politiciens", a-t-il déclaré dans une vidéo de la télévision publique néerlandaise NOS.

    Le député néerlandais et chef de file de l'opposition Geert Wilders a publié samedi sur Twitter une caricature du président turc, une bombe sur la tête, assortie du mot "terroriste". Selon l'agence étatique turc Anadolu, M. Erdogan a déposé plainte mardi à Ankara contre M. Wilders, l'accusant de "fascisme". "Une plainte contre un homme politique néerlandais, qui pourrait même conduire à une restriction de la liberté d'expression, est inacceptable", a affirmé le Premier ministre néerlandais, ajoutant que La Haye transmettrait également son point de vue aux autorités turques "par les voies diplomatiques normales".

    M. Rutte a été l'un des premiers dirigeants européens à apporter son soutien au président français Emmanuel Macron, cible d'attaques personnelles de la part de M. Erdogan, qui a appelé à boycotter les produits français.

    Le président turc accuse M. Macron de mener une "campagne de haine" contre les musulmans, après que celui-ci a défendu la liberté de caricaturer, à la suite de l'assassinat d'un enseignant qui avait montré des caricatures du prophète Mahomet en classe dans le cadre d'un cours sur la liberté d'expression. Toute représentation du prophète est taboue dans l'islam. La plainte contre M. Wilders "dépasse toutes les limites", a estimé M. Rutte.

    Les relations sont restées tendues entre les Pays-Bas et la Turquie depuis que La Haye a refoulé en 2017 deux ministres turcs venus s'exprimer en faveur du président Recep Tayyip Erdogan à Rotterdam, où avaient éclaté des émeutes.