Qamishli

  • Syrie : Sept morts dans une attaque de drone turc dans le Nord-Est

    Imprimer

    Au moins sept personnes ont été tuées, mardi 9 août 2022, dans une attaque de drone turc dans une ville du nord-est de la Syrie contrôlée par les Kurdes, a rapporté une ONG syrienne.

    Le drone a visé "des personnes qui travaillent pour le compte de l'autorité semi-autonome kurde alors qu'elles creusaient des tranchées près d'un hôpital à Qamishli", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 

    Au moins sept personnes sont mortes. L'hôpital se trouve près de la frontière avec la Turquie, où les Kurdes ont renforcé leurs mesures sécuritaires depuis qu'Ankara a menacé de mener une nouvelle offensive à leur encontre. La Turquie estime que les YPG (Unités de protection du peuple kurde), principale milice armée des forces kurdes qui forment le noyau dur des Forces démocratiques syriennes (FDS), sont le prolongement du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qu'elle considère comme une "organisation terroriste".

    Entre 2016 et 2019, la Turquie a lancé trois offensives à ses frontières contre les YPG. 

    Selon l'OSDH et des responsables kurdes, Ankara a multiplié ses attaques de drones contre les Kurdes en Syrie, depuis le sommet de Téhéran le 19 juillet 2022 entre l'Iran, la Russie et la Turquie. Samedi 6 août, une attaque similaire visant une voiture à Qamishli a fait quatre morts, d'après les mêmes sources.

    Fin juillet, les FDS et les forces kurdes ont fait état de 13 morts, dont trois commandantes, dans des frappes de drone imputées à l'armée turque. Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace depuis mai de conduire une offensive dans le nord de la Syrie pour établir une zone de sécurité de 30 km à sa frontière. Ankara n'a toutefois pas obtenu selon les experts le feu vert souhaité lors du sommet tripartite à Téhéran pour une opération militaire d'envergure contre les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

    A défaut, Ankara lance des frappes aériennes contre des cibles kurdes, selon Nick Heras, chercheur au New Lines Institute. Les forces kurdes contrôlent la majeure partie du nord-est de la Syrie, pays morcelé depuis la guerre déclenchée en 2011 et qui s'est complexifiée au fil des ans avec l'intervention de multiples groupes et puissances étrangères.

  • Сирия: Pоссийские военные укрепляются на севере Сирии

    Imprimer

    Российские военные провели воздушную разведку вокруг города Таль-Рифат и прилегающих районов на севере Сирии, чтобы укрепить свои позиции, сообщает турецкое агентство Anadolu.

    Сообщается также, что российские военные доставили на аэродром "Камышлы" ЗРК "Панцирь-С1".

    В публикации Anadolu говорится о том, что армия РФ пытается "помешать террористическим группировкам, поддерживаемым Ираном, усилить свое влияние в Таль-Рифате".

    В этом контексте турецкое агентство утверждает, что российские военные в конце мая не допустили встречи между представителями курдского командования и иранцами, применив для этого РСЗО "Град".

    Anadolu пишет об увеличении численности российских военнослужащих в сирийских районах Айн-Иса, Таль-Тамр, Манбидж, Айн эль-Араб и Камышлы.

    6 мая израильский сайт Debka сообщал, что российские подразделения, дислоцированные в Сирии, якобы собираются на авиабазах "Хмеймим", "Камышлы", "Дир аз-Зур" и Т4, "готовые к переброске некоторых из них на украинский фронт". Со ссылкой на неназванные военные источники Debka утверждал, что "русские передают ключевые базы иранской Революционной гвардии и "Хизбалле"". Данная публикация сайта Debka не была подтверждена никакими источниками в Израиле или в Сирии.

  • Syrie : L'armée russe se renforce dans le nord du pays

    Imprimer

    L'armée russe a effectué une reconnaissance aérienne autour de la ville de Tal Rifaat et des zones environnantes dans le nord de la Syrie pour renforcer sa position, selon l'agence de presse turque Anadolu.

    Il est également rapporté que l'armée russe a installé un système de défense aérienne Pantsir-S1 sur l'aérodrome de Qamishli.

    Selon l'agence turque Anadolu, l'armée russe essaie "d'empêcher les milices soutenus par l'Iran d'accroître leur influence à Tal Rifaat".

    L'agence turque affirme que l'armée russe a empêché fin mai une rencontre entre des représentants du commandement kurde et les Iraniens, en tirant des missiles Grad sur le secteur où devait se dérouler la rencontre.

