Qaïm

  • Syrie : Un avion détruit un convoi d'armes à la frontière irako-syrienne

    Imprimer

    Un avion non identifié a détruit un convoi de camions chargés d'armes et de missiles à la frontière entre l'Irak et la Syrie. 

    Une source de sécurité irakienne a rapporté que le raid a eu lieu à l'intérieur du territoire syrien, près de la ville irakienne de Qaim. La source a ajouté que le convoi militaire avait quitté l'Irak dans la matinée et était entré en dyrie, et quelques minutes plus tard, il était pris pour cible.

    On pense que le convoi était affrété par le Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) vers la Syrie. Les autorités syriennes ont accusé Israël d'être derrière le bombardement.

    L'attaque a été menée en plein jour, ce qui est plutôt rare pour ce genre d'opération. Il souligne, de la part de la partie responsable, sa volonté de contrecarrer sans délai le transfert d'armes iraniennes en Syrie. Le fait que l'attaque ait eu lieu en plein jour peut s'expliquer par le souci d'exploiter une opportunité immédiate dans le but de contrecarrer le transfert d'une cargaison d'armes qu'il aurait été difficile de détruire plus tard. 

    Et8dsDUWQA0jVzX.jpeg

     

  • Syrie : Le 5ème Corps d'assaut (une unité pro-russe) a créé un réseau de positions le long de la frontière irako-syrienne

    Imprimer

    Le 5 e corps d'assaut de l' Armée arabe syrienne (AAS),  soutenu par la Russie, a été déployé pour la première fois à la frontière sirako-syrienne, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 17 décembre.

    Selon l'OSDH, les troupes du 5 e corps d'assaut ont été déployées dans un certain nombre de postes frontières situés près de la ville de Boukamal.

    «Plusieurs milices soutenues par l'Iran, y compris le Mouvement Hezbollah al-Nujabaa, le Hezbollah irakien et Harakat al-Abdal, ont cédé plusieurs postes au 5 e Corps, conformément à un accord russo-iranien dont les termes n'ont pas encore été divulgués». affirme l'OSDH.

    La semaine dernière, la police militaire russe a établi un quartier général à Boukamal. Le poste frontière de Qa'im avec l'Irak est situé à moins de 7 km du centre de la ville.

    Les forces russes opèrent dans le sud de la province de Deir Ezzor depuis près de trois ans. Leur présence dans la région vise à contrer l'Etat islamique  et à faire rempart à la coalition dirigée par les États-Unis, qui maintiennent une force importante sur la rive est de l'Euphrate.

    Des sources pro-israéliennes affirment que la présence russe croissante dans le sud de Deir Ezzor et le long de la frontière avec l'Irak pourrait être le signe d'un retrait iranien proche de la région.

    Les forces soutenues par l'Iran ont été initialement déployées dans la région parce que l'AAS était occupée sur de nombreux fronts dans le sud et le centre de la Syrie. La plupart de ces fronts ont été traités au cours des deux dernières années et ne nécessitent plus des contingents importants de l'AAS..

     

  • Irak : Des militants kurdes syriens attaquent des Peshmergas (Kurdes irakiens) à partir du nord-est syrien 

    Imprimer

    Le ministère des Affaires Peshmergas du gouvernement régional du Kurdistan irakien (KRG) a annoncé le 16 décembre que ses forces avaient été attaquées par les Unités de protection du peuple (YPG).

    Le vice-ministre des Peshmergas, Sarbast Lazgin, a déclaré aux journalistes qu'un groupe de huit combattants des YPG avait tenté de se faufiler du nord-est de la Syrie vers le territoire du KRG tôt le matin. Les Peshmergas ont averti le groupe de Kurdes syriens de rebrousser chemin. Cependant, cinq des combattants syriens ont ignoré les avertissements des Kurdes irakiens

    Un peu plus tard, une position frontalière peshmerga dans la région, où la tentative d'infiltration a eu lieu, a été attaquée par 50 à 60 hommes armés venant du nord-est de la Syrie.

    Le nord-est de la Syrie est contrôlé par les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), soutenues par les États-Unis. Les YPG  (Kurdes syriens) constituent l'essentiel des Forces Démocratiques Syriennes.

    L'attaque contre les Peshmergas a été condamnée par le Premier ministre du KRG Masrour Barzani, qui l'a qualifiée d '«attaque non provoquée des YPG».

    «Il s'agit d'une violation claire et illégale du territoire de la région du Kurdistan et de l'autorité du gouvernement régional du Kurdistan», a déclaré Barzani. «Les YPG ne sont pas  autorisés à utiliser l'aide étrangère pour lancer des attaques sur notre territoire. Toute répétition porterait gravement atteinte à la sécurité régionale. »

    Barzani a appelé la coalition dirigée par les États-Unis à veiller à ce que les YPG ne lancent aucune nouvelle attaque contre les Peshmergas depuis la région du nord-est de la Syrie.

