Province de Shabwah

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis affirment avoir tué 500 membres des forces pro-gouvernementales dans la bataille de Chabwah

    Imprimer

    Les forces soutenues par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis (EAU) ont eu plus de 1 500 victimes lors de leur récente opération à grande échelle dans la province yéménite de Shabwah, ont révélé les Houthis (Ansar Allah) le 12 janvier 2022.

    L'opération, baptisée "Tempête du Sud", a commencé le 1er janvier 2022. En dix jours, les "brigades des Géants" soutenues par les Émirats arabes unis et l'armée loyaliste ont expulsé les Houthis des centres des districts d'Usaylan, Bayhan et Aïn.

    Les forces pro-gouvernementales auraient payé un lourd tribut pour obtenir ce succès. Selon une déclaration du général Yahya Sari, porte-parole des Houthis, 515 membres des "Brigades des Géants" et leurs alliés ont été tués, 850 ont été blessés et 200 autres sont toujours portés disparus.

    Deux officiers supérieurs des "Brigades des Géants" ont été tués au cours de l'opération. On a cité le colonel Samih Jarada, commandant de la 2e "brigade des géants", et le colonel Magdy Radfani, commandant de la 3e "brigade des géants".

    Les combattants houthis ont également détruit ou endommagé 102 véhicules militaires à chenilles et à roues, y compris des obusiers lourds.

    De plus, deux drones de combat CAIG Wing Loong II de l'UAE Air Force de fabrication chinoise ont été abattus par les Houthis. Le premier a été abattu le 5 janvier au-dessus d'Usaylan, tandis que le second a été abattu le 11 janvier au-dessus d'Aïn.

    "Les mercenaires et les militants de l'Etat islamique des Emirats Arabes Unis ont reçu des dizaines de frappes de missiles qui ont visé leurs rassemblements et ont fait un grand nombre de morts et de blessés dans leurs rangs", a annoncé le général Sari dans sa brève déclaration.

    L'opération "Tempête du Sud" est toujours en cours. Les "Brigades des Géants" et leurs alliés sont entrés dans le district de Harib dans la province centrale de Marib le 11 janvier 2022.

    Les forces soutenues par l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis seront probablement confrontées à plus de résistance lorsqu'elles s'approcheront de Maarib, où les unités de combat d'élite des Houthis sont à l'offensive depuis près d'un an maintenant. Toutes les tentatives précédentes pour chasser les combattants houthis de la province ont échoué.

  • Yémen : les rebelles chiites Houthis encerclés au sud de Maarib

    Imprimer

    Après avoir libéré tous les secteurs occupés par les milices rebelles dans la province de Chabwa, situé au sud-est de la capitale Sanaa, l'armée nationale yéménite entend bloquer les Houthis sur les fronts sud de Maarib, dernier bastion encore largement contrôlé par les forces pro-gouvernementales. Selon nos informations, les dirigeants houthis auraient recherché la médiation des tribus pour trouver une sortie honorable de leurs forces.

    L'information est tombée au lendemain de la libération de toute la région de Chabwa , qui s'est terminée par la conquête du district d'Aïn le 10 janvier 2022. L'armée yéménite, aidée par la coalition dirigée par les Saoudiens et des groupes de résistance locaux,  remportée ainsi une victoire significative, suite à son offensive lancée le 27 décembre 2021. Des centaines de soldats des forces conjointes yéménites, dont les "Brigades des Géants", avaient été transférées des zones contrôlées par le gouvernement à Taez et Hodeidah vers la province de Chabwah, pour soutenir les troupes gouvernementales dans la lutte contre le groupe rebelle chiite.

    Après une dizaine de jours d'intenses combats, les "Brigades des Géants" ont annoncé la fin de la troisième phase de l'opération et la libération des 17 districts de Chabwa, le troisième plus grand gouvernorat yéménite, jugé stratégique en raison de sa position géographique. De plus, cette région abrite des gisements et des raffineries de pétrole et abrite deux ports utilisés pour l'exportation de gaz et de pétrole. 

    Actuellement, rapporte al-Arabiya, l'armée avance vers la localité de « Aqabat Malla'a », dans la province de Maarib. Le chef d'état-major général, le général de division Saghir bin Aziz, a souligné que les opérations sur le terrain se déroulaient selon les plans esquissés, et que, chaque jour, les troupes yéménites, grâce à leur valeur et leur efficacité, poursuivaient leur progression. 

