Région de Puntland

  • Somalie : Un kamikaze s'est fait exploser dans une rue bondée de Mogadiscio, faisant au moins six morts et des blessés

    Imprimer

    Un kamikaze s'est fait exploser, jeudi 10 février 2022, dans une rue bondée de la capitale somalienne, Mogadiscio, tuant au moins six personnes et en blessant treize autres, a annoncé la police.

    Le porte-parole de la police, le colonel Abdel-Fattah Adam, a déclaré à la radio officielle "Mogadiscio" qu'un kamikaze portant une ceinture explosive s'était fait exploser au carrefour "Eil Gapta", encombré de voitures et de piétons, dans le centre de la capitale ; Cela a fait des victimes civiles.

    L'attaque a eu lieu quelques instants après qu'un convoi transportant des délégués des régions du nord ait traversé la zone pour les élections législatives qui se tiennent à Mogadiscio, selon une source sécuritaire.

    La source a indiqué que l'explosion a tué au moins six personnes et en a blessé  13 autres à des degrés divers, selon un premier bilan.

    Al-Shabab revendique souvent de telles attaques.

    La Somalie mène une guerre depuis des années contre le mouvement "Al-Shabab", qui a été fondé au début de 2004. Le mouvement Al-Shabab est idéologiquement affilié à Al-Qaïda. Il mène de fréquentes opérations terroristes qui ont fait des centaines de morts .

    Mercredi 9 février, trois personnes avaient également été tuées et dix autres blessées, par l'explosion d'une mine au centre de la ville de Bossaso, le centre commercial de l'Etat du Puntland dans le centre de la Somalie. Aucune partie n'a revendiqué cette attaque.

    La Somalie se remet lentement des répercussions d'une guerre civile qui a éclaté à la suite de l'effondrement du gouvernement central en 1991.

     

     

  • Somalie : affrontements armés entre militaires au Puntland

    Imprimer

    De violents affrontements entre les milices soutenant l'ancien directeur des Forces de sécurité du Puntland (PSF), Mohamed Osman Diano, et les troupes de l'armée régionale ont fait au moins 7 morts et une cinquantaine de blessés. Le Puntland a été créé en tant qu'entité autonome en 1998 et est devenu une partie de la République fédérale de Somalie en 2012. 

    Les combats, qui ont éclaté ces derniers jours, sont les premiers entre les deux factions. Les deux forces soutiennent le gouvernement central somalien contre les miliciens d'al-Shabaab mais ces rivalités risquent de compromettre la lutte contre le terrorisme islamique. Le gouvernement régional du Puntland a déclaré un cessez-le-feu après les combats, concentrés dans la ville de Bossasso. Les affrontements auraient cessé mercredi soir, mais des centaines d'habitants fuient toujours par peur de nouvelles violences.
    FHOTczNXIAgisNT.jpeg

    Dans la soirée du mardi 21 décembre, le président du Puntland, Saïd Abdullahi Deni, s'est entretenu au téléphone avec diverses organisations de la société civile et des hommes politiques pour tenter de trouver une solution. Les pourparlers entre le gouvernement du Puntland et l'ancien directeur des Forces de sécurité du Puntland (PSF), Mohamed Osman Diano, devraient commencer dans les prochaines heures, avec la médiation de certains hauts dirigeants et chefs religieux régionaux.

    "Au moins sept personnes, dont des militaires des deux côtés et des civils, sont mortes dans les combats", a déclaré Mohamed Ahmed, un médecin local. Un commandant des forces du Puntland a confirmé, dans une interview à l'agence de presse Reuters, le bilan des morts, précisant qu'au moins 4 faisaient partie de sa faction, 2 étaient des combattants. des PSF et un civil.

    Les tensions entre les deux parties se sont intensifiées le mois dernier lorsque le président du Puntland, Said Abdullahi Deni, a limogé le commandant des PSF, Mohamoud Osman Diano. Deni a remporté les élections de janvier 2019, battant Asad Osman Diano, frère du commandant des PSF. Cependant, Diano a refusé de quitter son poste et a ordonné aux forces d'évacuer certaines positions de première ligne dans le cadre d'opérations contre les djihadistes d'al Shabaab. « Nous nous défendons. Nous nous sommes battus pour notre pays et nous ne voulons pas utiliser nos armes contre des forces malavisées », a déclaré Diano à propos des affrontements avec les milices du Puntland. 

    Selon les analystes, les combats qui ont eu lieu plus tôt cette année entre les troupes gouvernementales et une milice précédemment alliée de l'État voisin de Galmudug, auraient déjà fortement sapé la campagne contre les djihadistes d'al Shabaab. La semaine dernière, les djihadistes d'al-Shabaab ont repris le contrôle de certaines villes de la région pour la première fois depuis plus d'une décennie.

     

  • Somalie : De nombreux djihadistes de l'Etat islamique éliminés dans le Puntland

    Imprimer

    Les forces du Puntland ont tué des dizaines de djihadistes de l'Etat islamique et détruit leur repaire à proximité de Balidhidin, une zone de la région de Bari, où le ministre de la Sécurité de l'État, Abdisamad Gallan, avait été la cible d'engins piégés le mois dernier.

  • Somalie : Affrontements entre armée et djihadistes de l'Etat islamique dans le Puntland

    Imprimer

    Les forces de sécurité ont mené au cours des dernières 48 heures une opération de sécurité contre des membres de l'État islamique près du village de Balidhidhin dans la région de Bari, dans les hautes terres de l'est du Puntland où ils sont retranchés. Elles ont fait exploser un VBIED, des bunkers et des abris utilisés par les djihadistes.