    Le commandant en chef des FDS, Mazloum Abdi, a qualifié l'attaque contre les Peshmergas de «honteuse», affirmant sur Twitter que toutes les attaques contre le KRG et les Peshmergas devaient cesser.

    Ce n'est pas le premier incident de ce genre. Deux jours plus tôt, un peshmerga avait été tué dans des affrontements avec des combattants du PKK,  dans la région d'Amedi, dans la province de Duhok.

     

  • Irak : le Hezbollah irakien sécurise la route entre Téhéran, la Syrie et l'Iran

    Imprimer

    L'Iran utilise des milices en Irak pour mettre en œuvre sa politique étrangère expansionniste en Irak, en Syrie et dans les pays de la région. L'une des tâches les plus importantes de ces milices irakiennes est de sécuriser la voie terrestre entre Téhéran, la Syrie et le Liban à travers le territoire irakien.
    Les milices pro-iraniennes sécurisent le passage d'armes et de missiles, notamment balistiques à l'ouest de la province d'al-Anbar vers la Syrie, ainsi que le passage des combattants et de carburant.
    La sécurisation de la voie terrestre est assurée par la milice du Hezbollah irakien, la Brigade 45, la brigade Al-Tufaf, dirigée par Qassem Musleh et la Brigade 13.
    Le Hezbollah irakien sécurise le poste frontière d'Al-Qaim avec la Syrie et la zone «Akashat» riche en ressources naturelles.
    Ainsi, les mouvements vers la Syrie et le Liban ou d'entrée en Irak ne sont soumis à aucune inspection des douanes irakiennes.
    La route traverse les postes frontaliers entre l'Irak et l'Iran dans les gouvernorats du sud et du centre. Les armes et les missiles entrés sur le territoire irakien sont alors stockés à Jurf al-Sakhr, au nord de Babel, qui est le centre des opérations des Brigades libanaises et irakiennes du Hezbollah, du corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran (CGRI) et des forces du Basij iranien.
    Le carburant est également expédié de cette région vers la Syrie et le sud du Liban.
    Quant aux combattants, ils sont transportés par voie terrestre utilisant des installations supervisées par la Force iranienne al-Qods très influente en Irak.
    D'autres milices sont actives à la frontière irako-syrienne, en particulier depuis le village de Makr al-Theeb, au nord d'Akashat, dans le district d'al-Qaim.
    Les habitants de cette zone ont été déplacés par les Brigades du Hezbollah en 2017, à savoir la fidèle milice Ansar Allah Brigade 19, la Brigade 18 Saraya al-Khorasani, la Brigade 39 Al-Abdal al-Haj, la Brigade 29 Ansar al-Hajjah et la Brigade 14 des Martyrs .

    073120HMB___073120HMB_video.webm

  • Irak: En représailles à la mort d’un Américain, l’armée US frappe cinq bases du Hezbollah irakien en Irak et Syrie

    Imprimer

    Cet article a été aussi publié en : enEnglish (Anglais) ruРусский (Russe) arالعربية (Arabe)

    Le Pentagone a annoncé que des avions de guerre de l’armée de l’air américaine avaient lancé des raids contre le siège de la milice irakienne du Hezbollah.
    Les forces américaines ont ciblé 5 bases appartenant à la milice irakienne du Hezbollah dans la province irakienne d’al-Anbar et en Syrie.
    Pour sa part, la coalition de milices chiites pro-iraniennes Hashd al-Chaabi a confirmé que « des avions américains avaient effectué des raids sur notre quartier général dans l’ouest d’Anbar ».
    Des avions ont effectué un raid aérien contre le QG du Hezbollah irakien, une faction du Hashd al-Chaabi ( Mobilisation populaire), près de la frontière irako-syrienne, à l’ouest d’Anbar.
    Un chef du Hashd al-Chaabi a confirmé que les 45e et 46e brigades du Hashd avaient été ciblées dans le district d'Al-Qaim, la frontière avec la Syrie dans la province d'Anbar. Selon un premier bilan, il y aurait 25 morts et 50 blessés parmi les membres du Hezbollah. 
    Commandant tué 2019:12:29.jpegParmi les morts, on compte un commandant de la 45e brigade, Abou Ali Hazali (Photo).
    De son côté, l'armée américaine a déclaré l'état d'alerte le plus élevé sur toutes les bases ou sont déployés des soldats américains en Irak.
    En août dernier, des sources ont rapporté que 3 missiles avaient visé des dépôts d'armes envoyées par l'Iran à la coalition de milices chiites Hashd al-Chaabi sur la base de Balad, dans la province de Salahuddin.

