Province de la Komondjari

  • Burkina Faso : 5 soldats tués par l'explosion d'une mine dans l'Est

    Imprimer

    Au moins 5 soldats burkinabè ont été tués par l'explosion d'un engin explosif improvisé (IED) dans la localité de Kirgou-Peulh dans la province de la Komandjari dans l'Est du Burkina Faso. Les troupes burkinabè opéraient à partir de Foutouri dans le cadre de l'opération conjointe burkinabé-nigérienne "Taanli 2".
    FF4K_LlWQAABG_T.jpeg

    "Une patrouille du détachement militaire de Foutouri a heurté dimanche, un engin explosif improvisé dans la localité de Kirgou-Peulh (Est). Le bilan provisoire selon les infos est de 5 militaires tués", a rapporté la plateforme de suivi des attaques terroristes au Burkina Faso "Sahel Security".

    L'attaque a également fait au moins 5 blessés, selon les médias locaux burkinabè.

    Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d'attaques terroristes ayant fait de nombreuses victimes et plus de 1,4 million de déplacés internes.

    La situation s'est dégradée ces dernières semaines dans plusieurs régions du pays provoquant des mouvements de contestation.

    Des organisations de la société civile ont annoncé une manifestation le dimanche 12 décembre 2021.

    Pour sa part, le président burkinabè a procédé à une vague de remplacement au sein de la hiérarchie militaire.

    Dans la foulée il a lancé le recrutement de 3000 soldats de rang pour renforcer les effectifs des troupes.

  • Burkina Faso : un soldat tué et 10 terroristes abattus dans une attaque contre un détachement militaire dans l'est

    Imprimer

    Un soldat burkinabè a été tué et dix terroristes abattus, vendredi 5 novembre 2021, dans une attaque contre le détachement militaire de Tankoualou dans la province de la Komondjari, dans l'Est du Burkina Faso, a-t-on appris samedi, de sources concordantes.

    "Au moins dix terroristes ont été tués dans la nuit de vendredi à samedi, lors d’une attaque contre le détachement militaire de Tankoualou (Komondjari, Est) qui a enregistré quatre blessés", a rapporté l'Agence d'information du Burkina (AIB, officielle), citant l'armée burkinabè.

    Selon la plateforme de suivi des attaques terroristes au Burkina Faso "Sahel Security", l'armée burkinabè a repoussé cette attaque en utilisant des frappes aériennes.

    Cependant, selon la même source, un des blessés de l'armée  a succombé samedi matin à ses blessures.

    Aucune partie n'a revendiqué cette attaque samedi jusqu'à 12H30.
    FDgCKNSWEAEa2p6.jpeg

    Depuis 2015 le Burkina Faso est confronté à une montée des attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes et plus de 1,4 million de déplacés internes, selon le gouvernement.

    En outre, au total, 478 militaires burkinabè sont morts depuis cette date en défendant l'intégrité territoriale du pays, a annoncé lundi le ministère de la Défense à l'occasion de la célébration du 61e anniversaire des Forces Armées Nationales du Burkina Faso.

    Ces attaques ont également causé la fermeture de 2 244 établissements scolaires affectant 304 564 élèves dans plusieurs régions du pays, à la date du 28 mai 2021, selon les autorités.

    En outre, les violences ont poussé quelque 17 500 personnes à quitter le pays depuis le début de l'année en cours selon l'ONU.

    A ce jour, l'état d'urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, afin de faciliter la lutte contre le terrorisme. Depuis 2019, le couvre-feu est instauré dans ces régions et régulièrement prolongé.