Province de Lattaquié

  • Syrie : Les avions de guerre russes pilonnent les positions des rebelles sur les collines au nord de Lattaquié

    Imprimer

    Vendredi 26 février 2021, les avions de combat des forces aérospatiales russes ont mené une série de frappes sur la partie de au nord de la province de Lattaquié contrôlée par les rebelles syriens. On ignore encore si ces bombardements ont fait des victimes.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) , les frappes aériennes ont visé plusieurs collines entourant la ville de Kabani.

    Kabani
    Kabani est un bastion d'un certain nombre de groupes rebelles majoritairement islamistes, notamment le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Sham, anciennement affilié à Al-Qaïda, le Parti islamique du Turkistan (TIP) et Ajnad al-Kavkaz. 

    Au cours des trois dernières années, ces groupes rebelles islamistes ont lancé des dizaines d'attaques avec des drones et des roquettes sur la côte syrienne depuis la ville de Kabani et ses environs.

    C'est la troisième vague de frappes aériennes russes à cibler Kabani et la septième dans la région nord-ouest du Grand Edleb depuis l'état de l'année.

    Plus tôt cette semaine, des avions de combat russes ont effectué un certain nombre de frappes aériennes sur des positions rebelles dans la périphérie de la ville d'al-Bara, dans la campagne méridionale d'Edleb.

    Au cours des derniers jours, le Centre de réconciliation russe en Syrie a enregistré des dizaines de violations du cessez-le-feu par les rebelles dans le Grand Edleb. Ils ont même attaqué un passage humanitaire protégé par les militaires russes.

    Les récentes frappes aériennes russes sur le Grand Edleb ont infligé de graves pertes aux rebelles mais ceux-ci n'ont pas mis un terme à leurs provocations pour autant. . 

  • Syrie : Les avions de combat russes pilonnent les rebelles dans la province de Lattaquié

    Imprimer

    Jeudi 21 janvier, une série de frappes aériennes russes a ciblé des positions de rebelles dans le nord de la province de Lattaquié, au nord-ouest de la Syrie.
     
    Des avions de combat des forces aérospatiales russes ont effectué au moins cinq frappes aériennes sur des positions rebelles dans la périphérie de la ville de Kabani, bastion bien connu de plusieurs groupes affiliés ou proches d'al-Qaïda. Hay'at Tahrir al-Sham, le Parti islamique du Turkistan (TIP) et Ajnad al-Kavkaz maintiennent tous des positions dans les collines entourant Kabani.
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) n'a signalé aucune perte humaine à la suite des frappes aériennes russes sur Kabani.
     
    C'est la deuxième vague de frappes aériennes russes dans le nord ouest syrien cette année. Le 9 janvier, des avions de combat russes avaient mené des frappes aériennes similaires sur le nord de la province de Lattaquié.
     
    Les frappes aériennes russes sont probablement une réponse aux violations répétées par les groupes islamistes de l'accord de cessez-le-feu, qui a été négocié par la Russie et la Turquie le 5 mars 2020.
     
    Les forces russes intensifient leurs opérations contre les rebelles retranchés dans le Grand Edleb depuis un certain temps. Des troupes sont également déployées dans la région. Au début de cette semaine, un poste d'observation russe a été installé dans la partie sud de la province de Lattaquié.

  • Syrie : Les avions russes mènent une nouvelle série de frappes aériennes contre les rebelles islamistes dans le sud de la province d'Edleb

    Imprimer

    Le 29 novembre au matin, une nouvelle vague de frappes aériennes russes a ciblé les positions des rebelles sur le jabal al-Zawiya, dans le sud de la province d'Edleb

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) les avions de guerre des forces aérospatiales russes ont frappé deux positions près de la ville de Mshun. Aucune victime n'a été rapportée.

    L'artillerie de l'armée arabe syrienne a également bombardé un certain nombre de villes et de villages dans le jabal al-Zawiya.

    La région montagneuse est un bastion du groupe islamiste Hay'at Tahrir al-Sham d'Al-Qaïda et de ses alliés, dont le Front National de Libération soutenu par la Turquie. Au début de cette année, des rapports ont révélé que les forces gouvernementales syriennes avaient planifié une opération de grande envergure pour s'emparer de la région.

