Résistance syrienne pour la libération du Golan

  • Syrie : Huit combattants pro-Iraniens tués dans des frappes israéliennes

    Imprimer

    Au moins huit combattants étrangers rattachés à des milices pro-iraniennes, ont été tués dans des raids aériens nocturnes menés par Israël en territoire syrien, a rapporté mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Les nationalités des combattants n'étaient pas connues dans l'immédiat, selon l'Observatoire. Les frappes ont visé notamment une position et un dépôt d'armes des forces iraniennes et de leur allié libanais, le mouvement du Hezbollah entre Damas et Quneitra.

    L'OSDH ajoute que le nombre de morts est susceptible d'augmenter car il y a des personnes gravement blessées.

    Les plus gros dégâts ont été infligés aux forces pro-iraniennes dans la région de Jabal al-Mani. Le quartier général de la milice «Résistance syrienne pour la libération du Golan», situé dans la zone de déploiement de la 90e brigade de l'armée syrienne, a été attaqué. Des attaques ont été lancées contre des cibles près du village de Ruhaina. Des frappes de Tsahal ont également été signalées sur des cibles proches des localités d'Al-Adliya, Al-Kharjilah et Dir Ali (près de Kiswah).

    Le journal syrien Al-Ouatan écrit que l'attaque israélienne visait des cibles sur la colline d'al-Mani, au sud de Quneitra.

    La télévision d'État syrienne affirme que certains des missiles israéliens ont été interceptés.

    Il s'agit de la 36e frappe de Tsahal contre des cibles en Syrie en 2020).

    L'armée de l'air israélienne a également largué des tracts dans le sud de la Syrie mettant en garde contre les activités de l'Iran et du Hezbollah.

    EnqfqTKVcAEKdMC.jpeg

  • Syrie : L'armée israélienne a frappé des cibles de l'armée syrienne et du Hezbollah

    Imprimer

    Dans la nuit du mardi 20 au mercredi 21 octobre, les médias syriens ont rapporté que l'armée israélienne avait frappé des cibles dans la région de Quneitra.

    L'agence SANA écrit que la cible de l'une des attaques était un bâtiment scolaire dans le village d'Al-Hurriya.

    Selon d'autres sources, les frappes ont été menées contre deux cibles de l'armée syrienne et une voiture. Les installations attaquées sont utilisées par l'armée syrienne et les militants du Hezbollah pour recueillir des informations sur les mouvements des Forces de Défense Israéliennes (FDI) dans le Golan.

    Trois combattants pro-iraniens tués dans la frappe israélienne
    Au moins trois combattants d'un groupe soutenu par l'Iran et lié au Hezbollah libanais sont morts en Syrie dans une frappe israélienne nocturne sur la province méridionale de Qouneitra, a indiqué mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Les trois combattants appartiennent à la "Résistance syrienne pour la libération du Golan" proche du Hezbollah pro-iranien, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane. Le groupe avait été créé il y a plus de six ans pour mener des attaques contre la partie occupée par Israël du plateau syrien du Golan, dans le sud de la Syrie.

    Au moins un Syrien figure parmi les trois combattants ayant péri dans le raid israélien, selon l'OSDH, qui n'était pas en mesure de déterminer la nationalité des deux autres. Selon l'agence officielle syrienne Sana, un missile s'est abattu mardi peu après minuit sur une "école" dans un village situé dans la banlieue nord de Quneitra. D'après M. Abdel Rahmane, des combattants de la milice pro-iranienne se trouvaient à l'intérieur de l'établissement. Aux côtés de la Russie, l'Iran, ennemi juré d'Israël, a été un appui essentiel pour le régime de Damas depuis le début en 2011 de la guerre en Syrie.

    Le département d'Etat met à prix la tête du responsable du Hezbollah pour la Syrie et le Yémen
    Le Département d'Etat américain offre une récompense de 5 millions de dollars pour la capture de Haytham Ali Tabataba'i du Hezbollah pour avoir commandé les forces spéciales du groupe en Syrie et au Yémen.

    Heytam Ali Tabatai.jpeg