    De leur côté, les Houthis se sont retirés dans le gouvernorat du centre-sud d'al-Bayda. Le 2 juillet 2021, l'armée yéménite avait lancé une opération pour reprendre le contrôle du gouvernorat d'al-Bayda'. Cependant, malgré les progrès réalisés dans la première phase, les forces pro-gouvernementales avaient été par la suite mises en échec.

    L'importance de la région d'al-Bayda tient avant tout à sa position stratégique, étant donné qu'elle est située au sud-est de la capitale Sanaa, toujours sous le contrôle des rebelles houthis. En outre, Al-Bayda est située au centre de huit gouvernorats, Maarib, Chabwa, Abyan, Lahj, Al-Dhale, Ibb, Dhamar et Sanaa. Cinq de ces gouvernorats ont déjà été libérés par l'armée yéménite et pour conquérir les trois autres, les forces pro-gouvernementales doivent d'abord à occuper al-Bayda, avant de poursuivre vers Sanaa et Dhamar. 

    Parallèlement,  al-Qaïda garde toujours les yeux rivés sur cette région, qui a vu les deux belligérants échanger des accusations de complicité avec l'organisation djihadiste.

    L'une des régions les plus préoccupantes au niveau international est Maarib, qui abrite plus de deux millions de personnes déplacées, soit 7,5% de la population totale du Yémen. Depuis la première semaine de février 2021, les rebelles ont lancé une violente offensive, toujours en cours, visant à conquérir cette région riche en ressources pétrolières et qui permettrait au groupe chiite d'achever ses plans d'expansion dans le nord du Yémen. Au cours des derniers mois de l'année dernière, les forces dirigées par Riyad ont affirmé avoir mis hors de combat plus de 27 000 miliciens houthis dans les bombardements et les combats dans la province de Maarib. Le groupe chiite, pour sa part, a reconnu que 14 700 de ses hommes avaient été tués dans les batailles de Maarib  de juin à novembre 2021. Au total, depuis février 2021, on estime que 30 000 combattants houthis ont perdu la vie sur les fronts de Ma'rib, al-Jawf et Chabwa, principalement au cours de raids menés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

    Bataille de Harib (province de Maarib)
    0MM7MuLW.jpeg

    Depuis mardi matin 11 janvier 2022, de violents combats ont lieu entre les forces armées et les "Brigades des Géants" d'une part, et les milices houthies d'autre part, à la périphérie de la ville de Harib, au sud-est du gouvernorat de Maarib.

    Les forces armées gouvernementales et les Brigades des Géants nt effectué un mouvement tournant pour encercler les positions des Houthis dans la ville de Harib.

    Les forces armées et les Brigades des Géants seraient sur le point de couper les lignes de ravitaillement de la milice houthie entre les districts "Al-Jawba" et "Hrib", qui est la principale ligne de ravitaillement.

    Dans le même temps, les avions de la coalition arabe ont lancé plusieurs raids ciblant des renforts et des véhicules de la milice houthie sur les fronts au sud de Maarib et de la ville de Harib. Les avions ont réussi à détruire un certain nombre de véhicules des rebelles chiites.

     

  • Arabie saoudite : Les rebelles yéménites Houthis ciblent des infrastructures de communication dans le sud du royaume

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a confirmé que le groupe yéménite « Ansarullah » avait lancé, samedi 8 janvier 2022,  des drones piégés, contre l'infrastructure de communication civile dans le sud du Royaume.

    La coalition a déclaré : « Les milices houthies ont tenté pour la troisième fois de cibler les communications civiles avec des drones piégés. »

    La coalition a indiqué qu'en réponse aux attaques des Houthis, elle a mené plusieurs frappes, qui ont conduit à la destruction de 6 sites de stockage et de lancement de drones à Hajjah.

    Opérations à Shabwa et Marib
    Jeudi dernier, la coalition arabe a annoncé avoir mis 390 militants du groupe yéménite « Ansarullah » hors de combat et détruit du matériel du groupe lors des opérations de ses forces dans les gouvernorats pétroliers de Shabwa et Maarib, au sud et au nord-est. 

