Relations Pakistan-Afghanistan

  • Pakistan : Islamabad s'inquiète de la recrudescence de l'activité terroriste des talibans pakistanais

    Imprimer

    La victoire des talibans afghans en Afghanistan a dynamisé les mouvements jihadistes dans la région et fait craindre qu'une reprise de l'insurrection islamiste ne menace les investissements étrangers, en particulier ceux liés à l'initiative chinoise baptisée "Route de la Soie".

    Depuis la prise de Kaboul par les talibans, il y a eu une augmentation significative des attaques contre les forces de sécurité pakistanaises par le mouvement islamique radical  Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP).

    Le TTP est le groupe terroriste le plus redouté du Pakistan. Il a des liens idéologiques avec les talibans afghans. Il a déjà revendiqué des centaines d'attaques contre des cibles militaires et civiles mais ses actions se sont multipliées récemment contre les forces de sécurité pakistanaises.

    Le TTP a organisé 53 attaques du 1er janvier au 30 juin 2021, selon le "Pakistan Institute of Peace Studies" (PIPS), un groupe de réflexion d'Islamabad. Du 1er juillet au 15 septembre, le TTP est passé à 55 attaques impliquant des kamikazes, des engins explosifs en bordure de route, des tirs de snipers et des embuscades.

    Selon Muhammad Amir Rana, directeur du PIPS, la victoire des talibans afghans a enhardi les militants islamiques, y compris ceux du TTP, et leur a remonté le moral.

    Formé en décembre 2007 avec la fusion de plus petites formations militantes, le TTP s'effondrait sous une répression pakistanaise soutenue qui a forcé sa re-localisation en Afghanistan en 2014.

    Les choses ont été aggravées par la mort des dirigeants successifs du TTP lors d'attaques de drones américains et de divisions internes. Dernièrement, cependant, la victoire des talibans afghans a convaincu les différents groupes du TTP de mettre fin à leurs différences.

    Un rapport du Conseil de sécurité des Nations Unies en juin 2021 a estimé qu'il y avait entre 2 500 et 6 000 combattants du TTP du côté afghan de la frontière. En août, les talibans afghans ont libéré des milliers de prisonniers, principalement des militants, dont des dirigeants du TTP comme son ancien numéro deux, Maulvi Faqir Mohammad.

    "Le retour au Pakistan des militants et la libération de prisonniers ont augmenté la capacité et la force militaire du TTP, entravant les efforts pakistanais pour éradiquer le terrorisme à l'intérieur de ses frontières", a déclaré Rana

    Islamabad et Pékin ont tous deux tenu le TTP pour responsable d'un attentat-suicide le 14 juillet 2021 qui a tué neuf ingénieurs chinois travaillant sur un projet hydroélectrique dans le district de Kohistan au Pakistan. "Davantage de Chinois ou de projets chinois pourraient être attaqués afin d'augmenter la pression sur le gouvernement pakistanais", a rapporté le 18 septembre le Global Times, porte-parole du Parti communiste chinois, citant des experts chinois en matière de sécurité.

    La recrudescence du terrorisme a contraint la Nouvelle-Zélande et l'Angleterre à annuler les tournées de cricket au Pakistan pour des raisons de sécurité. 

    Le Premier ministre Imran Khan a déclaré dans une interview le 24 septembre 2021 que le Pakistan était "extrêmement préoccupé" par les menaces terroristes en provenance d'Afghanistan, en particulier du TTP, et a tenu le groupe pour responsable de la plupart des attaques contre des citoyens chinois. "Le Pakistan travaillera avec les autorités afghanes pour mettre un terme au TTP et à d'autres actes de terrorisme en provenance d'Afghanistan", a-t-il déclaré.

    Le TTP a des sanctuaires le long de la frontière commune dans les provinces de Kunar et de Nangarhar, mais il est peu probable que les talibans afghans répondent aux demandes d'Islamabad de les débusquer et de rapatrier de force les combattants réticents à retourner au Pakistan.

    "Les talibans afghans n'ont jamais soulevé d'objections ni tenté d'empêcher le TTP de mener des attaques à l'intérieur du Pakistan malgré des liens étroits avec les agences de renseignement pakistanaises", a déclaré Abdul Bari, un ancien responsable de la sécurité afghan qui a servi dans la province de Nangarhar. « De même, le TTP ne s'est jamais opposé à l'alliance des talibans afghans avec le Pakistan.

