Relations Mali-Burkina

  • Mali et Burkina s'accordent sur la sécurité aux frontières

    Imprimer

    Le Mali et le Burkina Faso vont bientôt revoir leur partenariat militaire afin de mieux relever le défi sécuritaire auquel les deux pays sont confrontés, a déclaré, samedi 3 septembre 2022, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, président de la Transition burkinabè.

    Damiba s'exprimait en marge de sa visite d'amitié et de travail au Mali.

    À l'issu des échanges avec son homologue malien le colonel Assimi Goïta, Paul Henri Damiba a déclaré à la presse : « Nous avons effectué une visite d'amitié ce jour au Mali dans le cadre de la Coopération qui existe entre le Burkina et le Mali ».

    « Mais il était bon temps pour nous qui sommes dans une période de transition de venir auprès des autorités de la République du Mali, pour aussi avoir un cadre de partage et d'échange autour des défis auxquels sont confrontées les transitions maliennes et burkinabé », a-t-il souligné.

    En outre, le président de la transition burkinabè explique que « le Burkina et le Mali partagent environ 1400 kilomètres de frontières confrontées à une crise sécuritaire. C'étaient essentiellement des questions sécuritaires sur lesquelles nous avons eu à échanger avec le Président Goïta ».

    « Nous entendons, en tout cas, dans les jours à venir, mieux examiner et renforcer le partenariat militaire qui existe entre nous pour davantage relever les défis sécuritaires auxquels nos deux peuples sont confrontés », a-t-il précisé.

    Arrivé ce samedi à Bamako, le Lieutenant-colonel Paul Henry Sandaogo Damiba a été accueilli à l’aéroport international Président Modibo Keïta de Bamako par le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goïta.

    Le ministère des affaires étrangères du Mali a déclaré que « cette visite de très haut niveau s’inscrit dans le cadre du raffermissement des relations d'amitié et de coopération entre les deux pays, dans un contexte difficile marqué par l'insécurité due aux activités criminelles des terroristes ».

    Le ministère malien a ajouté que « cette visite vient ainsi témoigner de la ferme volonté des deux chefs d’Etat de relever, dans un esprit de solidarité, de bon voisinage et de respect mutuel, les défis communs de l'heure, singulièrement ceux liés à la sécurité et au développement pour le bonheur des deux peuples frères ».