Province de Raqqa

  • Syrie : L'armée arabe syrienne et les forces aérospatiales russes neutralisent 14 jihadistes de Daech au sud de Raqqa

    Imprimer

    Au moins 14 membres de l'Etat islamique ont été tués. Ces djihadistes avaient participé à la récente attaque contre la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 16 octobre.

    Selon l'OSDH, les jihadistes ont été tués lors d'affrontements avec l'armée arabe syrienne (AAS) et des frappes aériennes russes.

    L'AAS a repris toutes les positions qu'elle avait perdues lors de l'attaque, qui a eu lieu tôt le 15 octobre. Les avions de combat des Forces aériennes russes ont effectué plus de 40 frappes aériennes contre les islamistes qui avaient pris part à l'attaque de Resafa.

    L'attaque a été lancée depuis le mont al-Bishri qui longe la frontière administrative entre Raqqa et Deir Ezzor.

    Resafa est situé sur l'autoroute reliant Raqqa à Hama. Les jihadistes prévoyaient probablement de bloquer l'autoroute stratégique, qui est utilisée pour transporter du carburant du nord-est de la Syrie vers les zones contrôlées par le gouvernement.

    Malgré de lourdes pertes au cours des derniers mois, l'Etat islamique tente toujours d'étendre son influence dans le centre de la Syrie. L'insurrection du groupe jihadistes dans la région semble ne pas vouloir s'arrêter.

  • Syrie : 8 soldats syriens tués au cours d'une attaque de Daech contre une ville clé au sud de Raqqa

    Imprimer

    Vendredi 15 octobre 2021, les combattants de l'Etat islamique ont lancé une opération à grande échelle contre des positions de l'Armée Arabe Syrienne (AAS) situées autour de la ville de Resafa, au sud de la province de Raqqa.

    L'armée arabe syrienne (AAS) et ses alliés ont réussi à repousser l'attaque après avoir affronté les terroristes pendant plusieurs heures. 

    Les avions de guerre des forces aérospatiales russes (VKS) ont fourni à l'armée un soutien aérien rapproché.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), huit soldats de l'AAS et des combattants syriens pro-gouvernementaux ont été tués au cours de l'attaque.

    Resafa est située sur la route principale reliant Raqqa à Hama. La ville est également reliée par des routes à Deir Ezzor dans l'est de la Syrie et à Alep dans la région nord du pays.

    Des militants pro-gouvernementaux ont déclaré que les djihadistes de l'Etat islamique avaient lancé l'attaque depuis leurs repaires sur le mont al-Bishri qui s'étend le long de la frontière administrative entre les provinces de Raqqa et Deir Ezzor. 

    L'attaque a été l'une des plus grandes offensives de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie cette année. 

    Les cellules de l'Etat islamique s'efforcent d'étendre leur influence dans le centre de la Syrie depuis plus d'un an maintenant, mais en vain. Les opérations de ratissage répétées de l'AAS et les frappes aériennes intenses du VKS russe ont infligé de lourdes pertes au groupe islamique.

  • Syrie : L'armée de l'air russe a tué au moins 55 membres de Daech en une semaine

    Imprimer

    Les avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué plus de 200 frappes aériennes contre des positions de l'Etat islamique dans la région centrale de la Syrie au cours de la première semaine d'octobre, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), le 8 octobre.

    Selon l'OSDH, les frappes aériennes russes ont visé des positions de Daech à la périphérie d'Ithriyah, Resafa et d'autres zones du triangle Hama-Alep-Raqqa, la périphérie de Soukhnah et Palmyre dans la partie orientale de la province de Homs. et plusieurs zones à l'ouest de Deir Ezzor.

    « En l'espace d'une semaine, ces frappes aériennes ont coûté la vie à 17 combattants de l'organisation [EI] et en ont blessé pas moins de 27 autres », a déclaré le groupe dans son rapport.

    Les cellules de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie ont récemment intensifié leurs attaques. Les terroristes ont tué un officier de l'armée syrienne et plusieurs combattants pro-gouvernementaux au cours de la semaine dernière.

    Les avions de combat russes opèrent 24 heures sur 24 au-dessus du centre de la Syrie afin de soutenir les opérations de ratissage menées par les forces gouvernementales dans la région.

    Malgré de lourdes pertes au cours de la dernière année à la suite de frappes aériennes et d'opérations au sol, les cellules de l'Etat islamique continuent d'être actives dans la région centrale. 

  • Syrie : Un officier syrien et des combattants irakiens tués par l'Etat islamique dans la région centrale

    Imprimer

    Les jihadistes de l'Etat islamique continuent de lancer des attaques contre les forces gouvernementales syriennes et leurs alliés dans la vaste région centrale de la Syrie.

    Tôt mercredi 18 août, des cellules de l'Etat islamique ont attaqué plusieurs postes de l'armée arabe syrienne (AAS) près de la ville de Shoulah, située sur l'autoroute Deir Ezzor-Homs. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé à Londres, un officier a été tué et cinq soldats ont été blessés à la suite de l'attaque.

