Relations Iran-EAU

  • Emirats/Iran : Téhéran affirme détenir un navire émirati après la mort de deux pêcheurs iraniens

    Imprimer

    Le ministère iranien des Affaires étrangères a annoncé jeudi avoir saisi un bateau émirati le 17 août après la mort de deux pêcheurs iraniens tués lors d'un incident dans le Golfe et convoqué le chargé d'affaires des Emirats.

    L'Iran enquête sur "la fusillade des embarcations des garde-côtes émirati (survenue lundi) contre plusieurs bateaux de pêche iraniens (...), entraînant la mort de deux pêcheurs", a indiqué le ministère iranien dans un communiqué sur son site, ajoutant avoir convoqué le chargé d'affaires des Emirats pour protester.

     

  • Emirats Arabes Unis / Iran : Un journal iranien juge Abou Dhabi "cible légitime"

    Imprimer

    Les Emirats arabes unis sont devenus une "cible légitime" pour les forces pro-Téhéran, après que le pays du Golfe a conclu un accord historique avec Israël pour normaliser leurs relations, a affirmé samedi un journal ultra-conservateur iranien.

    Les Emirats et l'Etat hébreu ont convenu jeudi de normaliser leurs relations, dans le cadre d'un accord historique négocié par les Etats-Unis, salué par les alliés de Washington et d'Israël mais dénoncé par l'Iran, la Turquie et les Palestiniens. Pour le quotidien Kayhan, le porte-voix de la frange ultra-conservatrice du système politique iranien, l'accord est une "grande trahison" de la cause palestinienne.

    "Si (cette décision des Emirats) n'a qu'un seul résultat, ce sera de faire de ce petit pays riche fortement dépendant de la sécurité une cible légitime et facile pour la résistance", peut-on lire dans l'article publié en une du journal. Cet accord, une fois signé, ferait d'Abou Dhabi le troisième pays arabe seulement à suivre la voie de la normalisation des relations avec Israël, après l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

    De son côté, le président iranien Hassan Rohani a menacé le gouvernement émirati que les calculs entre les deux pays seraient différents si l'accord de normalisation avec l'occupation israélienne était mis en œuvre.

    Rohani a déclaré dans des interventions télévisées que l'accord était une "grave erreur, et nous espérons qu'Abu Dhabi l'abandonnera".

    Il a menacé: "Nous avertissons les EAU de ne pas permettre à Israël de s'implanter dans la région, car nos calculs avec lui différeront à ce moment-là.

    Abou Dhabi a réduit en janvier 2016 ses relations avec Téhéran dans un contexte de vives tensions entre les deux poids lourds de la région: l'Arabie saoudite, proche alliée des Emirats, et l'Iran. Le chef de la diplomatie iranienne a néanmoins entretenu début août avec son homologue émirati, de rares discussions ayant porté notamment sur la coopération dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. En dépit de leurs relations politiques tendues, la République islamique et les Emirats arabes unis, deux pays riverains du Golfe, sont d'importants partenaires économiques, en particulier Dubaï, un géant portuaire qui abrite aussi le plus grand hub aéroportuaire au monde pour les passagers étrangers.