Qatar

  • Somalie : lutte d'influence entre Emirats arabes unis d'un côté, Turquie et Qatar de l'autre

    Imprimer

    Après une période de gel diplomatique, les Emirats Arabes Unis tentent de se rapprocher de la Somalie, proposant de rouvrir l'hôpital Sheikh Zayed , fermé il y a deux ans. Le geste humanitaire d'Abu Dhabi est cependant lié à un coût que Mogadiscio ne semble pas disposé à payer. Selon Al Monitor, le vendredi 10 juillet, en échange de la restauration de l'hôpital, les Emirats Arabes Unis ont demandé à la Somalie de soutenir le front émirati dans la guerre au Yémen. L'offre est intervenue après que le Conseil de transition sud (STC) soutenu par Abu Dhabi a pris le contrôle le 20 juin de l'île yéménite de Socotra dans le golfe d'Aden.
    "Les Émirats arabes unis tentent de rétablir de bonnes relations avec la Somalie pour diverses raisons. La raison la plus importante concerne l'archipel stratégique de Socotra", a déclaré à Al-Monitor Mohammad Shire, professeur à l'Université de Portsmouth. "L'île est située au milieu de l'un des canaux de commerce de pétrole les plus importants au monde et a servi aux Émirats arabes unis, au cours des deux dernières années, comme point d'appui stratégique pour projeter ses intérêts militaires et économiques au-delà du Golfe".
    Les relations entre les Émirats et la Somalie se sont effondrées après la crise du Golfe de 2017, lorsque Mogadiscio a refusé de prendre parti pour les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite contre le Qatar. En mai 2018 , Abu Dhabi a retiré ses programmes d'aide humanitaire et de coopération militaire avec la Somalie dans le but de punir le pays et de le pousser à soutenir une position en sa faveur.
    L'objectif des Émirats arabes unis est également d'affaiblir l'influence du Qatar et de la Turquie, qui entretiennent des liens étroits avec la Somalie. Le développement d'une présence dans la Corne de l'Afrique aiderait Abu Dhabi à contrôler les flux commerciaux à travers le détroit de Bab el-Mandeb, une voie clé pour le transport maritime mondial. Ceci explique également les tentatives de contrôle des ports du sud du Yémen et de l'île de Socotra, où les Émirats souhaitent établir une présence militaire et exercer une plus grande influence régionale.
    Pourtant, la Somalie a condamné à plusieurs reprises le rôle des Émirats arabes unis dans le pays. Il a bloqué des millions de dollars destinés à la région autonome autoproclamée de Somaliland en avril 2018 et, selon les informations de Mogadiscio, a traqué et arrêté un vaste réseau d'espions émiratis opérant dans le pays. La position du gouvernement somalien a donc toujours été un obstacle aux objectifs d'Abu Dhabi et à ses tentatives de devenir une puissance dans la Corne de l' Afrique.
    Face à ces obstacles, les Emirats Arabes Unis semblent être passés à une approche plus pragmatique, basée sur une empreinte « plus humaine». "Il y a un nouvel élan dans la région et nous devons collectivement saisir cette occasion pour formuler des solutions durables qui servent les intérêts des États de la région et satisfont les aspirations de sa population", a déclaré le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash, dans un discours prononcé lors du Forum sur la sécurité nationale à Abu Dhabi, en décembre 2019. "Nous pensons que ces modèles finiront par jouer un rôle important dans le soutien de la stabilité et du développement dans la Corne de l'Afrique", a-t-il ajouté.
    la diplomatie du "Coronavirus"
