Réseau Haqqani

  • Afghanistan : Arrestation d'espions chinois

    Imprimer

    Le journal Hindustan Times a révélé que l'agence d'espionnage de l' Afghanistan, la Direction nationale de la sécurité (NDS), avait démantelé le 25 décembre à Kaboul une cellule de dix membres des services de renseignement chinois.
     
    La découverte de la cellule est  un énorme embarras pour Pékin, qui a demandé au gouvernement afghan de garder l'affaire secrète.
     
    «Les 10 citoyens chinois, détenus par le NDS afghan pour espionnage et organisation d'une cellule terroriste, seraient liés à l'agence d'espionnage chinoise, le ministère de la Sécurité d'État», a rapporté le Hindustan Times.
     
    L'opération sécuritaire menée  par le NDS a commencé le 10 décembre par l'arrestation de Li Yangyang. Il travaillait pour les services de renseignement chinois depuis juillet-août.
     
    Dans la maison de Yangyang, dans le quartier de Kart-e-Char, à l'ouest de Kaboul, des agents du NDS ont saisi des armes, des munitions et de la poudre de kétamine, une drogue récréative.
     
    L'agent était chargé de recueillir des informations sur Al-Qaïda, les talibans et les Ouïghours dans les provinces de Kunar et de Badakhshan. Le Hindustan Times affirme que les membres de la cellule chinoise étaient liés au réseau Haqqani affilié aux talibans.
     
    Le président afghan Ashraf Ghani aurait été informé de l'existence des cellules du renseignement chinois. Le président a autorisé le premier vice-président Amrullah Saleh à superviser l'enquête et à engager des pourparlers avec la partie chinoise sur la question.  
     
    Saleh a tenu une réunion avec l'envoyé chinois en Afghanistan, Wang Yu, et l'a informé de la détention de ses agents. Saleh aurait dit à l'envoyé que le gouvernement afghan pourrait envisager de gracier les membres si Pékin soumettait des excuses officielles.
     
    Des responsables afghans ont déclaré au Hindustan Times que la NDS s'emploie actuellement à déterminer les activités précises de la cellule de renseignement chinoise. Des liens possibles avec le Pakistan sont également à l'étude.
     
    Jusqu'à présent, la Chine et le NDS n'ont fait aucun commentaire officiel sur le rapport de l'Hindustan Times. Le problème sera probablement résolu à huis clos.

  • Afghanistan : Sept morts, 23 blessés dans une attaque contre la police

    Imprimer

    Un attentat à la voiture piégée contre une base de la police, suivi d'une fusillade en cours, a fait au moins sept morts et 23 blessés dans l'est de l'Afghanistan, frontalier du Pakistan, a annoncé mardi le ministère de l'Intérieur.

    "Ce matin à 5H50 du matin (1H20 GMT), des terroristes ont fait sauter une voiture chargée d'explosifs près d'un complexe des forces spéciales de la police de la ville de Khost", a déclaré Tariq Arian, un porte-parole de ce ministère. "Quelques assaillants ont voulu pénétrer dans le complexe mais ils ont été arrêtés", a poursuivi M. Arian, qui a fait état de sept tués et de 23 blessés, parmi lesquels plusieurs civils. Quatre combattants ennemis ont été tués et deux sont encore en train de se battre, a-t-il poursuivi.

    Des tirs sporadiques étaient toujours audibles à Khost, selon un correspondant de l'AFP. D'après Gul Mohammad, un cadre des services de santé, des femmes et des enfants font partie des blessés.

    Aucun groupe n'a pour l'instant revendiqué l'attaque. Khost est le bastion du réseau Haqqani, la branche des talibans créditée des attaques les plus sanglantes et complexes, notamment d'un attentat au camion piégé contre la zone verte de Kaboul en mai 2017 qui avait fait plus de 150 morts.

    L'Afghanistan connaît une montée de la violence, alors que les talibans et le gouvernement de Kaboul ont entamé en septembre des pourparlers à Doha visant à mettre fin à des décennies de guerre, pour l'instant sans grandes avancées.

    Mi-octobre, l'émissaire américain pour l'Afghanistan, Zalmay Khalilzad, avait déclaré que les Etats-Unis étaient parvenus à une entente avec les talibans pour arriver à "une baisse significative" du nombre de morts dus à la violence persistante malgré le processus de paix. "Les attaques ont augmenté ces dernières semaines, menaçant le processus de paix", avait tweeté le diplomate, appelant "toutes les parties" à tenir leurs engagements.

    Kaboul demande depuis des années un cessez-le-feu aux talibans, que ceux-ci refusent d'envisager, craignant de perdre l'un de leurs leviers les plus importants dans le cadre de négociations.

