Province de Yagha

  • Burkina Faso : Au moins 160 civils tués dans une nouvelle attaque islamiste dans la zone des trois frontières

    Imprimer

    Au moins 160 morts et plusieurs blessés ont été enregistrés dans une nouvelle attaque islamiste dans la nuit du 4 au 5 juin à Solhan, dans le nord du Burkina Faso, zone des trois frontières. 

    Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a décrété un deuil national de 72h à partir du samedi 5 juin 2021 à 0 heure. 

    Les informations sont encore provisoires en attendant le bilan officiel mais selon des sources gouvernementales et sécuritaires, c’est au moins 160 civils qui ont été tués dans la nuit du vendredi 4 au samedi 5 juin par des terroristes à Solhan, à environ 14 km de Sebba dans la province de la Yagha(Nord). Le président du Faso Roch Kaboré a décrété un deuil national de 72h qui prend effet à partir de ce samedi 05 juin 2021 à 0heure.

    Le groupe islamiste armé "Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans" (GSIM) a annoncé qu'il n'était pas impliqué dans le massacre de Solhan et l'a dénoncé: « Nous condamnons ces actes odieux qui n'ont rien à voir avec l'islam". Selon le communiqué publié par Az-zallaqa.
    E3X9j-rWQAUNl6q.jpeg

    CARTE_BURKINA_FASO_solhan.jpeg

  • Burkina Faso : huit terroristes neutralisés en une semaine par l’armée

    Imprimer

    L’armée burkinabè a affirmé, lundi soir 31 mai 2021, avoir tué, dans la semaine du 24 au 30 mai, huit terroristes et capturé trois autres dans des opérations anti-terroristes dans plusieurs localités du pays.

    Dans son rapport d’activité de la semaine écoulée l’armée a indiqué que le 28 mai dernier, le bataillon G5 Sahel du Burkina Faso a effectué une mission de reconnaissance offensive dans la zone de Tasmakat dans la province de l'Oudalan dans le Sahel.

    "Au cours de cette action, cinq terroristes ont été neutralisés. Trois suspects appréhendés ont été remis à la gendarmerie pour des investigations. De l’armement et divers matériels ont été également récupérés", lit-on dans le document.

    Dans la même semaine, suite à l'attaque contre des populations à Tialboanga dans la province de la Tapoa (Est), des opérations de ratissage ont été exécutées par les unités d’intervention pour retrouver les assaillants. Ces opérations ont permis de neutraliser deux assaillants et de récupérer leur armement, selon la même source.

    Trois jours après, un assaillant a été abattu en riposte à une attaque ayant visé une patrouille mixte de volontaires et de forces de défense et de sécurité dans la localité de Kelbo dans l’Oudalan dans le Sahel, indique l’armée burkinabè.

    Le bilan de cette attaque est passé, lundi, de deux supplétifs de l’armée tués à 7 morts dont quatre volontaires et trois civils, selon une source sécuritaire.

    La fin de la semaine dernière a été marquée par une recrudescence des attaques terroristes dans le Sahel et l’Est du Burkina Faso.

    Selon l’Agence d’information du Burkina (AIB, officielle), une dizaine d’écoles ont été pillées dans la province de la Gnagna (Est) par une "colonne d’hommes armés" qui se livrent également à chacune de leur visite, à des prêches radicaux à visage découvert.

    Vendredi soir, le couvre-feu instauré depuis 2019, a été prolongé de 45 jours dans le Sahel et de 30 jours dans l’Est du pays.

    Depuis 2015, le Burkina Faso vit au rythme d'attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires, et des milliers de déplacés, confrontés à une crise humanitaire.

  • Burkina Faso : Frappe aérienne contre un groupe jihadiste

    Imprimer

    L'armée de l'air du Burkina Faso a mené une frappe aérienne contre des membres du groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM), un groupe affilié à al-Qaïda, samedi 24 avril près du village de Banga (Mansila), province de Yagha. On ignore s'il y a des victimes.

    Ez0kC6DVIAQ6liQ.jpeg

  • Burkina Faso : Au moins six terroristes tués dans le Sahel et 8 VDP tués dans une autre embuscade

    Imprimer

    Au moins six terroristes  ont été tués, mardi 13 avril 2021, au cours d'une attaque ayant visé une patrouille mixte de militaires et de volontaires pour la défense de la patrie (VDP) dans la localité de Mansila (province du Yagha), dans le Sahel burkinabè au nord du Burkina Faso.

