Province de Saada

  • Yémen: huit soldats tués par les rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    L'armée yéménite a annoncé, samedi 16 juillet 2022, que huit de ses soldats ont été tués par des tirs des rebelles chiites houthis en l'espace de deux jours, malgré la trêve en vigueur entre les deux parties.

    Le Centre des médias des forces armées yéménites a déclaré, par voie de communiqué que "la milice putschiste houthie soutenue par l'Iran a commis 188 violations de la trêve de l'ONU entre jeudi 14 et vendredi 15 juillet".

    D'après le communiqué, les violations ont été perpétrées sur "les fronts de Hodeïda (ouest), Taëz (sud-ouest), Al-Dhalea (sud), Hajjah, Saada, Al-Jawf (nord) et Marib (centre)".

    "Les Houthis ont ciblé les positions de l'armée avec de l'artillerie, des tirs de snipers et des drones piégés. Au total, huit soldats ont été tués et neuf autres blessés", indique le communiqué des forces armées yéménites.

    Le communiqué ajoute que la milice houthie a déployé des avions de reconnaissance sur plusieurs fronts, creusé des tranchées et construit des fortifications.

    Pour l'heure, les Houthis n'ont pas réagi aux informations communiquées par les forces armées yéménites.

    Notons aussi qu'il s'agit du bilan le plus élevé en l'espace de deux jours, annoncé par l'armée yéménite depuis le début de la trêve le 2 avril 2022.

    Le gouvernement yéménite et le groupe houthi avaient convenu, début juin, de prolonger une trêve humanitaire dans le pays pour une période de deux mois.

    Parmi les dispositions les plus importantes de la trêve figurent le reprise des vols commerciaux via l'aéroport de Sanaa et l'ouverture de routes vers la ville de Taëz, assiégée par les Houthis depuis sept ans.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, lorsque les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

    Une coalition conduite par l'Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour ramener le gouvernement yéménite au pouvoir.

    Le conflit, qui dure depuis huit ans, a engendré l'une des pires crises humanitaires au monde.

  • Yémen : Les forces soutenues par l'Arabie saoudite repoussent une infiltration des houthis dans la province de Saada

    Imprimer

    Vendredi 29 janvier, les forces soutenues par l'Arabie saoudite ont contrecarré une infiltration des Houthis (Ansarullah) dans la province de Saada, au nord du Yémen.

    Selon la télévision al-Arabiya, des combattants houthis ont tenté d'infiltrer les défenses de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à l'ouest des collines d'al-Tibab al-Suwd dans le district de Baqim. Le district est situé près de la frontière avec la province saoudienne d'Asir.

    «La tentative d'infiltration des miliciens houthis à l'ouest d'al-Tibab al-Suwd est la plus violente depuis le milieu de l'année dernière», a déclaré le colonel Hilal al-Abbasi de la 5 e brigade des gardes-frontières soutenue par l'Arabie saoudite.

    Le colonel al-Abbasi a ajouté que plusieurs véhicules blindés des Houthis avaient été visés par l'artillerie des forces soutenues par l'Arabie saoudite alors qu'ils se dirigeaient vers le centre de Baqim.

    Selon al-Arabiya, sept combattants houthis ont été tués par les forces soutenues par l'Arabie saoudite. Plusieurs véhicules du groupe rebelle yéménite ont également été détruits.