    Vidéo de l'attaque de Khost

    Nouvelle explosion à Kaboul
    Il y a quelques instants, une explosion s'est produite près de l'aéroport de Kaboul et de la ville d'Aria. Les détails de cet incident ne sont toujours pas clairs.

    ElU0EYwX0AA6t2c.jpeg

  • Frontlive-Chrono du vendredi 21 février 2019

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) nlNederlands (Néerlandais) plpolski (Polonais) pt-ptPortuguês (Portugais - du Portugal)

    Les articles de Frontlive-Chrono sont accessibles aux seuls abonnés
    – Se connecter en utilisant le mot de passe et cliquer sur « rester connecté ».
    – Pour les lecteurs qui ne seraient pas encore abonnés,  cliquer sur « s’abonner » dans la barre d’outils, choisir le type d’abonnement en cliquant sur une des durées proposées et suivre les instructions.
    – Trois types d’abonnements: 12€/mois – 60€ pour six mois ou 100€ pour un an.
    Les abonnés bénéficient d’un accès à tous les articles protégés listés dans « catégories ».


    Afghanistan : Les États-Unis et les talibans s’accordent sur une semaine de « réduction de la violence » dans tout le pays

    Une semaine de « réduction de la violence » entre les talibans, les Etats-Unis et les forces de sécurité afghanes va bientôt commencer, a déclaré un fonctionnaire vendredi, avant la signature éventuelle d’un accord entre les Etats-Unis et les insurgés. Si la trêve partielle se poursuit, elle marquera une étape historique dans plus de 18 ans de…CONTINUER LA LECTURE


    Algérie: Très forte mobilisation pour le 1er anniversaire de la contestation

    Les Algériens ont manifesté très massivement vendredi, entretenant, à la veille de son premier anniversaire, la flamme d’une contestation inédite qui a chassé le président Abdelaziz Bouteflika mais n’a pas réussi à abattre le « système » au pouvoir depuis l’indépendance. A Alger, la manifestation n’a cessé de grossir au fil de l’après-midi, au point d’emplir plusieurs…CONTINUER LA LECTURE


    L’Arabie saoudite intercepte des missiles balistiques houthis visant des villes saoudiennes

    La défense antiaérienne d’Arabie saoudite a intercepté des missiles lancés par les rebelles houthis visant une ville saoudienne, a affirmé la coalition militaire sous commandement saoudien engagée dans la guerre au Yémen. L’attaque houthi présumée aurait pris pour cible la ville portuaire saoudienne de Yanbu, située à 900 km de la frontière yéménite. Le port…CONTINUER LA LECTURE


    Mali: Une cinquantaine de jihadistes « neutralisés » dans le centre du pays, selon l’état-major français

    La force française Barkhane a mis « hors de combat » ces derniers jours une cinquantaine de jihadistes dans le centre du Mali, a annoncé l’état-major français, alors qu’un groupe a récemment prêté allégeance à l’organisation Etat islamique (EI) dans cette zone. « Entre le 9 et le 17 février, Barkhane a mené plusieurs opérations dans le centre…CONTINUER LA LECTURE

  • Afghanistan: Décès du fondateur du réseau Haqqani proche d’al-Qaïda

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe) deDeutsch (Allemand) esEspañol (Espagnol) itItaliano (Italien) ja日本語 (Japonais) nlNederlands (Néerlandais) idIndonesia (Indonésien) svSvenska (Suédois)

    Les talibans afghans ont annoncé la mort au terme d’une longue maladie de Jalaluddin Haqqani, le chef d’un puissant réseau insurgé très actif en Afghanistan, a rapporté mardi 4 septembre 2018 le centre américain de surveillance des sites jihadistes Site. « Tout comme il a enduré de grandes épreuves pour la religion d’Allah durant sa jeunesse et alors qu’il était en bonne santé, il a également enduré une longue maladie pendant ses dernières années », selon un communiqué des talibans afghans cité par Site.
    Jalaluddin Haqqani est le fondateur dans les années 1980 du réseau du même nom, constitué pour lutter contre la présence de l’URSS en Afghanistan et qui a reçu l’aide des Etats-Unis et du Pakistan. Ministre du régime des talibans dans les années 1990, Jalaluddin Haqqani s’était tourné à partir de 2001 contre les forces américaines et de l’Otan qui venaient de faire tomber le régime fondamentaliste.
    Le réseau Haqqani est une faction des talibans afghans réputée proche d’Al-Qaïda qui a mené de nombreuses attaques en Afghanistan, certaines contre les Américains et l’Otan. Il est également suspecté de liens avec l’organisation Etat islamique (EI) qui a mené de sanglants attentats dans la capitale afghane, Kaboul. « Je doute que son décès change quelque chose », a réagi un diplomate étranger à Kaboul sous couvert d’anonymat.
    Le réseau est aujourd’hui dirigé par l’un de ses fils, Sirajuddin Haqqani.

    Lire la suite