Qubadlı (village)

  • Nagorny-Karabakh : Deux systèmes anti-aériens S-300, de fabrication russe, détruits par l'armée azérie - Mauvaise nouvelle pour la Russie

    Imprimer

    Alors qu'un cessez-le-feu humanitaire entre théoriquement en vigueur entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises dans la région du Haut-Karabakh, des sources azerbaïdjanaises continuent de diffuser des vidéos de tirs d'artillerie et de frappes aériennes sur des cibles arméniennes.

    Les vidéos incluent la destruction de radars 35D6 (ST-68U) et de lance-missiles S-300 de l'armée arménienne. Les S-300 ont été détruits à l'aide de "munitions rôdeuses" israéliennes IAI Harop. La première frappe s'est produite près du village de Khojaly, dans le district de Khojaly, tandis qu'une autre s'est produite près du village de Qubadlı, dans le district de Kashatagh de la République autoproclamée du Haut-Karabakh (République d'Artsakh).

    Radars 35D6 (ST-68U)
    Le 35D6 est un système extrêmement coûteux de radar de surveillance aérienne tridimensionnel embarqué sur véhicule (nom utilisé par l'OTAN : Tin Shield). La gamme des fonctions principales du radar comprend la détection de cibles volant à basse altitude protégées par des écrans de brouillage actifs/passifs, ainsi que le contrôle du trafic aérien.

    Il peut être utilisé comme une installation séparée ainsi que comme une partie du système de défense aérienne S-300. Selon des sources azerbaïdjanaises deux systèmes lance-missiles anti-aériens S-300 de l'armée arménienne ont été détruits dans la même région.

    L'armée azerbaïdjanaise a diffusé une vidéo de la destruction du lanceur de missiles S-300. Le lieu de la frappe n'est pas précisé, mais il se peut qu'elle ait eu lieu près de Qubadli :

    Il est surprenant que les forces arméniennes aient déployé des systèmes de défense aérienne à longue portée si près de la ligne de front. En outre, on ne dispose d'aucun rapport sur le déploiement de tels systèmes. D'autre part, il est probable que la partie arménienne ait décidé d'utiliser les radars 35D6 dans la zone de front afin de détecter et de contrer les drones opérés par l'Azerbaïdjan (et la Turquie).

    Dans tous les cas, ces frappes démontrent les faibles capacités de la défense aérienne des forces arméniennes dans la région du Karabakh et à proximité. Elles démontrent également la vulnérabilité des systèmes S-300 russes, ce qui ne doit pas faire plaisir à Moscou.