Rann

  • Nigeria : Les islamistes de Boko Haram tuent 45 agriculteurs lors d'une nouvelle attaque contre un village du nord-est du pays

    Imprimer

    Des jihadistes de Boko Haram ont attaqué dimanche Rann, un village isolé du nord-est du Nigeria, tuant au moins 45 agriculteurs alors qu'ils étaient occupés à des travaux de récolte.

    Les habitants de Rann, un village frontalier isolé de l'État de Borno, dans le nord-est du Nigéria , ont déclaré qu'à midi le lundi 23 mai, ils avaient enterré au moins 45 de leurs proches qui avaient été tués lors d'une attaque contre leur communauté par des islamistes de Boko Haram. 

    Les habitants ont ajouté qu'ils étaient toujours en train de fouiller les buissons environnants à la recherche de tout corps qui n'avait pas encore été récupéré.   

    Rann, le siège de la zone de gouvernement local de Kala Balge, a été le théâtre de nombreuses attaques sanglantes. 

    Une attaque particulièrement horrible
    Les agriculteurs ont été tués alors qu'ils récoltaient leurs cultures vivrières sur un terrain à la périphérie des villages de Rann, a expliqué une source.  Elle a ajouté que les assaillants se sont précipités sur les fermiers, les ont encerclés et ont commencé à les tuer les uns après les autres à la machette. La plupart ont été décapités et démembrés. 

    Rann est apparu sous les projecteurs le 17 janvier 2017, lorsqu'un bombardier de l'armée de l'air nigériane avait bombardé par erreur un camp de personnes déplacées pris pour un camp de Boko Haram précédemment identifié. Au moins 236 personnes étaient mortes et environ le double blessé.

    Rann a été envahi à deux reprises par des jihadistes de Boko Haram en janvier 2019. Les attaques avaient forcé les villageois à fuir vers le Cameroun. 

    Rann a également été agressé par des jihadistes de l'Etat islamique (ISWAP) en août 2021. Au cours de l'attaque, les islamistes avaient détruit une base militaire dans cette communauté frontalière difficile à atteindre.

  • Nigeria : 7 soldats tués dans une attaque djihadiste dans le nord-est du pays

    Imprimer

    Sept soldats nigérians ont été tués, vendredi 3 décembre 2021, dans une attaque djihadiste contre un poste de l'armée dans le nord-est du Nigeria près de la frontière avec le Cameroun, ont confirmé à l'AFP des sources militaires.

    Des combattants de la « Province de l'État islamique en Afrique de l'Ouest » (ISWAP), arrivés à bord de plusieurs camions équipés d'armes automatiques, ont attaqué cette base située dans la ville de Rann vers 1H00 GMT, provoquant de violents affrontements avec les militaires nigérians, selon les sources. .

    "Les forces ont repoussé cette attaque, mais nous avons perdu sept soldats", a déclaré à l'AFP une source militaire.

    L'attaque a contraint les habitants de cette ville à fuir leur domicile, selon une source qui a requis l'anonymat.

    Rann est situé à 175 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, où l'armée cherche à mettre fin à une rébellion qui a éclaté il y a 12 ans.

    Attaque également de l'Etat islamique à Maiduguri
    Samedi matin 4 décembre, les djihadistes de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué à l'arme légère et aux RPG (Rocket Propelled Guns) le "lotissement 1000" à Maiduguri et la ville de la communauté aéroportuaire de Gomari. Les bombes ont complètement détruit plusieurs maisons. Le nombre de victimes n'est pas encore connu.
    FFwDhhIXEAMKfO_.jpeg

    Les djihadistes de l'ISWAP de plus en plus actifs
    Le 17 septembre, au moins 16 soldats nigérians avaient été tués dans une embuscade de l'Etat islamique-Afrique de l'Ouest (ISWAP) sur l'autoroute entre Maiduguri et la ville de Monguno dans la région du lac Tchad.

