Riyad

  • Arabie saoudite : Les rebelles chiites yéménites houthis revendiquent avoir attaqué la capitale saoudienne

    Imprimer

    Yahya Sari, un porte-parole des rebelles chiites houthis du Yémen a déclaré jeudi que le groupe avait attaqué à l'aide de quatre drones des cibles sensibles et importantes à Riyad, la capitale de l'Arabie saoudite. Les autorités saoudiennes n'ont pas confirmé l'attaque.

    Les observateurs de l'aviation ont noté des perturbations dans les vols civils au-dessus de Riyad et d'autres régions du Royaume. Cela indique généralement qu'une attaque est en cours.
    2021:04:01.jpegLes houthis, alignés sur l'Iran, ont rejeté une proposition de cessez-le-feu faite le mois dernier par Riyad car elle n'incluait pas la levée du blocus aérien et maritime imposé par la coalition militaire menée par l'Arabie saoudite sur les territoires qu'ils contrôlent principalement dans le nord du Yémen. Le conflit, perçu dans la région comme une guerre par procuration entre l'Arabie saoudite et l'Iran, est la cause selon les Nation unies de la pire crise humanitaire au monde.

    De son côté, la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite affirme avoir déjoué une attaque au missile balistique que le groupe "Ansar Allah", le bras armé des houothis, envisageait de mener contre les civils de la province de  Marib, expliquant qu'elle avait détruit le missile et sa rampe de lancement.

    La coalition a averti que les opérations offensives menées par les Houthis à Marib mettent en danger la vie de millions de civils.

  • Yémen : La coalition saoudienne intensifie ses frappes dans le nord du pays

    Imprimer

    La coalition menée par l'Arabie saoudite qui intervient militairement au Yémen a mené des dizaines de frappes aériennes contre ce qu'elle a décrit comme des cibles militaires des rebelles houthis dans le nord du pays, dont la capitale Sanaa et le port de Salif sur le littoral de la mer Rouge.  Les avions de combat des Émirats arabes unis se sont joints aux Saoudiens pour bombarder des cibles houthis à Sanaa.

    Un entrepôt d'assemblage de missiles et de drones à Sanaa a été atteint dans l'offensive, a indiqué la coalition saoudienne, qui combat depuis 2015 le mouvement houthi aligné sur l'Iran. D'après les Nations unies, les frappes de la coalition ont aussi ciblé le port de Salif, contrôlé par les rebelles chiites au nord de Hodeida, et un entrepôt d'une société de production alimentaire.

    Le port de Salif est l'une des zones dites neutres sur le littoral de la mer Rouge aux termes de l'accord de Stockholm signé en 2018 sous l'égide de l'ONU entre les parties prenantes du conflit. Le ministère du Commerce, contrôlé par les houthis, a décrit les attaques contre le port comme une "guerre économique contre le peuple yéménite".

    Selon la chaîne de télévision al-Massira, basée à Sanaa, d'autres frappes aériennes ont visé la ville de Ma'rib, où les combats se sont intensifiés ces derniers mois suite à une offensive des houthis pour prendre le contrôle de la région.

    Le traffic aérien arrêté au-dessus de Riyad 
    Le traffic aérien semble être suspendu au-dessus de l'aéroport de Riyad. Il semble que les autorités saoudiennes s'attendent à des tirs de missilles des rebelles chiites houthis en représailles aux bombardements de la coalition.

    ExCbXMoWYAA1iDt.jpeg

    ExCbXaBXMAUZmX0.jpeg



  • Arabie saoudite : Les rebelles chiites yéménites Houthis attaquent l'installation d'Aramco près de Riyad

    Imprimer

    Vendredi 19 mars, les rebelles chiites yéménites Houthis ont annoncé avoir mené une attaque à grande échelle contre une installation du géant pétrolier saoudien Aramco près de la capitale du Royaume, Riyad.

    Dans une déclaration, le général Yahya Sari, un porte-parole des Houthis, a déclaré que l'installation avait été la cible de six drones suicides au cours de l'opération qui a été baptisée «6ème de Sha'ban» le sixième mois des huit mois du calendrier islamique.

    Le général Sari a déclaré que l'opération avait été un succès, sans fournir plus de détails. La veille, les houthis avaient lancé une attaque de drone contre l'aéroport international d'Abha, dans le sud de l'Arabie saoudite.

    «Le commandement général des forces armées [houthis] affirme que ses opérations se poursuivront et s'intensifieront tant que l'agression et le blocus se poursuivront», a déclaré le porte-parole.

