Province de la Comoé

  • Burkina Faso : un poste de gendarmerie attaqué à la frontière ivoirienne

    Imprimer

    Le poste de gendarmerie de Mangodara, commune burkinabè située à la frontière avec la Côte d’Ivoire, a été la cible d’une attaque armée, perpétrée par des individus non encore identifiés, dans la nuit de dimanche à lundi.

    "Dans la nuit du 20 au 21 septembre, des individus armés non encore identifiés ont attaqué les locaux de la Brigade territoriale de gendarmerie de Mangodara, dans la province de la Comoé à la frontière avec la Côte d’Ivoire. Pour le moment un élément (un gendarme) manque à l’appel", a déclaré, au téléphone, un officier de police de la ville de Mangora sous couvert d’anonymat.

    "Les locaux de la gendarmerie ont été saccagés par les assaillants", a déclaré Issouf Ouattara, un étudiant, soulignant que l’attaque a débuté aux environs de 05 heures (TU).

    "Nous avons été réveillés par des tirs d’armes. C’est après, qu’on s’est rendu compte que c’est la gendarmerie qui a été attaquée", a-t-il expliqué au téléphone.

    Les autorités burkinabè n'ont encore fait aucune déclaration sur cette attaque et aucune partie ne l'a encore revendiquée, lundi à 10h00 TU.

    Le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes depuis 2015. Concentrées dans un premier temps dans le Sahel, le nord et l’est du pays aux frontières du Mali et du Niger. Ces attaques ont progressivement atteint les autres régions du pays jusqu’à la frontière avec la Côte d’Ivoire.

    La quasi-totalité des régions est déconseillée par les chancelleries occidentales à leurs ressortissants.

    Le conseil économique et social (CES) du Burkina Faso a, dans un rapport publié le 24 août dernier, indiqué que depuis 2016, au total, 1665 personnes, dont 1229 civils et 436 parmi les forces de défense et de sécurité ont été tuées dans des attaques terroristes dans le pays.

    Ces attaques ont également poussé plus d’un million de personnes à fuir leurs foyers à travers le pays, alors que le nombre de personnes ayant besoin d'une assistance humanitaire est passé de 2,2 millions en janvier 2020 à 2,9 millions en août 2020, soit une augmentation de plus de 30%, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA).

    C’est dans ce contexte sécuritaire fragile que ce pays d'Afrique de l’Ouest se prépare à organiser un double scrutin présidentiel et législatif le 22 novembre prochain.