    Islamabad espère affaiblir le TTP en persuadant les militants islamiques de rentrer de Kunar et Nangarhar, où ils ont fui avec leurs familles pour échapper aux opérations militaires pakistanaises qui ont rasé leurs maisons en 2014.

    La semaine dernière, le président pakistanais Arif Alvi et son ministre des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi, ont déclaré que le gouvernement pardonnerait au groupe si ses membres déposaient les armes, abandonnaient leur idéologie militante et respectaient la constitution.

    Le TTP a rejeté l'ouverture d'amnistie d'Islamabad à moins qu'elle ne s'accompagne d'un engagement à imposer les lois islamiques dans tout le pays. "Des pardons sont généralement offerts à ceux qui commettent des crimes, mais nous sommes assez fiers de notre combat", a déclaré le TTP dans un communiqué.

    Iftikhar Firdous, un analyste de la sécurité basé à Peshawar, a déclaré que le TTP avait rejeté l'offre d'Islamabad parce qu'il bénéficiait de la protection des talibans afghans, et aussi "parce qu'il a toujours la capacité de mener des attaques dans différentes parties du pays".

    Bien que certains groupes plus petits semblent prêts à déposer les armes, Firdous ne s'attend pas à ce que quiconque dans le TTP s'assoie pour des négociations si leurs demandes ne sont pas acceptées, "aussi déraisonnables soient-elles".

    La plupart des observateurs s'accordent à dire que l'expulsion du TTP d'Afghanistan ne serait pas facile pour les talibans afghans.

    "Islamabad devrait savoir que le TTP, al-Qaida et d'autres groupes militants transnationaux font partie d'un réseau jihadiste plus large avec un programme mondial similaire, et ils ont aidé les talibans afghans à capturer la plupart des régions de l'Afghanistan", a déclaré Bari.

    "Si les talibans afghans tentaient d'écraser les sanctuaires du TTP sous la pression d'Islamabad, ils pourraient rejoindre l'État islamique-Khurasan (IS-K) qui mène des actions armées au gouvernement nouvellement formé des talibans à Kaboul."

     

  • Afghanistan : les chefs des services de renseignement régionaux se rassemblent au Pakistan pour discuter de la question afghane

    Imprimer

    Hamid (chef).jpegLe Lieutenant général Faiz Hamid, directeur général de l'Inter Services Intelligence (ISI), les services de renseignement pakistanais, a accueilli samedi 11 septembre 2021  à Islamabad les chefs des services de renseignement des pays de la région pour discuter de la situation afghane.

    Selon des sources, les chefs des services de renseignement de la Russie, de l'Iran, de la Chine, du Kazakhstan, du Turkménistan et de l'Ouzbékistan ont participé à la réunion.

    Les participants ont échangé leurs points de vue sur la situation sécuritaire en Afghanistan. Il y a une semaine, le chef de l'ISI s'était rendu en Afghanistan et avait rencontré le chef du Hizb-e-Islami, Gulbaddin Hekmatyar.

    Les chefs des services de renseignement des États-Unis et du Royaume-Uni ont également rencontré le chef d'état-major de l'armée pakistanaise, le général Qamar Javed Bajwa, principalement pour discuter de la situation en Afghanistan.

    La réunion de samedi est considérée comme une reconnaissance de facto du rôle du Pakistan dans la question afghane.

  • Afghanistan : Derniers développements (mis à jour au fur et à mesure des évènements)

    Imprimer

    Echange de tirs à l'aéroport de Kaboul : 1 mort
    Un garde afghan a été tué lors d'un échange de tirs tôt lundi matin 23 août 2021 à l'aéroport de Kaboul, entraînant l'intervention des forces allemandes et américaines, a annoncé l'armée allemande.
    "Ce matin à 04H13, il y a eu un échange de coups de feu entre des gardes afghans et des assaillants non identifiés à la porte Nord de l'aéroport de Kaboul. Un garde afghan a été tué et trois autres blessés", a indiqué l'armée allemande sur son compte Twitter.
    Des soldats allemands et américains ont pris part à "des échanges de tirs ultérieurs", a ajouté l'armée allemande en précisant qu'aucun soldat allemand n'avait été blessé.

