Relations Turquie-Egypte

  • L'Egypte prête à inaugurer la plus grande base militaire à la frontière avec la Libye

    Imprimer

    L'Egypte s'apprête à inaugurer une nouvelle base navale à la frontière avec la Libye. L'ouverture de cette base est un message à Ankara, l'avertissant de son opposition à toute implantation des Frères musulmans en Libye.

    La nouvelle base, intitulée "Trois juillet", sera inaugurée samedi 3 juillet par le président égyptien, Abdel Fattah al-Sisi. Le chef du Conseil présidentiel intérimaire libyen, Mohamed al-Menfi, le président des représentants de la Libye, Aguila Saleh, et le chef de l'Armée nationale libyenne (ALN), Khalifa Haftar ont été invités à l'inauguration. Cependant, jusqu'à présent, leur présence n'a pas été confirmée par les canaux officiels.

    La base, à la fois aérienne et navale, sera la plus grande base militaire égyptienne sur la côte méditerranéenne. Elle est située dans la région de Gargoub, au nord-ouest de l'Egypte, à environ 250 kilomètres de la frontière avec la Libye, et jouera le rôle de "base de lancement". Le but ultime est de sauvegarder les territoires égyptiens et la souveraineté de la nation sur les « directions stratégiques nord et ouest ». Par ailleurs, cette base accueillera les exercices Qader 2021. Comme l'a précisé un porte-parole de l'armée égyptienne, la construction de la base du « Trois juillet » s'inscrit dans un plan de développement plus large, mené par la marine égyptienne. L'objectif est de fournir un soutien logistique aux forces opérant dans la région de la Méditerranée et de la mer Rouge, engagées face à divers défis et menaces. 

    Selon des experts militaires, cités le journal al-Monitor, la base fera partie de la flotte égyptienne du Nord, qui protège la côte méditerranéenne du pays. Comme l'a précisé un amiral de la marine égyptienne à la retraite Mohamed Mitwali, c'est une région pleine de menaces, surtout à la lumière des développements en Libye voisine, mais la flotte égyptienne est bien équipée pour y faire face. La nouvelle base, en plus d'être composée de structures qui permettront aux troupes égyptiennes de se déployer stratégiquement, devrait être équipée d'une large gamme d'équipements navals, dont l'un des deux porte-hélicoptères que l'Egypte a acheté à la France en 2016. comme un sous-marin, des frégates, des corvettes et des vedettes rapides.

    L'inauguration de la base du « Trois juillet » intervient à un moment où la Libye, malgré le cessez-le-feu signé le 23 octobre et les progrès politiques ultérieurs, continue d'être une source de préoccupation pour l'Égypte. Pendant le conflit libyen, le Caire a apporté son soutien au chef de l'Armée Nationale Libyenne, Khalifa Haftar, qui contrôle l'est de la Libye. Comme le rappelle al-Monitor, le président al-Sissi a déclaré, le 20 juin 2020, que son armée était prête à intervenir au cas où les troupes de Tripoli, soutenues par la Turquie, auraient franchi la "ligne rouge" et s'approcheraient des frontières égyptiennes. Après le cessez-le-feu et le début de la voie libyenne vers la transition démocratique, l'Égypte a pourtant effectué un rapprochement progressif de Tripoli. 

    Ces derniers mois, l'Egypte et la Turquie ont également effectués quelques pas vers un rapprochement, après une interruption des contacts pendant environ huit ans. Il reste que l'ouverture de la nouvelle base de Gargoub représente un moyen pour l'Egypte de contrer l'influence croissante de la Turquie  en Libye et au refus d'Ankara de retirer ses forces et ses mercenaires de Tripoli. L'ouverture de la nouvelle base intervient à l'occasion de l'anniversaire de la destitution officielle des Frères musulmans en Egypte, ce qui, en soi, est un autre message. Il signifie que l'Egypte s'opposera à toute tentative d'enraciner la présence des Frères musulmans en Libye. Il est clair que Le Caire reste concernée par tout ce qui se passe à sa frontière occidentale.

    Parmi les bases militaires égyptiennes les plus récentes figure celle de Bérénice, une ville située sur la mer Rouge, à l'est de la ville méridionale d'Assouan, à la frontière avec le Soudan, inaugurée le 15 janvier 2020. Cette base comprend à la fois des zones navales et aériennes, une série d'unités de combat et administratives, un aéroport, ainsi que des bunkers et hangars pour les avions militaires et leur maintenance, et un hôpital militaire. La section navale est capable d'accueillir des navires de grande capacité, notamment des frégates, des porte-avions et des sous-marins. Avec la construction de la base de Bérénice, l'objectif fondamental du Caire est de protéger les côtes sud égyptiennes et d'assurer la navigation dans la mer Rouge, face au détroit de Bab el-Mandeb.

