Province de Taëz

  • Yémen : Un mort et 11 blessés dans l'explosion d'une bombe dans un bus de passagers à Taez

    Imprimer

    Deux personnes ont été tuées et 11 autres blessées, dont certaines dans un état critique, dimanche 25 septembre 2022, lorsqu'un engin explosif a explosé dans un bus de passagers, dans la localité d'Al-Turbah, dans le gouvernorat de Taëz, au sud-ouest du Yémen.

    Des sources locales ont indiqué que l'explosion, qui visait un bus transportant des passagers, s'est produite dans la rue principale de la localité d'Al-Turbah, le centre du district d'Al-Shamayatain située à 65km au sud de Taëz.

    Les sources ont indiqué que l'explosion a entraîné la mort d'un civil et blessé 11 autres personnes, qui ont été transportées à l'hôpital Khalifa d'Al-Turbah.

    Les autorités yéménites ont ouvert une enquête sur l'explosion, qui s'est produite après le passage d'un véhicule militaire qui semble avoir été la cible de l'engin explosif, et non le bus de passagers.

     Le 2 juillet 2022, quatre soldats avaient été blessés lors d'une attaque similaire contre un véhicule militaire dans la ville d'al-Turbah 

    Le Yémen est le théâtre de violences, d'attentats à la bombe et d'assassinats, dans un contexte de détérioration de l'état de sécurité en raison de combats continus depuis environ 8 ans entre l'armée yéménite du gouvernement internationalement reconnu soutenu par une coalition militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite, d'une part, et les rebelles chiites du groupe Ansar Allah (Houthis) et les forces alliées d'autre part.

    La guerre au Yémen, jusqu'à fin 2021, a coûté la vie à 377 000 personnes, et infligé des pertes cumulées à l'économie yéménite estimées à 126 milliards de dollars, alors que 80 % de la population yéménite a besoin d'aide humanitaire, selon les Nations unies.

     

  • Yémen : 12 soldats gouvernementaux tués par les rebelles chiites houthis

    Imprimer

    L'armée yéménite a annoncé, vendredi soir 22 juillet 2022, que 12 soldats avaient été tués par les rebelles chiites houthis, en l'espace de 48 heures, malgré la trêve en vigueur entre les deux parties.

    C'est ce qui ressort d'un communiqué publié par le Centre des médias des forces armées yéménites.

    "La milice putschiste houthie soutenue par l'Iran a commis 277 violations de la trêve de l'ONU au cours des dernières 48 heures, à Hodeïda (ouest), Taez (sud-ouest), Al-Dhalea (sud), Hajjah, Saada (nord-ouest), Al-Jawf (nord) et Marib (centre)", indique le communiqué.

    Le même source a ajouté que "Ces violations ont fait 12 morts et 19 blessés dans les rangs de l'armée".

    "Les Houthis ont tenté de s'infiltrer dans les positions de l'armée sur l'axe d'Al-Dhalea", indique le Centre des médias des forces armées yéménites, précisant que "le groupe terroriste a ciblé les positions de l'armée avec l'artillerie, des snipers et des drones piégés".

    Il s'agit du bilan le plus élevé, enregistré en l'espace de deux jours, annoncé par l'armée yéménite depuis le début de la trêve le 2 avril 2022.

    Aucun commentaire immédiat n'a été émis par le groupe houthi à ce propos.

    Le gouvernement yéménite et le groupe houthi avaient convenu, début juin, de prolonger une trêve humanitaire dans le pays pour une période de deux mois.

    Parmi les dispositions les plus importantes de la trêve figuraient la reprise des vols commerciaux via l'aéroport de Sanaa et l'ouverture de routes vers la ville de Taez, assiégée par les Houthis depuis sept ans.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, lorsque les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

    Une coalition conduite par l'Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour ramener le gouvernement yéménite au pouvoir.

    Le conflit, qui dure depuis huit ans, a engendré l'une des pires crises humanitaires au monde.

  • Yémen: huit soldats tués par les rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    L'armée yéménite a annoncé, samedi 16 juillet 2022, que huit de ses soldats ont été tués par des tirs des rebelles chiites houthis en l'espace de deux jours, malgré la trêve en vigueur entre les deux parties.

    Le Centre des médias des forces armées yéménites a déclaré, par voie de communiqué que "la milice putschiste houthie soutenue par l'Iran a commis 188 violations de la trêve de l'ONU entre jeudi 14 et vendredi 15 juillet".

    D'après le communiqué, les violations ont été perpétrées sur "les fronts de Hodeïda (ouest), Taëz (sud-ouest), Al-Dhalea (sud), Hajjah, Saada, Al-Jawf (nord) et Marib (centre)".

    "Les Houthis ont ciblé les positions de l'armée avec de l'artillerie, des tirs de snipers et des drones piégés. Au total, huit soldats ont été tués et neuf autres blessés", indique le communiqué des forces armées yéménites.

    Le communiqué ajoute que la milice houthie a déployé des avions de reconnaissance sur plusieurs fronts, creusé des tranchées et construit des fortifications.

    Pour l'heure, les Houthis n'ont pas réagi aux informations communiquées par les forces armées yéménites.

    Notons aussi qu'il s'agit du bilan le plus élevé en l'espace de deux jours, annoncé par l'armée yéménite depuis le début de la trêve le 2 avril 2022.

