Province de Salaheddine

  • Irak : Un Irakien blessé dans une explosion visant un convoi de la Coalition internationale dans la province de Salaheddine

    Imprimer

    Samedi 12 août, la cellule des médias de sécurité irakienne a annoncé qu'un engin explosif avait explosé visant un convoi d'une entreprise sous-traitante de la Coalition internationale dans la province de Salaheddine.

    La cellule a déclaré, dans un communiqué reçu par l'Agence de presse irakienne, qu '"un engin explosif avait visé un convoi d'une société irakienne sous-traitante des Forces de la coalition internationale, dans le village d'Al-Rayyash dans la province de Salaheddine, causant des dommages à l'un des véhicules et blessant un chauffeur irakien de l'entreprise".

  • Irak : Une voiture piégée explose entre Tikrit et Kirkouk, tuant une femme

    Imprimer

    Mardi 1er septembre, une voiture piégée a explosé entre Tikrit et Kirkouk tuant une femme et blessant 3 agents de sécurité, selon la Cellule de sécurité des médias.

    Une déclaration de la cellule a déclaré qu'une voiture piégée "avait explosé au poste de contrôle du pont Maryam Bek, sur la route Tikrit-Kirkouk", ce qui a entraîné la mort d'une femme et a blessé "trois membres du personnel du checkpoint. Personne n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque.

    Depuis le début de cette année, les attaques de membres de l'Etat islamique se sont multipliées en Irak, en particulier dans la zone entre Kirkouk et Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort" .

  • Irak: Envoie de renforts militaires à la frontière avec la Syrie

    Imprimer

    ≈L'armée irakienne a annoncé mercredi qu'elle avait envoyé des renforts militaires pour sécuriser la bande frontalière avec la Syrie, à la suite d'une attaque de l'Etat islamique qui a coûté la vie à un officier supérieur de l'armée, le général de brigade Ahmed al-Lami, et un autre officier ont été tués dans l'attaque dans la province d'Anbar, à l'ouest du pays.
    "Des renforts militaires ont été envoyés pour sécuriser la bande frontalière avec la Syrie et les pays voisins, en conjonction avec le début de l'opération militaire lancée par les forces irakiennes pour poursuivre les éléments terroristes islamistes et empêcher leur infiltration de terroristes dans le pays", a déclaré le porte-parole de l'armée, le général de division Yahya Rasool.
    Dans une interview accordée à la chaîne satellite locale «Change» (privée), Rasoul a ajouté: «Les unités militaires qui détiennent les zones appartiennent à l'armée, au Hashd al-Chaabi (coalition de milices chiites) et aux gardes-frontières."
    Il a expliqué que "les frontières sont sécurisées à l'aide de technologies modernes, de caméras thermiques et de drones".
    En outre, les opérations militaires menées par divers secteurs se poursuivent, dans les limites des quartiers généraux de commandement d'Anbar, Al-Jazeera et West Ninive, afin d'empêcher l'infiltration de terroristes vers le territoire irakien », a ajouté Rasool.
    Les forces irakiennes lancent des opérations militaires continues dans le nord, l'ouest et l'est du pays, contre les cellules endormies de l'Etat islamique, mais l'organisation a récemment commencé à lancer davantage d'attaques contre des cibles militaires, de sécurité et civiles.
    Par ailleurs, l'armée irakienne a annoncé mercredi que 5 personnes avaient été blessées lorsqu'un engin explosif a explosé à l'intérieur d'un minibus transportant des passagers dans la capitale, Bagdad.
    La cellule des médias de sécurité de l'armée a déclaré dans un communiqué qu '"un engin explosif avait explosé à l'intérieur de la roue d'un minibus de type Kia près de la station-service Al-Kilani" dans le quartier de Bab Sharqi, au centre de Bagdad.
    Aucune partie n'a immédiatement revendiqué la responsabilité de l'attentat.
    Cependant, planter et faire exploser des engins explosifs est une méthode généralement utilisée par les jihadistes de Daech depuis des années.
    Depuis le début de cette année, les attaques de l'Etat islamique se sont multipliées, en particulier dans la région située entre Kirkouk, Salaheddine (nord) et Diyala (est), connue sous le nom de "Triangle de la mort".