Relations Qatar-Iran

  • Le Qatar et l'Égypte rétablissent leurs relations diplomatiques

    Imprimer

    Le Qatar et l'Égypte ont officiellement déclaré qu'ils étaient prêts à rétablir les relations diplomatiques mercredi 20 janvier, au moment où Doha a exprimé sa volonté de servir de médiateur entre l'Iran et les autres pays du Golfe.
     
    Ces mesures sont le résultat de la déclaration dite d'al-Ula, un accord signé le 5 janvier en Arabie saoudite qui a définitivement mis fin à la crise du Golfe. Après une ouverture progressive des voies de communication, terrestres et aériennes, entre le Qatar et les pays qui soutiennent l'embargo, l'Égypte a également rouvert ses portes à Doha. En particulier, dans une déclaration du Ministère égyptien des affaires étrangères, il a été signalé que le Caire avait échangé deux mémorandums officiels avec le pays du Golfe, dans lesquels les parties étaient convenues de rétablir les relations au niveau diplomatique.
     
    La réouverture des voies diplomatiques fait suite à celle de l'espace aérien égyptien, qui a eu lieu le 12 janvier, qui a permis d'opérer un vol par jour entre les deux capitales, tandis que les autorités des compagnies aériennes qatarie et égyptienne s'emploient à définir l'horaire des vols quotidiens entre les deux pays. Parallèlement, la nomination des ambassadeurs des missions diplomatiques respectives devrait avoir lieu dans les semaines à venir, vraisemblablement d'ici la fin du mois de mars.
     
    Par ailleurs, quelques heures à peine après la signature de la déclaration d'al-Ula, le ministre égyptien des Finances, Mohamed Maait, et son homologue américain, Steven Mnuchin, avaient assisté à la cérémonie d'ouverture d'un hôtel appartenant à Qatari Diar. société, située dans la capitale égyptienne, à laquelle assistait également le ministre des Finances de Doha, Ali Shareef al-Emadi. Selon certaines sources, la visite du ministre qatari avait également été à l'origine de discussions économiques avec des responsables égyptiens, au cours desquelles a été mis un terme à un différend entre le groupe Diar et une société égyptienne concernant un projet immobilier mis en pause suite à la crise. 
     
    La  «crise du Golfe» avait éclaté le 5 juin 2017 et avait opposé le Qatar, d'un côté, à l'Égypte, l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn, de l'autre. Plus précisément, Doha était accusée de soutenir et de financer des groupes terroristes tels que le Hamas et le Hezbollah et de soutenir l'Iran, le principal rival de Riyad dans la région. En punition, un embargo diplomatique, économique et logistique lui avait été imposé. Après des mois de dégel progressif des tensions, le 5 janvier, les pays soutenant le blocus ont décidé de le mettre officiellement fin et, dans la déclaration finale d'al-Ula, ils ont déclaré qu'ils voulaient unir leurs efforts pour faire face. aux menaces communes, principalement l'Iran.
     
    Dans ce contexte, quelques semaines après l'accord, le 18 janvier, le ministre qatari des Affaires étrangères, Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, a déclaré que son gouvernement espèrait que les pays arabes voisins pourront reprendre le dialogue avec Téhéran, et, dans ce cas, Doha était prête à servir de médiateur avec quiconque le souhaite, y compris les États-Unis. À la suite de cette déclaration, le 20 janvier, l'homologue iranien, Mohamad Javad Zarif , a salué la disponibilité de Doha, car l'Iran estime que la solution aux défis communs réside dans la collaboration. et dans la formation d'une "région forte" ainsi que "pacifique, stable, prospère et exempte d'hégémonies internationales ou régionales".
     
    Cependant, ces déclarations contredisaient les propos de l'Arabie saoudite  lors de la signature de la déclaration d'al-Ula. En effet, pour le pouvoir saoudien, l'objectif du rapprochement avec le Qatar était de permettre aux pays du Golfe de mieux faire face aux menaces posées par les programmes de missiles et nucléaire du régime iranien, considéré comme un danger imminent. Notons enfin que les propos de Doha et de Téhéran n'ont pas eu de suite du côté des monarchies de la région, qui n'ont pas apprécié les exercices militaires menés ces dernières semaines par l'Iran, visant à montrer à Washington leurs forces offensives et défensives .

  • Le Qatar appelle les pays arabes du Golfe à un dialogue avec l'Iran

    Imprimer

    cheikh Mohammed Abderrahmane Al-Thani.jpgLe Qatar a appelé les pays arabes du Golfe à tenir des discussions avec l'Iran, a déclaré le ministre des Affaires étrangères dans une interview diffusée mardi, deux semaines après la réconciliation entre Doha et ses voisins.
     
    Cheikh Mohammed Abderrahmane Al-Thani (photo) a émis l'espoir de voir un tel "dialogue se produire", dans une interview diffusée mardi par la télévision Bloomberg. "C'est aussi un désir d'autres pays du Conseil de coopération du Golfe", a-t-il ajouté en référence au CCG qui regroupe, outre son pays, l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis, Oman et le Koweït.
     
    Le Qatar, boycotté depuis juin 2017 par quatre pays arabes, dont trois de ses voisins du Golfe en raison notamment de ses liens jugés trop proches de l'Iran, s'est réconcilié avec eux lors d'un sommet du CCG le 5 janvier en Arabie saoudite. Le Qatar et l'Iran se partagent l'un des plus grands gisements offshore de gaz au monde, et Doha entretient des relations cordiales avec Téhéran.
     
    Doha est un proche allié de Washington et sa prise de position en faveur d'un dialogue régional intervient au moment où le président américain, Donald Trump, artisan de la politique de "pression maximale" sur l'Iran, s'apprête à quitter la Maison Blanche.
     
    Riyad, grand rival régional de Téhéran, qui a souvent accusé son voisin d'ingérence, semble peu enclin à engager un dialogue avec l'Iran. Le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane (MBS), a vu dans le rapprochement entre monarchies du Golfe un atout pour faire face aux "menaces posées par le programme nucléaire et de missiles balistiques du régime iranien".
     
    "Le Qatar facilitera les discussions si les parties prenantes le demandent, et soutiendra qui que ce soit pour le faire", a souligné cheikh Mohammad à la télévision Bloomberg.