    La coalition a déclaré avoir « mené 35 opérations  contre la milice houthie à Shabwa, qui ont entraîné la destruction de 25 véhicules militaires et la mort de 240 éléments terroristes en 24 heures ». Elle a ajouté que « 28 opérations de ciblage ont été menées contre la milice houthie à Maarib où 19 véhicules militaires ont été détruits et 150 terroristes ont été tués." dans les dernières 24 heures.

    La coalition arabe soutient, avec des opérations aériennes intensives, l'armée yéménite affiliée au gouvernement internationalement reconnu, dans ses combats contre le groupe Houthi pour regagner des zones que le groupe contrôlait récemment dans les gouvernorats riches en pétrole de Shabwa et Maarib.

    L'Arabie saoudite dirige, depuis le 26 mars 2015, une coalition militaire de pays arabes, en soutien au gouvernement yéménite internationalement reconnu, dans sa quête pour restaurer la capitale, Sanaa, et de vastes zones du Yémen, qui ont été saisies par le groupe Houthi fin 2014.

    Ansar Allah mène régulièrement des attaques à l'aide de drones, de missiles balistiques et de bateaux piégés, ciblant les forces saoudiennes et yéménites à l'intérieur du Yémen et des territoires du Royaume.

     

     

  • Yémen : Les forces gouvernementales progressent à Maarib

    Imprimer

    L'armée nationale yéménite a déclaré qu'elle continuait de s'opposer aux milices houthies sur les fronts de Ma'rib, le dernier bastion du nord du Yémen, largement sous le contrôle des forces pro-gouvernementales. Au cours des dernières heures, les frappes aériennes de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont tué 390 combattants chiites.

    Les médias de l'armée ont diffusé des vidéos en ligne montrant l'assaut contre une série de positions houthies sur les fronts sud de Marib. Parallèlement, un correspondant de la chaîne de télévision al-Arabiya a rapporté vendredi 7 janvier 2022 que les troupes pro-gouvernementales avaient enregistré des résultats significatifs au cours des deux derniers jours, entraînant la mort et la fuite d'un grand nombre de rebelles des zones sud et ouest. du gouvernorat. . La coalition internationale dirigée par les Saoudiens a, pour sa part, affirmé le 6 janvier avoir mené 28 raids à Maarib et 35 autres à Chabwa, une région située au sud-est de la capitale Sanaa, en moins de 24 heures provoquant la mort de 150 Houthis dans le secteur de Maarib et 240 autres à Shabwa.

    Depuis la première semaine de février 2021, les rebelles ont lancé une violente offensive, toujours en cours, visant à conquérir la région de Maarib, riche en ressources pétrolières et qui permettrait au groupe chiite de mener à bien son expansion. Au cours des derniers mois de 2021, les forces menées par Riyad ont affirmé avoir tué plus de 27 000 combattants houthis. Le groupe chiite, pour sa part, a reconnu avoir perdu 14 700 combattants à l'occasion de la bataille de Ma'rib entre juin et novembre 2021. Au total, en février 2021, on estime que 30 000 combattants houthis ont perdu la vie sur les fronts de Maarib, d'al-Jawf et de Chabwa, principalement à la suite des raids menés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

    Dans la province de Chabwa, l'offensive visant à expulser les Houthis des districts de Bayhan, Ain et Usaylan, dans le sud-est du Yémen, s'est intensifiée après que des centaines de forces conjointes yéménites, dont les "brigades de géants", pro-Emirati, ont quitté les zones de Taez et Hodeida le 27 décembre 2021. Depuis lors, les affrontements n'ont jamais perdu d'intensité. L'armée yéménite a indiqué le 6 janvier qu'elle continuait à avancer vers Bayhan, qui se trouve à environ 200 kilomètres d'Ataq, la capitale de la province de Chabwa. Parmi les localités déjà libérées figure le district d'Usaylan, repris par les troupes yéménites le 1er janvier, ce qui a permis aux "Brigades des géants" de prendre le contrôle d'un carrefour stratégique reliant Chabwa, Maarib et al-Bayda' et d'obstruer l'une des lignes d'approvisionnement utilisées par les Houthis. Après s'être approchées à quelques kilomètres du centre de la ville de Bayhan, les Brigades pourraient bientôt avancer dans le district de Harib, au nord de Maarib, pour rejoindre les forces de l'Armée nationale qui ont l'intention d'avancer dans le sud.FIqfamFWQAApiz6 (1).jpeg