    Le jabal al-Zawiya est la principale porte d'entrée de l'autoroute stratégique M4, qui relie la ville portuaire de Lattaquié à la ville d'Alep, le centre industriel syrien.

    Au cours des derniers mois, les forces russes ont intensifié leurs opérations contre les rebelles du Grand Edleb. Au début de cette semaine, une série de frappes aériennes russes a ciblé les positions des militants dans le nord de la province de Lattaquié. Ces bombardements répétés pourraient être le signe avant-coureur d'une prochaine opération dans la région.

  • Syrie : Sept civils tués dans des tirs d'artillerie du régime sur Idleb

    Imprimer

    Au moins sept civils, dont quatre enfants, ont été tués mercredi 4 novembre par des tirs d'artillerie du régime syrien sur la province d'Edleb, ultime grand bastion jihadiste et rebelle dans le nord-ouest de la Syrie en guerre, a rapporté une ONG.

    Combats sporadiques, raids aériens et tirs d'artillerie continuent de secouer la province d'Edleb et les territoires adjacents, en dépit d'un cessez-le-feu précaire adopté en mars pour cette région qui compte près de trois millions d'habitants.

    "Des frappes d'artillerie et des tirs de roquettes intensifs menés mercredi matin par les forces du régime contre plusieurs secteurs d'Edleb ont tué sept civils dont quatre enfants", a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) dans un communiqué.

    L'OSDH fait également état de 20 blessés dans ces frappes, dont certains dans un état critique.

    Les bombardements les plus meurtriers ont visé la localité d'Ariha, où quatre civils, dont deux enfants, ont péri, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

    La trêve, décrétée en mars et négociée par Moscou, allié du régime de Bachar al-Assad, et la Turquie, parrain de certains groupes rebelles et jihadistes, avait stoppé une énième offensive de Damas lancée fin 2019.

    Accompagnée de frappes quasi quotidiennes des aviations syrienne et russe, cette opération avait coûté la vie à plus de 500 civils, selon l'OSDH.

    L'ONG Human Rights Watch a de son côté récemment dénoncé des bombardements contre des cibles civiles durant cette offensive, estimant que les attaques --visant notamment des hôpitaux, des écoles et des marchés-- "s'apparentent à des crimes de guerre et peuvent constituer des crimes contre l'humanité".

    La moitié de la province d'Edleb ainsi que des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié échappent toujours au contrôle de Damas, qui a maintes fois réitéré sa détermination à reconquérir l'ensemble du territoire.

    La région est dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, ex-branche syrienne d'Al-Qaïda, mais abrite également des groupes rebelles plus faibles.

    Fin octobre, près de 80 rebelles syriens soutenus par Ankara avaient été tués dans des frappes visant leur camp d'entraînement et imputées à la Russie, selon l'OSDH.

    siria-M5-800x450_center_center.png

  • Syrie : Tirs de représailles des groupes pro-Ankara contre les forces du régime

    Imprimer

    Des groupes rebelles pro-Ankara ont lancé des centaines d'obus sur des positions du régime syrien dans la province d'Idleb, en représailles à la mort la veille d'environ 80 combattants pro-turcs dans des raids russes, a indiqué mardi une ONG.

    Lundi, l'aviation russe a visé un camp d'entraînement de "Faylaq al-Cham", un groupe allié de la Turquie, dans le nord-ouest d'Idleb, tuant 78 de ses combattants et blessant plus de 90 autres.

    Le Front de libération nationale (FNL), coalition de groupes rebelles affiliés à Ankara dont fait partie Faylaq al-Cham, a juré vengeance dans la foulée.

