QATAR

  • Grèce/Turquie : Quelle est la position de Donald Trump et Angela Merkel face à la crise entre la Grèce et la Turquie ?

    Imprimer

    On connaît la position de la France qui s'est résolument rangée du côté de la Grèce. La position des Etats-Unis et de l'Allemagne est moins claire. Pourtant, le rôle du président américain Donald Trump et de la chancelière allemande Angela Merkel est crucial alors qu'Athènes se prépare à faire face à la poursuite des provocations turques, la semaine prochaine, en raison de la tenue par la Turquie de grandes manœuvres militaires. Il est clair que tout incident en Méditerranée orientale coûtera aux deux parties un coût élevé et alourdira le fardeau sur l'économie turque déjà épuisée. La Turquie a commencé à sentir le prix de son intervention en Libye. À la lumière de cela, Athènes compte sur l'intervention diplomatique de Washington et de Berlin pour tenter de désamorcer les tensions avec la Turquie.

    Ni Trump ni Merkel ne veulent d'un conflit armé en Méditerranée
    La Grèce ne sous-estime pas les liens étroits que le président américain Trump a développés avec le président turc Erdogan. Néanmoins, Athènes a été encouragée par la volonté dont Trump a fait preuve en réponse à la crise de la Méditerranée orientale, puisqu'il a appelé Mitsotakis, le premier ministre grec, à deux reprises, lorsque les tensions ont atteint leur apogée et a proposé d'aider à calmer la situation.

    Trump est confronté à des élections présidentielles difficiles dans les deux mois et le soutien de la diaspora grecque aux États-Unis est également important. Il est peu probable que Trump soit prêt à risquer sa réélection en raison d'un conflit militaire entre deux pays de l'OTAN.

    Il en va de même pour la chancelière allemande Merkel, qui ne veut pas d'un conflit gréco-turc à un moment où son pays détient la présidence tournante de l'Union européenne pour une période de 6 mois. Malheureusement, Heiko Maas, ministre allemand des Affaires étrangères, n'a obtenu aucun résultat tangible au cours de sa récente visite à Ankara; Et lors de sa visite à Athènes, Maas a clairement laissé entendre que des sanctions seraient inévitables à la fin du mois de septembre si la Turquie continue ses violations de l'espace maritime grec

    La Grèce manoeuvre bien jusqu'à maintenant
    Athènes estime avoir marqué deux points alors qu'Erdogan tente d'opérer un changement de statut des eaux territoriales en Méditerranée orientale et en mer Égée: l'acceptation d'un accord avec l'Égypte qui définit en partie des zones économiques exclusives, et l'annonce par la Grèce d'une extension de ses eaux territoriales dans la mer Ionienne de 6 milles à 12 milles marins.

    Quel est l'objectif du bellicisme d'Erdogan ?
    Quel est l'objectif d'Erdogan ? Essaye-t-il de préserver l'adhésion sans faille de ses partisans, de les détourner des problèmes les plus urgents, ou encore de se préparer à des élections anticipées ? Et s'il décide de prendre le risque d'une guerre, quel bénéfice espère-t-il obtenir ? Ecraser les Grecs, étendre le territoire turc et gagner en influence dans la région ?

    Même si la Turquie parvenait à réaliser des gains territoriaux au détriment des Grecs, ces gains resteraient illégaux et auraient un coût politique et économique énorme pour Ankara.

    Erdogan se trouve dans une impasse : exécuter ses menaces ou reculer piteusement
    Malheureusement, Erdogan se trouve maintenant dans une impasse. S'il recule, cela signifiera que les menaces de la Turquie ne sont qu'un canular. C'est peut être pour cela que le bureau d'information de la présidence turque a fait une déclaration affirmant que «La Turquie continue d'être (la Turquie pour la paix), aux quatre coins du monde, avec des solutions pacifiques et à long terme qu'elle propose aux problèmes internationaux.»

    Erdogan : le nouveau sultan islamiste
    Mais il y a un autre aspect du "problème Erdogan" et c'est une erreur que font beaucoup de critiques internationaux: Erdogan est obnubilé par son idéologie "frères musulmans" ainsi que par le mythe de la résurrection  de l'empire ottoman. Et on aurait tort de croire qu'Erdogan joue sur les nerfs de la communauté internationale et n'a pas vraiment l'intention de passer à l'acte, quelle qu'en soit la conséquence. Il ambitionne de devenir le leader incontesté des Frères musulmans et le sultan d'un nouvel empire ottoman dont l'influence s'étendrait du Moyen Orient, à l'Afrique du nord, à l'Asie centrale et même aux confins sud de l'Europe.

