Relations Algérie-Maroc

  • Algérie/Maroc : Trois Algériens tués dans un bombardement attribué au Maroc

    Imprimer

    Trois algériens ont été tués lundi dans un bombardement attribué au Maroc ayant pris pour cible des camions faisant la liaison entre la Mauritanie et l'Algérie, a affirmé mercredi l'agence officielle APS.
    rMOCxqVU.jpeg

    L'agence, citant un communiqué de la présidence algérienne, a affirmé que "trois ressortissants algériens ont été lâchement assassinés par un bombardement barbare de leurs camions alors qu'ils faisaient la liaison Nouakchott-Ouargla". Selon elle, "plusieurs facteurs désignent les forces d'occupation marocaines au Sahara occidental comme ayant commis, avec un armement sophistiqué, ce lâche assassinat".

    L'Algérie a promis une réponse dure au Maroc, suite à cet incident à la frontière entre le Sahara occidental et la Mauritanie. La présidence algérienne a déclaré un bref communiqué : "L'assassinat de nos concitoyens ne restera pas impuni, et les autorités compétentes prennent les mesures nécessaires pour enquêter sur leur mort".

    Le communiqué a précisé que l'incident s'était produit le premier jour de novembre alors que les Algériens célébraient le jour de la Révolution.

     

     

     

  • L'Algérie rompt ses relations diplomatiques avec le Maroc

    Imprimer

    Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé mardi la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc voisin, en raison "d'actions hostiles" du royaume à l'égard de l'Algérie.

    "L'Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc à partir d'aujourd'hui", a déclaré le ministre algérien lors d'une conférence de presse.

    Le ministre a expliqué les raisons de cette décision en affirmant que "l'histoire avait montré que le royaume du Maroc n'a jamais cessé de mener des actions hostiles à l'encontre de l'Algérie". Il a en outre fait porter "aux dirigeants du royaume la responsabilité des crises répétées, qui se sont aggravées", un comportement qui "entraîne le conflit au lieu de l'intégration dans la région" du Maghreb.

    Mercredi dernier, le Haut Conseil de Sécurité, présidé par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait décidé de "revoir" les relations avec le Maroc, accusé d'être impliqué dans les incendies meurtriers qui ont ravagé le nord du pays. "Les actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc contre l'Algérie, ont nécessité la révision des relations entre les deux pays et l'intensification des contrôles sécuritaires aux frontières Ouest", selon un communiqué officiel algérien.