    Les forces de sécurité annoncent avoir tué plus de 24 membres de l'Etat islamique et capturé plusieurs autres au cours de l'opération. Elles ont également intercepté deux véhicules chargés de matières explosives que les membres de l'Etat islamique prévoyaient d'utiliser dans des attaques terroristes. Les véhicules ont été détruits.
    2021:04:05-2.jpeg

    De son côté, l'Etat islamique revendique avoir tué au moins 21 soldats. Les 21 militaires seraient tombés dans un guet-apens lors d’une opération visant les positions des djihadistes de l'Etat islamique au sud-est de Bossasso. Les djihadistes ont utilisé une voiture piégée, puis les ont mitraillés lors de leur retraite.
    2021:04:05.jpeg

  • Somalie : l'Etat islamique revendique sa première attaque à Mogadiscio

    Imprimer

    L'Etat islamique a revendiqué une attaque qui a blessé trois soldats au niveau du carrefour Hosh à Mogadiscio, suscitant l'inquiétude des autorités sécuritaires du pays.

    ElPYrPtXIAA2CSi.jpeg

    L'attaque perpétrée dimanche 25 octobre et qui s'est soldée par trois soldats sérieusement blessés et la capture d'un membre du commando islamiste, a été revendiquée par l'Etat islamique par l'intermédiaire de son organe de propagande Amaq. L'attaque pourrait indiquer que l'Etat islamique pourrait chercher à s'implanter sérieusement dans la capitale somalienne.

    Jusqu'ici, la plupart des attaques qui ont ensanglanté Mogadiscio sont le fait des militants islamistes Shabaab, affiliés à al-Qaïda. Les Shabaab sont surtout présents dans les régions rurales au centre et au sud du pays. L'Etat islamique contrôle peu de secteurs et lance surtout ses attaques dans le nord et notamment dans le Puntland.

    Les Shabaab et l'Etat islamique se sont affrontés en 2017, ce qui a eu pour résultat la disparition momentanée de l'Etat Islamique-Somalie, l'obligeant a faire appel à des combattants étrangers pour reconstituer ses troupes. En août 2020, l'Africom (commandement militaire US en Afrique) a entrepris un premier raid contre l'Etat islamique dans la région du Puntland, provoquant la mort de plusieurs djihadistes.

    Les camps d'entraînement de l'Etat islamique-Somalie sont situés dans les monts Golis, au Puntland. Des images ont été diffusées où on voit les militants s'entraîner en présence de djihadistes étrangers. Jusqu'à récemment, les seules attaques menées par l'EI-Somalie ont concerné le port de Bossaso. L'attaque de dimanche est la première à Mogadiscio.

  • Somalie : Frappe américaine contre le groupe Etat islamique

    Imprimer

    Les Etats-Unis ont annoncé mercredi avoir mené une frappe aérienne en Somalie contre le groupe Etat islamique (EI) qui venait d'attaquer l'armée somalienne, tuant sept jihadistes.
    Au moment de la frappe non loin du port de Bossasso, sur le golfe d'Aden, des militaires américains "se trouvaient dans la zone pour conseiller et assister les forces somaliennes et partenaires", a précisé le commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom) dans un communiqué. La frappe a tué sept jihadistes a précisé l'Africom, ajoutant qu'à sa connaissance, aucun civil n'a été tué ou blessé.
    L'Etat islamique en Somalie
    L'EI, un groupe très modeste en Somalie par rapport aux shebab affiliés à Al-Qaïda, est actif dans la région du Puntland, au nord de la Somalie, où ses combattants ont établi des camps d'entraînement et de stockage d'armes, venant essentiellement du Yémen voisin.
    Les shebab constituent de très loin le principal groupe islamiste radical dans ce pays de la corne de l'Afrique. Ils ont proclamé leur allégeance à el-Qaëda, organisation à laquelle ils ont été officiellement intégrés en 2012. Mais un petit nombre d'entre eux --environ 200-- a ensuite fait défection au profit de l'EI. La dernière opération de l'Africom contre l'EI remonte à octobre 2019.

  • Somalie :Les forces du Puntland tuent plusieurs militants de l'Etat islamique et saisissent des explosifs

    Imprimer

    Les forces spéciales du Puntland ont tué lundi au moins huit militants de Daech dans le nord de l'État fédéral somalien
    Selon des sources de sécurité, les forces spéciales du Puntland ont ciblé les militants dans la région d'Iskushuban, dans la région de Bari, qui a servi de base aux militants de l'Etat islamique. Des militants Shabaab ont également été aperçus dans la région le long de la bande côtière de l'océan Indien.
    Des combats intenses ont éclaté à la base de Daech lorsque les forces du Puntland ont tiré sur eux, entraînant des échanges de tirs nourris qui ont duré plusieurs heures le lundi matin, selon les forces de sécurité. Au moins huit militants de Daech sont morts sur place et plusieurs autres ont été gravement blessés.
    Deux camions transportant de la nourriture et des explosifs pour les islamistes ont également été saisis. Les explosifs étaient destinés à lancer des attaques sporadiques de petite à grande échelle à travers le Puntland.
    L'opération des forces spéciales du Puntland était prévue depuis de nombreux mois suite à l'intensification des activités des terroristes islamistes au Puntland, qui a vu des dizaines de fonctionnaires et de citoyens innocents être assassinés par les terroristes.
    Les combats ont eu lieu dans les villages de Seel II et de Timirshe à Bari, où les militants auraient recruté intensivement des jeunes locaux pour leur groupe.
    Ces derniers mois, des actions de militants islamistes ont été signalées dans l'État fédéral du Puntland, plutôt calme et paisible jusqu'à une date récente.