    Le gouvernement yéménite et le groupe houthi avaient convenu, début juin, de prolonger une trêve humanitaire dans le pays pour une période de deux mois.

    Parmi les dispositions les plus importantes de la trêve figurent le reprise des vols commerciaux via l'aéroport de Sanaa et l'ouverture de routes vers la ville de Taëz, assiégée par les Houthis depuis sept ans.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, lorsque les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

    Une coalition conduite par l'Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour ramener le gouvernement yéménite au pouvoir.

    Le conflit, qui dure depuis huit ans, a engendré l'une des pires crises humanitaires au monde.

  • Yémen : la Coalition annonce d'importantes pertes en vies humaines dans le camp des rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    Les Houthis ont enregistré de lourdes pertes humaines à Marib (centre) et à Taez (sud-ouest) au cours des dernières 24 heures, a annoncé mardi la Coalition arabe au Yémen.

    Par voie de communiqué relayé par l'agence de presse saoudienne (SPA), la Coalition a déclaré avoir "mené 17 opérations contre les Houthis dans les gouvernorats de Marib et Taez au cours des dernières 24 heures".

    "Les opérations ont permis de détruire 17 véhicules militaires et d’éliminer des éléments terroristes", a précisé la Coalition.

    Le groupe Houthi n'a fait aucun commentaire à ce sujet.

    Depuis février 2021, les Houthis ont intensifié leurs attaques dans la province de Marib afin d’y étaler leur pouvoir, compte tenu qu’il s’agit du bastion le plus important du gouvernement yéménite internationalement reconnu et le siège principal du ministère de la Défense, outre ses richesses pétrolières et gazières.

  • Yémen : 29 personnes tuées et blessées par un bombardement des rebelles chiites houthis d'un centre religieux à Marib

    Imprimer

    Le ministre yéménite de l'Information, de la Culture et du Tourisme, Muammar Al-Eryani, a déclaré que les Houthis avaient visé, avec un missile balistique, un centre de mémorisation du Coran et une résidence interne dans la campagne de Marib, faisant 29 morts et blessés.

    Le ministre de l'Information, dans une série de tweets, a déclaré que la milice houthie avait bombardé un centre religieux qui comprend des dizaines d'étudiants en mémorisation du Coran et des sciences religieuses dans le district d'Al-Jawbah, au sud du gouvernorat .

    Il a ajouté que la milice houthie avait visé, avec un missile balistique, le complexe « Dar Al-Hadith », qui comprend une mosquée, un centre de mémorisation du Coran et une résidence interne dans le secteur de « Al-Amoud » à Al-Jawbah dans le sud de la province de Marib, qui a fait des dizaines d'étudiants morts et blessés. Les équipes de secours sont intervenues pour venir en aide aux victimes sous les décombres du bâtiment touché par le missile.

    Al-Eryani a ajouté : « Ce massacre horrible intervient après une série de meurtres systématiques de civils commis par la milice terroriste Houthi au cours des derniers jours dans les gouvernorats de Ma'rib et de Taiz, qui ont coûté la vie à des femmes et des enfants innocents, et le bombardement délibéré de centres de population tels que des maisons, des mosquées et des instituts, à la lumière d'un silence international injuste. » 

    L'attaque survient quelques jours après une attaque similaire contre la maison d'un chef de tribu dans la même ville, qui avait fait 13 morts et de nombreux blessés.

    Les rapports gouvernementaux indiquent que plus de 300 civils ont été tués ou blessés dans une série d'attaques lancées par la milice chiite houthie depuis début octobre 2021 sur la localité d'al-Jawbah, au sud de Marib.

    Les attaques des Houthis ont incité plus de 10 000 familles à fuir leurs maisons au sud de Marib, poussant les familles à s'installer dans des dizaines de camps.

     

  • Yémen : Les rebelles houthis repoussent une attaque des forces pro-gouvernementales dans la province de Taez

    Imprimer

    Les combattants d'Ansar Ullah, le bras armé des rebelles chiites houthis, ont repoussé une attaque des forces pro-gouvernementales dans la province de Taez. Les affrontements les plus intenses ont eu lieu dans la région d'Al-Kadah, où, selon les Houthis, les forces pro-gouvernementales auraient perdu au moins 3 véhicules et subi de lourdes pertes en personnel.

    Lien permanent Catégories : Houthis, Province de Taëz, YEMEN 0 commentaire
  • Yémen : Poursuite des affrontements entre forces pro-gouvernementales et rebelles chiites houthis

    Imprimer

    Vendredi 12 mars, Les forces pro-gouvernementales ont avancé vers les positions des rebelles chiites Houthis dans la province de Hajjah, dans l'ouest du Yémen. Selon des sources pro-gouvernementales, les Houthis se sont retirés de plus de 10 localités de la tribu des «Bani Hassan» en direction d'Abs. Les localités capturées se trouvaient dans une zone neutre de facto. L'augmentation des actions offensives des forces pro-gouvernementales dans cette province s'inscrit dans le cadre de l'offensive lancée par les Houthis dans la province de Marib  contre les positions pro-gouvernementales. 



    Province de Taëz
    Les forces gouvernementales ont également fait des gains territoriaux dans la province de Taëz au détriment des rebelles chiites houthis :