    Profitant de la pandémie de coronavirus, certains pays riches ont utilisé la « diplomatie de coronavirus » vers les Etats les plus pauvres en leur donnant une aide dans « l'objectif de renforcer les relations bilatérales et leur influence. Parmi ceux-ci, on trouve les Émirats arabes unis. Le 14 avril, Abu Dhabi a envoyé à Mogadiscio, en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé, 8 tonnes d'aide pour lutter contre le coronavirus. Le 12 mai, le prince Mohammed bin Rashed Al Makhtoum, de Dubaï, a livré une quantité encore plus grande de fournitures médicales à la capitale de la Somalie. Cependant, malgré ces gestes, Abu Dhabi ne semble pas encore avoir réussi à rallier Mogadiscio.
    "Si l'histoire nous a montré quelque chose, je doute que les fournitures humanitaires des EAU produiront les effets escomptés", a déclaré le professeur Shire. La Somalie, selon plusieurs sources, a déjà rejeté le soutien d'Abu Dhabi à la réouverture de l'hôpital et critiqué le rôle émirati dans la guerre au Yémen. «Les Somaliens ne sont pas des outils bon marché utilisés pour répondre à vos besoins. Le Yémen est un pays proche et fraternel et a sa propre souveraineté et dignité ", a déclaré Ahmed Issa Awad, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale de la Somalie, en réponse à la récente offre émiratie. "Le monde sait que Socotra est une terre yéménite et ce depuis les temps anciens", a-t-il ajouté.
    À un moment donné, cependant, la Somalie était en faveur des Émirats arabes unis et, plus largement, de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen. "L'ancien gouvernement somalien de Hasan Sheikh a soutenu la coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Ils l'ont fait en approuvant officiellement l'utilisation de l'espace aérien national, des eaux territoriales et des terres pour effectuer des frappes aériennes contre le mouvement chiite Houthi ", a déclaré Shire, soulignant que "bien sûr, les liens étroits qu'entretenaient Hasan Sheikh avec les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, outre les raisons financières, ont été les principaux moteurs de la collaboration " .
    À ce jour, cependant, la Turquie et le Qatar exercent une forte influence sur le gouvernement somalien actuel, dirigé par le président Mohamed Abdullahi Mohamed, et Mogadiscio sait qu'il peut compter sur eux. Par conséquent, les Émirats arabes unis auront du mal à attirer la Corne de l' Afrique toute proche en utilisant l'argument financier . "Le dernier rapprochement, avant les élections somaliennes de 2020, pourrait être favorisé par la tentative d'Abou Dabi de trouver un pied dans la future administration somalienne", a déclaré à al-Monitor,Mais, souligne l'analyste Abdullahi Halakhe, les Emirats Arabes Unis pourraient profiter des élections somaliennes de 2020 pour retrouver une influence sur le pays : " Si les Émirats arabes unis soutiennent un candidat ou un ensemble de candidats contre le président actuel, ils pourraient créer un point d'ancrage".
    Le Yémen est ravagé par une guerre civile depuis le 19 mars 2015, lorsque les rebelles chiites houthis ont lancé une offensive pour prendre le contrôle des régions du sud du pays. Le 21 septembre 2014, soutenus par l'ancien régime du défunt président Ali Abdullah Saleh, les Houthis avaient procédé à un coup d'État qui leur avait permis de prendre le contrôle des institutions de l'État dans la capitale Sanaa. Le président légitime du gouvernement reconnu par la communauté internationale, Rabd Abbo Mansour Hadi, avait pris la fuite, gagnant d'abord Aden puis l'Arabie saoudite. Cette dernière a mis sur pied une coalition pour soutenir Hadi qui est intervenue dans le conflit à partir du 26 mars 2015. Cette coalition comprend l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Soudan, Bahreïn, le Koweït, le Qatar, l'Égypte, le Maroc, la Jordanie et le Sénégal, tandis que les rebelles chiites houthis sont soutenus par l'Iran.

