Qassem Hazem (porte-parole)

  • Gaza/Israël : Frappes israéliennes sur Gaza après des lancers de ballons incendiaires

    Imprimer

    Israël a mené des frappes sur la bande de Gaza dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 septembre 2021 après des lancers de ballons incendiaires vers son territoire depuis l'enclave palestinienne ayant causé des feux de brousse.

    Le service de presse de Tsahal a rapporté que l'armée de l'air israélienne avait attaqué un lance-roquettes du Hamas et un complexe militaire à Khan Younis, où se trouvait une centrale à béton, qui a été utilisée pour construire des tunnels terroristes.
    Le complexe militaire était situé dans un quartier résidentiel à proximité de sites culturels et de mosquées, a indiqué le service de presse de l'armée. Il est souligné que le Hamas place délibérément ses installations militaires dans les zones de population civile de la bande de Gaza.

    L'agence Safa , basée à Gaza, rapporte que deux "cibles de la résistance" à l'ouest de Khan Younis dans la partie sud de la bande de Gaza ont été attaquées, suivies d'une cible à al-Qadisiyah. Il n'y a eu aucun rapport de personnes tuées ou blessées.
    Safa rapporte que des combattants du Hamas dans la partie nord de la bande de Gaza ont tiré des canons antiaériens sur des avions israéliens.

    Les pompiers israéliens avaient plus tôt dans la journée fait état de trois feux de brousse dans des localités israéliennes à proximité de l'enclave, causés par des ballons incendiaires.

    Ces frappes surviennent après l'évasion d'une prison israélienne de six prisonniers palestiniens, dont la plupart sont des membres du Jihad islamique, un autre groupe armé opérant à Gaza. Les forces de sécurité israéliennes ont déployé lundi des checkpoints autour de Gaza pour éviter que les fugitifs tentent d'y pénétrer, selon l'armée.

    "Le bombardement sioniste de la bande de Gaza est une tentative de l'occupation (Israël, NDLR) de dissimuler son incapacité et son échec à affronter la lutte de notre peuple, en particulier après l'opération héroïque au cours de laquelle six des combattants de notre peuple ont arraché leur liberté à la prison de Gilboa", a commenté Hazem Qassem, un porte-parole du Hamas, dans un communiqué.

    L'Etat hébreu tient le Hamas pour responsable de toutes les actions menées vers son territoire depuis l'enclave.

    L'aviation israélienne a mené plusieurs raids similaires ces dernières semaines. Les tensions persistent en outre le long de la barrière frontalière entre Gaza et Israël, où des heurts entre manifestants et armée ont fait plusieurs morts et des dizaines de blessés. 

  • Bahreïn/Israël : Normalisation des relations

    Imprimer

    Vendredi 11 septembre, le président américain Donald Trump a annoncé que Bahreïn et 'Israël, sous la médiation des États-Unis, avaient convenu d'établir des relations diplomatiques.

    Khalid Bin Ahmad, ancien ministre des Affaires étrangères de Bahreïn et maintenant conseiller d'État, a commenté l'accord de paix avec Israël, affirmant qu'il servait la stabilité et la sécurité de tout le Moyen-Orient. Il a ajouté que le succès de Bahreïn donne de l'espoir à toute la région.

    L'opposition bahreïnie rejette la normalisation avec Israël
    Les groupes d'opposition à Bahreïn ont déclaré qu'ils rejetaient la décision du royaume de normaliser les relations avec Israël, et dimanche un éminent religieux chiite a appelé les habitants de la région à résister.

    L'ayatollah Sheikh Issa Qassem, qui vit actuellement en Iran, a déclaré qu'il s'opposait à la normalisation entre les pays arabes et Israël.

    Qassem a critiqué l'accord conclu par les Emirats Arabes Unis le mois dernier et Bahreïn vendredi pour normaliser les relations avec Israël contredit la volonté du peuple.

    Il a dit: "Il y a une grande divergence entre les dirigeants et les gouvernés en matière de pensée, de psychologie, de but et d'intérêts, et il y a une défaite psychologique que les gouvernements subissent et tentent d'imposer au peuple, et les peuples doivent résister à cette défaite."

    Les associations politiques et les institutions de la société civile, y compris l'Association du Barreau de Bahreïn, ont publié dimanche une déclaration commune rejetant la normalisation.

