Rahbah

  • Yémen : L'armée progresse dans la province de  Marib

    Imprimer

    L'armée gouvernementale affirme avoir pris le contrôle du district de Rahba, au sud de la province de Marib, à environ 120 kilomètres à l'est de Sanaa.

    Les forces pro-gouvernementales, aidées par des groupes de combattants locaux et les avions de la coalition dirigée par les Saoudiens, ont pris le contrôle de Rahba, ainsi que plusieurs positions et collines "stratégiques" environnantes, à l’issue d'un assaut mené à l'aube du 14 juillet. Cette zone était aux mains des rebelles chiites Houthis depuis environ un an. Il s’agit d’un succès significatif des forces pro-gouvernementales.

    Les forces pro-gouvernementales continuent actuellement sur leur lancée, forçant les rebelles houthis à se retirer vers la province d'al-Bayda.

    Les combats se poursuivent sur les fronts d'al-Kassara et d'al-Mashjah, à l'ouest de la province de Marib, où les forces pro-gouvernementales ont lancé une attaque contre les positions houthies, prenant le contrôle de plusieurs.

    Rappelons que les rebelles chiites houthis avaient lancé une vaste offensive en février 2021 afin de s’emparer de la province de Marib, riche en ressources pétrolières et gazières. La prise de cette province aurait été un "atout" pour les houthis dans le cas d’éventuelles négociations de paix. La province de Marib était restée à l'écart du conflit jusqu’à l’offensive des rebelles chiites houthis.

    Extension de la mission de l’ONU à Hodeidah
    Mercredi 14 juillet, le Conseil de sécurité des Nations Unies a approuvé à l'unanimité l'extension de la mission de surveillance des Nations Unies sur le port de Hodeidah, seul port d’entrée de l’aide humanitaire dans ce pays ravagé par la guerre. Elle devrait rester en place jusqu'au 5 juillet 2022. L’objectif de la mission est d’assurer le respect du cessez-le-feu dans la région occidentale d'Hodeidah. Elle a débuté en décembre 2018 suite à un accord entre.

    Hodeidah est un port essentiel pour venir en aide à la population yéménite, car c'est ici que l'essentiel de l'aide humanitaire à destination de la population yéménite victime de la pire crise humanitaire au monde, selon l’ONU, conséquence de la guerre civile. La mission de l’ONU sur le port de Hodeidah résulte de l' « Accord de Stockholm » signé le 13 décembre 2018, et qui est l'un des rares accords ayant vu le gouvernement de Rabbo Mansour Hadi et les rebelles houthis s'asseoir à la table des négociations. En vertu de cet accord, les rebelles chiites acceptaient de se retirer des trois principaux ports du Yémen, Hodeidah, Salif et Ras Isa, pour laisser le suivi et la gestion nécessaires de ces zones à une délégation de l'ONU. Le répit relatif a permis à la Mission des Nations Unies d'établir des points de contrôle et des postes de surveillance dans le gouvernorat de Hodeidah à partir du 19 octobre 2019, dans le but de faire respecter le cessez-le-feu. En contrepartie, les Houthis se voyaient confier le contrôle de la ville de Hodeidah, le centre du gouvernorat et le port, défini comme stratégique, tandis que les forces gouvernementales restaient positionnées aux entrées sud et est.

    La mission UNMHA compte 55 employés, dont 35 observateurs militaires et de police et 20 employés civils. Malgré l'accord de Stockholm, ces dernières années, la trêve a été violée à plusieurs reprises et les Houthis ont été accusés d'avoir mené des attaques et des bombardements au moyen de drones, d'artillerie lourde, de mines et d'engins explosifs improvisés, même dans des zones résidentielles, faisant des victimes civiles. L'une des escalades les plus récentes s'est produite en janvier. Au cours des trois derniers mois de 2020, on a déploré 153 victimes civiles, ce qui est le nombre le plus élevé jamais enregistré dans la province.

    Actuellement, la nomination d'un nouvel envoyé spécial de l'ONU au Yémen est en attente après que Martin Griffiths ait donné son dernier briefing le 15 juin. Le 14 juillet, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a fait une première proposition. Il s'agit de Hans Grundberg, un diplomate suédois déjà envoyé au Yémen par l'Union européenne depuis le 1er septembre 2019. Avant de recevoir le mandat de cinquième envoyé spécial, Grundberg devra recevoir l'aval des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, les États-Unis, Russie, Grande-Bretagne, France et Chine.

  • Yémen : Les rebelles chiites Houthis progressent dans la province de Marib

    Imprimer

    Le groupe Ansar Ullah, bras armé des rebelles chiites Houthis, poursuit sa progression au détriment des forces gouvernementales soutenues par les Saoudiens dans les provinces yéménites de Marib et Baydaa. Récemment, les Houthis ont capturé les régions de Najd al-Majmaa, Habisah, Ajam al-Sud et les régions d'al-Atf dans le district de Rahbah.