    "Une patrouille de militaires et de VDP a été attaquée mardi par des individus armés non identifiés. Dans la riposte au moins six terroristes présumés ont été neutralisés", a déclaré un officier de l’armée sous couvert d’anonymat.

    Les échanges de tirs ont duré une quarantaine de minutes et du matériel a été saisi des mains des assaillants, selon un responsable des volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des civils formés pour soutenir l’armée dans la lutte contre le terrorisme.

    Un élu local a pour sa part signalé la recrudescence des attaques terroristes ces dernières semaines dans cette région précisant que cette situation a installé un climat de peur au sein des populations.

    Mercredi, jusqu’à 13H30 (GMT) l’attaque n’avait pas été revendiquée Et les autorités ne s’étaient pas encore prononcées sur l'événement.

    Depuis 2015, le Burkina Faso fait face à des attaques terroristes dans plusieurs régions. Ces attaques ont fait de nombreuses victimes parmi les civils et les militaires, et des milliers de déplacés sont confrontés à une grave crise humanitaire.

    Plusieurs provinces du pays, notamment dans les régions de l'est, du nord, du Sahel, de la boucle du Mouhoun, et du centre-est, où les attaques et les enlèvements sont réguliers, sont placées en état d’urgence, depuis 2019.

    Au moins 8 VDP tués dans une embuscade, le 14 avril 2021
    Des volontaires pour la defense de la patrie (VDP) de Gorgadji ont été pris en embuscade par des hommes armés,  mercredi 14 avril 2021 dans le village de Bouloye_Siguidi. Au moins 8 VDP tués et 2 portés disparus.

  • Burkina Faso : six morts dont un militaire dans une embuscade au Sahel

    Imprimer

    Six personnes dont un militaire ont été tués, samedi 6 mars, dans une embuscade tendue par des "individus armés non identifiés", dans la localité de Gaskindé dans la province du Soum (Sahel) dans le nord-est du Burkina Faso.

    "Des individus armés non identifiés ont attaqué samedi une position des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP). Une patrouille de l’armée qui venait en renfort est tombée dans une embuscade, faisant six morts dont un militaire", a déclaré dimanche matin, un officier de l’armée burkinabè sous couvert d’anonymat.

    Selon l’agence d’information du Burkina (AIB) qui confirme l’attaque, "au cours de la riposte, plusieurs terroristes ont été abattus".

    Cette attaque n'a pas été revendiquée.

    À l'instar de plusieurs autres régions du Burkina Faso, le Sahel est en proie à des attaques terroristes depuis plus de cinq ans ayant fait de nombreuses victimes et des milliers de déplacés internes.

    Le mardi 02 mars 2021, une ambulance du Centre Médical de Djibo qui effectuait une évacuation médicale vers Ouagadougou, a heurté un engin explosif improvisé à Gaskindé dans la province du Soum, Région du Sahel, l'accident s'est soldé par la mort des six personnes qui étaient à bord.

    Mercredi dernier en soirée, dans la même région, des individus armés non identifiés ont attaqué le village de Kobaoua, tuant au moins cinq personnes.

    La semaine dernière, dans la province du Yagha, toujours dans la même région, deux femmes ont également perdu la vie à la suite d’un incident similaire.

    Depuis lundi dernier, le gouverneur de la région a prolongé le couvre-feu de 45 jours pour permettre aux forces de défense et de sécurité de mener les opérations antiterroristes.

  • Burkina Faso : un civil tué et un imam enlevé dans une attaque au Sahel

    Imprimer

    Une personne a été tuée, deux autres blessées et un imam enlevé, dans une attaque perpétrée par des terroristes présumés dans la localité de Mansila, située dans le nord-est du Burkina Faso.

    "Cela fait quelques jours déjà que des Hommes armés non identifiés ont instauré une loi selon laquelle, une femme qui ne sort pas en noire et un homme qui ne porte pas un pantalon court, sont purement et simplement sanctionnés par dix coups de fouets", a indiqué l’Agence d’information du Burkina (AIB, officiel) qui a rapporté l’information.

