Relations Pakistan-Afghanistan

  • Afghanistan/Pakistan : 22 morts dans un affrontement à la frontière entre les deux pays

    Imprimer

    L'Afghanistan a accusé vendredi le Pakistan d'avoir tué 15 civils lors d'affrontements à un poste frontalier où des foules s'étaient massées pour tenter de traverser à l'occasion des célébrations de l'Aïd al-Adha.
    Du côté pakistanais, les responsables de l'hôpital ont déclaré avoir reçu sept personnes décédées à la suite des affrontements. Les deux pays sont des alliés des États-Unis, mais ils s'accusent mutuellement de soutenir des groupes armés.
    Hayatullah Hayat, le gouverneur de la province de Kandahar, dans le sud-est de l'Afghanistan, a déclaré que des obus avaient atterri dans les zones résidentielles de Spin Boldak et qu'il y avait 15 morts et 80 blessés, parmi lesquels des enfants et des femmes, lors d'affrontements entre les forces de sécurité des deux pays.
    Un haut responsable de la ville frontalière pakistanaise de Shaman a déclaré que la violence avait commencé lorsque des foules attendant de traverser l'Afghanistan étaient devenues incontrôlables et avaient attaqué les installations pakistanaises.
    "Si l'armée pakistanaise continue ses attaques de missiles sur le sol afghan, elle devra faire face à une réponse de l'armée afghane", a déclaré le ministère afghan de la Défense dans un communiqué.
    Le ministère pakistanais des Affaires étrangères a déclaré que les forces afghanes avaient ouvert le feu sur la foule. "Les forces pakistanaises ont répondu pour protéger nos citoyens et n'ont agi qu'en légitime défense", a-t-il ajouté, notant que le pays a immédiatement activé les voies militaires et diplomatiques pour réduire l'escalade de la situation.
    Mais les manifestants ont déclaré à Reuters par téléphone que les forces de sécurité pakistanaises avaient d'abord ouvert le feu sur la foule.
    Le point de passage, qui était la plupart du temps fermé aux piétons pendant la pandémie de Covid-19, a été brièvement ouvert mercredi et devait être rouvert jeudi pour permettre aux citoyens des deux pays de traverser pour célébrer la fête qui tombe vendredi en Afghanistan et samedi au Pakistan.
    Un responsable pakistanais à la frontière a déclaré à Reuters que la foule a commencé à protester parce que le poste frontière n'était pas ouvert. Un centre de quarantaine et une installation gouvernementale pakistanaise ont été incendiés au cours des échauffourées.
    Le poste frontière de Shaman
    Le point de passage frontalier de Chaman est l'un des principaux points de passage entre le Pakistan et l'Afghanistan dans la province du Baloutchistan. Dans le passé, le gouvernement a autorisé la libre circulation des travailleurs locaux et des commerçants à travers la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan à travers le poste frontière de Shaman. Cependant, la frontière a été fermée en raison des problèmes de sécurité et de la pandémie de coronavirus, explique Zia Langove, ministre de l'intérieur du Baloutchistan.
    Ligne Durand
    La frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan suit la ligne dite "Durand", qui s'étend sur 2640 km. Cette délimitation tire son nom de Sir Mortimer Durand, ministre des affaires étrangères de la province du Raj à l'époque de l'Empire britannique, qui en 1893, avec l'émir afghan Abdur Rahman Khan, avait négocié les frontières dont le Pakistan héritera plus tard. La ligne Durand est parfois aussi appelée la ligne Zéro. La frontière a coupé en deux les zones tribales et a ignoré, en particulier, les revendications des Pachtounes, un groupe ethnolinguistique indo-européen qui habite historiquement la région. C'est également pour cette raison que la frontière est restée une source de tension entre l'Afghanistan et le Pakistan. Actuellement, les dirigeants pachtounes des deux États ne reconnaissent pas la légitimité de la frontière et demandent la création d'un État pour leur nation.
    Balouchistan
    L'Armée de libération du Baloutchistan est une organisation armée qui lutte depuis plus de dix ans contre le gouvernement d'Islamabad pour obtenir l'indépendance de la région du Baloutchistan. Cette zone, bien qu'elle soit la plus grande du Pakistan, est peu peuplée. Une série d'infrastructures, telles que de nouvelles routes et de nouveaux ports, sont prévues dans la région dans le cadre du développement du corridor économique et énergétique entre la Chine et le Pakistan (CPEC), pour un montant de 56 milliards de dollars. Ce projet relie le sud-est de la Chine à la mer d'Arabie via le Pakistan. Depuis le lancement du CPEC le 22 mai 2013, les séparatistes du Baloutchistan ont mené de nombreuses attaques contre le personnel chinois, car ils considèrent le projet comme une "tentative impérialiste" de se faufiler sur leur territoire.