    Le ministère saoudien de l'Énergie a confirmé qu'une raffinerie de pétrole près de Riyad avait été touchée par plusieurs drones. Un incendie a éclaté à la suite de l'attaque. Cependant, il n'y a pas eu de pertes humaines.

    «Le Royaume affirme que ces actes de terrorisme et de sabotage, perpétrés à plusieurs reprises contre des installations vitales et des installations civiles, ne visent pas uniquement le Royaume, mais plus largement la sécurité et la stabilité de l’approvisionnement énergétique du monde, ainsi que l’économie mondiale». a déclaré un porte-parole du ministère dans un communiqué.

    L'opération 6 ème de Sha'ban est la plus récente d'une série d'attaques de grande envergure lancées cette année par les Houthis contre des cibles stratégiques en Arabie saoudite.

    Le 28 février, les Houthis avaient mené l'opération "Dissuasion Balance 5" qui visait plusieurs positions militaires à Riyad ainsi que dans les villes du sud du Royaume, Abha et Khamis Mushait.

    Le 7 mars, le groupe yéménite avait mené l'opération "Dissuasion Balance 6" qui visait le port pétrolier de Ras Tanura sur la côte est de l'Arabie saoudite ainsi que des positions dans les provinces méridionales d'Asir et de Jizane.

    Les récentes opérations des Houthis visent à décourager l'Arabie saoudite, qui semble déterminée à poursuivre son intervention militaire au Yémen, en soutien du gouvernement internationalement reconnu de Hadi.

     

  • Arabie saoudite : La défense anti-aérienne détruit des missiles balistiques et des drones yéménites sur Riyad

    Imprimer

    Plusieurs explosions ont secoué Riyad samedi 27 février 2021, la télévision d'Etat saoudienne rapportant la mise en échec d'une attaque aux missiles balistiques lancée par les rebelles yéménites. Les rebelles houthis, soutenus par l'Iran dans le conflit au Yémen, ont multiplié les attaques contre l'Arabie saoudite à la tête d'une coalition militaire appuyant le gouvernement yéménite.

    Les forces de défense aérienne saoudiennes ont déjoué "une attaque de missiles balistiques menée par les houthis" contre la capitale saoudienne Riyad, a indiqué la coalition militaire, citée par la télévision Al-Ekhbariya, sans préciser le nombre de missiles interceptés. Des correspondants de l'AFP et des habitants à Riyad ont entendu plusieurs fortes explosions. Quatre drones lancés par les houthis contre le sud du royaume saoudien ont également été interceptés, selon la coalition.
    Ces attaques n'ont pas été revendiquées dans l'immédiat.


    Elles interviennent au moment où l'Arabie saoudite accueille le championnat de Formule E en banlieue de Riyad, auquel le prince héritier Mohammad ben Salmane a assisté selon les médias d'Etat.

    Les houthis ont intensifié les attaques contre le royaume saoudien, malgré l'approche de la nouvelle administration américaine de Joe Biden qui a décidé de retirer ces rebelles de sa liste des "organisations terroristes".

    Vidéo publiée par les Houthis sur le lancement de missiles de croisières contre Riyad

  • Arabie saoudite : Nouvelle explosion à Riyad

    Imprimer

    Une explosion a été entendue mardi 26 janvier dans la capitale saoudienne Riyad, rapporte un correspondant de l'agence Reuters qui n'a pas pu à ce stade confirmer les causes de la détonation.

    Selon la chaîne saoudienne Al Arabiya, des informations locales font état d'une explosion également, et des vidéos circulent sur les réseaux sociaux sur lesquelles on peut voir des images d'un missile intercepté au-dessus de Riyad, ajoute Reuters.

    Des sources associées à des groupes soutenus par l'Iran rapportent que le "Bureau des experts du Conseil des ministres" et le "Conseil de la Choura" à Riyad auraient été la cible de drones plus tôt dans la journée.

    L'espace aérien de la région de Riyad a été fermé aussitôt après l'attaque.

    Déjà samedi, l'Arabie saoudite avait annoncé avoir intercepté une cible "hostile" au-dessus de Riyad, qui fait régulièrement l'objet d'attaques lancées par les rebelles houthis du Yémen voisin. Riyad n'avait toutefois pas accusé les rebelles yéménites houthis, soutenus par l'Iran. Et ces derniers avaient affirmé via un de leurs médias ne pas être impliqués dans l'incident. Lundi, le ministère libanais des Affaires étrangères, ainsi que l'Allemagne, la France et le Royaume Uni, ont condamné l'incident en question.