    La déclaration affirme: "Nous renouvelons notre rejet de toutes les formes de normalisation avec l'ennemi sioniste, et affirmons le fait irréfutable que toutes les formes de normalisation avec l'entité sioniste qui sont adoptées par certains pays n'ont pas produit la paix et n'ont pas rétabli les droits du peuple palestinien usurpé, mais ont plutôt poussé l'ennemi à davantage de crimes contre la Palestine et sa sainteté."

    Il a ajouté: "Nous sommes fermes dans notre position de principe en rejetant la normalisation avec l'ennemi occupant, soulignant que tous les effets de la normalisation n'auront aucune approbation populaire conforme à ce sur quoi des générations de Bahreïnis ont grandi en adhérant à la cause palestinienne."

    Le journal Al-Bilad a rapporté dimanche que le chef de la plus haute cour de Bahreïn avait ordonné au personnel judiciaire de ne pas critiquer les politiques gouvernementales ou d'exprimer des opinions qui nuisent à l'unité nationale.

    Les Bahreïnis ont déjà critiqué toute forme de communication de leur gouvernement avec Israël, y compris la conférence de Manama qui a eu lieu en juin de l'année dernière et a été témoin du lancement de la partie économique du plan américain pour la paix au Moyen-Orient.

    En avril, le Parlement s'est joint aux appels lancés sur les réseaux sociaux pour empêcher les responsables et les hommes d'affaires israéliens d'assister à une conférence internationale sur l'entrepreneuriat. La délégation n'y a pas assisté.

    Les Amirats arabes unis approuvent, naturellement
    Le ministère des Affaires étrangères des Émirats arabes unis a salué la décision de Bahreïn et a félicité Israël et Bahreïn pour une nouvelle étape importante dans leurs relations.

    Le président égyptien salue comme "historique" l'accord de normalisation Bahreïn-Israël
    Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a salué vendredi l'accord de normalisation entre Bahreïn et Israël, le qualifiant d'"historique".

    "Je salue cette importante étape qui vise à consolider la stabilité et la paix au Moyen-Orient et qui permettra de trouver une solution juste et permanente à la cause palestinienne", a tweeté M. Sissi dont le pays a été signataire, également sous la tutelle de Washington, du premier traité de paix avec l'Etat hébreu en 1979.

    Ramallah rappelle l'ambassadeur de Bahreïn, la Turquie condamne le traité de paix
    Le gouvernement de l'Autorité palestinienne à Ramallah a rappelé son ambassadeur au Bahreïn à propos de l'annonce par les autorités de ce pays de la normalisation des relations avec Israël.

    Ramallah a condamné la décision de Bahreïn, la qualifiant de «trahison de Jérusalem et de la question palestinienne».

    Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a accusé Bahreïn de «trahir les intérêts du peuple palestinien». Le Hamas a également accusé les États arabes de désunion et de refus d’agir en tant que front uni contre l’accord initié par les États-Unis.

    La Turquie critique
    Le ministère turc des Affaires étrangères a également vivement critiqué Bahreïn. "Cette décision nuit aux efforts de protection du peuple palestinien en encourageant Israël à poursuivre ses actions illégales et ses tentatives de rendre permanente l'occupation des terres palestiniennes", indique le communiqué.

    L'Iran accuse Bahreïn d'être "complice des crimes" d'Israël
    L'Iran a accusé samedi Bahreïn d'être désormais "complice des crimes" d'Israël au lendemain de l'annonce d'un accord de normalisation des relations entre les deux pays.

    "Les dirigeants de Bahreïn seront désormais complices des crimes du régime sioniste, comme une menace constante pour la sécurité de la région et du monde musulman", a déclaré le ministère iranien des Affaires étrangères dans un communiqué.

    Téhéran a également accusé son ennemi, Israël, d'avoir mené des "décennies de violence, de massacres, guerre, terreur et d'effusion de sang en Palestine, opprimée et dans la région".

    On suppose que dans un proche avenir, les autorités bahreïnies annonceront leur adhésion au traité de paix qui sera signé la semaine prochaine entre Israël et les Émirats arabes unis.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a commenté ce post, disant: "Une nouvelle ère est arrivée - une ère de paix. Nous avons investi dans la paix depuis de nombreuses années, maintenant le monde va investir en Israël, ce qui conduira à de grandes infusions dans l'économie israélienne."