    "Depuis lundi soir, les factions du FNL ont lancé des centaines de roquettes et de tirs d'artillerie sur plusieurs zones contrôlées par les forces du régime dans le sud et l'est d'Idleb", ainsi que dans les provinces adjacentes de Hama, Alep et Lattaquié, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    Le porte-parole du FNL, Naji Moustafa, a qualifié ces frappes de "réponse immédiate et directe au crime" de la veille, précisant à l'AFP que les tirs de représailles avaient ciblé des forces du régime notamment dans le sud d'Idleb et le nord de Hama.
    "La réponse se poursuivra et elle sera dure et forte", a-t-il martelé, accusant la Russie d'essayer de "saboter" la trêve en vigueur à Idleb depuis mars dernier.
    Selon l'OSDH, les forces du régime ont également bombardé des zones contrôlées par les groupes rebelles à Idleb et dans le nord de Hama.

    La moitié de la province d'Idleb ainsi que des segments des provinces voisines de Hama, Alep et Lattaquié échappent toujours au contrôle de Damas, qui a maintes fois réitéré sa détermination à reconquérir l'ensemble du territoire. La région, qui abrite trois millions d'habitants, est dominée par le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham mais abrite également des groupes rebelles moins influents, y compris ceux du FNL.

    La trêve décrétée en mars avait stoppé une énième offensive du régime qui, accompagnée de frappes quasi quotidiennes des aviations syrienne et russe, avait coûté la vie à plus de 500 civils, selon l'OSDH.

  • Syrie : Les avions de guerre russes mènent une série de frappes aériennes sur la région du "Grand Edleb

    Imprimer

    Le 11 septembre, les avions de guerre des forces aérospatiales russes (VKS) ont effectué une nouvelle série de frappes aériennes sur la région du Grand Edleb, au nord-ouest de la Syrie.

    Le Grand Edleb est contrôlé par plusieurs groupes rebelles dirigés par le groupe jihadiste Hay'at Tahrir al-Sham, affilié à Al-Qaida. L'armée turque maintient également une présence assez importante dans la région.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les nouvelles frappes aériennes russes ont visé les environs de la ville de Sheikh Yusuf, à l'ouest de la ville d'Edleb. Aucune information n'a encore été communiquée sur des pertes éventuelles.

    Il y a deux jours, le VKS a effectué des frappes aériennes similaires sur la ville de Kabani, au nord de la Lattaquié, ainsi qu'à la périphérie ouest de la ville d'Edleb.

    Les récentes frappes aériennes russes semblent être une réponse aux violations répétées par les rebelles de l'accord de cessez-le-feu dans le Grand Edleb. Le président russe Vladimir Poutine et le président turc Recep Tayyip Erdogan avaient signé cet accord le 5 mars dernier.

    La Turquie s'est engagée à neutraliser les derniers islamistes radicaux du Grand Edleb dans le cadre de l'accord. Cependant, les forces d'Ankara n'ont pris aucune mesure jusqu'à présent. Cela pourrait bientôt obliger les forces du gouvernement syrien et leurs alliés russes et iraniens à lancer une offensive dans la région.


  • Syrie : Violents combats dans le nord-ouest de la Syrie - des soldats russes auraient été tués

    Imprimer

    Les forces aériennes russes et syriennes ont attaqué les positions des opposants au régime syrien dans les régions montagneuses de la province de Lattaquié situées au nord-ouest de la Syrie. Dans le même temps, les forces gouvernementales ont pilonné à l'artillerie et aux roquettes les unités rebelles.
    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH, les principaux combats ont eu lieu près d'al-Akrad Jableh. 12 partisans du régime ont été tués, 17 blessés. Les pertes des militants se sont élevées à six tués, dont quatre - des membres de Hayat Tahrir al-Sham.
    Selon ces informations, les troupes gouvernementales ont tenté de se faufiler à l'arrière des positions des militants, mais ont été prises en embuscade et forcées de se retirer, subissant de lourdes pertes. Elles ont pu emmener les blessés avec elles.
    Le journal panarabe Al-Quds al-Arabi qualifie les combats comme les plus féroces de ces dernières années. Il affirme que des militaires russes font partie des morts. Des frappes intensives de l'armée de l'air russe sur des zones résidentielles et la mort de civils sont également signalées.
    Selon la publication, le soutien de la Turquie aux militants opérant dans le nord-ouest de la Syrie augmente le risque d'une confrontation russo-turque. Il est également à noter que les médias syriens et russes sont restés muets sur ce qui se passe à Lattaquié.