    Anadolu a constaté une augmentation du nombre de soldats russes dans les régions syriennes d'Ain Isa, Tal Tamr, Manbij, Ain al-Arab (Kobane en Kurde) et Qamishli.

    Le 6 mai, le site Internet israélien Debka avait rapporté que des unités russes stationnées en Syrie auraient été rassemblées sur les bases aériennes de Hmeimim, Qamishli, Deir ezZor et T4, dans l'éventualité d'un transfert sur le front ukrainien ». Citant des sources militaires anonymes, Debka a affirmé que "les Russes remettraient les bases clés aux Gardiens de la révolution iraniens (CGRI) et au Hezbollah". Cette information, publiée sur le site Web de Debka, s'est révélée fausse.

  • Syrien: Ryssland svarar på Turkiets hot genom att skicka stridsflygplan och helikoptrar till nordöstra Syrien

    Imprimer

    Lördagen den 28 maj skickade rysk militär förstärkningar till flygplatsen i Qamishli i nordöstra Syrien, vilket verkar vara ett svar på de senaste turkiska hoten i regionen.

    Enligt ryska och syriska källor omfattade förstärkningen ett antal Su-34 jaktbombare och Ka-52 attackhelikoptrar. Förra året förstärkte den ryska armén sin närvaro på flygplatsen i Qamishli och gjorde den till sin huvudbas i nordöstra Syrien.

    Utplaceringen skedde i samband med rapporter om pågående förberedelser av den turkiska militären och syriska rebeller som är allierade med Ankara för att inleda en ny storskalig operation mot de kurdledda syriska demokratiska styrkorna (SDF) i norra och nordöstra Syrien.

    I vad som verkar vara ett försök att varna Turkiet för ett sådant äventyr genomförde syriska arabiska armén och ryska militärpolisenheter en gemensam patrull tillsammans med SDF-tjänstemän längs frontlinjerna i den nordöstra regionen på morgonen. Patrullen eskorterades av flera ryska attackhelikoptrar.

    Före den gemensamma patrullen släppte stridsflygplan från ryska flygstridskrafter ett antal blixtbomber över turkiskt ockuperade områden i nordöstra regionen som en tydlig varning till Turkiet och dess allierade.

    Efter ett kabinettsmöte den 23 maj sade Turkiets president Recep Tayyip Erdogan att Ankara skulle inleda en militär operation i Syrien för att knyta samman två områden som redan kontrolleras av Turkiet i landets norra och nordöstra regioner.

    Sedan dess har den turkiska militären och dess syriska allierade skickat stora styrkor till båda områdena och intensifierat sina artillerield mot de områden som hålls av SDF.

    USA har varnat Turkiet för att inleda en ny operation i Syrien. Till skillnad från de ryska och syriska styrkorna har den USA-ledda koalitionen dock inte vidtagit några åtgärder för att avskräcka den turkiska armén och dess ombud.

    Det kommer inte att vara möjligt för Turkiet att inleda en ny militär operation mot SDF i Syrien utan grönt ljus från USA. Washington skulle kunna ge Ankara grönt ljus om landet drar tillbaka sina invändningar mot Finlands och Sveriges medlemskap i Nato. Därför är SDF:s enda chans att överleva förmodligen att förbättra förbindelserna med Moskva och Damaskus, som har betydande styrkor i den norra och nordöstra regionen.

  • Сирия: Россия в ответ на угрозы Турции направила истребители и вертолеты на северо-восток Сирии

    Imprimer

    В субботу, 28 мая, российские военные направили подкрепление в аэропорт Камышлы на северо-востоке Сирии, что, по-видимому, является ответом на недавние угрозы Турции в регионе.

    По данным российских и сирийских источников, в состав подкрепления вошли несколько истребителей-бомбардировщиков Су-34 и боевых вертолетов Ка-52. В прошлом году российская армия усилила свое присутствие в аэропорту Камышлы, превратив его в свою главную базу на северо-востоке Сирии.

    Развертывание произошло на фоне сообщений о продолжающейся подготовке турецких военных и союзных Анкаре сирийских повстанцев к новой крупномасштабной операции против возглавляемых курдами Сирийских демократических сил (SDF) на севере и северо-востоке Сирии.

    В попытке предостеречь Турцию от подобной авантюры, подразделения Сирийской арабской армии и российской военной полиции провели утром совместное патрулирование с представителями SDF вдоль линии фронта в северо-восточном регионе. Патруль сопровождали несколько российских боевых вертолетов.

    Перед началом совместного патрулирования истребители Воздушно-космических сил России сбросили несколько осветительных бомб на оккупированные Турцией районы в северо-восточном регионе в качестве ясного предупреждения Турции и ее союзникам.