  • Yémen : Le Qatar et de la Turquie accroissent leur influence au Yémen

    Imprimer

    Le mouvement politique yéménite proche du Qatar, connu sous le nom de "courant de Doha", a intensifié ses accusations contre la coalition internationale dirigée par les Saoudiens. Parallèlement, des milices islamistes ont lancé une offensive avec le soutien du Qatar et de la Turquie.
    Selon le journal al-Arab, le mardi 7 juillet, sur la base de sources yéménites locales, le vice-président du Parlement yéménite, Abdul Aziz Jabbari, est arrivé dans le gouvernorat de Ma'rib, quelques jours après les critiques portées par les éléments pro-qataris contre la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.
    Le 3 juillet, Jabbari a souligné que dans le contexte des tensions entre les groupes séparatistes du Sud et le gouvernement yéménite, les forces du pouvoir soutenu par l'Arabie saoudite et reconnu internationalement perdent le contrôle du pays. Jabbari a ajouté que le gouvernement officiel ne durerait pas longtemps.
    La position anti-saoudienne de jabbari s'inscrit dans une campagne plus large des "hommes de Doha", qui visent à saboter l'accord de Riyad du 5 novembre 2019, dont l'objectif est de mettre fin aux tensions sécessionnistes du Sud et de créer un nouveau gouvernement avec une représentation équitable du Conseil de transition du Sud (CTS) et des autres forces politiques yéménites. En parallèle, l'Arabie Saoudite continue de faire des efforts dans la lutte contre les rebelles chiites Houthi, aux côtés des forces du président yéménite, Mansour Hadi.
    Plusieurs représentants du mouvement pro-qatari doivent se rendre à Doha ou à Ankara pour tenter de former un nouveau bloc politique opposé au gouvernement internationalement reconnu, c'est-à-dire opposé à la coalition menée par l'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis. Ce mouvement bénéficierait du soutien de la Turquie, du Qatar et des Frères musulmans. Parmi les représentants du "courant de Doha" figure également un ancien ministre des transports, Saleh al-Jabwani, qui, après une visite secrète dans la capitale qatarie, a prévu la création d'un camp d'entraînement militaire financé par le Qatar. Selon les mêmes sources, al-Jabwani a également pour rôle de préparer le terrain à l'influence qatarie dans la province de Shabwa. Une mission équivalente à celle menée par Jabbari dans la province de Ma'rib.
    Selon des sources al-arabes, Ma'rib, Shabwa, outre Taez et al-Mahra, sont des gouvernorats où règne un climat hostile à l'intervention saoudienne au Yémen, et où l'axe Doha-Ankara n'aurait aucune difficulté à profiter des erreurs de la coalition dirigée par Riyad. Parallèlement, dans ces régions, les activités subversives du "courant de Doha" peuvent trouver le soutien et la couverture de dirigeants politiques qui sont membres des Frères musulmans et qui, pour autant, sont toujours bien vus par Riyad et Abu Dhabi. Leur stratégie consiste à soutenir ouvertement la coalition arabe et, en même temps, à essayer de permettre à l'alliance Turco-Qatarie de prendre le contrôle des institutions de l'État au niveau local ainsi que des forces de sécurité et de l'armée.
    Outre une campagne médiatique systématique visant à accroître les tensions entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) au sein du camp gouvernemental, il existe également, selon certaines sources, des activités militaires suspectes consistant à recruter et à former de véritables milices pour soutenir la coalition anti-saoudienne. Ces éléments seraient progressivement infiltrés au sein des forces yéménites légitimes. En outre, des sources politiques à Taez ont confirmé que les Frères musulmans prévoyaient d'achever le contrôle de la province et de déployer des groupes armés dans la zone sud de Hajariya après que les miliciens d'un politicien pro-qatari aient attaqué les forces locales pro-gouvernementales et assassiné leur chef, le brigadier Adnan al-Hammadi, qui a refusé de passer sous le contrôle turco-qatari dans la province. Pendant ce temps, les Houthis contrôlent toujours une grande partie de la ville de Taez, la capitale provinciale, suite à une trêve non déclarée entre eux et les Frères musulmans.
    L'influence du Qatar ne doit pas être sous-estimée, car elle favorise l'expansion croissante de la Turquie au Yémen, créant un axe hostile à Riyad et à Abu Dhabi et, par conséquent, capable de miner davantage la stabilité yéménite et les efforts déployés jusqu'à présent.