    Toujours le chaos autour de l'aéroport de Kaboul
    Depuis leur entrée dans Kaboul le 15 août, les islamistes tentent de convaincre la population qu'ils ont changé, affirmant que leur politique sera moins brutale que lorsqu'ils étaient à la tête du pays de 1996 à 2001. Mais cela n'endigue pas le flot de ceux qui ne croient pas en leurs promesses et veulent partir. "L'Amérique, avec toute sa puissance et ses équipements (...), a échoué à ramener l'ordre à l'aéroport. Il y a la paix et le calme dans tout le pays, mais il n'y a que le chaos à l'aéroport de Kaboul (...) Cela doit cesser le plus tôt possible", a déclaré dimanche un haut responsable taliban, Amir Khan Mutaqi.

    Sept Afghans sont morts dans cette gigantesque cohue à l'aéroport, a annoncé dimanche le ministère britannique de la Défense, sans dire s'il parlait d'un seul incident ou de plusieurs, ni quand cela avait eu lieu.

    Un journaliste, faisant partie d'un groupe d'employés de presse et d'universitaires qui a eu la chance d'accéder à l'aéroport dimanche, a décrit des scènes d'Afghans totalement désespérés s'accrochant à leur bus au moment où ils y pénétraient. "Ils nous montraient leurs passeports et criaient: +Emmenez-nous avec vous, s'il vous plaît emmenez-nous avec vous", a raconté ce journaliste à l'AFP.

    Espérant toujours un miracle, des familles demeurent massées entre les barbelés qui entourent le périmètre séparant les talibans des troupes américaines, et l'accès à l'aéroport reste très difficile.

    Face à cette situation, les dirigeants du G7 vont tenir une réunion virtuelle mardi, a annoncé le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays assure actuellement la présidence du groupe. "Il est vital que la communauté internationale travaille ensemble pour assurer des évacuations sûres, prévenir une crise humanitaire et aider le peuple afghan à protéger les progrès (réalisés) les vingt dernières années", a-t-il ajouté.

    Le président américain Joe Biden a déclaré dimanche toujours espérer que les opérations d'évacuations puissent être terminées avant le 31 août, la date fixée par son gouvernement pour le retrait complet des troupes américaines en Afghanistan. "Nous espérons que nous ne devrons pas prolonger", a déclaré le président américain, tout en laissant la porte ouverte à une extension. "Il y aura des discussions, je pense."

    Washington a réquisitionné les avions de plusieurs compagnies aériennes privées afin d'aider à l'évacuation. Ces avions ne décolleront pas de l'aéroport de Kaboul mais aideront à transporter les personnes ayant été évacuées vers des pays tiers, comme le Qatar ou les Emirats arabes unis.

    Washington prévoit d'évacuer entre 10.000 et 15.000 de ses ressortissants, et de 50.000 à 60.000 Afghans et leurs familles, selon l'administration Biden. Mais un nombre considérable d'autres personnes tentent de fuir. "Il veulent évacuer 60.000 personnes d'ici la fin du mois. C'est mathématiquement impossible", a déclaré à l'AFP le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

    Vladimir Poutine tire la sonnette d'alarme sur la présence de combattants déguisés en réfugiés
    Depuis le 14 août, environ 25.100 personnes ont été évacuées d'Afghanistan à bord d'avions militaires américains et de pays alliés, selon la Maison Blanche.

    Dimanche 22 août, le président russe Vladimir Poutine a appelé à empêcher un afflux de réfugiés en provenance d'Afghanistan parmi lesquels pourraient se cacher des "combattants déguisés".

    "Nos partenaires occidentaux demandent avec insistance d'accueillir les réfugiés dans les pays d'Asie centrale jusqu'à ce qu'ils aient un visa pour les Etats-Unis ou pour d'autres pays", a déclaré M. Poutine. "Mais qui peut être (caché) parmi ces réfugiés, comment peut-on le savoir?", a-t-il souligné, en estimant que "des centaines, voire des centaines de milliers ou peut-être des millions" de personnes pourraient vouloir fuir le pays.

    Les talibans annoncent une offensive contre la vallée du Panjshir
    Une poche de résistance s'est formée dans la vallée du Panjshir, au nord-est de Kaboul, longtemps connue comme un bastion anti-talibans. Ce Front national de résistance (FNR) est notamment emmené par Ahmad Massoud, fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par Al-Qaïda.