  • Egypte : Le président Al-Sissi évoque la possibilité d'une confrontation militaire avec la Turquie

    Imprimer

    Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi a déclaré: "L'Egypte travaille pour parvenir à une solution politique globale qui reste le seul moyen possible de régler la crise en Libye".

    En réponse à une question sur l'éventualité d'un affrontement militaire entre l'Egypte et la Turquie en Libye, Sissi a déclaré dans son entretien au journal français "Le Figaro": "L'Egypte ne sera jamais l'initiateur de l'attaque, mais en retour, nos forces armées sont toujours prêtes à défendre leur patrie et à assurer sa sécurité nationale contre toute confrontation". 

    Il a poursuivi: "L'Égypte travaille pour parvenir à une solution politique globale qui reste le seul moyen possible de régler cette crise et d'assurer la stabilité de ce pays frère, qui partage jusqu'à 1.200 km de frontières avec l'Égypte. Il est impératif de mettre fin aux interventions étrangères qui menacent la stabilité de ce pays, du fait du transfert de miliciens extrémistes et d'armes. "

    Le président égyptien a souligné que  "la politique de l'Égypte est d'établir d'excellentes relations avec ses voisins, le dialogue prévalant toujours, et la Turquie, comme les autres pays de la région, doit veiller à ce que les règles du droit international et du droit de la mer soient respectées et qu'elle n'entreprenne aucune action unilatéralement sans consultation et évaluation des risques à l'échelle de la zone.

    Il a déclaré: «Les eaux du Nil sont vitales pour l'Égypte, et le différend avec l'Éthiopie au sujet du grand barrage de la Renaissance éthiopienne dure depuis longtemps».

    Al-Sissi a expliqué que le barrage représente pour l'Éthiopie une source de développement légitime, mais que le remplissage unilatéral du barrage, en violation des principes et des règles du droit international, menace l'approvisionnement en eau de 100 millions d'Égyptiens.

    Le président égyptien a ajouté: "Nous restons déterminés à trouver une solution juridique équitable et à parvenir à un accord qui lie toutes les parties. Les parties doivent trouver u accord pour déterminer le remplissage et l'exploitation du barrage et protéger les intérêts de l'Égypte, de l'Éthiopie et du Soudan, c'est-à-dire préserve nos droits à l'eau. Après dix ans de négociations, le moment est venu d'achever et de signer cet accord.

  • Egypte : En pleine manoeuvres maritimes, un navire égyptien chasse un navire turc qui tentait de s'immiscer

    Imprimer

    Selon le Greek City Times, citant des sources de la Garde nationale chypriote, la Turquie a tenté d'interférer avec l'exercice naval MEDUSA 2020, auquel ont participé l'Égypte, Chypre, la Grèce, les Émirats arabes unis et la France.

    La frégate de la marine turque Kemal Reis est entrée dans la zone maritime où des manœuvres étaient en cours. Malgré les avertissements, elle a refusé de quitter la zone. Une frégate égyptienne s'est alors dirigée vers elle, forçant les marins turcs à battre en retraite.

    Rappelons que le navire Kemal Reis, accompagnant le navire de recherche turc Oruc Reis, avait déjà provoqué un incident naval avec la frégate grecque Limnos au large de Chypre. Le Kemal Reis avait été endommagé au cours de l'abordage, sa coque étant perforée sur  plusieurs mètres. Le navire grec n'avait pas été endommagé.

  • L'Égypte ne croit pas aux déclarations "pacifiques" de la Turquie

    Imprimer

    Le conseiller présidentiel turc Yasin Aktay a déclaré que, malgré les désaccords entre les dirigeants turcs et égyptiens, ces États devraient maintenir des canaux de communication ouverts. Il a également félicité l'armée égyptienne.

    "L'armée égyptienne est très forte. Nous avons un grand respect pour elle, c'est l'armée de nos frères. Nous ne voulons pas qu'elle soit hostile à la Turquie", a déclaré le représentant turc.

    Il a également déclaré que l'armée turque n'agissait pas en tant qu'occupant en Libye. "Notre objectif est de promouvoir la paix dans ce pays et nous partageons la position de l'Egypte. Les intérêts égyptiens dans ce domaine doivent être respectés", a-t-il déclaré.

    Cette déclaration, suite à la décision de retirer le navire de recherche de la zone de confrontation avec la Grèce, qui a été perçue comme une manifestation de la volonté officielle d'Ankara de réduire les tensions en Méditerranée orientale. Cependant, cela n'a pas impressionné l'Égypte.

    "Nous préférons juger par des actes, pas par des mots. Si ces déclarations ne sont pas soutenues par un changement de politique, elles sont sans importance. Les actions de la Turquie en Syrie, en Libye et dans la région de la Méditerranée orientale en disent long sur ses véritables intentions", a déclaré le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry.

  • L'Égypte appelle les pays arabes à développer une politique anti-turque commune

    Imprimer

    Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukry (photo), s'exprimant lors d'une session de la Ligue des États arabes, a soulevé la question de l'ingérence de la Turquie dans les affaires intérieures d'autres pays de la région du Moyen-Orient.

    "Les Etats arabes doivent développer une politique unifiée et dure contre les actions destructrices de la Turquie. L'intervention turque effrontée est en train de devenir la principale menace pour la sécurité nationale arabe", a-t-il déclaré.

    Il a accusé la Turquie d'incitation à la haine, a rappelé les actions d'Ankara en Irak, un accord avec les Libyens sur la délimitation des zones d'intérêt en Méditerranée orientale et l'envoi de milliers de militants en Libye.

    Il y a quelques jours, le site Internet Al Montor a rapporté que l'Égypte avait commencé à créer un bloc arabe visant à contenir la Turquie. Cette question, selon la publication, a été débattue lors du sommet égypto-jordanien-irakien qui s'est tenu fin août.

    Le président égyptien Abd al-Fattah al-Sissi a évoqué lors de la réunion la nécessité de faire face conjointement aux menaces à la stabilité dans la région. Il a été signalé qu'un accord avait été conclu pour résister conjointement aux tentatives d'autres États de saper la sécurité du monde arabe et à l'importance d'une solution politique aux conflits au Yémen, en Libye et en Syrie.

    Cependant, l'expert égyptien Hassan Abu Taleb, cité par le site, a déclaré que ces déclarations avaient un destinataire spécifique. "Cette alliance tripartite dit à la Turquie qu'elle ne tolérera pas sa politique coloniale dans le monde arabe", a-t-il dit, ajoutant que l'Egypte et la Jordanie soutiennent l'Irak dans leurs efforts pour réduire sa dépendance à l'Iran.

  • L'Égypte forme une alliance arabe contre la Turquie

    Imprimer

    Le sommet égypto-jordanien-irakien, qui s'est tenu en Jordanie fin août, a été appelé à créer un bloc arabe visant à contenir la Turquie. Le site Web Al Monitor rapporte .

    Le président égyptien Abd al-Fattah al-Sissi, le roi jordanien Abdallah II et le Premier ministre irakien Mustafa al-Kazimi ont discuté de la coopération dans le secteur de l'énergie, des infrastructures et de l'approvisionnement alimentaire, ainsi que des questions de sécurité régionale, selon des rapports officiels.

    Le Président égyptien a évoqué lors de la réunion la nécessité de faire face conjointement aux menaces à la stabilité dans la région. Il a été signalé qu'un accord avait été conclu pour résister conjointement aux tentatives d'autres États de saper la sécurité du monde arabe et à l'importance d'une solution politique aux conflits au Yémen, en Libye et en Syrie.

    Cependant, l'expert égyptien Hassan Abu Taleb, cité par le site, affirme que ces déclarations ont un destinataire précis. «Cette alliance tripartite dit à la Turquie qu'elle ne tolérera pas sa politique coloniale dans le monde arabe», dit-il, ajoutant que l'Égypte et la Jordanie soutiennent l'Irak dans leurs efforts pour réduire sa dépendance à l'Iran.

    "La Turquie est perçue dans la région comme un État qui viole les principes de bon voisinage - que ce soit à cause des ressources naturelles, comme en Libye et en Méditerranée orientale, ou à cause du désir de contrôle - comme dans le nord de la Syrie et de l'Irak. L'alliance est conçue pour contrecarrer les plans turcs", politologue.

    Le bloc a un autre aspect. La normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis sans résoudre le problème palestinien pourrait déstabiliser la situation en Jordanie. Le bloc est conçu pour assurer la stabilité du royaume hachémite.