Relations Turquie-Afghanistan

  • Turquie : "Le monde turc" est en première ligne face aux conséquences des développements en Afghanistan," a déclaré Cavusoglu, ministre turc des AE

    Imprimer

    Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a déclaré que le monde turc, voisin de l'Afghanistan, ressentait davantage l'impact des développements dans ce pays.

    La réunion extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères du Conseil de coopération des pays de langue turque (Conseil turc), où seront discutés les développements actuels en Afghanistan, a débuté au Bureau du travail de la présidence turque au Palais de Dolmabahçe à Istanbul.

    Dans son allocution d'ouverture de la réunion, Cavusoglu a souligné que la réunion coïncidait avec l'anniversaire du début de la guerre de 44 jours au cours de laquelle l'Azerbaïdjan a libéré les terres occupées du Karabagh.

    Déclarant que le Conseil turc va discuter de la question de l'Afghanistan pour la première fois, Cavusoglu a poursuivi: "Les développements en Afghanistan ont des effets mondiaux. Cependant, le monde turc, en tant que voisin de l'Afghanistan, ressent et ressentira davantage l'impact de ces développements. En outre, le fait que des millions de personnes de groupes ethniques turcs vivent en Afghanistan nous concerne au plus haut point. J'ai proposé cette réunion en raison de l'importance que l'Afghanistan porte pour nous tous. 

    - "Nous avons des relations privilégiées avec l'Afghanistan"
    Notant que cette réunion à elle seule est un indicateur de la visibilité croissante du Conseil turc sur la scène internationale, Cavusoglu a déclaré :

    "Aujourd'hui, nous enverrons un message fort sur l'unité du monde turc et notre coopération sur les questions internationales. Je pense que nous pouvons aborder les questions suivantes aujourd'hui : Comment pouvons-nous soutenir la stabilité économique et les efforts d'aide humanitaire en Afghanistan ? Comment pouvons-nous promouvoir un gouvernement inclusif ? Comment empêcher une nouvelle vague de migration ? Comment pouvons-nous contribuer à empêcher les groupes terroristes de s'implanter à nouveau dans le pays ?".

    Déclarant qu'ils discuteront également du rapport du secrétaire général du Conseil turc Baghdad Amreyev sur les préparatifs du sommet des dirigeants qui se tiendra prochainement, Cavusoglu a terminé ainsi: « Nous avons des relations spéciales avec l'Afghanistan. Par conséquent, il est important que nous envoyions un message fort au monde avec la déclaration commune que nous ferons à la fin de la réunion."

    Fondé le 3 octobre 2009 et basé à Istanbul, le Conseil turc (ou Conseil Turcique) regroupe la Turquie, l'Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan et l'Ouzbékistan, outre la Hongrie en tant qu'observateur.

    Il vise à développer la coopération entre les États turcophones dans plusieurs domaines, dont l'éducation et le commerce.

  • Afghanistan : L'armée américaine élimine un membre de haut rang de l'État islamique

    Imprimer

    Le commandement central américain (CENTCOM) a annoncé l'élimination de deux membres de l'État islamique-Khorasan, dont un membre important. Un autre aurait été blessé. Il s'agit d'"organisateurs" et "opérateurs" de l'organisation islamiste radicale.

    La frappe a été menée par un avion sans pilote dans la province afghane de Nangarhar. Les trois jihadistes se trouvaient dans un véhicule lorsqu'il a été atteint par le tir du drone.

    "Les premières indications sont que nous avons tué la cible", a déclaré l'armée américaine dans le communiqué. Selon l'armée, il n'y a eu aucune victime parmi la population civile.

    "Il n'y a à notre connaissance aucune victime civile", a indiqué le général américain Hank Taylor. "Je peux confirmer, maintenant que nous avons reçu plus d'informations, que deux cibles importantes de l'Etat islamique-Khorasan ont été tuées et une blessée" dans la frappe lancée samedi depuis l'extérieur de l'Afghanistan, a-t-il précisé.

    Le porte-parole du Pentagone John Kirby a refusé d'expliciter s'ils avaient été directement impliqués dans l'attentat de jeudi près de l'aéroport de Kaboul, qui a fait plus d'une centaine de morts dont 13 soldats américains.

    Cette attaque a été revendiquée par l'Etat islamique au Khorasan . "Il s'agit d'organisateurs et d'opérateurs de l'EI-K, c'est une raison déjà suffisante", a répondu le porte-parole lors d'une conférence de presse. Cette frappe a été conduite au cours "d'une seule mission", a précisé M. Kirby.