    Après l'échec de négociations, les talibans ont annoncé dimanche 22 août 2021 le lancement d'une offensive d'envergure contre la vallée du Panjshir.
    "Des centaines de moudjahidines de l'Emirat islamique se dirigent vers l'Etat du Panjshir pour le contrôler, après que des responsables locaux aient refusé de le remettre de façon pacifique", ont indiqué les talibans sur leur compte Twitter en arabe. 
    L'offensive des talibans contre la vallée du Panjshir est dirigée par Qari Fasihud Din HafizuAllah. Lundi 23 août, ils ont annoncé avoirencerclé les combattants du Front National de Résistance dans le Panjshir, tout en ajoutant vouloir négocier plutôt que de combattre.E9coAxCXMAAXhvn.jpeg

    L'entrée principale de la vallée du Panjshir est une gorge étroite qui rend son invasion extrêmement difficile par des forces extérieures, à la merci des tirs de combattants positionnés sur les hauteurs alentours.

    Des rapports émanant de plusieurs sources, non confirmés, mais rapportés par la BBC , prétendent qu'une colonne de talibans serait tombée dans une embuscade tendue par les combattants anti-talibans du Jabal al-Siraj, avant d'entrer dans la région du Panjshir. Selon ces rapports,  plus de 300 talibans auraient été tués. En outre, les combattants du Front National de Résistance (anti-talibans) auraient fait sauter le pont Doshakh à Salang nord, coupant la route d'approvisionnement des talibans et piégeant plusieurs centaines de talibans.
    E9bkYfQVUAAdYjq.jpegE9a7e7fWQAIFnTK.jpeg

    E9awMvOXsAwjSTL.jpeg

    Les talibans affirment avoir nettoyé les districts de Banu, Pol-e-Hesar et Deh Salah de la province de Baghlan. Parallèlement, des sources locales ont indiqué que de violents combats avaient lieu entre les talibans et les combattants du groupe dans les districts de Deh Salah et Banu. Au cours des combats, le chef taliban du district de Banu a été tué avec 3 autres combattants.
    Les affrontements se poursuivent dans différentes parties d'Andarab.
    Une information en date du 23 août fait état d'une embuscade dans la région de Fajr au cours de laquelle une cinquantaine de talibans ont été tués et 20 autres faits prisonniers. Le Front National de Résistance (FNR) a eu un mort 1 et six blessés.

    Un porte-parole du FNR, Ali Maisam Nazary, a déclaré à l'AFP que le Front se préparait à "un conflit de longue durée" avec les talibans. Selon lui, des milliers d'Afghans ont rejoint la vallée du Panjshir pour combattre le nouveau régime.
    Des photos prises par l'AFP lors d'exercices d'entraînement montrent des véhicules blindés rouler à travers la vallée. "Les talibans ne dureront pas s'ils continuent ainsi. Nous sommes prêts à défendre l'Afghanistan et nous mettons en garde contre un bain de sang", a déclaré dimanche M. Massoud à la chaîne Al-Arabiya. Vidéo de combattants du FNR dans la région du Panjshir.

    Le "Lion du Panjshir"
    En 1997 Ahmed Shah Massoud, légendaire chef de guerre surnommé "Le lion du Panjshir", avait fait sauter le tunnel de Salang, construit lors de l'invasion soviétique de l'Afghanistan (1979-1989), fermant ainsi la porte d'entrée de la vallée par le sud. Malgré de nombreuses tentatives, les talibans n'étaient jamais parvenus à s'emparer du Panjshir.

    Les talibans envisagent de remplacer Kaboul par Kandahar comme capitale d'Afghanistan
    Dans une interview exclusive avec Al-Jazeera, Abdul Qahar Balkhi, membre de la commission culturelle des talibans, a déclaré que "des consultations sont en cours pour former un gouvernement et ce sera certainement un système global". Il a déclaré que le changement de la capitale de Kaboul à Kandahar est également un sujet de discussion.
    L'une des raisons pour lesquelles les talibans envisagent de changer de capitale est que la plupart des Kaboulis parlent une langue appartenant au groupe iranien de la famille des langues indo-européennes. Les Pachtounes sont minoritaires à Kaboul  et ceux de Kaboul sont de langue persane. Alors que Kandahar est une ville pachtoune. 
    La question du transfert de la capitale pourrait également révéler des dissensions entre les pachtounes Kandahari à l'égard des talibans pachtounes de Haqqani qui ont pris le pouvoir à Kaboul. les Haqqanis jouent un rôle dominant à la fois militairement et politiquement à Kaboul. Or, les relations étroites idéologiques, opérationnelles et même familiales des Haqqani avec al-Qaïda sont bien connues.
    Ajoutons que l'ONU a identifié la présence de hauts dirigeants d'al-Qaïda et de centaines de djihadistes armés, notamment dans la région d'Af-Pak.