    Signe de la prise de contrôle de la région par les forces pro-gouvernementales, un avion de la coalition arabe a atterri sur l'aéroport d'Ataq, le 8 janvier 2022 vers 12h30, après des années de fermeture. Cet aéroport est idéalement situé au cœur du pays, ce qui devrait permettre à la coalition sunnite de renforcer les forces pro-gouvernementales.FIk4D04XwAgLPS3.jpeg

    En coupant les lignes d'approvisionnement des houthis au sud du gouvernorat de Marib, les Brigades des Géants ont pris au piège les milicien houthis qui pourraient bientôt n'avoir d'autres choix que de chercher à percer les lignes de front ou de déposer les armes.

    Certains pensent que la région de Maarib pourrait détenir la clé pour résoudre le conflit yéménite. Le gouvernorat est également le siège du ministère de la Défense du gouvernement yéménite et est considéré par le groupe chiite comme un "atout" à conquérir avant d'entamer toute négociation de paix. Jusqu'au début de l'année 2020, la capitale de Maarib, située à environ 120 kilomètres à l'est de Sanaa, était restée à l'écart des tensions et des conflits, grâce à la présence de ressources telles que le pétrole et le gaz et sa proximité avec l'Arabie saoudite, ainsi que le soutien des tribus locales. Cela a permis à la région de « s'épanouir » par rapport aux autres zones environnantes, permettant également l'ouverture de restaurants et le démarrage de projets de construction. Cependant, la situation a considérablement changé depuis que les Houthis ont tourné leur regard vers cette province pour mener à bien leurs projets d'expansion.

    Le début du conflit civil au Yémen remonte au coup d'État des Houthis du 21 septembre 2014, jour où les rebelles ont pris le contrôle de la capitale Sanaa, après avoir renversé et mis en fuite l'exécutif, reconnu par la communauté internationale et soutenu par les pays du Golfe. Depuis, les rebelles chiites, soutenus par Téhéran, d'une part, et les forces liées au gouvernement yéménite du président Rabbo Mansour Hadi, s'affrontent sur les divers fronts du Yémen. Depuis le 26 mars 2015, l'armée pro-gouvernementale est assistée d'une coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite, également formée par les Émirats arabes unis, l'Égypte, le Soudan, la Jordanie, le Koweït et Bahreïn.

  • Yémen : la coalition sunnite poursuit ses bombardements de Sanaa

    Imprimer

    Alors que les forces pro-gouvernementales continuent de repousser les rebelles chiites houthis dans le nord et le sud du Yémen et, en particulier, sur les fronts de Marib et de Shabwa, la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite a confirmé avoir mené de nouvelles frappes aériennes contre la capitale Sanaa. . Parmi les dernières cibles touchées figurent deux ateliers de construction et d'assemblage de drones et un entrepôt situé dans le champ de Dabouh.

    Cette dernière nouvelle a été rapportée , mercredi 5 janvier. La coalition a précisé qu'elle avait attaqué des cibles militaires légitimes et avait pris les mesures nécessaires pour préserver les sujets et sites civils. A cet égard, les habitants de la capitale ont été à nouveau exhortés à ne pas s'approcher des secteurs ciblés. Les forces de l'alliance internationale effectuent des raids dans la capitale depuis le 23 novembre 202, dans le but de "neutraliser" la menace posée par les rebelles houthis. Ces derniers, d'une part, poursuivent leur offensive dans la région de Marib, située à l'est de Sanaa, tandis que, d'autre part, ils lancent des drones et des missiles contre les territoires du sud de l'Arabie saoudite, mettant en péril la sécurité des civils.

    En outre, selon la coalition dirigée par Riyad et le gouvernement yéménite, les Houthis et leur allié iranien ont transformé l'aéroport international de Sanaa en base militaire pour mener des expériences et des attaques transfrontalières, en référence aux attaques répétées contre le Royaume d'Arabie saoudite. Selon le porte-parole de la coalition, le colonel Turki al-Maliki, Téhéran a utilisé l'aéroport pour transférer des armes de divers types au groupe chiite, après avoir créé, en 2014, un pont aérien, à raison de 28 vols hebdomadaires de Téhéran à Sanaa. C'est pourquoi, pour l'alliance, il faut agir pour éradiquer les « sources de menace ».

