Raqqa

  • Syrie : 10 membres de l'Etat islamique capturés à Raqqa

    Imprimer

    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de milices dirigées par les Kurdes et soutenue par les Etats-Unis, a mené un raid une cellule de Daech à Raqqa. 10 terroristes islamistes ont été arrêtés au cours de l'opératin et leurs armes confisquées. La fouille de leur cache a permis de récupérer des renseignements. Cette opération a empêché la cellule de mener les attaques qu'elle avait planifiées pendant le Ramadan.

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) repoussent une attaque des rebelles syriens pro-turcs au nord de Raqqa

    Imprimer

    Jeudi 18 mars, les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de combattants majoritairement kurdes soutenue par les Etats-Unis,  ont annoncé avoir repoussé deux attaques lancées par les forces turques et leurs alliés syriens dans la partie nord de la province de Raqqa.

    Les attaques ont eu lieu dans la banlieue de la ville d'Ain Issa, qui a été bombardée par les forces turques les 16 et 17 mars. Les bombardements n'ont entraîné aucune perte humaine.

    La première attaque a visé le village de Saida à l'ouest d'Ain Issa. Selon les FDS, six rebelles syriens pro-turcs ont été tués et un véhicule détruit. La deuxième attaque a visé la ville de Mu'alk à l'est. Un nombre indéterminé de combattants pro-turcs a également été éliminé par les FDS.

    La situation autour d'Ain Issa est instable depuis quelques mois. Les forces turques attaquent régulièrement la périphérie de la ville.

    La police militaire russe et l'armée arabe syrienne (AAS) maintiennent un réseau de postes militaires autour d'Ain Issa pour surveiller la situation dans ce secteur. La semaine dernière, l'armée a déployé des renforts , y compris des armes lourdes, dans la région.

    En 2020, la Russie a averti les FDS d'un plan turc d'attaquer Ain Issa. En conséquences, les FDS étaient invitées à remettre la ville à l'AAS afin de déjouer le plan d'Ankara. Cependant, les Kurdes ont rejeté la demande

    Les récentes attaques contre Ain Issa confirment que la Turquie et ses alliés syriens prévoient toujours de s'emparer de la ville située sur l'autoroute M4. L'autoroute stratégique relie Hassakeh à Raqqa et Alep.

  • Syrie : Les Forces Démocratiques syriennes (FDS) arrêtent neuf membres de l'Etat islamique dans le nord-est

    Imprimer

    Au cours des derniers jours, les unités spéciales des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) ont arrêté neuf membres de l'Etat islamique après des opérations de sécurité dans la ville de Raqqa et la campagne de Hasakeh, Kobane et Deir ez-Zor, a déclaré une source des FDS.

    La source a déclaré que des unités spéciales des FDS avaient arrêté cinq agents de l'Etat islamique lors d'une opération de sécurité dans la ville de Raqqa le 2 mars.

    Ces agents de l'Etat islamique s'efforçaient de mener des assassinats, des attentats à la bombe et des attaques VBIED  (véhicules kamikazes), en plus de promouvoir l'idéologie de l'Etat islamique, a déclaré la source.

    Le même jour, les unités de sécurité des FDS ont arrêté un membre d'une cellule dormante de l'Etat islamique dans la province de Deir ez-Zor qui était chargé de fournir des armes et de les transférer aux cellules de l'Etat islamique pour les utiliser contre les civils, les notables de la région, et les membres de la sécurité et des forces militaires, selon la source.

    Cela s'ajoute à l'arrestation d'une cellule de l'Etat islamique dans la région occidentale de Kobane.

    Le 3 mars, des unités des FDS ont arrêté deux agents de l'Etat islamique à Aeb al-Tina dans la région de Tel Tamr, au nord de Hasakeh.

    La source a révélé que l'opération avait été menée avec le soutien aérien de la Coalition mondiale.

    De son côté, l'Etat islamique a mené et revendiqué 66 opérations militaires dans le nord et l'est de la Syrie au cours des deux premiers mois de 2021.

     50 personnes ont été tuées, tandis que 16 autres ont survécu aux attaques de l'Etat islamique.

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes repoussent une attaque turque sur l'autoroute M-4 dans le nord-est

    Imprimer

    Dans la soirée du 30 janvier, les Forces démocratiques syriennes (FDS)s, une coalition de groupes armés majoritairement kurdes et aidés par les Etats-Unis,  ont repoussé une attaque des forces turques sur l'autoroute M4 dans le nord-est de la Syrie.

    Des militants soutenus par la Turquie ont tenté d'infiltrer les lignes de défense des FDS à l'ouest d'Ain Issa, dans le nord de Raqqa, pour atteindre l'autoroute. Le plan des rebelles pro-turcs était apparemment de bloquer la circulation sur l'autoroute. Cependant, les miliciens pro-turcs se sont heurtés aux  combattants des FDS, qui ont repoussé l'infiltration après de violents affrontements.

    L'autoroute M4 relie Hassakeh à Raqqa et à la partie nord-est d'Alep. Plusieurs unités de la police militaire russe protègent les voyageurs civils le long de l'autoroute.

    Par ailleurs, l'agence de presse Hawar a rapporté que l'armée turque était en train de construire son troisième poste dans la banlieue d'Ain Issa.

    Le nouveau poste est en cours de construction près du village d'al-Misherfah, à 1 km au nord de la M4 et à 3 km au nord-est d'Ain Issa. Plus tôt ce mois-ci, les forces turques avaient construit un poste d'observation au même endroit.

    Les forces turques ont des yeux sur Ain Issa depuis plusieurs mois maintenant. L'emplacement de la ville sur la M4 et sa proximité avec le centre-ville de Raqqa en font l'un des centres urbains les plus importants du nord-est.

    La présence des forces gouvernementales russes et syriennes empêche cependant les forces turques de lancer une vaste attaque pour s'emparer d'Ain Issa. 

  • Syrie : Véhicule piégé et tirs près d'une position de l'armée russe à Tal Salman, près de Raqqa

    Imprimer
    Vendredi 1er Janvier 2021, une puissante explosion et des tirs ont retenti près de la position russe située à Tal Salman, au nord de Raqqa et au sud d'Aïn Issa. L'attaque aurait fait des blessés.

    Cette zone est contrôlée par les forces kurdes syriennes, mais des forces du régime syrien et russes y sont aussi présentes. Le 7 décembre, les forces russes avaient amené des renforts militaires à leur base de Tal al-Saman. Ces renforts comprenaient des véhicules chargés de matériel militaire et de soldats. On en ignore les raisons.

    C'est la première attaque (au véhicule piégé) contre une base russe dans le nord-est de la Syrie. Les attaques ont eu lieu, jusqu'ici, contre la base aérienne russe de Hmeimim, plus à l'ouest, dans la province de Lattaquié. 
     
    Le groupe jihadiste Horas ad-Din, affilié à al-Qaïda, affirme avoir mené une attaque à la voiture piégée contre la position russe. Selon les premières informations, deux hommes ont garé le véhicule piégé à proximité de la base russe, avant de tirer sur la base et faire  exploser la voiture piégée avant de s'enfuir. Le groupe Horas ad-Din est implanté dans la province d'Edleb, dernier grand bastion rebelle et jihadiste dans le nord-ouest du pays, et mène rarement des attaques hors de cette région.

    EqmpXhnWMAInyQo.jpeg

  • Syrie : Plusieurs civils tués et blessés dans une nouvelle explosion dans les zones occupées par l'armée turque au nord de Raqqa

    Imprimer

    Le 20 août, une forte explosion a secoué la ville de Suluk, dans la partie occupée par l'armée turque dans le nord de la province de Raqqa.

    Selon des sources locales, il s'agit d'un attentat provoqué par une voiture piégée qui a explosé près de l'entrée du marché principal de la ville. L'explosion a tué un civil et blessé de nombreuses autres personnes, dont une femme.

    Après l'explosion, l'armée nationale syrienne (ANS) soutenue par la Turquie a déployé des renforts à Suluk et a fermé les entrées de la ville.

    Il y a deux jours, une explosion similaire avait visé un point de contrôle de l'ANS près de Suluk. L'explosion avait coûté la vie à quatre rebelles soutenus par la Turquie. Un certain nombre de civils avaient également été blessés.

    Les forces kurdes du nord-est de la Syrie restent le principal suspect dans ces attaques. Cependant, les terroristes de l'Etat islamique, qui sont présents dans la région, pourraient également être responsables.

    L'armée turque et l'ANS ont occupé une grande partie du nord de Raqqa l'année dernière après une bataille avec les Forces Démocratiques Syriennes majoritairement Kurdes. Depuis lors, un état d'anarchie règne sur la partie occupée.

    La Turquie ne prend pas de mesures sérieuses pour sécuriser les zones occupées par ses forces en Syrie. Plusieurs militants de l'opposition pensent que les militants soutenus par la Turquie pourraient faciliter certaines des attaques dans ces zones en échange d'argent.

     

  • Syrie : L'Etat islamique a attaqué des contractuels militaires syriens liés aux forces russes dans le sud de Raqqa

    Imprimer

    Daech a annoncé le 19 août que ses cellules avaient attaqué des contractuels militaires syriens travaillant avec les forces russes dans le sud de la province de Raqqa.

    L'agence de presse Amaq du groupe jihadiste a déclaré que l'attaque avait eu lieu près de la ville de Resafa. Au moins deux contractuels ont été tués. L'agence a partagé des photos des victimes, confirmant ses affirmations.

    C'est la deuxième attaque de l'Etat islamique au sud de la province de Raqqa ce mois-ci. La semaine dernière, le groupe a capturé puis exécuté un civil près de Resafa pour appartenance à la minorité ismaélienne.

    Les terroristes de Daech se sont apparemment faufilés dans le sud de la province de Raqqa depuis le désert de Homs, qui est devenu un bastion pour le groupe.

    photo_2020-08-16_13-18-54-768x378.jpg

    photo_2020-08-16_13-18-55-768x378.jpg