    L"ambassade du Pakistan à Kaboul investie par les talibans
    Des sources locales confirment que l'ambassade du Pakistan à Kaboul a été investie par les talibans, lundi 23 août 2021. Les talibans ont averti le personnel de ne pas délivrer de visas pour les Afghans essayant de fuir le pays. (Source Suhaib Zuberi)

  • Afghanistan : Dernières nouvelles (mardi soir 21H)

    Imprimer

    Le Pakistan ne reconnaîtra pas le gouvernement taliban
    Le Pakistan a décidé de ne pas reconnaître le gouvernement taliban afghan, affirmant que le pays ne prendra pas de décision unilatérale sur la question, et quelle que soit la décision prise, elle devra être en consultation avec les puissances régionales et internationales.

    Amis et ennemis des talibans
    Les Frères musulmans de Jordanie félicitent « le peuple afghan » pour « avoir vaincu l'occupation américaine grâce aux moudjahidin talibans et à tous les Afghans ».
    E9Afr7uXsAEUqUh.jpeg

    Les talibans dynamitent la statue d'un leader chiite hazara
    Une statue du leader Hazara Abdul Ali Mazari à été dynamité par les talibans à Bamiyan ce mardi soir 17 août 2021 (photo de titre). L'information a été rapportée par des sources locales. L'information contredit les assurances données par les leaders talibans à la communauté chiite hazara qu'elle n'avait rien à craindre d'un gouvernement taliban.
    Abdul Ali Mazari a été tué par les talibans en 1995 alors qu'il les rencontrait pour des pourparlers de paix. Les talibans l'ont capturé et jeté d'un hélicoptère.

    Saleh.jpegLe vice président afghan Amrullah Saleh (photo ci-contre) se déclare ce mardi soir président d'Afghanistan et ne reconnait pas le régime taliban
    Il justifie ses prétentions en affirmant que selon la Constitution de la République islamique d'Afghanistan, en cas d'absence, d'évasion ou de décès du Président, le Premier Vice-Président sera le Président par intérim. "Je suis à l'intérieur du pays (réfugié au panjshir)  et je suis légalement et légitimement en charge de ce poste présidentiel. Je consulte tous les dirigeants du pays pour renforcer cette position.

     

  • Afghanistan : Dernières nouvelles

    Imprimer

    Interdiction de regarder la télévision et d'écouter de la musique
    Les talibans des provinces de Samangan et Nuristan ont cassé des antennes et ont ordonné aux gens de ne pas regarder la télévision ni écouter de la musique.
    E7DAr9HXoAEYqvo.jpeg

    Province de Helmand
    Le ministère de la défense afghan affirme que 35 talibans ont été tués et 13 autres blessés au cours de plusieurs opérations conjointes distinctes menées par l'armée afghane avec le soutien de l'armée de l'air afghane dans les districts de Nahri Saraj, Nad Ali, Nawa et ainsi que dans la ville de Lashkar Gah. Plusieurs bastions talibans ont également été éliminés.
    E7DY3-AWUAQRnW8.jpeg

    Province de Laghman
    Les forces de sécurité  ont lancé une opération de ratissage dans le district d'Alishang, occasionnant des pertes aux talibans. Vingt talibans ont été tués et cinq autres ont été blessés au cours de l'opération. En outre, des munitions, des armes et plusieurs caches ont été détruites lors de l'opération.
    E6_isXQXIAMuq-R.jpeg

    Province de Nuristan
    Sept talibans ont été tués et neuf autres blessés lors d'une opération de ratissage conjointe de l'armée afghane dans le district de Bargmatal, vendredi 23 juillet. Plusieurs villages de Bargmatal ont été repris aux talibans.
    E7CdknnWQAE-C-o.jpeg