    Sous la bannière des Frères Musulmans, il a le soutien du Qatar, le financier de la cause, du gouvernement libyen de Tripoli, seul reconnu par l'ONU et des sympathies en Tunisie. Il compte également des "proxies" au Yémen au sein du parti al-Islah, représentant local des Frères, et en Somalie.

    Sous la bannière ottomane, on trouve l'Azerbaïdjan (qui parle une langue turque), les Turkmènes syriens, la Bulgarie, et des sympathies dans un certain nombre de pays d'Asie centrale et dans les Balkans.

    Un axe anti-Ottoman ?
    Les manoeuvres d'Erdogan sont en train de redéfinir la carte géopolitique de toute la région et c'est sans doute pour cela que la Serbie, ennemie héréditaire de la Turquie, a décidé de transférer son ambassade à Jérusalem, un nouvel allié de la coalition déjà formée par la Grèce, Israël, l'Egypte et la France, l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis, sans compter la Libye du maréchal Khalifa Haftar. On pourrait rajouter l'Autriche, qui se souvient sans doute de la menace ottomane, et qui semble soutenir la Grèce dans son conflit avec la Turquie.

  • Gaza/Israël : Le Hamas annonce un "accord" pour mettre fin à "l'escalade" avec Israël

    Imprimer

    Le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir depuis plus d'une décennie dans la bande de Gaza, a annoncé lundi soir un "accord" pour mettre fin aux échanges de tirs avec Israël quasi-quotidiens au mois d'août.
    "Au terme de dialogues et de différents contacts, le dernier en date avec l'émissaire du Qatar Mohammed el-Emadi, un accord a été conclu pour contenir l'escalade et mettre fin à l'agression sioniste contre notre peuple", a indiqué dans un communiqué le bureau du chef politique du Hamas à Gaza, Yahya Sinouar.

    L'armée israélienne bombardait presque toutes les nuits depuis le 6 août dernier la bande de Gaza en représailles à des lancers de ballons incendiaires, voire des tirs de roquettes, depuis ce territoire palestinien vers Israël.

    En réponse aux ballons incendiaires, qui ont déclenché plus de 400 incendies en Israël selon une compilation des bilans des services des pompiers, l'Etat hébreu a aussi resserré son blocus de Gaza en fermant le point de passage de marchandises de Kerem Shalom et en stoppant les livraisons de carburant à ce territoire palestinien, ce qui a obligé la seule centrale électrique de la bande de Gaza à fermer.

    Cette montée des tensions à Gaza s'est doublée dans la dernière semaine de premiers cas de Covid-19 hors des "centres de quarantaine" locaux ce qui a fait craindre une propagation rapide du virus sur un territoire réduit, densément peuplé, où la moitié des deux millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté, et de surcroît bombardé et privé d'électricité.

    Selon une source du Hamas requérant l'anonymat, l'ensemble des factions palestiniennes présentes dans la bande de Gaza ont convenu de cesser les tirs de ballons incendiaires et de projectiles. Et toujours selon cette source, Gaza sera réapprovisionné dès mardi en carburant ce qui permettra de remettre en marche la centrale électrique locale.

    Signe de détente, des camions citernes ont traversé, ce mardi matin 1er septembre, le checkpoint de Kerem Shalom pour livrer du carburant à la centrale électrique de Gaza.

    "Un certain nombre de nouveaux projets devraient bientôt être annoncés pour aider l'économie du secteur à retrouver la situation au point où nous nous trouvions avant la prochaine escalade de violence", a déclaré une source au sein de la direction du Hamas.

