Rankous

  • 31 décembre 2014 – Nouvelles des guerres du Moyen Orient

    Imprimer

    Prochain bulletin le 4 janvier 2015.

    Lire la suite

  • Nouvelles de la guerre globale entre Sunnites et Chiites – Dimanche 22 juin

    Imprimer

    Sur le front syrien
    L'armée syrienne, appuyée par la milice chiite libanaise du Hezbollah, a lancé ces dernières heures une offensive pour déloger les rebelles installés dans des grottes sur les contreforts de Qalamoun, au nord de Damas.
    L’armée a repris le contrôle de quelques collines surplombant la plaine de Rankous et poursuit des groupes rebelles qui ont essayé de s'infiltrer dans la région à partir du Liban.
    Les insurgés s’étaient retranchés sur les hauteurs et dans des grottes de la chaîne de l'Anti-Liban après avoir été chassés en avril 2014 des localités de la région. Ils avaient repris l’offensive depuis deux semaines contre les positions de l'armée et du Hezbollah, ce qui avait contraint les forces du régime à abandonner quelques positions.

    L"EIIL utilise des Humvees américains en Syrie

    Les jihadistes de l'EIIL ont utilisé des Humvees américains pris sur l'armée irakienne pour capturer deux villages, Ekar et Maalal dans la province d'Alep où de violents combats opposent l'EIIL au Front islamique soutenu par les Saoudiens et le Front al-Nosra, le représentant officiel d'al-Qaïda en Syrie. Il semble que l'EIIL cherche à reprendre la localité d'Azaz qu'elle avait perdue en février 2014.

    L'EIIL capture vingt étudiants kurdes sur une route du Kurdistan syrien

    Les jihadistes ont également capturé vingt étudiants kurdes sur la route Hasakeh-Qamishli, la capitale du Kurdistan syrien. Les Jihadistes de l'EIIL avaient déjà capturé 145 étudiants kurdes à Alep  et 193 civils kurdes dans la localité de Qabasine, également dans la province d'Alep. Les Kurdes syriens sont en guerre depuis des mois avec les jihadistes de l'EIIL.
     
    Sur le front irakien
    Les forces irakiennes se sont retirées de trois villes de l'ouest du pays sous la pression des insurgés sunnites.
    Les unités militaires ont abandonné Al-Qaïm, Rawa et Anah. Al-Qaïm est située sur l’Euphrate et fait face à la ville syrienne de Boukamal. D’après nos informations ce point de passage frontalier est entre les mains du Front al-Nosra et d’habitants d’al-Qaïm et non pas de l’EIIL. Rawa est également située sur l’Euphrate à l’intérieur de la province d’Anbar et Anah est située sur l’Euphrate à la sortie du lac de barrage d’Adithah.
    Ces deux dernières villes ont été occupées par l’EIIL et on a rapporté que 21 responsables locaux y avaient été exécutés, ces deux jours.
    Certaines des victimes ont été tuées par balles dès samedi, lorsque les insurgés de l’EIIL ont pris le contrôle de ces deux villes, tandis que d'autres ont été abattues dimanche.

    Sur le front yéménite
    Les rebelles chiites (Zaïdites) d’Ansarullah sont implantés à l’est de Sanaa, la capitale yéménite. Ils ont un centre (markaz) dans le quartier d’al-Jarraf.
    Samedi 21 juin, des centaines de Yéménites sunnites ont manifesté à Sanaa pour dénoncer l’inaction des autorités face à la poussée des rebelles chiites qui menacent maintenant la capitale.
    Et dimanche 22 juin, comme pour confirmer leurs craintes, les rebelles chiites d’Ansarullah  ont tendu une embuscade à une patrouille de police, blessant dix-sept policiers, dont trois officiers. L’attaque des Chiites était censée répondre à la capture par la police de deux membres d’Ansarullah.
    Dans un communiqué sur son site internet, Ansaruallah a affirmé que son bureau à Sanaa était "visé" par les forces de sécurité dans une tentative de "déclencher une guerre insensée".