    Une semaine plus tard, huit soldats étaient tués dans une attaque du groupe djihadiste près de la ville de Dikwa dans la même zone.

    La province de l'État islamique d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) s'est renforcée ces derniers mois dans la région du lac Tchad après l'assassinat d'Abou Bakr Shekau, le chef du groupe rival «Boko Haram», lors d'une bataille entre les deux groupes.

    L'« État islamique - Province d'Afrique de l'Ouest » a été créé en 2016 à la suite d'une scission de « Boko Haram ».

    Le conflit a déplacé près de deux millions de personnes dans le nord-est du Nigeria et s'est également propagé aux pays voisins.

     

  • Nigeria : Des membres de l'Etat Islamique (ISWAP) attaquent un centre de secours de l'ONU au Nigéria. 25 employés encerclés dans un abri

    Imprimer

    Lundi 1er mars, des djihadistes de l'Etat islamique de la province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont attaqué un centre de secours de l'ONU dans la ville de Dikwa, dans le nord-est du Nigéria, et ont encerclé un abri où 25 travailleurs humanitaires s'étaient réfugiés, selon des sources de sécurité et de secours.

    Une source militaire a déclaré à l'AFP que des dizaines de militants de l'ISWAP ont pris d'assaut la ville de Dikwa et occupé une base militaire après que les soldats se soient enfuis. Ils ont incendié un centre de secours des Nations Unies, le réduisant en cendres.

    Deux attaques ont été lancées simultanément contre la base militaire et contre le centre humanitaire des Nations Unies".

    Support aérien
    L'armée a envoyé des renforts depuis la ville de Marte, à 40 kilomètres de là, pour aider à dégager l'abri où se sont réfugiés les travailleurs humanitaires.

    Deux avions de guerre et un hélicoptère de combat ont fourni un soutien aérien pour chasser les terroristes du centre humanitaire en feu.

    Cette attaque intervient exactement trois ans après une attaque, le 1er mars 2018, par des militants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest contre un centre humanitaire des Nations Unies dans la ville de Rann (nord-est), qui s'était soldé par la mort de trois travailleurs humanitaires et l'enlèvement d'un quatrième, en plus de la mort de huit soldats nigérians.

    Le nord-est du Nigéria est en proie à la violence djihadiste depuis que le groupe extrémiste islamiste Boko Haram a lancé une rébellion armée en 2009.

    En 2016, l'État islamique en Afrique de l'Ouest s'est séparé de Boko Haram et est devenu la plus grande menace djihadiste au Nigéria.

    Depuis son déclenchement en 2009, le conflit a tué plus de 36 000 personnes et en a déplacé deux millions d'autres.

    Vendredi 28 février déjà, des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest, arrivés à bord de camions équipés de mitrailleuses, aaient attaqué la ville de Dikwa, provoquant la fuite de ses habitants.

    La ville est située à 90 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'État de Borno, et abrite plus de 130.000 personnes, dont 75.000 personnes déplacées (IDP) qui ont fui d'autres parties de la région et vivent dans des camps où ils  dépendent de l'aide alimentaire fournie par les organisations humanitaires.
    EveOnMcXYAEsBWM.jpegL'armée a mis une semaine pour reprendre la base militaire de Marte à l'Etat islamique
    Le 15 février, des combattants de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest ont capturé Marte la ville stratégique à partir de laquelle, lundi soir, les renforts militaires envoyés à Dikwa ont été lancés. L'armée a repris le contrôle de la ville au bout d'une semaine.

    La même semaine, l'autre organisation djihadiste "Boko Haram" a lancé une attaque au mortier sur Maiduguri, tuant au moins 16 personnes, dont 9 enfants sur un terrain de foot, et en blessant des dizaines.