    Выступая 23 мая после заседания кабинета министров, президент Турции Реджеп Тайип Эрдоган заявил, что Анкара начнет военную операцию в Сирии, чтобы соединить два уже контролируемых Турцией района в северном и северо-восточном регионах страны.

    С тех пор турецкие военные и их сирийские союзники перебросили крупные силы в оба района и усилили артиллерийские удары по районам, удерживаемым SDF.

    США предостерегли Турцию от начала новой операции в Сирии. Однако, в отличие от российских и сирийских сил, коалиция во главе с США не предприняла никаких шагов для сдерживания турецкой армии и ее ставленников.

    Турция не сможет начать новую военную операцию против SDF в Сирии без "зеленого света" со стороны США. Вашингтон может дать Анкаре зеленый свет, если она снимет свои возражения против членства Финляндии и Швеции в НАТО. По этой причине единственным шансом SDF на выживание, вероятно, является улучшение отношений с Москвой и Дамаском, которые сохраняют значительные силы на севере и северо-востоке региона.

  • Syrie : La Russie répond aux menaces de la Turquie en déployant des avions de chasse et des hélicoptères dans le nord est de la Syrie

    Imprimer

    Samedi 28 mai, l'armée russe a déployé des renforts sur l'aéroport de Qamishli, dans le nord-est de la Syrie, ce qui semble être une réponse aux récentes menaces de la Turquie dans la région.

    Selon des sources russes et syriennes, les renforts comprenaient un certain nombre de chasseurs-bombardiers Su-34 et d'hélicoptères d'attaque Ka-52. L'année dernière, l'armée russe avait renforcé sa présence sur l'aéroport de Qamishli, le transformant en sa base principale dans le nord-est de la Syrie.

    Le déploiement est intervenu au milieu des informations faisant état de préparatifs en cours par l'armée turque et des rebelles syriens alliés à Ankara pour lancer une nouvelle opération à grande échelle contre les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes dans le nord et le nord-est de la Syrie.

    Dans ce qui semble être une tentative de mettre en garde la Turquie contre une telle aventure, des unités de l'armée arabe syrienne et de la police militaire russe ont effectué une patrouille conjointe avec des responsables des FDS le long des lignes de front dans la région du nord-est dans la matinée. La patrouille était escortée par plusieurs hélicoptères d'attaque russes.

    Avant la patrouille conjointe, des avions de combat des Forces aérospatiales russes ont largué un certain nombre de bombes éclair sur les zones occupées par la Turquie dans la région du nord-est dans un avertissement clair à la Turquie et ses alliés.

    S'exprimant à l'issue d'une réunion du cabinet le 23 mai, le président turc Recep Tayyip Erdogan avait déclaré qu'Ankara allait lancer une opération militaire en Syrie pour relier deux zones déjà sous contrôle turc dans les régions du nord et du nord-est du pays.

    Depuis lors, l'armée turque et ses alliés syriens ont déployé d'importantes forces dans les deux régions et intensifié leurs frappes d'artillerie sur les zones tenues par les FDS.

    Les États-Unis ont mis en garde la Turquie contre le lancement d'une nouvelle opération en Syrie. Cependant, contrairement aux forces russes et syriennes, la coalition dirigée par les États-Unis n'a pris aucune mesure pour dissuader l'armée turque et ses mandataires.

    Il ne sera pas possible pour la Turquie de lancer une nouvelle opération militaire contre les FDS en Syrie sans le feu vert des États-Unis. Washington pourrait donner son feu vert à Ankara s'il retire son objection à l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN. Pour cette raison, la seule chance de survie des FDS est probablement d'améliorer leurs relations avec Moscou et Damas, qui maintiennent des forces importantes dans la région du nord et du nord-est.

  • Syrie : Conséquences de la guerre en Ukraine, Russes et Américains se renforcent dans le nord-est

    Imprimer

    Les forces russes et américaines ont envoyé des renforts dans le nord-est de la Syrie, une région considérée comme le théâtre d'une compétition entre la Russie et les États-Unis .

    La nouvelle a été rapportée par le quotidien panarabe al-Araby al-Jadeed , qui souligne que la zone nord-est de la Syrie continue d'être largement contrôlée par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une organisation multiethnique composée de Kurdes, d'Arabes, de Turkmènes, d'Arméniens et de Tchétchènes, qui, depuis 2015, a joué un rôle fondamental dans la lutte contre l'État islamique, grâce aussi au soutien des États-Unis. À ce jour, environ 25,64% du territoire syrien est contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes, dont l'influence s'étend principalement à Deir Ezzor, Raqqa, Hasaké et certaines zones d'Alep, dont Tell Rifaat.