    Le Pakistan remplace les forces paramilitaires à la frontière afghane par l'armée
    Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Cheikh Rashid Ahmed, a déclaré que les soldats de l'armée pakistanaise avaient remplacé les paramilitaires de la police des frontières, les Levies et d'autres forces sur les positions de la ligne de front le long de la frontière avec l'Afghanistan alors que les insurgés talibans prennent le contrôle de plus en plus de territoire le long des frontières du pays voisin.
    "Maintenant, des troupes de l'armée régulière gardent la frontière après avoir remplacé les forces paramilitaires", a déclaré Ahmed dans une interview télévisée vendredi soir. «Des troupes paramilitaires, y compris la police des frontières, les gardes forestiers sont déployés aux frontières pour faire face aux problèmes courants, notamment le franchissement illégal des frontières, la contrebande, etc. Cependant, la situation volatile actuelle [en Afghanistan] exige que des troupes militaires régulières soient déployées le long de la frontière. »
    Le porte-parole militaire, le général de division Babar Iftikhar, avait également récemment déclaré à une chaîne de télévision que des troupes de l'armée pakistanaise occupaient désormais la frontière afghane et que cette décision aiderait à empêcher l'escalade de la violence du sol ou de l'espace aérien afghan vers le côté pakistanais.
    2729901-45862348.jpeg

     

  • Pakistan : Islamabad pourrait chercher à négocier avec les rebelles baloutches anti-chinois face à la montée en puissance des talibans afghans

    Imprimer

    Le Premier ministre pakistanais Imran Khan s'est récemment engagé à entamer des pourparlers avec les insurgés armés du Baloutchistan.

    Le gouvernement pakistanais semble avoir pris conscience de la grave menace que l'insurrection baloutche fait peser sur le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC) et du pourrissement de la situation politique au Baloutchistan, dans le sillage de la résurgence des talibans dans l'Afghanistan voisin.

    La province du Baloutchistan, avec son port stratégique de Gwadar où la Chine investit des milliards de dollars, est un territoire vital pour le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC).

    Dans le même temps, le Baloutchistan a également été historiquement une base sûre pour le leadership des talibans afghans. Quetta, la capitale du Baloutchistan,  est sans doute en train de devenir une zone de confluence de militantisme d'inspiration religieuse et d'insurrection ethnique.

    Cela en fait une région extrêmement sensible pour le Pakistan, car l'instabilité généralisée qui gagne l'Afghanistan depuis le départ des troupes américaines pourrait fournir un nouvel élan aux groupes baloutches pour réorganiser leurs milices et intensifier leur agenda séparatiste. Le 14 juillet 2021, une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux montrait un rassemblement pro-taliban dans la capitale du Baloutchistan, Quetta. Avec des personnes portant des armes et louant les victoires des talibans en Afghanistan. Le rassemblement confirme non seulement une présence taliban très visible dans la province, mais montre également la tendance croissante du groupe à projeter son pouvoir par des moyens politiques et militants.

    Certes, les groupes d'insurgés baloutches ne sont pas le seul groupe à cibler la province du Baoutchistan. Ces derniers mois, il y a eu au moins une douzaine d' attaques au Baloutchistan par les islamistes de Tehreek-i-Taliban , soulignant à quel point la situation sécuritaire de la province se détériore à la suite de l'intensification de la guerre civile en Afghanistan.

    Bien que l'État pakistanais soit la principale cible des insurgés baloutches, ceux-ci ont récemment ciblé les ressortissants chinois et le CPEC associés à Islamabad.

    De nombreux analystes et dirigeants politiques au Pakistan pensent qu'une insurrection militante et ethnique généralisée pourrait finalement forcer la Chine à quitter le Baloutchistan, ce qui porterait un coup sérieux aux efforts du Pakistan pour dynamiser son économie.

    Les attaques contre les forces gouvernementales et les Chinois ne cessent de prendre de l'ampleur. Elles sont le fait, non seulement des insurgés baloutches, mais aussi des islamists de Tehreek-i-Taliban, les talibans pakistanais, bien que les deux groupes d'insurgés ne partagent aucune affinité idéologique.

    En juin 2020, l'Armée de libération du Baloutchistan a attaqué la Bourse du Pakistan à Karachi, où sont basées un certain nombre d'entreprises chinoises impliquées dans la CPEC. En 2017, un consortium d'entreprises chinoises avait acheté une participation de 40 % dans la Bourse du Pakistan, ce qui en fait leur plaque tournante au cœur de la plus importante ville financière du Pakistan.

    14 agents de sécurité, dont sept membres du Frontier Corps, ont été tués en octobre 2020 lors d'une attaque armée contre leur convoi sur la route côtière dans la zone d'Ormara du district de Gwadar. 

    En mars 2021, des insurgés armés baloutches ont attaqué un véhicule transportant du personnel de la marine pakistanaise, tuant au moins un et en blessant deux.

    Le 21 avril, une voiture piégée à l'hôtel de luxe Serena à Quetta a tué cinq personnes et en a blessé 12. Les talibans pakistanais ont revendiqué la responsabilité de l'attaque  et déclaré que la police et d'autres responsables étaient la cible. 