  • L’Afrique objet des convoitises des grandes puissances mondiales et régionales

    Imprimer

    La guerre en Libye a révélé la rivalité entre les grandes puissances (Etats-Unis et Russie) et certaines puissances de second ordre animées par des motivations géo-politico-confessionnelles, comme la Turquie (Frères musulmans), le Qatar (Frères musulmans), les Emirats-Unis et l’Egypte (puissances sunnites), sans oublier la France, pour qui tout ce qui est africain l’intéresse, ou l’Italie qui rêve encore de l’époque de la « mare nostrum ».
    Russie - Afrique
    Dans un article précédent mis en ligne le 5 août, un article intéressant sur les ambitions russes de créer en Afrique un pendant de l’Africom des Etats Unis. C’est la raison pour laquelle, Moscou a négocié l’ouverture de bases militaires avec six pays africains, dont l’Egypte et le Soudan. Ce qui montre que la Russie n’a pas l’intention de baisser les armes en Libye, même dans le cas d’une confrontation armée. La Russie créerait ainsi une "ceinture de bases" qui la préserverait de toute offensive, car attaquer un pays avec une telle présence serait risqué pour quiconque. A noter que c’est la même stratégie qui a été employée par Moscou en Syrie.
La Russie a conclu des accords de coopération militaire avec 21 pays africains depuis 2015, dont l'Égypte, la République centrafricaine, l'Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan. Avant cela, Moscou entretenait des relations similaires avec seulement quatre États sur le continent africain.
la Russie a ensuite secrètement et parfois formellement formé les forces de ces pays, dont 180 soldats en République centrafricaine et une vingtaine de soldats par an au Mali. En parallèle, le Nigeria a signé un accord pour l'achat de 12 hélicoptères militaires, tandis que le Cameroun, l'Afrique du Sud et l'Erythrée font partie des pays qui ont exprimé le souhait d'acheter des avions, des chars et des armes lourdes à la Russie.
En outre, la République centrafricaine, en proie à des années de guerre civile, a signé un accord de coopération militaire avec la Russie, en vertu duquel des conseillers militaires russes seront officiellement présents dans la capitale pour former leurs unités de sécurité à faire face aux menaces des groupes armés et des extrémistes. 
    Turquie - Afrique
    De son côté la Turquie ne cache pas son intention d’expulser la France d’Afrique de l’Ouest. C’est ainsi que le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Çavuşoglu, a annoncé samedi 25 juillet que la Turquie avait signé un accord de coopération militaire avec le Niger lors de sa visite dans la nation africaine, où il a eu des entretiens avec un certain nombre de responsables et discuté des effets de la situation libyenne sur la région.
Au cours de sa visite, Çavuşoglu a rencontré le président nigérien Mahamadou Issoufou dans la capitale, Niamey, et lui a assuré que la Turquie «comprend le mieux les efforts du Niger pour lutter contre le terrorisme» (sous-entendu « mieux que la France »). Il a également déclaré l'intérêt de la Turquie à participer au développement économique de ce pays d'Afrique du Nord, en particulier dans les domaines de l'agriculture, des mines, des transports, de la construction et de l'énergie.
La présence de la Turquie se fait sentir sur tout le continent africain, où se trouvent un certain nombre d'organisations turques, notamment l'Agence turque de coopération et de coordination (TIKA), la Fondation Maarif et l'Institut Yunus Emre, entre autres.
En plus de fournir une tête de pont alternative, une base logistique et une plaque tournante de transport pour les opérations militaires de la Turquie en Libye, l'accord de coopération en matière de formation militaire signé avec le Niger pourrait également servir de moyen de freiner l'influence de la France et de s'opposer aux efforts de l'armée française dans la région du Sahel. 
La France est très critique des activités de la Turquie dans et autour de la Méditerranée orientale et a affiché son soutien à la Grèce et à l'Égypte ces derniers temps. Il est clair que la Turquie a bien l'intention de perturber et si possible de saper les intérêts français dans la région à titre de représailles.