    Selon la même source, jeudi dernier, ces hommes armés ont encerclé le village de Mansila, province du Yagha, dans le Sahel, et ont appliqué leur loi, faisant beaucoup de blessés.

    Samedi, la population a organisé une riposte contre ces hommes armés, mais n’ont pas pu résister face aux assaillants armés, selon un un ressortissant de la localité, installé à Ouagadougou.

    "Une personne a été tuée et deux autres blessés", a-t-il ajouté.

    L’AIB a, pour sa part, ajouté que dans leur fuite, les hommes armés avaient kidnappé l’imam de la grande mosquée de Mansila.

    La situation sécuritaire est très fragile dans plusieurs régions du Burkina Faso notamment dans le Sahel, où la campagne électorale pour le double scrutin du 22 novembre dernier a été émaillée par des attaques terroristes, faisant au moins 15 morts, dont 14 soldats.

    Le conseiller municipal du village de Ferel, situé à 22 Km de Gorom-Gorom, chef-lieu de la province de l’Oudalan, également dans le Sahel, a été tué dimanche soir, dans une attaque perpétrée par des hommes armés non identifiés.

    Dans un communiqué, le colonel Salfo Kaboré, a annoncé que le couvre-feu instauré depuis maintenant près de deux ans, était prorogé pour une durée de 45 jours, à compter du 1er décembre 2020 et jusqu'au 14 janvier 2021.

    Les horaires du couvre-feu vont de 19 heures à 05 du matin, en fonctions des localités dans cette région.

    Jadis connu pour sa stabilité, le Burkina Faso est tombé, en avril 2015, dans un cycle d’attaques terroristes dans plusieurs régions, faisant à ce jour plus de 1600 morts, selon un décompte du Conseil économique et social (CES) du Burkina Faso.

    Ces attaques, qui ont également contraint plus d'un million de personnes à fuir leurs villages, sont exacerbées dans le Sahel par des conflits inter-communautaires, certains groupes sociaux accusant d'autres d’être de connivence avec des terroristes.

  • Frontlive-chrono - Jeudi 14 mai 2020

    Imprimer

    Cisjordanie : Attaque à la voiture bélier – l’assaillant palestinien tué

    Un Palestinien a foncé jeudi avec sa voiture, portant des plaques d’immatriculation palestinienne, sur un groupe de soldats israéliens avant d’être abattu, a indiqué l’armée en faisant état d’un militaire blessé dans l’attaque. « L’assaillant a conduit à toute vitesse en direction de soldats près d’un poste militaire à proximité de Negohot », une colonie israélienne dans…Abonnés


    Syrie : Israël, les Etats-Unis et la Russie bloquent l’artère Téhéran-Beyrouth en Syrie

    L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a rendu compte des actions de la « coalition trilatérale » – Israël, les États-Unis et la Russie – visant à bloquer l’ »artère » entre Téhéran et Beyrouth et à mettre fin à la présence des forces iraniennes dans le désert syrien. L’OSDH note qu’il s’agit d’une coalition « indirecte », c’est-à-dire que…Abonnés


    Afghanistan : Attaque meurtrière contre l’armée afghane revendiquée par les talibans

    Les talibans ont annoncé avoir mené une attaque meurtrière contre un bâtiment de l’armée afghane jeudi à Gardez (est), alors que gouvernement a annoncé mardi la reprise de son offensive militaire contre les insurgés. L’attaque, menée à 8h30 dans la province de Paktia par « un kamikaze dans un petit camion rempli d’explosifs » a tué cinq…Abonnés


    Mali: 380 civils tués au cours du premier trimestre 2020

    La Mission des Nations Unies au Mali a annoncé qu’au moins 380 civils avaient été tués au premier trimestre de cette année par des attaques armées. Elle a ajouté dans un communiqué publié mardi, qu’entre début janvier et le 31 mars 2020, le Mali a enrégistré 232 attaques armées, dans le nord et les régions…Abonnés


    Burkina Faso: huit militaires tués dans une embuscade dans l’est

    Huit militaires burkinabé ont perdu la vie dans une embuscade tendue lundi 11 mai par des terroristes dans la province de Yagha (région du Sahel) a annoncé mercredi l’armée burkinabé dans un communiqué. « Dans la matinée du lundi 11 mai 2020 vers 09 h00 une unité de détachement militaire de Sebba ((Province du Yagha) en…Abonnés