     

  • Frontlive-Chrono – Vendredi 3 mai 2019

    Imprimer

    Liste des articles publiés sur Frontlive-Chrono le vendredi 3 mai 2019

    • Algérie: Nouveau vendredi de manifestation contre le régime – Abonnés seulement
    • Gaza : Une nouvelle « marche du retour » se déroule à la frontière – Abonnés seulement
    • Irak: La France rapatrie ses canons Caesar engagés contre l’Etat islamique – Abonnés seulement
    • Libye: Un drone russe Orlan-10 a été abattu alors qu’il n’a pas été officiellement fourni à ce pays – Abonnés seulement
    • Libye: Attention! le conflit est de plus en plus international – Lire la suite
    • Le Maroc a neutralisé une cellule terroriste – Abonnés seulement

    Lire la suite

  • https://www.frontlive-chrono.com du 1er au 3 décembre 2018

    Imprimer

    Dimanche 2 décembre

     


    Lundi 3 décembre

    • Afghanistan: mort d’un quatrième soldat américain

     

     

    • Gaza : six hommes condamnés à mort pour collaboration avec Israël

     

    • Le Qatar quitte l’OPEP le 1er janvier 2019

     

    • Syrie : un dirigeant de Daech tué par un tir de drone américain

     

     

    • Syrie: Plus de 270 combattants de Daech tués dans la nuit du 2 au 3 décembre par l’armée syrienne

       
       
      Tous les articles paraissent en anglais et un certain nombre d'entre eux sont également disponibles en allemand, arabe, chinois, espagnol, indonésien, italien, japonais, néerlandais et suédois. 

    Abonnement nécessaire pour lire les articles de Frontlive-Chrono 
    Trois options : 100€ pour un an / 60€ pour six mois ou 12€ par mois

     

