Relations Algérie-Russie

  • Offensive diplomatique russe en Afrique : La Russie et l'Algérie veulent "renforcer leurs relations 

    Imprimer

    Les parlementaires algériens et russes se sont mis d'accord pour "la coordination entre les Parlements des deux pays, à travers l'intensification des visites, afin de renforcer la dynamique que connaissent les relations bilatérales sur tous les plans".

    Cette décision, a indiqué un communiqué du Conseil de la Nation, deuxième chambre du parlement algérien, a été entérinée à l'issue d'une rencontre avec le président et les membres d'une délégation de la commission de la défense de sécurité au Conseil fédéral de l'Assemblée fédérale de Russie.

    Ayant entamé, depuis mardi 17 mai 2022, une visite de trois jours en Algérie, le président de cette commission, Viktor Bondarev et les membres de sa délégation ont eu des échanges avec leurs homologues au sein des deux chambres du parlement algérien, en l'occurrence le Conseil de la Nation et l'Assemblée populaire nationale (APN).

    Intervenant quelques jours après la visite du chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, l'arrivée des parlementaires russes témoigne de la volonté deux pays d'aller de l'avant à tous les niveaux.

    "Les deux parties ont souligné, dans ce sillage, la nécessité de booster la coopération et la coordination entre les Parlements des deux pays, à travers l'intensification des visites, afin de renforcer la dynamique que connaissent les relations bilatérales sur tous les plans", a indiqué un communiqué du Conseil de la Nation rendu public à l'issue d'une rencontre entre les membres de la commission défense des deux parlements.

    Selon la même source, les deux parties "ont examiné les moyens de développer les relations parlementaires bilatérales pour accompagner la coopération stratégique entre les deux pays''.

    Lors de cette rencontre, a ajouté la même source, les deux parties ont passé en revue "les moyens de développer les relations parlementaires bilatérales pour accompagner la coopération stratégique entre les deux pays dans les domaines politique, économique et militaire, à la faveur de la volonté politique des deux pays, sous la direction du Président Abdelmadjid Tebboune et son homologue russe Vladimir Poutine".

    "Cette séance de travail a permis d'évoquer plusieurs questions régionales et internationales d'intérêt commun, et de relever l'importance du respect de la légalité internationale en permettant aux peuples d'exercer leur droit à l'autodétermination, notamment ceux du peuple sahraoui à l'indépendance et du peuple palestinien à l'établissement de son Etat, et l'adoption du principe de la résolution pacifique des conflits sans ingérence dans les affaires internes des pays, au vu des mutations que connait l'ordre mondial", a ajouté le même document.

    La séance, a enchaîné le même communiqué, était également une occasion pour rappeler "l'initiative algérienne au début des années 70 du siècle dernier, ayant pour objectif l'instauration d'un nouvel ordre mondial qui vise à démocratiser les relations internationales, selon le principe d'égalité entre pays, et insister sur l'importance d'adopter un nouveau concept du principe de non alignement".

    Mercredi après-midi, la délégation russe a été reçue à l'Assemblée populaire nationale (APN) par le président de la commission de défense de cette chambre, Rabah Djeddou. Ce dernier a évoqué, selon un communiqué de l'APN, les relations "solides et historiques" liant les deux pays, mettant en avant le rôle de la Russie "dans le soutien politique et matériel durant la glorieuse guerre de libération", étant "parmi les premiers pays à avoir reconnu l'indépendance de l'Algérie et le GPRA".

    Sur le plan parlementaire, le président de la Commission a salué le niveau atteint par ces relations, insistant sur "la détermination de l'APN à promouvoir la coopération et la coordination parlementaire avec la Russie" à travers l'intensification des visites et l'échange des expertises entre les deux pays.