Rmeilane

  • Irak : Raids turcs contre le PKK, des "pertes humaines"

    Imprimer

    L'aviation turque a indiqué avoir mené des bombardements aériens, mardi 1er février 2022, en Irak et en Syrie,  contre des positions des rebelles membres ou liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), les autorités de la région autonome du Kurdistan irakien rapportant des "pertes humaines".

    "Des avions de combat turcs ont visé plusieurs positions des combattants du PKK", mouvement indépendantiste kurde de Turquie, notamment dans les régions de Makhmour et de Sinjar (nord), indique le communiqué des services antiterroristes du Kurdistan, évoquant "des pertes humaines et matérielles".

    Situé au sud de la ville d'Erbil, le camp de Makhmour, qui abrite des réfugiés kurdes de Turquie, avait déjà été bombardé par l'armée turque sous prétexte de poursuivre des combattants du PKK.  Les avions turcs ont également bombardé la région de Jal Miran sur le mont Sinjar, dans le gouvernorat de Ninive.

    Le ministère turc de la Défense a confirmé mercredi 2 février avoir mené des frappes dans "les régions de Derik, du Sinjar et du [mont] Karacak dans le nord de l'Irak et de la Syrie, utilisées comme bases arrières par des terroristes" du PKK et des Unités de protection du peuple (YPG), milice kurde accusée par Ankara d'être une émanation "terroriste" du PKK. "Des abris, des bunkers, des grottes, des tunnels, des dépôts de munitions, des quartiers généraux et des camps d'entraînement" ont été visés, affirme Ankara dans son communiqué.

    Le PKK, groupe qualifié de "terroriste" par la Turquie et ses alliés occidentaux, dispose de bases arrières et de camps d'entraînement dans la région du Sinjar, ainsi que dans les zones montagneuses du Kurdistan d'Irak, région frontalière de la Turquie. Ankara, qui a de facto installé plusieurs dizaines de bases militaires depuis 25 ans au Kurdistan irakien, a lancé au printemps 2021 une nouvelle campagne militaire contre le PKK dans le nord de l'Irak, avec des bombardements aériens récurrents et parfois des opérations terrestres.

    "Selon les informations que nous avons reçues, l'aviation militaire turque a bombardé six positions du PKK dans les montagnes de Karjokh", surplombant un camp de déplacés kurdes dans la région de Makhmour, ont précisé les services antiterroristes du Kurdistan. Le communiqué évoque également des "frappes" contre "deux autres positions dans les Monts Sinjar et la zone adjacente en Syrie", et des frappes dans le secteur de Shila en Irak, tout près de la frontière syrienne.

    De son côté, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état mardi d'une "frappe d'un drone turc" contre une position des forces kurdes syriennes près des champs pétroliers de Rmeilane, dans le nord-est de la Syrie, sans mentionner le PKK.

    Le nord-est de la Syrie est tenue par les Forces Démocratique Syriennes (FDS), combattues à plusieurs reprises par les troupes turques,  présentes dans des zones du nord de la Syrie. 

    En décembre 2021, trois soldats turcs ont été tués dans une attaque dans le nord de l'Irak imputée par Ankara au PKK. En août 2021, quatre soldats turcs avaient été tués au cours d'opérations contre le PKK dans la région. Toujours en août, au moins trois personnes sont mortes dans un raid aérien mené par la Turquie dans le nord-ouest de l'Irak, contre une clinique où se trouvait un responsable du PKK blessé. 
    FKigDfQX0Acdi89.jpeg