    Le 14 juillet, une explosion survenue dans un bus dans la province pakistanaise de Khyber Pakhtunkhwa a fait au moins 13 morts, dont neuf ressortissants chinois. Alors que la Chine a rapidement qualifié cela d'attentat à la bombe, les autorités pakistanaises continuent d'insister sur le fait qu'il s'agissait d'une panne de véhicule. 

    Le 15 juillet, deux militaires pakistanais, dont un capitaine, ont été tués par une explosion dans le district de Pasni au Baloutchistan, à 126 kilomètres à l'est du port de Gwadar.

    Alors que l'apparente attaque de bus dans la province de Khyber Pakhtunkhwa met en évidence l'accent mis par les Tehreek-i-Taliban sur la CPEC, les insurgés baloutches considèrent également que la CPEC manifeste et perpétue ce qu'ils considèrent comme « l'impérialisme chinois » au Baloutchistan, qui, selon eux, se fait au détriment de la population indigène.

    Certains dirigeants politiques et responsables de la sécurité au Pakistan suggèrent cependant que le succès des talibans en Afghanistan pourrait en fait être de bon augure pour la lutte du Pakistan contre les insurgés baloutches, car le Pakistan pourrait tirer parti de son influence sur les talibans pour forcer les groupes militants baloutches à mettre un terme à leur insurrection.

    Cependant, la suggestion néglige la dynamique en évolution rapide des liens traditionnels du Pakistan avec les talibans afghans.

    Lors d'une récente séance d'information privée donnée au parlement, les plus hauts responsables militaires pakistanais auraient décrit les Tehreek-i-Taliban et les talibans afghans comme les deux faces d'une même pièce, ajoutant qu'une divergence croissante se fait jour entre les deux groupes militants à la suite de la distanciation calculée du  Pakistan par rapport aux talibans en Afghanistan.

    À la suite de l'activité militante croissante au Baloutchistan, « il est rationnel pour le gouvernement d'essayer de faire la paix avec au moins un des auteurs », a déclaré un chef du parti au pouvoir à Asia Times sous couvert d'anonymat.

    Les groupes d'insurgés baloutches sont le choix logique car le Pakistan les considère comme les principaux auteurs des attaques contre les projets de la CPEC. Comme plusieurs analystes l'ont noté, une alliance tacite entre les groupes d'insurgés baloutches et les talibans pourrait nuire considérablement au projet et avec lui à la fragile alliance du Pakistan avec la Chine.

    Un accord de paix avec les insurgés baloutches relâcherait considérablement la pression sécuritaire sur le Pakistan et lui permettrait plutôt de se concentrer sur la menace croissante émergeant d'Afghanistan.

    En tant que tel, le Pakistan envisage d'inclure Pékin dans ses pourparlers avec les groupes militants baloutches, en vue de répondre aux préoccupations des groupes insurgés baloutches concernant le contrôle de la Chine sur leurs ressources, y compris le port de Gwadar.

    Mais cette initiative ne va-t'elle pas s'ajouter à la  longue liste des tentatives infructueuses pour répondre aux préoccupations des Baloutches ?

    Comme le montre l'histoire, ce n'est qu'en répondant à la demande fondamentale des Baloutches d'une autonomie politique, administrative et fiscale significative au sein de la fédération que le Pakistan pourra améliorer la situation dans une province agitée depuis son adhésion au Pakistan en 1948.

    Une réponse positive à certaines des demandes fondamentales des Baloutches liées à l'autonomie provinciale - permettrait au Pakistan de déployer des ressources et des forces. à la menace croissante de l'activisme transnational d'inspiration religieuse des talibans.

    Pour que les pourparlers réussissent, le Pakistan doit engager des négociations avec les véritables dirigeants politiques baloutches, pas les mandataires connus de l'État, tels que Shahzain Bugti, qui n'ont aucun lien politique réel avec les insurgés baloutches. Parmi les dirigeants baloutches crédibles, on peut citer le Dr Abdul Malik, ancien ministre en chef du Baloutchistan et champion connu de l'autonomie provinciale.