    Lien permanent Catégories : ARABIE SAOUDITE, Riyad 0 commentaire
  • Arabie saoudite : Un groupe mystérieux revendique la responsabilité de la récente attaque contre Riyad. 

    Imprimer
    Un groupe armé se faisant appeler les Brigades de la promesse juste [Alwiyat Al Wa'ad Al Haq] a revendiqué la responsabilité de la récente attaque contre la capitale saoudienne, Riyad.
     
    Dans un communiqué publié le 23 janvier, le groupe a déclaré qu'il avait attaqué Riyad avec un certain nombre de drones kamikazes. Selon le groupe, l'attaque visait plusieurs positions dans la capitale saoudienne, notamment le palais Al Yamamah, la résidence officielle et le bureau du roi d'Arabie saoudite et le siège de la cour royale.
     
    Tôt le 23 janvier, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé l'interception d'un objet aérien hostile au-dessus de Riyad, tenant les Houthis pour responsables. Le groupe yéménite a cependant nié la responsabilité de l'attaque.
     
    Les Brigades de la promesse juste ont déclaré que l'attaque de Riyad était une réponse aux attentats à la bombe du 21 janvier à Bagdad, qui ont coûté la vie à 34 personnes. L'attaque a été menée par l'Etat islamique, qui reçoit le soutien de l'Arabie saoudite, selon le groupe.
     
    "Le deuxième coup sera porté aux tanières du mal à Dubaï, avec l'aide du Tout-Puissant, si les crimes de Bin Salman [prince héritier saoudien] et de Bin Zayed [prince héritier des EAU] se répètent", a déclaré le groupe dans son communiqué. .
     
    Le groupe nouvellement formé peut être affilié à l'Iran. Selon un rapport récent du Koweït al-Qbas, le Corps des gardiens de la révolution islamique a déployé des roquettes et des drones à guidage de précision dans le sud de l'Irak.
     
    L'Arabie saoudite n'a pas encore commenté l'annonce des Brigades de la promesse juste. L'attaque de Riyad entraînera probablement davantage de tensions au Moyen-Orient.

    EsciR9xW8AAK86H.jpeg

  • L'Arabie saoudite dit avoir intercepté une cible aérienne "hostile"

    Imprimer

    L'Arabie saoudite a intercepté samedi 23 janvier une cible "hostile" au-dessus de la capitale Riyad, a indiqué la télévision publique du royaume, qui fait régulièrement l'objet d'attaques lancées par les rebelles houthis du Yémen voisin.
     
    Riyad n'a toutefois pas accusé dans son communiqué les rebelles yéménites. De leur côté, les houthis, par le porte-parole Yahya Sari, ont affirmé que les rebelles n'étaient pas responsables de l'incident et n'avaient "mené aucune attaque contre les pays agresseurs ces dernières 24 heures". 
     
    "Toute opération est revendiquée avec fierté et honneur", a-t-il ajouté selon un média houthi.et ces derniers ont affirmé via un de leurs médias ne pas être impliqués dans l'incident.
     
    Une explosion a été entendue vers 11H00 à Riyad, selon des correspondants de l'AFP. 
     
    La coalition militaire dirigée par l'Arabie saoudite, qui intervient au Yémen pour lutter contre les houthis, a indiqué avoir "intercepté et détruit une cible aérienne hostile en direction de Riyad", sans donner plus de détails, selon la chaîne de télévision publique Al-Ekhbariya.
     
    Dans le même temps, l'aéroport international de Riyad a annoncé des retards pour plusieurs vols mais il n'était pas possible dans l'immédiat de savoir si les deux évènements étaient liés. 
     
    L'Arabie saoudite intervient depuis 2015 au Yémen où elle est venue en aide au gouvernement face aux rebelles chiites houthis, soutenus par l'Iran, qui se sont emparés de plusieurs régions du pays, dont la capitale Sanaa. Les houthis revendiquent régulièrement des attaques contre l'Arabie saoudite mais elles ne visent que rarement Riyad, située à quelque 700 km de la frontière.
     
    Plus tôt en janvier, l'administration républicaine sortante de Donald Trump, proche de l'Arabie saoudite, a inscrit les houthis sur sa liste noire des "organisations terroristes". Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, du nouveau président Joe Biden, a cependant promis de réexaminer cette décision afin de ne "pas entraver l'acheminement de l'aide humanitaire".
     
    Le conflit qui ravage le Yémen depuis presque six ans a fait des dizaines de milliers de morts, des millions de déplacés et mis sa population au bord de la famine.