    Ces dernières semaines, rapporte le journal, les régions de l'Est syrien ont été le théâtre d'une mobilisation croissante de Moscou et de Washington. D'une part, les Etats-Unis affirment vouloir renforcer leur présence afin de continuer à apporter leur soutien aux FDS dans la lutte contre l'Etat islamique, une organisation toujours active notamment dans la région désertique de Badia. D'autre part, la Russie, alliée du président syrien Bachar al-Assad, serait en train de « courtiser » des groupes kurdes dans le but de consolider son influence et de favoriser l'éloignement des États-Unis des gisements pétroliers et des richesses agricoles de l'Est syrien.

    Le 24 février, les forces russes ont déplacé des avions d'attaque, du matériel militaire et logistique et environ 65 combattants du groupe "Wagner" de la base aérienne de Hmeimim, située dans la province de Lattaquié, au nord-ouest de la Syrie, à Qamishli, une ville du nord-est de la Syrie à la frontière avec la Turquie. Selon une source du journal, des avions de guerre Sukhoi Su-24 font partie des renforts. En fait, dès janvier dernier, 200 soldats russes avec d'énormes charges d'équipement et de munitions étaient arrivés à Qamishli, dans le cadre du renforcement majeur des forces russees vers cet endroit ces derniers temps.

    Le dernier transfert de Moscou, précise al-Araby al-Jadeed, aurait été effectué environ 48 heures après l'arrivée à l'aéroport de Qamishli de renforts militaires appartenant aux soi-disant Gardiens de la révolution iraniens. L'un des observateurs de l'opposition syrienne, en charge de la surveillance du trafic aérien, a déclaré dans une interview à Al-Araby al-Jadeed, que pendant cinq jours, plus de 13 avions de guerre décollaient chaque jour de la base de Hmeimim pour mener des raids contre l'Etat islamique à Raqqa, Homs, Hama, Alep et Deir Ezzor.  

    Parallèlement, le 25 février, le correspondant d'Al-Araby al-Jadeed dans l'est de la Syrie a affirmé que les forces de la coalition internationale dirigée par les États-Unis avaient envoyé des dizaines de camions chargés de matériel militaire et logistique, en provenance d'Erbil, une ville au nord de l'Irak, vers les bases américaines de Qamishli et Hasaké. Parmi les véhicules envoyés, il y avait 23 véhicules blindés et transporteurs de matériel, 18 camions chargés d'armes, de munitions et de matériel logistique, et 5 chars.

    Selon al-Araby al-Jadeed, l'objectif de Washington serait de freiner indirectement l'expansion militaire russe, après que Moscou, depuis la fin de 2021, se soit déployée dans un nombre croissant de positions dans le triangle entre la Syrie, l'Irak et la Turquie, vraisemblablement pour aider le gouvernement de Damas pour soustraire des zones stratégiques aux FDS. En conséquence, les États-Unis ont également créé de nouvelles bases et pistes d'atterrissage dans le nord-est de la Syrie. Dès lors, selon les analystes militaires, l'hypothèse que cette région devienne un champ de bataille entre Moscou et Washington ne peut être exclue. D'autres, en revanche, estiment que les États-Unis ont intérêt à laisser la Russie jouer un rôle dans l'est de la Syrie afin de contenir les visées expansionnistes de la Turquie, elle-même opposée à la présence des FDS.

    C'est un porte-parole du Pentagone, John Kirby, qui a précisé le 8 février 2021, que les troupes américaines stationnées en Syrie, qui comprennent environ 900 militaires et officiels, répartis dans une dizaine de bases, ont pour seul objectif de protéger les civils. C'est ce qui justifie la présence des forces américaines dans les régions entourant les champs pétroliers syriens. "Notre mission est de vaincre l'Etat islamique", a déclaré le porte-parole. Comme beaucoup l'ont souligné, une déclaration similaire avait mis en évidence un nouveau changement dans la politique étrangère du président américain Joe Biden, par rapport à celle adoptée par son prédécesseur, Donald Trump.

    Sous l'administration précédente, le  30 juillet 2020 , une compagnie pétrolière américaine, Delta Crescent Energy LLC, avait signé un accord avec les Forces démocratiques syriennes pour des opérations de modernisation dans les champs pétrolifères déjà existants situés dans le nord-est de la Syrie. Pour Damas, il s'agit purement et simplement d'un vol des ressources pétrolières syriennes par Washington.