  • Quel avenir pour le Yémen ? Par Jacques Myard

    Imprimer
    Yémen 

    Quel avenir pour le Yémen ?
    (Intervention de Jacques MYARD sur le Yémen au colloque international de l'Académie de Géopolitique de Paris le 18 octobre 2017 au Parlement européen à Bruxelles)
    I - Caractéristiques du Yémen
    Avant toute chose, il convient de rappeler les caractéristiques du Yémen, peu connu en Europe et en France en particulier.
    C'est un pays de 527 970 Km2, il est presque aussi grand que la France
    Population : 27 millions d'habitants
    1800 tribus très actives. C'est donc un pays tribal avec tout ce que cela comporte de rivalités et d'alliances.
    Son histoire est tourmentée et il a connu de très nombreux affrontements et guerres.
    Abdallah Saleh, un berger, prend la tête du Yémen du Nord en 1978.
    Le 22 mai 1990, Abdallah Saleh unifie le nord et le sud. La capitale est à Sanaa, le sud a un grand port maritime, ancienne base anglaise, Aden.
    EN 1994, le sud fait sécession mais subit un échec militaire.
    Sur le plan religieux, 30 à 40 % des Yéménites sont des chiites, zaydites, les Houthistes d'aujourd'hui du nom d'Hussein Al Houthi, tué en septembre 2004 par des frappes de la C.I.A.
    65 à 70 % de la population est sunnite, néanmoins, les Zaydites, Houthistes et les Sunnites sont très proches sur le plan religieux et partagent des interprétations communes des règles religieuses. Il existe de nombreux mariages interreligieux.
    Il ne s'agit donc pas d'une guerre entre Chiites et Sunnites. Les Houthistes habitants des montagnes du Nord du Yémen, guerriers aguerris, souhaitent une large autonomie et ont reproché au pouvoir central de les délaisser sur le plan économique.
    Relevons qu'au sud, il existe désormais une forte présence d'Al Qaida en péninsule arabique (A.Q.P.A) ainsi que des éléments de l'Etat islamique (Daech) en raison de la faillite de l'Etat.
    II - L'histoire du Yémen
    L'histoire du Yémen est une histoire malheureusement faite de guerres dont les causes sont d'abord des rivalités tribales, les guerres sont déclenchées à partir de problèmes strictement internes au Yémen.
    Les principales dates de ces multiples affrontements récents et de manière très résumée sont les suivantes :
    2004 : Les Chiites, Zaydites dirigés par Hussein al Houthi se rebellent contre le pouvoir central de Sanaa
    2005 : les Houthistes gagnent du terrain et se heurtent le long de la frontière nord à l'armée saoudienne.
    L'Arabie saoudite effectue des frappes aériennes et accusent l'Iran d'aider les rebelles.
    2011 : dans la vague du printemps arabe, en Tunisie et en Egypte, les Houthistes manifestent avec les étudiants pour contester le pouvoir du Président Ali Saleh qui réprime les manifestants mais se voit contraint de céder la pouvoir à son vice-président Rabbo Mansour Hadi qui devient Président et gagne les élections législatives.
    2014 : Une conférence du dialogue internationale propose de faire du Yémen un Etat fédéral de 6 provinces ce qui donnerait aux Houthistes un territoire important plus vaste au sud mais les Houthistes refusent car ils exigent un accès à la mer.
    Ils reprennent les combats et prennent Sanaa en septembre 2014 ainsi que la 3ème ville du pays en mars 2015, Taëz.
    2015 : une coalition arabe dirigée essentiellement par l'Arabie saoudite, les Emirats arabes, et soutenus par les Etats-Unis, bombarde Sanaa. Le Président Hadi fuit Aden où il était réfugié pour l'Arabie saoudite.
    2017 : les observateurs constatent les ravages d'une guerre oubliée ; malnutrition, développement du choléra, nombreuses victimes civiles femmes et enfants, notamment lors de la célébration d'un mariage et lors d'un office funéraire ce qui provoque une très forte émotion dans le monde et met en accusation l'Arabie saoudite, en 2015 et 2016.
    III - Le Yémen victime des rivalités régionales
    Ce qui était à l'origine un conflit interne et propre au Yémen, entre une région montagneuse délaissée par le pouvoir central, les Houthistes, et la capitale Sanaa où régnait en maître le Président Saleh ,au pouvoir depuis 40 ans, devient à partir de 2004 l'enjeu d'une guerre par procuration. L'intervention de l'Arabie saoudite voit dans les Houthistes des alliés religieux, des alliés de l'Iran ce qui est loin d'être prouvé.
    Dès 2004, la C.I.A, dans des opérations clandestines, intervient en représailles de l'attentat du destroyer USS Cole et c'est au cours de ces opérations que Hussein al Houthi est tué.
    En janvier 2013, un cargo transportant des armes qui auraient été commandité par l'Iran est arraisonné en mer. L'Arabie saoudite dénonce fortement l'intervention de l'Iran mais à la même époque, personne ne parle des bateaux turcs qui livrent des armes aux Frères musulmans au sud.