    Dans le même temps, des sources sur le terrain ont rapporté à la chaîne al-Arabiya qu'au moins 3 raids de la coalition avaient détruit, au cours des dernières heures, des renforts et des positions des rebelles houthis sur le front sud de Marib et, plus précisément, près de Jabal al-Balq. Selon les mêmes sources, le groupe chiite a continué d'enregistrer des pertes, dont un commandant en chef sur les fronts sud. Pendant ce temps, comme le rapporte la chaîne panarabe, les "Brigades des Géants" , affiliées à l'Armée nationale yéménite, avancent vers le centre de Bayhan, dans le gouvernorat de Shabwa, après avoir pris le contrôle de l'échangeur d'al-Saadi, qui relie la ville de Naqoub, district d'Usaylan et la ville d'Ataq. La veille, le 4 janvier, les "Brigades des Géants" avaient affirmé être entrées à Mafraq, dans la ville de Naqoub, considérée comme une zone militaire, ainsi que dans des villages situés au nord de Bayhan.

     

  • Yémen : l'armée avance à Shabwa, toujours des drones contre l'Arabie saoudite

    Imprimer

    Les forces pro-gouvernementales yéménites , appuyées par la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite, ont indiqué poursuivre leur avancée sur les fronts Bayhan-Shabwa, au sud-est de la capitale Sanaa. De leur côté, les milices rebelles Houthis ont été accusées d'avoir lancé 5 drones contre le royaume saoudien .

    La dernière annonce des "Brigades des Géants", milices liées aux forces conjointes yéménites, est intervenue mardi 4 janvier, et s'inscrit dans le cadre de l'offensive visant à expulser les Houthis des districts de Bayhan, Ain et Usaylan, dans le sud-est. du Yémen. L'offensive a commencé après que des centaines de soldats des forces conjointes yéménites, dont les Brigades des Géants, aient été transférés des zones contrôlées par le gouvernement à Taez et Hodeidah vers la province méridionale de Shabwa le 27 décembre 2021. Elles sont venues épauler les troupes gouvernementales dans la lutte contre le groupe chiite Houthi.

    Le 2 janvier 2022, la coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle avait mené 23 opérations contre « les putschistes » à Shabwa , détruisant 15 véhicules militaires et faisant environ 133 victimes dans les rangs houthis. Pour le moment, les combats sont principalement concentrés dans les zones occidentales de Shabwa, où l'armée yéménite tente d'avancer dans la zone d'al-Naqoub. Parmi les lieux déjà libérés se trouve le quartier d' Usaylan , reconquis par les troupes yéménites le 1er janvier 2022. A Usylan, selon ce qui a été rapporté par des sources pro-gouvernementales, au moins 4 civils ont été tués et 6 autres blessés, le 2 janvier, à la suite d'une attaque au missile attribuée aux Houthis, qui a visé un marché populaire de cette localité.

    Le district de Bayhan est à environ 200 km d'Ataq, la capitale de la province de Shabwa, et est considéré comme un emplacement stratégique, car il est situé sur la route principale entre les gouvernorats de Shabwa et Ma'rib. 

    La conquête des forces pro-gouvernementales dans cette région remonte à 2018. Elle a été achevée le 26 août 2019.  Les forces des Émirats arabes unis se sont alors retirées, passant le flambeau aux groupes sécessionnistes de l'élite Shabwani, ou une unité militaire locale soutenue par les Émirats et les forces du gouvernement central yéménite. Cependant, lors des combats de septembre 2021, les Houthis ont repris le contrôle de trois districts au sud de Shabwa, Usaylan, Bayhan et Ain.

    En fin de soirée du 3 janvier, les mêmes forces de la coalition dirigée par Riyad ont rapporté avoir détruit 5 drones lancés par le groupe chiite contre le sud du Royaume. Celles-ci auraient été lancées depuis la capitale yéménite, Sanaa, selon la coalition internationale qui surveille en permanence les "sources de menace" des rebelle schiites, afin de les détruire ou de les neutraliser.

