Rabbani Burhanuddin (dirigeant du Panjshir assassi

  • Afghanistan : Les affrontements s'intensifient dans le Panjshir

    Imprimer

    Il y a des déclarations contradictoires entre les talibans et la résistance sur le déroulement des combats dans la province du Panjshir,  au nord-est de l'Afghanistan.

    Les talibans affirment avoir infligé des dizaines de morts aux forces de résistance, et pris le contrôle de 10 sites dans le "Panjshir", jeudi, 2 septembre. De son côté, l'opposition affirme avoir infligé de lourdes pertes aux talibans.

    Les talibans ont appelé les combattants anti-talibans de la vallée du Panjshir à déposer les armes, les pourparlers n'ont jusqu'à présent pas permis de résoudre la crise de manière pacifique. Ahmad Massoud, le leader de la résistance, a posé une condition pour déposer les armes : Que les talibans acceptent de partager le pouvoir avec tout le monde.

    Selon des sources citées par « Sky News Arabia », le « Front national de résistance afghane » a repoussé, mardi soir 31 août, les attaques lancées par les talibans, tuant 30 talibans, en blessant 15 autres et faisant un certain nombre de prisonniers, sans compter la capture de matériel militaire.

    L'ancien chef d'état-major de l'armée nationale afghane, Bismillah Khan Mohammadi, a déclaré sur Twitter que les talibans se sont retirés de la province après avoir subi de lourdes pertes en vies humaines et en matériel.

    Abdul Qadir Faqirzadeh, fils de la « vallée du Panjshir » et proche du leader de la région et leader du front de résistance Ahmed Masoud, fils d'Ahmed Shah Massoud, qui fut l'un des principaux leaders de la résistance à l'occupation soviétique du pays dans les années quatre-vingt du siècle dernier, a confirmé que le "Front de résistance nationale" s'était préparé pour résister à toute attaque des talibans.

    Faqirzadeh a ajouté à "Sky News Arabia" qu'un grand mouvement de volontaires parmi les jeunes du Panjshir et des villes afghanes qui rejettent le contrôle du pouvoir taliban ont rejoint les rangs de la résistance.

    Ahmad Massoud a appelé les États-Unis et les Afghans à l'étranger à soutenir les « comités de résistance » contre les talibans, auxquels s'est joint l'ancien vice-président Amrullah Saleh.

    Des voix militaires et politiques afghanes ont également appelé à une répétition de ce qui est décrit comme "l'épopée de Jinshir" face à l'occupation soviétique.

    La longue et profonde vallée du Panshir s'étend sur environ 120 km du sud-ouest au nord-est de la capitale, Kaboul, et est protégée par des montagnes avec de hauts sommets atteignant 3000 mètres d'altitude.

    Ces montagnes sont des barrières naturelles qui protègent le territoire face aux agressions extérieures, ce qui en fait une caserne militaire hautement fortifiée, avec de la nourriture et de l'eau à disposition.Il y a 126 grandes vallées et des dizaines de petites vallées qui lui permettent de résister à un long siège.

    L'un des éléments de l'importance stratégique de la région est sa liaison avec sept provinces afghanes, à savoir Takhar et Baghlan au nord, Kapisa au sud, Nuristan et Badakhshan à l'est et au nord-est, Laghman au sud-est et Parwan au l'ouest du Panjshir, qui constitue une menace pour les talibans si la vallée reste hors de leur contrôle.

    L'aspect ethnique est une des raisons de la forte hostilité des habitants de la région. La plupart appartiennent à l'ethnie tadjike, tandis que la plupart des talibans appartiennent à l'ethnie pachtoune. A cela s'ajoute le fait que les talibans sont considérés par les tadjiks du Panjshir comme les responsables de l'assassinat de deux dirigeants tadjiks, Burhanuddin Rabbani et Ahmed Shah Massoud. C'est aussi la raison pour laquelle la région a soutenu l'invasion américaine de 2001.

    Avant la prise de contrôle de Kaboul par les talibans, la province a amassé un important stock d'armes.

    Al-Qaida rejoint les talibans dans la guerre du Panjshir, affirme le Front National de la Résistance
    Al-Qaïda a rejoint les talibans dans sa guerre contre les forces de résistance afghanes dans la province du Panjshir, au nord-est de l'Afghanistan, selon un communiqué du « Front de résistance » sur Twitter.

    Des militants sur les réseaux sociaux ont également fait circuler des félicitations, qui seraient adressées par Al-Qaïda aux talibans, à l'occasion du retrait des forces américaines d'Afghanistan.

    Ce message décrivait le retrait des forces de l'OTAN de Kaboul, contrôlée par les « talibans », comme « une victoire historique écrite par Dieu tout-puissant aux mains de la nation afghane moudjahid patiente », soulignant que cette nation était « la forteresse de l'islam ."

    Al-Qaïda a personnellement béni les chefs des talibans et son chef, le mollah Hibatullah Akhundzadah, les félicitant pour leur « grande victoire sur l'alliance des Croisés ».

    La lettre précise que la victoire des « talibans » en Afghanistan « ouvre la voie à la libération des peuples musulmans de la domination des tyrans », notamment dans les territoires palestiniens, la Somalie, le Yémen, le « Maghreb islamique » et le région contestée du Cachemire entre l'Inde et le Pakistan.