    En mars 2015, c'est le jeune prince héritier saoudien ben Salmane Al Saoud, âgé de 30 ans alors, qui obtient du roi d'intervenir, de lancer des bombardements, opération «  tempête décisive » en formant une coalition avec les Emirats arabes unis, le Qatar, l'Égypte, le Soudan, le Maroc, la Jordanie, le Koweït et le Bahreïn.
    Le Qatar est exclu de cette coalition en juin 2017, dans le conflit qui les oppose à l'Arabie saoudite. L'Emirat d'Oman reste sagement en dehors de cette coalition. A l'évidence, à ce stade, l'Arabie saoudite est obnubilée par l'Iran et en intervenant au Yémen, qu'elle considère comme son arrière-cour, elle voit, à tort la main de Téhéran dans ce qui est en réalité un conflit interne au Yémen.
    On a dit plus haut que l'opération « tempête décisive » avait été initiée par le jeune dauphin du Roi, ben Salmane, fils de la dernière épouse du Roi, qui voulait se faire reconnaître comme un chef de guerre charismatique afin de conforter son assise en Arabie saoudite.
    Selon des informations, ce va-t'en guerre serait contesté en interne par de très nombreux chefs tribaux d'Arabie saoudite qui lui sont hostiles.
    IV Le Yémen à l'O.N.U
    La situation au Yémen a fait l'objet de nombreuses résolutions au Conseil de sécurité agissant en application du chapitre VII de la charte des Nations unies qui confère au Conseil de sécurité la possibilité de prendre des sanctions, voire user de la force militaire pour rétablir la paix.
    La résolution 21-40 du 29 février 2014 a institué un comité, article 19, fixant des sanctions afin notamment de sanctionner les livraisons d'armes aux rebelles. Le Président Hadi est toujours aux yeux de la communauté internationale, le Président légitime même s'il n'a plus d'influence.
    En parallèle, la résolution soutient la conférence du dialogue national sans exclusion comme le prévoit le Conseil de Coopération du Golfe afin de rédiger une nouvelle constitution établissant un État fédéral.
    La résolution 22-14 du 14 avril 2015 reprend les dispositions de la résolution précédente tout en renforçant les sanctions à l'encontre notamment d'Abdallah Saleh, l'ancien Président, et soutient toujours le Président Hadi installé à Ryad.
    A l'évidence, les décisions du Conseil de Sécurité apparaissent décalées par rapport aux réalités.
    La « communauté internationale » part du principe que le seul Président légitime est le Président Hadi alors même qu'il n'a plus le contrôle du terrain et est rejeté par les Yéménites. De surcroît Al Qaida et des éléments de l'Etat islamique sont très présents dans le sud du Yémen.
    V - Quelles solutions pour le Yémen
    Il faut souligner qu'il y a une urgence, celle de pouvoir envoyer au Yémen des médicaments et de la nourriture pour faire face à la situation sanitaire déplorable notamment la propagation du choléra. Sur ce point précis, les États de l'Union européenne devraient se mobiliser et exiger des belligérants, la mise en place d'une intervention humanitaire.
    De plus, il convient de reconsidérer la nature de cette guerre oubliée : les interventions extérieures essentiellement celles de la coalition internationale menée par l'Arabie Saoudite a transformé ce conflit interne en conflit international voyant dans les Houthis une tête de pont de l'Iran alors même qu'aucun combattant iranien ne se trouve au Yémen ce qu'attestent tous les experts.
    Le premier pas pour aller à la paix est bien l'arrêt de l'intervention de la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite avec le soutien des Etats-Unis.
    La constitution d'un Etat fédéral est certainement la solution pour régler les problèmes des Yéménites entre eux à la condition toutefois, que les Houthistes puissent être satisfaits en ayant un accès à la mer. Pourquoi ne pas leur accorder et en donnant aussi satisfaction également à l'Arabie Saoudite qui souhaite pouvoir vendre son pétrole grâce à un oléoduc qui pourrait transiter par la province d'Hadramaout pour gagner le golfe d'Aden sans passer par le détroit de Bab-el-Mandeb qu'elle ne contrôle pas ?
    Enfin, certains experts estiment d'une part que le Président Hadi n'a plus aucune chance d'être reconnu comme le Président légitime des Yéménites et que le fils de l'ancien Président Saleh, Ambassadeur retenu en résidence surveillée à Abu-Dhabi, Mohamed ben Abdellah Saleh pourrait être un candidat accepté par l'ensemble des Yéménites.
    C'est d'ailleurs aux seuls Yéménites de décider de leur propre gouvernement en dehors de toute intervention étrangère mais en attendant une solution politique, il est urgent d'intervenir sur le plan humanitaire, le choléra et la famine gagnent du terrain chaque jour.