    Depuis fin 2020, les deux organisations djihadistes ont intensifié leurs attaques dans la région, ce qui a poussé le président Muhammad Bukhari, qui fait face à de vives critiques sur sa gestion de la situation sécuritaire dans le pays, à licencier. à la fin de janvier,  les quatre principaux commandants de l'armée et à nommer leurs remplaçants.

    Bukhari, un ancien général, avait juré lors de son élection à la présidence en 2015 d'écraser la rébellion djihadiste dans le nord-est, mais ses forces armées luttent sans succès  contre les djihadistes.

    Six ans après l'arrivée au pouvoir de Buhari, les deux organisations djihadistes contrôlent toujours de vastes zones rurales, en plus des nombreuses positions stratégiques qu'elles utilisent pour mener des attaques et mettre en place de faux points de contrôle dans le but d'enlever des militaires, des civils et des employés d'organisations non-gouvernementales.

  • Nigeria : Les troupes nigérianes repoussent une attaque de l'Etat islamique et tuent 19 jihadistes

    Imprimer

    Les troupes nigérianes ont repoussé, mardi 9 février, une attaque des combattants de l'Etat islamique de la  Province d'Afrique de l'Ouest (ISWAP) à Rann, dans l'État de Borno, au nord-est du Nigéria, après avoir lancé des attaques aériennes et terrestres contre les insurgés.

    Rann, le siège du gouvernement local de Kala Balge, est proche du Cameroun.

    La région a connu des attaques répétées et des affrontements féroces entre les troupes nigérianes, Boko Haram et l'ISWAP.

    Après une bataille acharnée, les troupes bénéficiant du soutien des avions de combat de la Force opérationnelle aérienne ont tué 19 insurgés circulant sur cinq camions.

    Les insurgés se sont approchés de Rann vers 18 heures à bord de huit camions et de plusieurs motos pour attaquer la base de la 3e brigade.

    De nombreux terroristes ont été mis hors de combat lors de raids aériens et des attaques au sol exécutées par les troupes. Au moins 19 corps de combattants de l'ISWAP ont été retrouvés sur place, autour des camions détruits. D'autres ont été retrouvés dans la brousse.

    L'accès à Rann se fait principalement par hélicoptère et les zones en dehors de la ville sont considérées comme dangereuses.

    Le conflit vieux de plus de dix ans a tué plus de 30 000 personnes et déplacé plus de 2 millions de personnes.

  • Frontlive-Chrono: Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel du 28 janvier 2019

    Imprimer

    Burkina : dix morts dans une « attaque terroriste » dans le Nord

     

    Burkina: quatre soldats tués lors d’une attaque dans le Nord

     

    L’Iran veut éliminer le « régime sioniste », affirme le numéro deux des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran

     

    Libye : les forces de Haftar contrôlent une bonne partie de Sebha

     

    Mozambique : Arrestation de 3 Ougandais soupçonnés de terrorisme

     

    Nigeria: Panique dans le nord-est des milliers d'habitants fuient la ville de Rann évacuée par l’armée camerounaise

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • Frontlive-Chrono - Récapitulatif des principaux évènements du Moyen orient, Afrique du nord et Sahel du lundi 21 janvier 2019

    Imprimer

    Afghanistan: Assaut taliban contre une base des forces spéciales afghanes, au moins 18 tués

     

    Israël/Syrie: Deuxième série de raids israéliens en Syrie en 24 heures – Onze soldats syriens tués

     

    Nigeria: 4 soldats tués, l’armée repousse une série d’attaques de Boko Haram

     

    Syrie : cinq morts dans une attaque contre un convoi des forces américaines et kurdes

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

  • https://www.frontlive-chrono.com du vendredi 7 décembre 2018

    Imprimer

    Afghanistan: Vidéo de soldats australiens de la coalition internationale affrontant des Talibans



    Gaza: Nouvelle « marche » à la barrière frontalière

     

    Maroc: Arrestation de six personnes en lien avec Daech

     

    Nigeria: l’armée repousse deux attaques de Boko Haram dans le Nord-Est

     
    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois