Raqqa

  • Syrie : Un jihadiste de l'Etat islamique se fait sauter au cours d'un raid des Forces Démocratiques Syriennes (FDS)

    Imprimer

    Les forces antiterroristes des FDS ont fait une descente au domicile d'un membre de l'Etat islamique dans le quartier d'Al-Sina'a dans la ville de Raqqah, jeudi 15 septembre 2022.

    Le terroriste a résisté aux forces des FDS, faisant deux blessés parmi les membres des FDS. Puis, se voyant encerclé, il s'est fait sauter à l'aide d'une grenade. L'explosion a également blessé au moins un enfant.

    Dans un autre incident, le 13 septembre, une femme et deux enfants ont été blessés par des tirs aveugles lors d'un raid d'une patrouille des Forces de sécurité intérieure (Asayish) des FDS dans une maison du quartier d'Al-Layz dans la ville d'Abu Hamam, dans l'et de la province de Deir Ezzor. Un membre des forces asayish a été tué et une voiture civile a été incendiée lors du raid. Dix personnes ont été arrêtées suite à l'incident.

    Quelques heures plus tôt, une patrouille militaire des Forces de sécurité intérieure (Asayish) avait fait une descente dans des maisons de la ville d'Abu Hamam pour arrêter des suspects.
    Les suspects ont refusé de se rendre et se sont affrontés avec les membres Asayish, faisant plusieurs victimes, au milieu d'une tension croissante dans la région.

     

  • Syrie : Escalade des attaques turques dans la province de Raqqah

    Imprimer

    Un drone turc kamikaze a frappé un avant-poste des Forces Démocratiques Syriennes (FDS - une coalition de groupes dominée par les Kurdes) dans le village de Qazali dans la région de Tel Abyad, au nord de Raqqah. Un membre des FDS a été tué. C'est la troisième attaque turque en moins de 24 heures dans les zones du nord de la province de Raqqah.

    Il y a quelques heures, l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a également rapporté qu'un drone de l'armée de l'air turque avait tiré un missile sur une voiture dans la ville d'Ain Issa, au nord de Raqqah, blessant deux personnes, dont une grièvement, qui a été transférée dans un hôpital de Raqqah.

    Il s'agit de la deuxième attaque de drone ciblant des zones contrôlées par les FDS au cours des 12 dernières heures.

    Le nombre d'attaques menées par des drones turcs sur les zones contrôlées par l'« Administration autonome du nord et du nord-est de la Syrie, AANES » depuis début 2022 a atteint 41. Ces attaques ont fait 30 morts, dont deux enfants et neuf femmes, et plus de 78 blessés. 

    Voici la répartition mensuelle des attaques de drones turcs en 2022 :
    - Janvier : Trois attaques ont fait trois morts et 13 blessés.
    - Février : dix attaques tuent huit personnes, dont deux enfants et une jeune combattante, et blessent 21 autres personnes.
    - Mars : Deux attaques blessent deux personnes.
    - Avril : 11 attaques font 6 morts dont 3 femmes et 19 blessés.
    - Mai : quatre attaques ont fait trois morts, dont une femme. Sept  autres personnes sont blessées.
    - Juin : Trois attaques ont fait un mort et cinq blessés parmi les combattants kurdes.
    - Juillet : Huit attaques font neuf morts, dont quatre femmes, et 11 blessés.

  • Syrie : Offensive à grande échelle de l'Etat islamique contre des points de contrôle du régime à l'est de Homs

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a rapporté que l'Etat islamique a mené une attaque à grande échelle contre des points de contrôle du régime et des points proches de la troisième station et du champ pétrolier d'Al-Hail dans l'est de la province de Homs samedi 23 juillet 2022 à l'aube. Des soldats du régime ont été tués et blessés. Les blessés ont été transportés à l'hôpital national de Palmyre.

    Selon l'OSDH, l'Etat islamique a attaqué les positions du régime dans le désert d'Al-Hammad, dans le triangle frontalier Syrie-Jordanie-Irak.

    Samedi matin, des avions de combat russes ont effectué près de 30 frappes aériennes, ciblant les positions de l'Etat islamique dans le désert syrien. Les frappes aériennes russes ont eu lieu dans le désert de Resafah, au sud-ouest de Raqqah, et les environs d'une zone archéologique à l'extrême nord-est de Hama. Aucune victime n'a été signalée.

    Le 20 juillet, l'OSDH a rapporté la mort d'un membre des milices irakiennes du harakat Al-Nujabaa et la blessure de plusieurs autres lorsque leur véhicule 4×4 a été attaqué par des hommes armés non identifiés qui seraient membres de l'Etat islamique, dans la zone entre Al-Kom et le village de Tabiya dans l'est de la province de Homs. Les blessés ont été transportés à la clinique de Sukhna.

  • Syrie : 11 soldats syriens tués dans l'explosion de leur bus à Raqqa

    Imprimer

    L'agence de presse syrienne "SANA" a fait état de la mort de 11 soldats et de deux civils, ainsi que de blessés, à la suite d'un attentat terroriste visant leur bus à Raqqa.

    Une source militaire a déclaré : « Vers 6 h 30 ce matin), un bus Pullman a été victime d'une attaque terroriste sur la route Raqqa-Homs dans la région d'Al-Jira, qui a entraîné la mort de onze soldats et de deux civils. 3 autres soldats ont été blessés."

    Le nombre de morts est susceptible de s'alourdir, compte tenu de la présence de blessés graves.

    L'attaque a eu lieu sur la route reliant Al-Zamla à Jabal Al-Bishri dans la province de Raqqa".

    Il y a trois jours, 5 cadavres de membres d'une milice soutenue par la Russie sont arrivés à l'hôpital national de Palmyre, après avoir été pris pour cible par l'Etat islamique alors que leur voiture passait près de la jonction du village d'Ark Atiyah, près de Sukhna dans la région désertique de Badia.

    Trois membres de l'Etat islamique dont un commandant se sont évadés des prisons des FDS
    Au cours des dernières heures, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté que les Forces démocratiques syriennes avaient mobilisé leurs combattants depuis l'aube du dimanche 19 juin dans les environs de la prison centrale située au nord de la ville de Raqqa, l'ancien fief de l'Etat islamique.

    L'OSDH, citant des sources anonymes, a déclaré que l'alerte avait été déclenchée suite à des informations confirmées sur l'évasion de trois membres de Daech, dont un commandant, de la prison centrale, où sont détenus de nombreux anciens membres de l'Etat islamique.

    L'OSDH a ajouté que l'évasion s'était produite à l'aube du dimanche et que des coups de feu avaient été entendus à proximité de la prison centrale, suivis de l'arrivée d'ambulances dans la zone de la prison.

     

  • Syrie : Des centaines de jihadistes ont fui la prison de Ghweyran, dont deux "émirs" de Daech

    Imprimer

    L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH) a publié de nouvelles informations sur le nombre des prisonniers de l'Etat islamique qui ont réussi à fuir la prison de Ghweyran lors de l'attaque de la prison par les jihadistes de Daech. Ce nombre est estimé à des centaines. Certains d'entre eux ont fui vers la Turquie et d'autres vers des zones contrôlées par les groupes rebelles syriens pro-turcs après l'opération de l'armée turque « Bouclier de l'Euphrate » dans l'est et le nord-est de la province d'Alep. D'autres encore sont cachés dans des zones contrôlées par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), c'est-à-dire dans les régions de Hasaké, Raqqa, Deir Ezzor et Manbij. Les FDS mènent toujours des opérations de ratissage dans les régions qu'elles contrôlent à la recherche des fugitifs.

    L'OSDH affirme que deux émirs de l'Etat islamique, qui étaient détenus à la prison de Ghweyran, auraient trouvé refuge à Jarablus, une localité sous le contrôle de factions syriennes pro-turques dans la province d'Alep. Cela soulève la question de savoir comment ils ont réussi à fuir Hasaké vers Raqqa puis Manbij pour arriver à Jarablus !

    Selon l'OSDH, les forces de sécurité des FDS ont réussi à arrêter, le 3 février,  un passeur et trois évadés de l'Etat islamique dans le village de Hiesha à Ain Issa, au nord de Raqqa. Les trois fugitifs se trouvaient chez le passeur qui devait les emmener en Turquie pour 4000 USD par personne. Ces trois fugitifs de l'Etat islamique avaient été en contact avec les deux émirs arrivés à Jarablus dans la province d'Alep.

    Les forces de sécurité ont également arrêté deux femmes alors qu'elles tentaient de fuir vers la Turquie pour rejoindre leurs maris évadés de la prison de Ghweyran.

    La détention des deux femmes a duré moins de 24 heures. Elles ont été libérées grâce à une médiation d'anciens et de dignitaires tribaux du nord-est de la Syrie.

  • Syrie : 10 membres de l'Etat islamique capturés à Raqqa

    Imprimer

    Les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de milices dirigées par les Kurdes et soutenue par les Etats-Unis, a mené un raid une cellule de Daech à Raqqa. 10 terroristes islamistes ont été arrêtés au cours de l'opératin et leurs armes confisquées. La fouille de leur cache a permis de récupérer des renseignements. Cette opération a empêché la cellule de mener les attaques qu'elle avait planifiées pendant le Ramadan.

  • Syrie : Les Forces Démocratiques Syriennes (Kurdes) repoussent une attaque des rebelles syriens pro-turcs au nord de Raqqa

    Imprimer

    Jeudi 18 mars, les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une coalition de combattants majoritairement kurdes soutenue par les Etats-Unis,  ont annoncé avoir repoussé deux attaques lancées par les forces turques et leurs alliés syriens dans la partie nord de la province de Raqqa.

    Les attaques ont eu lieu dans la banlieue de la ville d'Ain Issa, qui a été bombardée par les forces turques les 16 et 17 mars. Les bombardements n'ont entraîné aucune perte humaine.

    La première attaque a visé le village de Saida à l'ouest d'Ain Issa. Selon les FDS, six rebelles syriens pro-turcs ont été tués et un véhicule détruit. La deuxième attaque a visé la ville de Mu'alk à l'est. Un nombre indéterminé de combattants pro-turcs a également été éliminé par les FDS.

    La situation autour d'Ain Issa est instable depuis quelques mois. Les forces turques attaquent régulièrement la périphérie de la ville.

    La police militaire russe et l'armée arabe syrienne (AAS) maintiennent un réseau de postes militaires autour d'Ain Issa pour surveiller la situation dans ce secteur. La semaine dernière, l'armée a déployé des renforts , y compris des armes lourdes, dans la région.

    En 2020, la Russie a averti les FDS d'un plan turc d'attaquer Ain Issa. En conséquences, les FDS étaient invitées à remettre la ville à l'AAS afin de déjouer le plan d'Ankara. Cependant, les Kurdes ont rejeté la demande

    Les récentes attaques contre Ain Issa confirment que la Turquie et ses alliés syriens prévoient toujours de s'emparer de la ville située sur l'autoroute M4. L'autoroute stratégique relie Hassakeh à Raqqa et Alep.