    À peu près au même moment, les jihadistes ont bombardé les forces soutenues par l'Iran situées sur le mont al-Bishri, juste à la frontière administrative entre les provinces de Deir Ezzor et Raqqa. L'OSDH a déclaré qu'un combattant irakien du Kataeb Hezbollah a été tué dans l'attaque.

    Des cellules de l'Etat islamique ont également attaqué les troupes de l'AAS près de la ville de Soukhnah dans la partie orientale de la province de Homs. De violents affrontements ont eu lieu dans la région. Cependant, aucune perte n'a été rapportée.

    Pendant ce temps, les Syriens et les Russes continuent de cibler les repaires de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie. Le 17 août, au moins 30 frappes aériennes ont visé la périphérie de Shoulah ainsi que les environs de la ville de Resafa dans le sud de la province de Raqqa. Le 18 août, plus de 20 frappes aériennes ont visé la partie occidentale de la province de Deir Ezzor et la partie orientale de la province de Hama.

    Selon l'OSDH, les opérations de l'AAS et les frappes aériennes russes ont coûté la vie à 973 terroristes de l'Etat islamique depuis le 24 mars 2019.

    Malgré ses lourdes pertes, l'Etat islamique n'a pas cessé ses opérations dans le centre de la Syrie. Le groupe jihadiste sait que perdre cette région signifierait sa fin en Syrie.

  • Syrie : Des partisans du régime syrien affrontent des véhicules de l'infanterie américaine dans le nord syrien

    Imprimer

    Mardi 27 juillet 2021, des partisans du gouvernement ont intercepté un convoi de la coalition dirigée par les États-Unis près de la ville de Khirbet al-Dhiyabat, au nord de la province de Hassakeh, dans le nord-est de la Syrie.

    Selon l'agence de presse arabe syrienne, le convoi, composé de sept véhicules, a été contraint de se retirer de la périphérie de la ville par des habitants en colère.

    Les habitants ont coupé la route et l'ont empêché le convoi d'entrer, ce qui a obligé les forces américaines à faire demi-tour. 

    Une vidéo de l'incident a révélé qu'au moins deux des véhicules du convoi étaient des véhicules de combat d'infanterie M2A3 Bradley (IFV).

    Le Bradley IFV est armé d'un canon à chaîne de 25 mm M242, d'une mitrailleuse coaxiale M240C de 7,62 mm et d'un double missile guidé antichar TOW, ATGM.
    M2_A3-1024x1024.jpeg

    En octobre 2019, la coalition dirigée par les États-Unis a déployé un certain nombre de VCI Bradley dans le nord-est de la Syrie après avoir retiré ses troupes d'Alep et de Raqqa. La coalition a ensuite déployé davantage de VCI dans la région en septembre 2020. Ces véhicules lourdement armés ont été initialement déployés pour soutenir les Forces Démocratiques Syriennes ainsi que pour garder les champs de pétrole et de gaz.

    Les partisans du gouvernement s'efforcent de restreindre les mouvements des forces de la coalition dirigée par les États-Unis dans le nord-est de la Syrie depuis plus d'un an maintenant. L'incident de Khirbet al-Dhiyabat n'est pas le premier et ne sera probablement pas le dernier.

  • Syrie : Damas viole la trêve à Edleb et Moscou pilonne des positions de l'Etat islamique

    Imprimer

    L’Armée Arabe Syrienne (AAS), du président Bachar al-Assad, a continué de violer le cessez-le-feu dans le gouvernorat nord-ouest d'Edleb dans la matinée du mercredi 21 juillet. Pendant ce temps, des avions russes ont effectué plus de 50 raids contre la région désertique de Badia, dans l'est de la Syrie, pour tenter de frapper les cellules de l'État islamique toujours actives.

    Mercredi 21 juillet, l’Armée Arabe Syrienne a été accusée d'avoir touché, au moyen de missiles et d'artillerie lourde, les zones sud d’Edleb, dont le secteur montagneux de Jabal al-Zawiya, violant une nouvelle fois la trêve établie par Moscou et Ankara le 5 mars 2020. Les raids ont causé des dommages matériels aux biens civils, tandis que des avions de reconnaissance continuent de survoler la région.

    Edleb est le dernier bastion encore contrôlé, en grande partie, par des groupes rebelles, et abrite environ 4 millions d'habitants. Ce sont les présidents turc et russe, Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, qui ont conclus un accord de cessez-le-feu dans le gouvernorat, signé le 5 mars 2020 et prolongé à l'issue des pourparlers tenus à Sotchi les 16 et 17 février 2021. Bien que la trêve ait été violée à plusieurs reprises au cours de l'année écoulée, l'accord entre Moscou et Ankara a évité le risque d'une offensive à grande échelle. Cependant, déjà au mois de juin, le gouvernorat du Nord-Ouest a de nouveau connu des tensions, qui ont duré environ quatre semaines. Elles s’étaient apparemment apaisées à partir du 29 juin. A l’époque, les bombardements avaient principalement touché les zones de Jabal al-Zawiya, au sud d'Edleb, et la plaine d'Al-Ghab, à l'ouest de Hama.

