Relations UE-Iran

  • L'Iran répond à la "dernière" proposition nucléaire de l'UE en exigeant de nouvelles concessions.

    Imprimer

    Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a appelé les pays occidentaux à faire preuve de souplesse pour résoudre plusieurs questions "litigieuses" qui, selon lui, empêchent la signature d'un nouvel accord sur le sort du programme nucléaire de l'Iran.

    Les représentants de l'Union européenne avaient remis une proposition finale à la partie iranienne il y a quelque temps. Selon Josep Borrell, commissaire général des Nations unies pour la politique étrangère, le texte reçu par Téhéran était le plus ouvert au compromis possible et la communauté internationale n'est pas prête à faire de nouvelles concessions.

    "Si les trois dernières questions sont résolues, un accord peut être signé en quelques jours. Nous avons des lignes rouges et elles doivent être respectées. Nous avons fait preuve de flexibilité et ne voyons pas la nécessité de signer un traité qui ne peut être mis en œuvre", a déclaré le ministre iranien.

    Pour autant que l'on puisse en juger, l'Iran cherche à obtenir le retrait du Corps des gardiens de la révolution islamique de la liste des organisations terroristes, l'engagement des États-Unis à ne renouveler les sanctions en aucune circonstance et la fin de l'enquête de l'AIEA sur la découverte de matières radioactives sur des sites non déclarés comme nucléaires.