     

     

     

     

     

     

  • Afghanistan/Pakistan : 22 morts dans un affrontement à la frontière entre les deux pays

    Imprimer

    L'Afghanistan a accusé vendredi le Pakistan d'avoir tué 15 civils lors d'affrontements à un poste frontalier où des foules s'étaient massées pour tenter de traverser à l'occasion des célébrations de l'Aïd al-Adha.
    Du côté pakistanais, les responsables de l'hôpital ont déclaré avoir reçu sept personnes décédées à la suite des affrontements. Les deux pays sont des alliés des États-Unis, mais ils s'accusent mutuellement de soutenir des groupes armés.
    Hayatullah Hayat, le gouverneur de la province de Kandahar, dans le sud-est de l'Afghanistan, a déclaré que des obus avaient atterri dans les zones résidentielles de Spin Boldak et qu'il y avait 15 morts et 80 blessés, parmi lesquels des enfants et des femmes, lors d'affrontements entre les forces de sécurité des deux pays.
    Un haut responsable de la ville frontalière pakistanaise de Shaman a déclaré que la violence avait commencé lorsque des foules attendant de traverser l'Afghanistan étaient devenues incontrôlables et avaient attaqué les installations pakistanaises.
    "Si l'armée pakistanaise continue ses attaques de missiles sur le sol afghan, elle devra faire face à une réponse de l'armée afghane", a déclaré le ministère afghan de la Défense dans un communiqué.
    Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a déclaré que les forces afghanes avaient ouvert le feu sur la foule. "Les forces pakistanaises ont répondu pour protéger nos citoyens et n'ont agi qu'en légitime défense", a-t-il ajouté, notant que le pays a immédiatement activé les voies militaires et diplomatiques pour réduire l'escalade de la situation.
    Mais les manifestants ont déclaré à Reuters par téléphone que les forces de sécurité pakistanaises avaient d'abord ouvert le feu sur la foule.
    Le point de passage, qui était la plupart du temps fermé aux piétons pendant la pandémie de Covid-19, a été brièvement ouvert mercredi et devait être rouvert jeudi pour permettre aux citoyens des deux pays de traverser pour célébrer la fête qui tombe vendredi en Afghanistan et samedi au Pakistan.
    Un responsable pakistanais à la frontière a déclaré à Reuters que la foule a commencé à protester parce que le poste frontière n'était pas ouvert. Un centre de quarantaine et une installation gouvernementale pakistanaise ont été incendiés au cours des échauffourées.
    Le poste frontière de Shaman
    Le point de passage frontalier de Chaman est l'un des principaux points de passage entre le Pakistan et l'Afghanistan dans la province du Baloutchistan. Dans le passé, le gouvernement a autorisé la libre circulation des travailleurs locaux et des commerçants à travers la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan à travers le poste frontière de Shaman. Cependant, la frontière a été fermée en raison des problèmes de sécurité et de la pandémie de coronavirus, explique Zia Langove, ministre de l'intérieur du Baloutchistan.
    Ligne Durand
    La frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan suit la ligne dite "Durand", qui s'étend sur 2640 km. Cette délimitation tire son nom de Sir Mortimer Durand, ministre des affaires étrangères de la province du Raj à l'époque de l'Empire britannique, qui en 1893, avec l'émir afghan Abdur Rahman Khan, avait négocié les frontières dont le Pakistan héritera plus tard. La ligne Durand est parfois aussi appelée la ligne Zéro. La frontière a coupé en deux les zones tribales et a ignoré, en particulier, les revendications des Pachtounes, un groupe ethnolinguistique indo-européen qui habite historiquement la région. C'est également pour cette raison que la frontière est restée une source de tension entre l'Afghanistan et le Pakistan. Actuellement, les dirigeants pachtounes des deux États ne reconnaissent pas la légitimité de la frontière et demandent la création d'un État pour leur nation.
    Balouchistan
    L'Armée de libération du Baloutchistan est une organisation armée qui lutte depuis plus de dix ans contre le gouvernement d'Islamabad pour obtenir l'indépendance de la région du Baloutchistan. Cette zone, bien qu'elle soit la plus grande du Pakistan, est peu peuplée. Une série d'infrastructures, telles que de nouvelles routes et de nouveaux ports, sont prévues dans la région dans le cadre du développement du corridor économique et énergétique entre la Chine et le Pakistan (CPEC), pour un montant de 56 milliards de dollars. Ce projet relie le sud-est de la Chine à la mer d'Arabie via le Pakistan. Depuis le lancement du CPEC le 22 mai 2013, les séparatistes du Baloutchistan ont mené de nombreuses attaques contre le personnel chinois, car ils considèrent le projet comme une "tentative impérialiste" de se faufiler sur leur territoire.