     

     

     

  • Somalie : lutte d'influence entre Emirats arabes unis d'un côté, Turquie et Qatar de l'autre

    Imprimer

    Après une période de gel diplomatique, les Emirats Arabes Unis tentent de se rapprocher de la Somalie, proposant de rouvrir l'hôpital Sheikh Zayed , fermé il y a deux ans. Le geste humanitaire d'Abu Dhabi est cependant lié à un coût que Mogadiscio ne semble pas disposé à payer. Selon Al Monitor, le vendredi 10 juillet, en échange de la restauration de l'hôpital, les Emirats Arabes Unis ont demandé à la Somalie de soutenir le front émirati dans la guerre au Yémen. L'offre est intervenue après que le Conseil de transition sud (STC) soutenu par Abu Dhabi a pris le contrôle le 20 juin de l'île yéménite de Socotra dans le golfe d'Aden.
    "Les Émirats arabes unis tentent de rétablir de bonnes relations avec la Somalie pour diverses raisons. La raison la plus importante concerne l'archipel stratégique de Socotra", a déclaré à Al-Monitor Mohammad Shire, professeur à l'Université de Portsmouth. "L'île est située au milieu de l'un des canaux de commerce de pétrole les plus importants au monde et a servi aux Émirats arabes unis, au cours des deux dernières années, comme point d'appui stratégique pour projeter ses intérêts militaires et économiques au-delà du Golfe".
    Les relations entre les Émirats et la Somalie se sont effondrées après la crise du Golfe de 2017, lorsque Mogadiscio a refusé de prendre parti pour les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite contre le Qatar. En mai 2018 , Abu Dhabi a retiré ses programmes d'aide humanitaire et de coopération militaire avec la Somalie dans le but de punir le pays et de le pousser à soutenir une position en sa faveur.
    L'objectif des Émirats arabes unis est également d'affaiblir l'influence du Qatar et de la Turquie, qui entretiennent des liens étroits avec la Somalie. Le développement d'une présence dans la Corne de l'Afrique aiderait Abu Dhabi à contrôler les flux commerciaux à travers le détroit de Bab el-Mandeb, une voie clé pour le transport maritime mondial. Ceci explique également les tentatives de contrôle des ports du sud du Yémen et de l'île de Socotra, où les Émirats souhaitent établir une présence militaire et exercer une plus grande influence régionale.
    Pourtant, la Somalie a condamné à plusieurs reprises le rôle des Émirats arabes unis dans le pays. Il a bloqué des millions de dollars destinés à la région autonome autoproclamée de Somaliland en avril 2018 et, selon les informations de Mogadiscio, a traqué et arrêté un vaste réseau d'espions émiratis opérant dans le pays. La position du gouvernement somalien a donc toujours été un obstacle aux objectifs d'Abu Dhabi et à ses tentatives de devenir une puissance dans la Corne de l' Afrique.
    Face à ces obstacles, les Emirats Arabes Unis semblent être passés à une approche plus pragmatique, basée sur une empreinte « plus humaine». "Il y a un nouvel élan dans la région et nous devons collectivement saisir cette occasion pour formuler des solutions durables qui servent les intérêts des États de la région et satisfont les aspirations de sa population", a déclaré le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, dans un discours prononcé lors du Forum sur la sécurité nationale à Abu Dhabi, en décembre 2019. "Nous pensons que ces modèles finiront par jouer un rôle important dans le soutien de la stabilité et du développement dans la Corne de l'Afrique", a-t-il ajouté.
    la diplomatie du "Coronavirus"