    Parallèlement, la Russie a continué de lancer des frappes aériennes contre la région de Badia, en utilisant des missiles à « potentiel explosif élevé ». Les cibles touchées par Moscou ne sont pas claires, et aucune information n'a été fournie sur d'éventuelles victimes et pertes. Selon des sources, au moins six avions de combat ont participé aux bombardements de ces dernières heures, en se concentrant sur certains axes en particulier le désert de Maadan, au sud de Raqqa, jabal Bishri, le désert de Sukhna, à la périphérie de la province de Homs, et ses extension dans la zone rurale nord-est de Hama. Ces opérations s'inscrivent dans le cadre des efforts déployés par Moscou et Damas pour éliminer définitivement ces cellules qui opèrent principalement dans le vaste désert syrien,

    L'armée du régime syrien est assistée par la Russie et par l'Iran, ainsi que par les milices libanaises pro-iraniennes du Hezbollah. De l'autre côté se trouvent les rebelles, parmi lesquels de nombreux groupes jihadistes, qui reçoivent le soutien de la Turquie.

    Dans ce contexte, le gouvernement « intérimaire »,lié à des groupes d'opposition, a déclaré que, rien qu'en juin, les opérations et les attaques menées par les forces d'Assad et les Forces démocratiques syriennes (Kurdes) ont fait 54 victimes civiles, dont 8 femmes et 12 enfants, tandis que le nombre de blessés s'élevait à au moins 115 Le rapport du district chargé de surveiller les violations des droits de l'homme a également indiqué que les forces de Damas ont frappé des villes et villages syriens 206 fois, en utilisant divers types d'armes. 

  • Syrie : 5 soldats syriens et combattants alliés  tués dans une attaque de l'Etat islamique dans la province de Raqqa

    Imprimer

    E6L_ckpVEAAhUDq.pngAu moins cinq membres de l'armée syrienne et combattants alliés ont été tués et huit autres blessés dans une attaque lancée par des jihadistes de l'État islamique  dans la province de Raqqa, dans le nord de la Syrie, a rapporté, mardi 13 juillet 2021,  l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Les soldats tués étaient originaires des régions de Masyaf de la province de Hama et de Tartous. Ci-contre, photo d'un des soldats décédés.

    L'OSDH a indiqué que « des affrontements violents ont lieu dans le désert de Rusafa dans la province de Raqqa, entre les forces du régime et des milices qui leur sont fidèles d'une part, et l'État islamique retranché dans la région, d'autre part. Les jihadistes ont lancé une attaque  sur les positions du régime.

    L'OSDH a ajouté que des avions de combat russes ont décollé pour aider à repousser l'attaque.

    L'OSDH a indiqué que "les affrontements continus depuis l'aube ont occasionné des pertes. 5 membres des forces du régime et des miliciens alliés ont été tués et 8 autres blessés". Elle a ajouté qu'il n'était en mesure de "confirmer l'étendue des pertes de l'Etat islamique.

    Lundi 12 juillet, l'observatoire avait rapporté la mort d'un commandant de la « brigade Al-Quds », une brigade palestinienne alliée au régime, et de trois autres membres qui l'accompagnaient. Il ont été tués par l'explosion d'une mine terrestre posée par l'État islamique dans le désert de Palmyre, dans l'est de la province de Homs.

    D'autre part, l'observatoire a déclaré que les forces gouvernementales syriennes avaient lancé mardi une attaque au missile, ciblant des sites dans la zone de désescalade de Hama. 

    Les bombardements ont visé « les zones d'Al-Ankawi dans la plaine d'Al-Ghab, au nord-ouest de Hama, Felifel, Bénin, la périphérie d'Al-Fatirah, d'Al-Bara et de Kansafra à Jabal Al-Zawiya dans la campagne sud d'Edleb. 

    Lundi 12 juillet, l'observatoire avait indiqué qu'une fille avait été tuée par des tirs d'artillerie des forces gouvernementales sur le village de Hmeimat dans la plaine d'Al-Ghab dans la campagne nord-ouest de Hama.

    L'Observatoire syrien des droits de l'homme a également documenté la mort de deux membres de Jeich al-Ahrar, tués par un obus d'artillerie tiré sur leur position défensive dans le village d'Arbekh, à l'est de la ville de Taftanaz dans la campagne d'Edleb.

    Les forces gouvernementales ont également bombardé à l'artillerie lourde les villages de Hmeimat, Qastoun, Qalidin, Zaqqum et Al-Ankawi à Sahel al-Ghab dans le nord-ouest de la province de Hama, provoquant d'importants dégâts.

    Des obus d'artillerie sont tombés pendant plusieurs heures, la nuit du lundi au mardi, jusqu'au matin, sur les villages d'Al-Sarmaniyah et d'Al-Ziyara dans le nord-ouest de la province de Hama, et Kansafra, Al-Ruwaiha, Al-Fatirah et les sites de Jabal Al-Zawiya dans la province d'Edleb, sans informations sur d'éventuelles victimes.