     

     

     

     

     

     

    forward_2.gifBreaking news:
    Un journaliste américain a été enlevé à Bagdad, sans doute en représailles à la frappe      américaine

    forward_2.gifBreaking news
    Quatre roquettes visent une base abritant des Américains près de Bagdad.

  • Irak : Les forces gouvernementales irakiennes s'apprêtent à lancer l'assaut contre al-Qaïm

    Imprimer
    Irak 
     Qaim
    Les forces gouvernementales irakiennes s'apprêtent à lancer l'assaut contre al-Qaïm
    Samedi 28 octobre, l'armée irakienne et les unités de mobilisation populaire (Hashed al-Chaabi) ont capturé le pont al-Khour, la gare d'al-Qa'im, l'usine de maintenance, la centrale d'al-Qa'im, la station-service Akkaz et al -Mashari zone sud et sud-ouest de la ville d'Al-Qa'im, selon la cellule de médias de guerre de l'armée irakienne.
    La cellule des médias de guerre a également rapporté que l'armée irakienne avait capturé les villages d'al-Nazwa, al-Nahya, al-Amari, al-Tazaleyah et Rataja sur la route Ana-al-Qa'im à l'ouest de la ville d'al-Qa'im.
    De son côté, l'armée de l'air irakienne a annoncé que ses avions de guerre avaient détruit 2 quartiers généraux, 2 dépôts de munitions et 4 positions de l'Etat islamique dans la ville de Rawa et dans la ville d'Al-Qa'im au cours des dernières 24 heures.
    Enfin, l'aile des médias du Hashed al-Chaabi a confirmé que la 45ème brigade du Hashed al-Chaabi avait atteint la ville d'Al-Qa'im. La source a ajouté que la 45ème brigade se préparait à prendre d'assaut la ville dans les prochaines heures.
    Al-Qa'im
    La ville d'Al-Qa'im est considérée comme la plaque tournante logistique de l'Etat islamique à cheval sur la frontière syro-irakienne. Il est probable que les jihadistes se retirent de la localité en raison des pertes importantes subies lors de ses dernières batailles contre les forces gouvernementales, tant en Syrie sous les coups de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis qu'en Irak où l'armée irakienne et la coalition de milices chiites Hashed al-Chaabi n'a cessé de reprendre du terrain. 

    Vidéo : un drone du Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d'Iran (CGRI) cible le quartier général de Daech à la frontière syro-irakienne :
    https://youtu.be/l31ghF3SwX8

    Jean René Belliard

    Pour l'ensemble de la newsletter, écrire à ptolemee@belliard74.com

  • Irak : Les forces gouvernementales progressent rapidement dans l'ouest d'al-Anbar contre Daech

    Imprimer
    Irak 
    Les forces gouvernementales progressent rapidement dans l'ouest d'al-Anbar contre Daech
    Le vendredi 27 octobre, l'armée irakienne a annoncé que le Hashed al-Chaabi, une coalition de milices majoritairement chiites, avait pris le contrôle de 43 km de la route Akashat-al-Qa'im et une zone de 301km2 au sud de la ville d'Al-Qa'im. Le Hashed al-Chaabi et des membres de tribus sunnites qui coopèrent avec Bagdad, ont également  capturé la cimenterie, les carrières et la station d'eau d'Al-Qa'im et la station d'eau 70 au sud-ouest de la ville.
    Au cours de les forces pro-gouvernementales ont détruit 3 VBIED (véhicules kamikazes piégés) et désamorcé plus de 100 IED (engins piégés) posés par l'Etat islamique.
    De leur côté, les unités de l'armée irakienne ont capturé les villages d'Awani, de Jabbab du Nord et d'al-Zalla sur la rive sud de l'Euphrate, à 40 km à l'ouest de la ville d'Al-Qaïm.
    L'armée irakienne a détruit 4 véhicules, 2 VBIED's et tué 25 jihadistes au cours de sa progression.  
    Ali Hamdani, commandant de la 11e brigade du Hashed al-Chaabi, a déclaré le 27 octobre que l'armée irakienne et le Hashed al-Chaabi avaient pour objectif d'encercler puis de libérer la ville d'al-Qa'im pendant la deuxième phase de l'opération militaire en cours.
    En raison des progrès rapides de l'armée irakienne et du Hashed al-Chaabi, l'Etat islamique va probablement redéployer ses combattants de la ville d'al-Qa'im à la ville de Boukamal en Syrie. Cependant, compte tenu de la progression, côté syrien de la frontière, de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) et du Hezbollah vers Boukamal, on peu considérer que la fin de l'EI semble plus proche que jamais.

    Vidéo de la progression des forces pro-gouvernementales dans le secteur Rawah-al-Qaïm 
    https://youtu.be/9v0g8Y747nE