    Sur le front libanais
    Les services de renseignements de l'armée libanaise ont arrêté dimanche 22 juin dans la Békaa cinq personnes, dont Omar Satem. Cet individu est sous le coup d'un mandat d'arrêt et l'un des suspects les plus dangereux recherchés par les services de sécurité libanais.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

  • Le Hezbollah perd 40 combattants autour de Rankous

    Imprimer

    Rankous

    Rankous comptait Ville 25 000 habitants quand la guerre civile a éclaté en Syrie. La localité est située à 30 km au Nord de Damas et est située dans une région montagneuse à proximité de la frontière libanaise. La ville était tombée aux mains des opposants au régime de Bachar el-Assad mais a été reprise par le Hezbollah libanais pour le compte du régime le 10 avril 2014.

    Nouveaux combats depuis le 13 juin 2014

    Depuis le mois de juin, des combats sporadiques ont lieu dans le jurd autour de la localité où des centaines de miliciens anti-régime continuent le combat. 
    Les rebelles ont affirmé aujourd'hui, 19 juin 2014, avoir tué 40 membres du Hezbollah libanais dans des combats autour de Rankous :
    https://www.youtube.com/watch?v=tW_55E2SB8o
    Les 13 et 14 juin le Hezbollah avait déjà perdu 29 miliciens

    Jean René Belliard (Auteur de Beyrouth, l’enfer des espions)

     

    Lien permanent Catégories : HEZBOLLAH, Rankous 0 commentaire
  • Regain de tension à la frontière libano-syrienne

    Imprimer

    Les combats ont repris dans la région montagneuse de Rankous

    Rankous est une localité syrienne située dans la région montagneuse du Qalamoun. Cette région a été le théâtre d’une longue bataille entre les Islamistes du Front al-Nosra et certains éléments de l’Armée Syrienne Libre, d’un côté, et les forces fidèles au régime appuyées par le Hezbollah libanais, de l’autre. La bataille a duré d’octobre 2013 à avril 2014 et s’est soldée par une victoire du régime et du Hezbollah.

    Rankous avait été reprise par le régime et le Hezbollah le 9 avril 2014
    Rankous est l’une des dernières localités à avoir été reprise par le régime. La ville rebelle est tombée le 9 avril 2014. Les derniers combats ont eu lieu dans les fermes à la périphérie de la ville car les rebelles avaient accepté une demande des notables de ne pas combattre à l'intérieur de la localité. Pour parvenir à déloger les derniers guérilleros du Front al-Nosra, les forces du régime ont utilisé des obus chargés d’un gaz chloré.

    3000 à 4000 rebelles sont toujours présents dans le Qalamoun
    On croyait en avoir fini avec les combats dans cette région. On croyait la frontière entre le Liban et la Syrie sécurisée et imperméable au passage de jihadistes. On avait tort. Depuis deux jours, depuis le 12 juin, les combats ont repris dans la région de Rankous. Malgré la fin de la bataille du Qalamoun, 3000 à 4000 miliciens sont toujours retranchés dans le jurd jouxtant l'Anti-Liban. Ceux-ci sont en contact avec les groupes déployés dans le jurd du côté libanais et avec les groupes armés de Zabadani dans la province nord de Damas.

    29 Hezbollahis ont perdu la vie en deux jours

    Le 13 juin, une quarantaine de combattants ont tenté de s’introduire à l’intérieur de Rankous. Ils ont été repoussés mais les combats se poursuivent tout autour de la ville et il semble que les pertes soient importantes de part et d’autre. On a appris, par exemple, que 29 combattants du Hezbollah libanais ont perdu la vie au cours des deux derniers jours.

    Jean René Belliard (auteur de Beyrouth, l'enfer des espions)

    Lien permanent Catégories : Front al-Nosra, HEZBOLLAH, Rankous, SYRIE 1 commentaire