    Personne ne dit que parce que "nous les avons eus, nous n'avons plus à nous inquiéter face à l'EI-K", a souligné le porte-parole, en affirmant que l'armée américaine restait "concentrée" sur cette "menace encore active". "Le fait que ces deux individus ne soient plus sur la surface de la Terre est une bonne chose", a-t-il poursuivi.

    L'armée américaine prévoit d'effectuer des frappes aériennes supplémentaires dans les jours et les semaines à venir, selon des responsables américains.

    Les opérations d'évacuations d'Afghanistan se poursuivent. "De fait, il y a environ 1.400 personnes à l'aéroport de Kaboul qui ont été contrôlées et se sont enregistrées pour des vols aujourd'hui", a précisé le général Taylor.

    Au total, environ 111.900 personnes ont été évacuées depuis le 14 août, veille de la prise de pouvoir des talibans à Kaboul, selon les derniers chiffres du gouvernement américain.

    600 Américains restés dans le pays
    Le Pentagone a révélé qu'environ 600 citoyens américains étaient toujours en Afghanistan à la date limite fixée par Biden le 31 août. 

    La CIA a évacué des Afghans qu'elle avait formés
    Apparemment, la CIA a évacué des combattants entraînés par elle de l'aéroport de Kaboul avant que les talibans n'investissent la place. 

    La Turquie rouvre son ambassade à Kaboul
    la Turquie rouvre son ambassade à Kaboul| L'ambassadeur turc a été escorté de l'aéroport de Kaboul par les talibans. L'ambassadeur de Turquie et toute son équipe diplomatique, sont revenus de l'aéroport de Kaboul avec les membres du ministère des Affaires étrangères de l'Émirat islamique pour rouvrir l'ambassade de Turquie.

    Executions extrajudiciaires
    Malgré les assurances données par le porte-parole des talibans, des rapports continuent d'arriver révélant que les talibans exercent des exécutions extrajudiciaires dans les provinces. Un procureur du gouvernement a été traîné hors de sa maison vendredi par les talibans à Jalalabad pour être retrouvé mort plus tard. 
    Fawad Andarabi, un artiste afghan, a également été traîné hors de chez lui, vendredi 27 août, et tué par les talibans dans le village de Kishnabad à Andarab. Il était un chanteur folklorique célèbre dans la vallée. Son fils a confirmé l'incident. Vidéo.

    La mort du chanteur a été confirmée par l'ancien ministre afghan de l'Intérieur, Masood Andarabi. "Il ne faisait qu'apporter de la joie aux habitants de la vallée, en chantant à quel point la terre ancestrale est belle et qu'elle ne se soumettra pas à la brutalité des talibans", a-t-il écrit.

    La province de Baghlan est devenue l'un des rares centres de résistance au pouvoir des talibans. Les groupes militants d'autodéfense locaux avaient réussi à repousser les talibans. Toutefois, leurs gains ont été de courte durée, et les talibans ont rapidement annoncé qu'ils avaient repris le contrôle de la province.

    Rostamozi.jpegLes talibans nomment un terroriste à la tête de la Fédération afghane d'éducation physique
    Les talibans ont nommé Bashir Ahmad Rostamozi à la tête de la Fédération afghane d'éducation physique. M. Rostamozi est un expert sportif qui a été emprisonné il y a plusieurs années pour avoir fomenté un attentat suicide contre des athlètes du Comité national olympique afghan.

    Nouvelles instructions des talibans dans la province de Kandahar
    Tous les médias locaux de Kandahar (radios et télévisions) sont informés que la musique et les programmes qui impliquent des voix de femmes ou des femmes d'une manière ou d'une autre ne seront plus autorisés.
    E95AIUwVgAckin7.jpeg

     

     

  • Afghanistan : Les talibans ont proposé à la Turquie d'exploiter l'aéroport de Kaboul

    Imprimer

    Vendredi 27 août 2021, le président turc Recep Tayyip Erdogan a révélé que les talibans avaient fait une offre à la Turquie pour exploiter l'aéroport international Hamid Karzai dans la capitale afghane, Kaboul.

    Le président turc a fait cette révélation lors d'une conférence de presse à Istanbul avant de partir pour la Bosnie-Herzégovine dans le cadre d'une visite officielle au Monténégro.

    Erdogan a souligné que la Turquie ne demanderait la permission à personne concernant d'éventuels contacts avec les talibans.

