Région du Nord Wolu (Amhara)

  • Ethiopie.. Intenses bombardements sur les rebelles du Tigray dans l'Etat d'Amhara

    Imprimer

    Depuis jeudi, de vastes zones d'Amhara ont fait l'objet d'attaques, de frappes aériennes et terrestres de la part de l'armée éthiopienne, au milieu des spéculations sur une attaque majeure des forces gouvernementales contre les rebelles du Tigray.

    Le porte-parole du Front populaire de libération du Tigray (TPLF), Getachew Reda, a déclaré qu'il y avait eu une "attaque majeure" contre les rebelles affiliés au TPLF, qui est enfermé dans un conflit sanglant avec les forces pro-gouvernementales dans le nord de l'Éthiopie depuis près de 11 mois.

    Getachew a confirmé l'occurrence de "bombardements, principalement aériens, de drones et d'artillerie" visant les rebelles du Front populaire de libération du Tigray, en plus d'importants renforts militaires. Il a ajouté que "des dizaines de milliers de personnels ont été mobilisés" dans le nord de l'Amhara, notamment les régions du Nord Gondar et du Nord Wolu.
    FBRJ4YGXIAcAi8d.jpeg

    Cette offensive survient quelques jours après que le Premier ministre Abiy Ahmed a prêté serment lundi 4 octobre pour un nouveau mandat, s'engageant à défendre "l'honneur de l'Éthiopie" malgré les critiques internationales croissantes et les inquiétudes concernant la crise humanitaire qu'il a provoquée.

    La guerre a éclaté en novembre lorsqu'Abiy Ahmed a envoyé des soldats au Tigray pour renverser le Front populaire de libération du Tigray (TPLF), l'ancien dirigeant de la région. La décision d'Abiy était une réponse aux attaques des Tigréens  contre les camps de l'armée fédérale.

    Bien que les forces gouvernementales aient rapidement pris le contrôle des villes et villages du Tigray, les Tigréens ont repris le contrôle de la majeure partie du territoire, y compris la capitale, Mekelle, fin juin.

    Les combats se sont depuis étendus aux régions voisines d'Amhara et d'Afar, provoquant ce que les Nations Unies ont qualifié de "crise humanitaire massive", avec des centaines de milliers de personnes confrontées à des conditions proches de la famine.

    On s'attendait à la possibilité d'une reprise des combats avec l'approche de la fin de la saison des pluies, et avec la mobilisation massive dans tout le pays, notamment à Amhara.