    Les affrontements se poursuivent dans d'autres régions du Yémen. Parmi celles-ci se trouve Marib, le dernier bastion des forces pro-gouvernementales dans le nord du pays. De violents combats ont lieu dans cette province depuis la première semaine de février 2021. les rebelles chiites ont lancé une violente offensive, toujours en cours, pour  conquérir cette région riche en ressources pétrolières et qui permettrait au groupe chiite d'achever ses plans d'expansion dans le nord du Yémen. 

    Le 3 janvier 2022, la coalition dirigée par les Saoudiens a déclaré avoir mené 12 opérations en 24 heures, faisant plus de 97 victimes. Les forces dirigées par Riyad avaient précédemment affirmé avoir causé la mort de plus de 27 000 combattants houthis sur le front de Ma'rib au cours des derniers mois de 2021. 

    Le groupe chiite, pour sa part, a reconnu la perte de 30.000 combattants houthis tombés au combat sur les fronts de Ma'rib, al-Jawf et Shabwa, principalement à la suite de raids menés par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.1024px-Yemen_-_Location_Map_2013_-_YEM_-_UNOCHA.svg_-800x450_center_center.png

  • Yémen : Enorme explosion sur l'aéroport d'Ataq dans le gouvernorat de Shabwa

    Imprimer

    Une explosion massive a secoué la ville de Shabwa. L'explosion a eu lieu sur l'aéroport d'Ataq. On ignore encore les causes, mais l'explosion serait due à un tir de missiles par les rebelles chiites houthis, ce qui a été confirmé par des sources locales. Selon celles-ci, les houthis ont tiré deux missiles balistiques.

    Un coup dur pour l'aéroport d'Ataq après sa remise aux sudistes
    Selon les médias yéménites, il semble que les forces du parti Islah (Frères musulmans), qui contrôlaient l'aéroport, l'aient remis il y a quelques heures aux Forces des Géants du Sud. 

    Les sources ont indiqué que les forces des géants (sudistes), arrivées hier soir à Ataq, se sont répandues ce matin dans la ville et ont mis en place des points de contrôle à ses entrées

    La brigade des géants (sudistes) accuse les Houthis
    Mardi, l'armée yéménite a accusé le groupe Houthi d'avoir tiré des missiles contre l'aéroport international d'Ataq dans le gouvernorat de Shabwa, dans le sud-est du pays, quelques heures après que des unités militaires affiliées à l'armée aient pris position à l'intérieur.

    Le responsable médiatique des Brigades des Géants (affilié à l'armée) Aseel Al-Saqladi a déclaré sur son compte Twitter : « Dieu soit loué, il n'y a pas de pertes. Les précautions prises par les Brigades des Géants ont fait que les missiles des Houthis contre l'aéroport d'Ataq  est seulement un phénomène sonore".

    Il a poursuivi: "Des unités militaires appartenant aux Brigades des Géants étaient stationnées aujourd'hui sur l'aéroport, après leur arrivée à Ataq, en provenance de la côte ouest, pour succéder aux Forces de défense aérienne qui le protégeaient." A noter que du temps où l'aéroport d'Ataq était sous le contrôle du parti al-Islah (Frères musulmans), les Houthis ne l'avaient jamais bombardé, ce qui confirme une nouvelle fois la collusion existant entre rebelles chiites houthis et le parti al-Islah.

    Les forces émiraties et saoudiennes sont arrivées sur l'aéroport d'Ataq
    Le site Internet yéménite Raseef a cité "des informations non confirmées sur l'arrivée des forces saoudiennes et émiraties à l'aéroport ce soir, après qu'il ait été remis aux forces des géants. Les Saoudiens et Emiratis sont arrivés avec d'énormes véhicules et équipements militaires". 

    Les informations parlent également de la mise en place du système de défense aérienne Patriot sur l'aéroport, ce qui indique la possibilité que les forces de la coalition prennent l'aéroport comme quartier général pour gérer les opérations militaires et la bataille pour libérer les districts de Baihan.

    Raids saoudiens contre des plates-formes de lance missiles
    Les avions de guerre de la coalition arabe pour soutenir la légitimité au Yémen ont effectué des raids sur la zone d'Aqaba Markha à Shabwa, et des rapports ont indiqué que les raids visaient des lanceurs de missiles balistiques qui semblent avoir visé l'aéroport d'Ataq.