    Profitant de la pandémie de coronavirus, certains pays riches ont utilisé la « diplomatie de coronavirus » vers les Etats les plus pauvres en leur donnant une aide dans « l'objectif de renforcer les relations bilatérales et leur influence. Parmi ceux-ci, on trouve les Émirats arabes unis. Le 14 avril, Abu Dhabi a envoyé à Mogadiscio, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé, 8 tonnes d'aide pour lutter contre le coronavirus. Le 12 mai, le prince Mohammed bin Rashed Al Makhtoum, de Dubaï, a livré une quantité encore plus grande de fournitures médicales à la capitale de la Somalie. Cependant, malgré ces gestes, Abu Dhabi ne semble pas encore avoir réussi à rallier Mogadiscio.
    "Si l'histoire nous a montré quelque chose, je doute que les fournitures humanitaires des EAU produiront les effets escomptés", a déclaré le professeur Shire. La Somalie, selon plusieurs sources, a déjà rejeté le soutien d'Abu Dhabi à la réouverture de l'hôpital et critiqué le rôle émirati dans la guerre au Yémen. «Les Somaliens ne sont pas des outils bon marché utilisés pour répondre à vos besoins. Le Yémen est un pays proche et fraternel et a sa propre souveraineté et dignité ", a déclaré Ahmed Issa Awad, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la Somalie, en réponse à la récente offre émiratie. "Le monde sait que Socotra est une terre yéménite et ce depuis les temps anciens", a-t-il ajouté.
    À un moment donné, cependant, la Somalie était en faveur des Émirats arabes unis et, plus largement, de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. "L'ancien gouvernement somalien de Hasan Sheikh a soutenu la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Ils l'ont fait en approuvant officiellement l'utilisation de l'espace aérien national, des eaux territoriales et des terres pour effectuer des frappes aériennes contre le mouvement chiite Houthi ", a déclaré Shire, soulignant que "bien sûr, les liens étroits qu'entretenaient Hasan Sheikh avec les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, outre les raisons financières, ont été les principaux moteurs de la collaboration " .
    À ce jour, cependant, la Turquie et le Qatar exercent une forte influence sur le gouvernement somalien actuel, dirigé par le président Mohamed Abdullahi Mohamed, et Mogadiscio sait qu'il peut compter sur eux. Par conséquent, les Émirats arabes unis auront du mal à attirer la Corne de l' Afrique toute proche en utilisant l'argument financier . "Le dernier rapprochement, avant les élections somaliennes de 2020, pourrait être favorisé par la tentative d'Abou Dabi de trouver un pied dans la future administration somalienne", a déclaré à al-Monitor,Mais, souligne l'analyste Abdullahi Halakhe, les Emirats Arabes Unis pourraient profiter des élections somaliennes de 2020 pour retrouver une influence sur le pays : " Si les Émirats arabes unis soutiennent un candidat ou un ensemble de candidats contre le président actuel, ils pourraient créer un point d'ancrage".
    Le Yémen est ravagé par une guerre civile depuis le 19 mars 2015, lorsque les rebelles chiites houthis ont lancé une offensive pour prendre le contrôle des régions du sud du pays. Le 21 septembre 2014, soutenus par l'ancien régime du défunt président Ali Abdullah Saleh, les Houthis avaient procédé à un coup d'État qui leur avait permis de prendre le contrôle des institutions de l'État dans la capitale Sanaa. Le président légitime du gouvernement reconnu par la communauté internationale, Rabd Abbo Mansour Hadi, avait pris la fuite, gagnant d'abord Aden puis l'Arabie saoudite. Cette dernière a mis sur pied une coalition pour soutenir Hadi qui est intervenue dans le conflit à partir du 26 mars 2015. Cette coalition comprend l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Soudan, Bahreïn, le Koweït, le Qatar, l'Égypte, le Maroc, la Jordanie et le Sénégal, tandis que les rebelles chiites houthis sont soutenus par l'Iran.