    Il a déclaré : « Les talibans nous ont fait des offres concernant l'exploitation de l'aéroport de Kaboul, et nous n'avons pas encore pris de décision à cet égard.

  • Afghanistan : Derniers incidents sécuritaires

    Imprimer


    Afghanistan : Troisième jour de combats autour d'Hérat, la grande ville de l'ouest
    Les combats entre talibans et forces afghanes ont repris samedi 31 juillet 2021, pour la troisième journée consécutive, aux abords d'Hérat, la grande ville de l'ouest de l'Afghanistan, où des locaux de l'ONU ont été attaqués la veille.
    0ZNu5nsV.jpeg

    Dans la matinée, les forces afghanes semblaient pourtant avoir desserré l'étau autour de la ville de 600.000 habitants, la troisième d'Afghanistan. Des militaires, dont des membres des unités de commandos (photo ci-dessus), et des policiers afghans étaient largement déployés dans les chefs-lieux du district d'Injil, qui enserre Hérat, et de celui de Guzara, au sud de la ville, théâtres d'intenses combats la veille, où le calme était revenu.

    Les troupes afghanes étaient notamment déployées dans la zone de Pashtun Pol, à proximité des locaux à Hérat de la Mission de l'ONU en Afghanistan (MANUA), attaqués vendredi.

    Mais les combats ont repris dans l'après-midi dans les faubourgs de la ville et ces deux districts, selon le gouverneur de la province d'Hérat, Abdul Saboor Qani. "En ce moment, il y a des combats dans les faubourgs sud et sud-est de la ville d'Hérat", notamment dans les zones de Pashtun Pul et Pul Malan, deux ponts situés à une dizaine de km au sud de la ville, a-t-il déclaré à l'AFP samedi après-midi. Vidéo d'une frappe d'hélicoptère à Herat.

    "Les forces afghanes de sécurité et les +forces de résistance+ (milices anti-talibans) se battent pour repousser et détruire les talibans. Nous avons essayé au maximum d'épargner la population, mais l'ennemi a pris position dans des domiciles privés. Nous nous déplaçons prudemment pour éviter les pertes civiles", a ajouté le gouverneur.

    Des combats se déroulent également à proximité immédiate de l'aéroport, selon M. Qani, apparu à la télévision afghane en treillis de combat, fusil d'assaut à l'épaule, au côté d'Ismail Khan, puissant chef de guerre local opposé aux talibans, dont les miliciens prêtent main forte à Hérat aux forces afghanes.
    E7oWGdVXEAU9Pn-.jpeg

    "Terreur chez les habitants" d'Herat
    "Des gens ont abandonné leurs maisons pour fuir vers la ville d'Hérat (...) cela crée la terreur chez les habitants", a raconté à l'AFP Gul Ahmad, qui habite le district d'Injil. Les talibans se sont récemment emparés de plusieurs districts de la province d'Hérat, ainsi que de deux postes-frontière qui y sont situés, celui d'Islam Qala (photo ci-dessous), principal point de passage avec l'Iran, et celui de Torghundi avec le Turkménistan.
    E7s5ttyWEAQtc5F.jpegLes talibans utilisent désormais leurs propres timbres « Emirat islamique » au bureau de douane d'Islam Qalah le long de la frontière entre l'Afghanistan et l'Iran.
    E7JrrxRX0AMsqlb.jpeg

    Jeudi et vendredi, ils s'étaient déjà rapprochés des limites de la ville, autour de laquelle s'étaient déployés forces afghanes et miliciens d'Ismail Khan.

    Combats dans le sud
    Les insurgés ont aussi accru ces derniers jours leur pression sur deux autres capitales provinciales du sud de l'Afghanistan: Kandahar, deuxième ville du pays et berceau des talibans, et Lashkar Gah, capitale du Helmand. Des combats se sont poursuivis samedi dans les faubourgs de Kandahar (650.000 habitants), où des hélicoptères de l'armée afghane ont bombardé les talibans, selon un correspondant de l'AFP. Des milliers d'habitants ont fui ces dernières semaines les zones alentour, touchées par les affrontements, pour se réfugier en ville.

    Dans ce contexte, on apprenait que le 1er août cinq civils avaient été tués lorsqu'un obus de mortier a touché un taxi dans le secteur PD-7 de Kandahar, a rapporté Ariana News . Parmi les morts il y a deux enfants et une femme.

    Les gens sont inquiets et plus des trois-quarts des commerces de Kandahar sont fermés, a indiqué le correspondant. A Lashkar Gah, un petit hôpital privé d'une dizaine de lits, dans lequel des talibans avaient trouvé refuge, a été largement détruit samedi au cours de combats. "Des combattants talibans sont entrés dans l'hôpital de force et en ont chassé le personnel. Des commandos (afghans) sont arrivés et ont ensuite appelé un soutien aérien", a raconté à l'AFP Agha Mohammed qui habite à proximité. Le directeur provincial de la Santé publique, le Dr Sher Ali Shakir, a confirmé que "l'hôpital Ariana Afghan avait été bombardé et détruit pour l'essentiel".
    On a appris, dimanche 1er août 2021 que l'aéroport de Kandahar avait été la cible de trois roquettes au cours de la nuit du samedi au dimanche. Deux roquettes ont atteint la piste, obligeant les autorités à annuler les vols. Les talibans ont expliqué que le bombardement de l'aéroport de Kandahar était une réponse aux bombardements aériens de leurs positions par les avions de guerre. 
    Aux dernières nouvelles, la piste de l'aéroport de Kandahar a été réparée dans l'après-midi du 1er août et les vols civils devraient reprendre lundi 2 août.
    Aéroport de Kandahar.jpeg


    Kandahar : Objectif majeur des talibans
    Les talibans encerclent la ville et la population n'a plus aucun moyen de s'échapper.
    Un membre du parlement de Kandahar a averti que la ville était en danger de tomber aux mains des talibans, avec des dizaines de milliers de personnes déjà déplacées et une catastrophe humanitaire imminente. Selon Gul Ahmed Kamin, la situation empire d'heure en heure. Il a ajouté que les combats à l'intérieur de la ville étaient les plus intenses depuis 20 ans.
    Kamin a expliqué que les talibans considéraient désormais Kandahar comme leur objectif majeur car ils veulent faire de la ville leur capitale temporaire.
    Il a averti que si les talibans parvenaient à s'emparer de Kandahar, le gouvernement finirait par prendre le contrôle de cinq ou six autres districts de la région. Le parlementaire a déclaré que plus de trois millions de personnes se trouvaient dans la ville et qu'il y avait un besoin urgent de ravitaillement.

    Jalalabad : Un membre des services de renseignement assassiné par l'Etat islamique
    L'Etat islamique a revendiqué avoir assassiné un responsable du renseignement afghan et blessé un autre dans le district 1 de la ville de Jalalabad, dans l'est de l'Afghanistan.

    Province de Faryab : Attaque des talibans repoussée dans différents quartiers de la ville de Maimana
    Maimana  : la police de la province de Faryab affirme que cinq talibans et un civil ont été tués et trois autres blessés lors d'une attaque des talibans dans différentes parties de Maimana.

    Abdul Karim Yurash, porte-parole de la police de Faryab, a déclaré à que les talibans ont attaqué les forces de sécurité la nuit dernière dans le village de Deh Seydan du 6ème district et le village de Jat de Deh Azizan, Kuhikhaneh et le district de Baba Qashqar de la ville de Maimana, Les affrontements ont duré plusieurs heures. Cinq talibans ont été tués et trois autres blessés.

    Il n'y a pas eu de victimes parmi les forces de sécurité, mais un civil a été tué par un obus de mortier des talibans.

    Les Faryab nient avoir subi des pertes et affirment que le civil a été tué par un obus de mortier du gouvernement.

    D'autre part, les habitants des premier et sixième arrondissements de la ville de Maimana affirment que depuis près d'un mois maintenant, leurs quartiers résidentiels sont devenus des lignes de front. Ils sont touchés par des tirs de mortiers et des balles des deux côtés. Des dizaines de personnes ont été tuées et blessées et des dizaines de maisons ont été endommagées.
    E7tPe86VIAoVjyj.jpeg

    Bilan des pertes civiles au cours des six premiers mois de 2021
    La Commission indépendante des droits de l'homme d'Afghanistan a écrit dans un rapport que les pertes civiles au cours des six premiers mois de 2021 ont augmenté de 80 %. Selon le rapport, 1677 personnes ont été tuées et 3644  blessées au cours des six premiers mois de cette année.

    La Turquie s'occupera de l'aéroport de Kaboul
    Le ministre turc de la Défense Khulusi Akar a déclaré que le gouvernement afghan avait donné son accord pour qu'Ankara reprenne la gestion de l'aéroport de Kaboul.

    Le communiqué indique que le ministre turc de la Défense a également exprimé la volonté de son pays de soutenir et de former les forces de sécurité afghanes.Le ministre turc de la Défense Khulusi Akar a déclaré que le gouvernement afghan avait donné son accord pour qu'Ankara reprenne la gestion de l'aéroport de Kaboul.

     Le communiqué indique que le ministre turc de la Défense a également exprimé la volonté de son pays de soutenir et de former les forces de sécurité afghanes.

    Province de Kunduz : Inqiétude pour les pays d'Asie centrale voisins de l'Afghanistan
    L'assassinat d'un agent de la circulation dans la plaine d'Abdan de la province de Kunduz, près de la frontière tadjike, au nom de l'Etat islamique, a tiré la sonnette d'alarme pour les pays d'Asie centrale ainsi que pour la Russie et la Chine.
    E7pzZ-XXIAIuHFI.jpeg

  • Afghanistan : Les forces gouvernementales lancent des contre-attaques dans le nord du pays

    Imprimer

    Les forces gouvernementales afghanes, soutenues par des milices locales dirigées par les dirigeants politiques Turan Ismail Khan et Abdul Rashid Dostum, ont lancé des contre-attaques dans le nord du pays. Ensemble, ils ont réussi à reprendre plusieurs zones aux talibans.

    Les forces d'Abdul Rashid Dostum soutenues par la Turquie
    Les forces d'Abdul-Rashid Dostum, sous le commandement de son fils, seraient actives dans les provinces de Sar-i-Pul, Badghis, Jowzjan, Faryab, Samangan et Kunduz. Ces milices locales reçoivent l'aide de la Turquie.

    Les forces de Turan Islmail Khan soutenues par l'Iran
    Turan Ismail Khan, principalement soutenu par l'Iran, mène des attaques dans la province d'Herat.

    De leur côté, les talibans poursuivent leur offensive dans la province de Kandahar, s'emparant d'avant-postes militaires, d'armes, d'équipements et de routes clés.

  • Afghanistan : Les talibans mettent en garde la Turquie contre le maintien de soldats en Afghanistan

    Imprimer

    Les talibans ont mis en garde la Turquie, mardi 13 juillet 2021, contre le maintien de troupes turques en Afghanistan après le départ des forces étrangères du pays, dénonçant une décision "condamnable".

    "La décision des dirigeants turcs n'est pas judicieuse, c'est une violation de notre souveraineté et de notre intégrité territoriale", déclarent les talibans dans un communiqué, quelques jours après l'annonce par la Turquie que ses troupes assureraient la sécurité de l'aéroport de Kaboul après la fin du retrait des forces étrangères prévu fin août.
    E6KvJAtXsAgoqsz.jpeg

    Branle-bas de combat au Turkménistan
    Dans un autre développement, le Turkménistan a commencé à déployer des armes lourdes, des hélicoptères et des avions de chasse près de la frontière avec l'Afghanistan et a demandé à ses forces de réserve d'être prêtes.

    L'Iran déploie également des renforts militaires pour sécuriser un poste frontière capturé par les talibans
    Le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) a déployé des renforts militaires et de l'artillerie lourde à la frontière avec l'Afghanistan, à la suite de la capture du poste frontière clé d'Islam Qala par les talibans le 8 juillet.

    Selon certains rapports, l'Iran a lancé un ultimatum aux talibans pour qu'ils évacuent la zone frontalière d'Islam Qala.

    Selon les informations locales, la zone frontalière a été complètement sécurisée après l'occupation d'Islam Qala par les talibans.

    "Il n'y a aucun problème avec la sécurité des frontières de l'Iran, et à l'heure actuelle, toute la frontière orientale de l'Iran avec l'Afghanistan est en toute sécurité et en paix", a déclaré dimanche l'agence de presse Xinhua citant Mohammad Pakpour, commandant des forces terrestres du CGRI. 

    Après l'attaque des talibans, un certain nombre de gardes-frontières afghans ont traversé la frontière et se sont réfugiés au bureau des douanes iranien de Dowqarun. Le 11 juillet, le porte-parole de la police iranienne a annoncé qu'ils avaient été rapatriés.

    "Une demande officielle du gouvernement afghan auprès des autorités compétentes de notre pays demandant le retour de leur personnel a été approuvée, et ces employés ont été renvoyés en Afghanistan par avion", a déclaré Mehdi Hajian dans une interview à la télévision d'Etat.

    Vidéo