Région de Mopti

  • Mali : 4 soldats tués dans une attaque au nord-ouest du pays

    Imprimer

    Au moins 4 soldats maliens ont été tués et 14 autres blessés, dimanche 14 novembre 2021, dans une attaque à Guiré dans la région de Nara au nord–ouest du Mali, a déclaré l'armée malienne dans un communiqué.

    L'armée malienne a, en outre, indiqué dans son communiqué que six assaillants avaient été neutralisés.

    « Les Forces armées maliennes (FAMa) du poste de sécurité de Guiré secteur 6, région de Nara ont vigoureusement repoussé une attaque d'un groupe armé terroriste. C'était ce dimanche 14 novembre 2021 aux environs de 14h45. Le bilan provisoire fait état de 4 morts côté FAMA et 6 terroristes tués », a indiqué le communiqué.

    L'armée malienne précise que : ''3 blessés ont été évacués par un hélicoptère FAMa''.

    Le même jour, le commissariat de police de la ville de Koro région de Mopti au centre du pays a été la cible d'une attaque terroriste aux environs de 11 heures du matin ont rapporté des sources locales. La riposte des policiers a permis de repousser cette attaque menée par plusieurs terroristes lourdement armés.

    Aucune perte en vie humaine n'a été enregistrée annoncent les mêmes sources locales.

    Le Mali, notamment le centre du pays, a basculé dans l'insécurité depuis 2012.

    En dépit du déploiement de forces régionales et internationales, la situation ne s'est toujours pas stabilisée.

  • Mali: des dizaine des morts dans des affrontements entre chasseurs et groupes armés terroristes à Femaye (centre)

    Imprimer

    Sept chasseurs dozos et plusieurs dizaines de terroristes présumés ont été tués dans un affrontement, vendredi, à Marebougou commune de Femaye dans la région de Mopti (centre), a indiqué, samedi, Moussa Diall maire de la localité.

    ''Les habitants étaient, vendredi, aux travaux champêtres quand des présumés terroristes à bord de motos et de tricycles les ont attaqués'', a expliqué Moussa Diall maire de la commune rurale de Femaye ajoutant qu'un affrontement a ensuite éclaté entre les chasseurs et les présumés terroristes.

    "Nous avons malheureusement enregistré sept morts et six blessés évacués au centre de santé de référence de Djenné et à l'hôpital Sominé Dolo de Mopti", regrette l'élu communal.

    Les assaillants ont essuyé de lourdes pertes en vies humaines estimée à plusieurs dizaines de morts, a ajouté la même source.

    "Je ne saurai vous dire combien ils sont exactement car les assaillants ont emmené des corps avec eux", a ajouté Moussa Diall.

    "Quand, nous avons appris l'attaque automatiquement nous avons relayé l'information à la hiérarchie, certes les FAMA sont arrivés à Marebougou mais avec beaucoup de difficultés à cause des fortes pluies", déplore le maire de la localité.

    Moussa Diall appelle les autorités à ériger un poste de sécurité à Femaye afin de mieux faire face à l'insécurité et invite les populations à rester très vigilantes.

    En juillet dernier, 2 personnes avaient trouvé la mort et 4 autres blessées, dans une attaque perpétrée par des présumés terroristes à Kounti-Marka dans la commune de Femaye selon le maire de la localité.

     

  • Mali : au moins 33 personnes, dont 12 militaires maliens, tuées dans deux attaques au centre du pays

    Imprimer

    Trente-trois morts dont douze militaires maliens et quatorze blessés, c’est le bilan provisoire d'une série d'attaques perpétrées dans la nuit du lundi 12 au mardi 13 octobre 2020. Les attaques ont eu lieu à Sokoura, dans le cercle Bankass, et près de Bandiagara (photo ci-dessus), région de Mopti. Au même moment, dans la région de Ségou, les habitants du village de Farabougou sont pris en otage par de présumés terroristes.

    L’armée malienne a été attaquée dans la nuit du 12 au 13 octobre, à Sokoura dans le cercle Bankass, région de Mopti. Le bilan provisoire est de neuf morts et quatre blessés. Quelques heures plus tard, le renfort dépêché sur les lieux est aussi tombé dans une embuscade sur le pont de Parou dans la même localité. Selon un communiqué des forces armées et de sécurité, l’armée a enregistré trois morts, dix blessés et des militaires portés disparus suite à cette embuscade. Le même document indique que les présumés terroristes comptent neuf morts et deux véhicules détruits. Quatorze personnes ont également été tuées ce même mardi alors qu'elles quittaient Bandiagara pour Bankass.

    sIez1XYp.jpeg

    Dans la région de Ségou, une vingtaine de personnes ont été enlevées samedi dernier à Farabougou dans la commune de Dogofri. Neuf autres personnes ont été tuées sur place par les assaillants qui seraient toujours présents dans le village. Pour rappel, depuis bientôt une semaine, les populations de ce village vivent un blocus imposé par les jihadistes. Personne n'entre et ne sort du village. Cette situation provoque le manque de nourriture dans le village, selon des élus communaux. Pour l'instant, ces deux attaques n'ont pas été revendiquées.

    Elles interviennent quelques jours après l’opération de ratissage de l’armée malienne dans le cercle de Djenné, précisément à Samadougou. Une quantité importante de munitions avait été récupérée et des présumés terroristes arrêtés à travers cette opération.

    Qu’est ce qui explique la recrudescence des attaques terroristes contre les civils et les militaires ? Pourquoi les assaillants occupent actuellement les villages attaqués ? Le manque de patrouilles militaires et l'absence des forces armées et de sécurité dans les zones concernées sont entre-autres les réponses à ces questions estiment certains analystes.