  • Yémen : Le Qatar et de la Turquie accroissent leur influence au Yémen

    Imprimer

    Le mouvement politique yéménite proche du Qatar, connu sous le nom de "courant de Doha", a intensifié ses accusations contre la coalition internationale dirigée par les Saoudiens. Parallèlement, des milices islamistes ont lancé une offensive avec le soutien du Qatar et de la Turquie.
    Selon le journal al-Arab, le mardi 7 juillet, sur la base de sources yéménites locales, le vice-président du Parlement yéménite, Abdul Aziz Jabbari, est arrivé dans le gouvernorat de Ma'rib, quelques jours après les critiques portées par les éléments pro-qataris contre la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.
    Le 3 juillet, Jabbari a souligné que dans le contexte des tensions entre les groupes séparatistes du Sud et le gouvernement yéménite, les forces du pouvoir soutenu par l'Arabie saoudite et reconnu internationalement perdent le contrôle du pays. Jabbari a ajouté que le gouvernement officiel ne durerait pas longtemps.
    La position anti-saoudienne de jabbari s'inscrit dans une campagne plus large des "hommes de Doha", qui visent à saboter l'accord de Riyad du 5 novembre 2019, dont l'objectif est de mettre fin aux tensions sécessionnistes du Sud et de créer un nouveau gouvernement avec une représentation équitable du Conseil de transition du Sud (CTS) et des autres forces politiques yéménites. En parallèle, l'Arabie Saoudite continue de faire des efforts dans la lutte contre les rebelles chiites Houthi, aux côtés des forces du président yéménite, Mansour Hadi.
    Plusieurs représentants du mouvement pro-qatari doivent se rendre à Doha ou à Ankara pour tenter de former un nouveau bloc politique opposé au gouvernement internationalement reconnu, c'est-à-dire opposé à la coalition menée par l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis. Ce mouvement bénéficierait du soutien de la Turquie, du Qatar et des Frères musulmans. Parmi les représentants du "courant de Doha" figure également un ancien ministre des transports, Saleh al-Jabwani, qui, après une visite secrète dans la capitale qatarie, a prévu la création d'un camp d'entraînement militaire financé par le Qatar. Selon les mêmes sources, al-Jabwani a également pour rôle de préparer le terrain à l'influence qatarie dans la province de Shabwa. Une mission équivalente à celle menée par Jabbari dans la province de Ma'rib.
    Selon des sources al-arabes, Ma'rib, Shabwa, outre Taez et al-Mahra, sont des gouvernorats où règne un climat hostile à l'intervention saoudienne au Yémen, et où l'axe Doha-Ankara n'aurait aucune difficulté à profiter des erreurs de la coalition dirigée par Riyad. Parallèlement, dans ces régions, les activités subversives du "courant de Doha" peuvent trouver le soutien et la couverture de dirigeants politiques qui sont membres des Frères musulmans et qui, pour autant, sont toujours bien vus par Riyad et Abu Dhabi. Leur stratégie consiste à soutenir ouvertement la coalition arabe et, en même temps, à essayer de permettre à l'alliance Turco-Qatarie de prendre le contrôle des institutions de l'État au niveau local ainsi que des forces de sécurité et de l'armée.
    Outre une campagne médiatique systématique visant à accroître les tensions entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) au sein du camp gouvernemental, il existe également, selon certaines sources, des activités militaires suspectes consistant à recruter et à former de véritables milices pour soutenir la coalition anti-saoudienne. Ces éléments seraient progressivement infiltrés au sein des forces yéménites légitimes. En outre, des sources politiques à Taez ont confirmé que les Frères musulmans prévoyaient d'achever le contrôle de la province et de déployer des groupes armés dans la zone sud de Hajariya après que les miliciens d'un politicien pro-qatari aient attaqué les forces locales pro-gouvernementales et assassiné leur chef, le brigadier Adnan al-Hammadi, qui a refusé de passer sous le contrôle turco-qatari dans la province. Pendant ce temps, les Houthis contrôlent toujours une grande partie de la ville de Taez, la capitale provinciale, suite à une trêve non déclarée entre eux et les Frères musulmans.
    L'influence du Qatar ne doit pas être sous-estimée, car elle favorise l'expansion croissante de la Turquie au Yémen, créant un axe hostile à Riyad et à Abu Dhabi et, par conséquent, capable de miner davantage la stabilité yéménite et les efforts déployés jusqu'à présent.

     

  • Frontlive-Chrono – Vendredi 3 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 3 mai 2019

    • Algérie: Nouveau vendredi de manifestation contre le régime – Abonnés seulement
    • Gaza : Une nouvelle « marche du retour » se déroule à la frontière – Abonnés seulement
    • Irak: La France rapatrie ses canons Caesar engagés contre l’Etat islamique – Abonnés seulement
    • Libye: Un drone russe Orlan-10 a été abattu alors qu’il n’a pas été officiellement fourni à ce pays – Abonnés seulement
    • Libye: Attention! le conflit est de plus en plus international – Lire la suite
    • Le Maroc a neutralisé une cellule terroriste – Abonnés seulement

    Lire la suite

  • https://www.frontlive-chrono.com du 1er au 3 décembre 2018

    Imprimer

    Dimanche 2 décembre

     


    Lundi 3 décembre

    • Afghanistan: mort d’un quatrième soldat américain

     

     

    • Gaza : six hommes condamnés à mort pour collaboration avec Israël

     

    • Le Qatar quitte l’OPEP le 1er janvier 2019

     

    • Syrie : un dirigeant de Daech tué par un tir de drone américain

     

     

    • Syrie: Plus de 270 combattants de Daech tués dans la nuit du 2 au 3 décembre par l’armée syrienne

       
       
      Tous les articles paraissent en anglais et un certain nombre d'entre eux sont également disponibles en allemand, arabe, chinois, espagnol, indonésien, italien, japonais, néerlandais et suédois. 

    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois