Province de Hama

  • Syrie: 21 jihadistes de Daech tués dans des raids russes au cours des dernières 24 heures

    Imprimer

    Au moins 21 jihadistes du groupe Etat islamique (Daech) ont péri dans plusieurs raids menés par l'aviation russe dans plusieurs régions en Syrie, a indiqué samedi 20 févrierl'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

    L'ONG a fait état de 21 jihadistes tués dans "au moins 130 frappes aériennes (...) menées au cours des dernières 24 heures par l'aviation russe et ciblant l'organisation Etat islamique".

    Les frappes ont été menées "dans une zone à cheval sur les provinces d'Alep, Hama et Raqqa" dans le nord de la Syrie, mais aussi "dans le désert de Homs (centre) et Deir Ezzor (est)".

    Les raids, qui se sont poursuivis samedi matin, font suite à une série d'attaques menées vendredi par l'Etat islamique contre les forces du régime et ses alliés, ayant tué au moins huit membres d'une milice pro-Damas, selon l'OSDH.

    Malgré sa mise en déroute avec la chute de son "califat" en mars 2019, l'Etat islamique mène toujours des attaques meurtrières en Syrie, notamment dans le désert de la Badiya, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

    Des combats de plus en plus réguliers ont eu lieu ces derniers mois dans cette vaste zone entre les jihadistes et les forces du régime, appuyées par ses alliés.

    Depuis mars 2019, plus de 1.300 combattants du régime ont été tués dans ces affrontements, ainsi que 145 membres de milices pro-Iraniennes, contre plus de 750 jihadistes de l'Etat islamique, selon l'OSDH.

  • Syrie : Des frappes aériennes russes tuent 10 membres de Daech dans le centre du pays

    Imprimer

    Jeudi 18 février, douze terroristes de l'Etat islamique ont été tués dans une série de frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie , selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

    Selon l'OSDH, au moins 20 frappes aériennes russes ont ciblé les positions de l'Etat islamique dans le Jebel Bishri, qui se trouve le long de la frontière administrative entre les provinces de  Raqqa et Deir Ezzor.

    «Des avions de combat russes survolent toujours la région», indique le rapport du SOHR.

    La veille, les avions de combat russes ont effectué plus de 100 frappes aériennes sur les positions de l'Etat islamique dans l'est de la province de Homs, l'est de celle de Hama, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor.

    Les forces aérospatiales russes soutiennent les troupes gouvernementales syriennes dans la région centrale depuis quelques mois maintenant. Les frappes aériennes russes sont destinées à mettre hors d'état de nuire les cellules de l'Etat islamique dans la région.

    Plus tôt cette semaine, un drone russe a découvert une grande cache d'armes de l'Etat islamique dans l'est de la province de Homs. La cache a ensuite été attaquée par les forces gouvernementales.

    Malgré des pertes subies lors de ces bombardements, les cellules de l'Etat islamique poursuivent leurs tentatives d'étendre leur influence dans le centre de la Syrie. Le groupe jihadiste tente de créer de nouvelles places fortes dans le triangle Hama-Alep-Raqqa ainsi que dans l'ouest de Deir Ezzor.

  • Syrie: 2 civils tués dans une attaque dans la province d'Alep

    Imprimer

    Un policier affilié à des groupes d'opposition et son fils sont morts à la suite d'une attaque dans la ville d'al-Bab, dans le nord-ouest de la Syrie, le mercredi 17 février. 

    L'attaque n'a pas encore été revendiquée et on ignore qui est derrière cette attaque. Cependant, la ville d'al-Bab, placée sous le contrôle de l'Armée turque et de ses alliés syriens, connaît depuis un certain temps un état de chaos et des conditions de sécurité de plus en plus précaires. Selon des sources locales, le policier et son fils ont été agressés alors qu'ils se trouvaient à proximité d'une clinique située dans le centre-ville, quelques heures après que la population ait rapporté avoir entendu deux fortes explosions. La veille, le 16 février, une autre personne avait été tuée et 3 autres blessées suite à l'explosion d'une voiture piégée dans la même ville. Selon le journal, il y a eu plusieurs attaques perpétrées à al-Bab contre les membres de groupes rebelles syriens alliés à la Turquie et qui combattent  l'Armée Arabe Syrienne fidèle au président Bashar al-Assad. Les civils sont souvent victimes de ces attaques

    La Turquie accuse les Forces Démocratiques Syriennes (FDS), une alliance multiethnique et multireligieuse, composée principalement de Kurdes, mais aussi d'Arabes, de Turkmènes, d'Arméniens et de Tchétchènes, dont le bras armé principal, sont les Unités de protection du peuple kurde (YPG). Les combattants kurdes du YPG se sont retirés d'al-Bab à la suite des différentes opérations menées par la Turquie. Pour Ankara, en effet, il n'y a pas de différence entre les combattants du YPG et les "terroristes" du PKK, le parti indépendantiste kurde de Turquie.

    Dans le même temps, le même journal a rapporté qu'entre le 15 et le 16 février, des milices alliées au gouvernement syrien et soutenus par la Russie ont envoyé des renforts à Alep Est, mais on ne sait pas quelle est la raison de cette mobilisation. Selon ce qui a été précisé, des centaines de véhicules militaires, environ 300 et près de 1200 soldats ont été transférés des fronts de combat dans les zones au sud d'Edleb, de la zone de Masyaf et de Hama vers les environs de la ville d'al-Bab, dans la périphérie orientale d'Alep. Selon des sources militaires, Damas et Moscou voudraient accroître leur présence dans la province d'Alep même si l'hypothèse d'une nouvelle opération militaire contre les groupes rebelles pro-turcs dans la région doit être exclue. Selon certains analystes, l'objectif du gouvernement syrien pourrait être également de protéger le point de passage situé près d'al-Bab,

     

  • Syrie : Près de 700 frappes aériennes russes en 10 jours contre les positions de l'Etat islamique dans le centre du pays

    Imprimer

    Des avions de combat russes ont effectué environ 700 frappes aériennes sur des positions de l'Etat islamique dans le centre de la Syrie au cours des dix derniers jours, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 13 février. Selon l'OSDH, au moins 40 frappes aériennes ont été menées dans le triangle Hama-Alep-Raqqa au cours des dernières 24 heures.

    Pour l'OSDH? les frappes aériennes intenses de la Russie sont destinées à réduire les activités croissantes du groupe islamiste radical dans la région centrale».

    Les derniers jours ont vu une baisse des attaques de l'Etat islamique dans la région centrale. Néanmoins, des affrontements limités se poursuivent encore sur plusieurs fronts.

    L'OSDH affirme que 33 terroristes de l'Etat islamique et 56 combattants de l'armée arabe syrienne et d'autres factions pro-gouvernementales ont été tués dans la région centrale au cours des dix derniers jours.

    L'Etat islamique s'efforce d'étendre son influence dans le centre de la Syrie depuis plus d'un an. Les cellules du groupe islamiste ont réussi à pénétrer un certain nombre de zones dans l'est de Hama, le sud d'Alep, le sud de Raqqa et l'ouest de Deir Ezzor. Cependant, ils n'ont pas réussi à établir de nouveaux bastions.

    Les forces gouvernementales syriennes et les forces aérospatiales russes s'emploient actuellement à éliminer la présence de l'Etat islamique dans le désert de Homs, qui s'étend entre l'est de Homs et l'ouest de Deir Ezzor.

  • Syrie : 18 jihadistes de Daech tués par des frappes aériennes russes

    Imprimer

    Au moins 18 combattants de l'Etat islamique ont été tués lors de frappes aériennes russes sur la région centrale de la Syrie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) le 6 février.

    Selon l'OSDH, des avions de combat des Forces aérospatiales russes (VKS) ont ciblé les jihadistes, leurs caches et leur équipement dans la région centrale, effectuant plus de 130 frappes aériennes au cours des dernières 24 heures.

    «Des avions de combat russes ont effectué 30 frappes aériennes samedi [6 février], tuant sept membres du groupe [Daech], alors qu'hier ils ont mené 100 frappes aériennes, tuant 11 membres du  groupe», indique l'OSDH.

    Les frappes aériennes russes ont visé le triangle Hama-Alep-Raqqa, principalement l'est de la province de Hama et la route menant à la ville d'Ithriyah.

    La veille, des jihadistes de l' Etat islamique avaient tendu une embuscade à une unité de l'armée arabe syrienne dans l'ouest de Deir Ezzor, tuant quatre soldats et en blessant six autres.

    La récente opération des forces gouvernementales syriennes et de leurs alliés, y compris le VKS, a infligé de lourdes pertes à l'Etat islamique. Néanmoins, la menace du groupe terroriste continue de croître.

  • Syrie : L'Etat islamique tend une embuscade à l'armée syrienne - raids aériens sur des positions de Daech

    Imprimer

    Tôt dans la matinée du vendredi 5 février,  l'Etat islamique a tendu une embuscade à une unité de l'Armée arabe syrienne (AAS) près de la ville de Mayadin, dans l'ouest de la province de Deir Ezzor.

    Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'unité menait une opération de ratissage dans la zone d'al-Tayarat lorsqu'elle a été attaquée par les jihadistes.

    "Quatre hommes armés pro-régime ont été tués et six autres blessés", a déclaré l'OSDH. 

    L'attaque faisait suite à des rapports de frappes aériennes intenses dans le désert de Homs - bastion de l'Etat islamique dans la région centrale de Syrie. Au cours des dernières 24 heures, plus de 54 frappes aériennes menées par les aviations syrienne et russe ont pris pour cibles les jihadistes, leurss repaires et leurs positions de combat dans le désert.

    Plus tôt cette semaine, l'armée syrienne a conclu une opération à grande échelle le long de l'autoroute Homs-Deir Ezzor, la M-20, sécurisant complètement l'autoroute.

    L'opération a contraint les membres de l'Etat islamique à s'éloigner de cette autoroute stratégique. Les jihadistes se sont apparemment déplacés pour  intensifier leurs attaques dans le triangle Hama-Alep-Raqqa et à l'ouest de Deir Ezzor.

    L'armée et ses alliés devraient bientôt lancer une nouvelle opération d'envergure soit dans le triangle Hama-Alep-Raqqa, soit à l'ouest de Deir Ezzor. 

  • Syrie : Frappes israéliennes contre Hama depuis le Liban, selon Damas

    Imprimer

    Tôt vendredi matin, 22 janvier, les forces de défense aérienne syriennes ont répondu à une attaque aérienne israélienne dans la région du gouvernorat de Hama, a rapporté l' agence d'Etat syrienne Sana . Le rapport indique que vers 4 heures du matin, des avions israéliens ont attaqué un certain nombre de cibles dans la région de Hama depuis l'espace aérien libanais (depuis la ville libanaise de Tripoli). Sana confirme que "certaines cibles" ont été touchées par l'armée de l'air israélienne, mais affirme que "la plupart des missiles" ont été interceptés par les défenses aériennes syriennes.
     
    L'Observatoire syrien des droits de l'homme ( OSDH ) rapporte que les frappes aériennes israéliennes ont touché cinq cibles dans la province de Hama. Il s'agit d'objectifs appartenant à des milices pro-iraniennes et au Hezbollah libanais et situés à proximité de positions de l'armée régulière syrienne. Les infrastructures bombardées auraient été complètement détruites. 
     
    L'OSDH rapporte également qu'à la suite de la chute d'un anti-missile lancé par la défense aérienne syrienne, une famille de résidents locaux est décédée dans la région de Kazu (banlieue ouest de la ville de Hama): un mari, une femme, leur enfant et un homme âgé. Un bébé a été grièvement blessé.
     
    Il est à noter que ces dernières semaines ont connu une intensification des raids israéliens contre des sites où des milices fidèles à l'Iran stationnées dans plusieurs régions du pays, en particulier à l'est.

    Mercredi 20 janvier, au moins 57 soldats et combattants réguliers avaient été tués au cours de raids israéliens contre des positions militaires en Syrie, l'attaque la plus meurtrière menée dans ce pays par Israël depuis le début du conflit, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). 
     
    Depuis le déclenchement en 2011 de la guerre chez son voisin syrien, l'État hébreu y a mené des centaines de frappes contre des cibles du régime syrien, des combattants iraniens et ceux du Hezbollah libanais. Plusieurs de ces frappes ont déjà été menées depuis l'espace aérien libanais qu'Israël survole quasi-quotidiennement. Ces dernières semaines, les bombardements imputés à l'État hébreu se sont intensifiés dans l'est de la Syrie, où des milices formées de combattants étrangers parrainées par l'Iran sont déployées dans la province de Deir ez-Zor, frontalière de l'Irak.
     
    Israël n'a de cesse de marteler qu'il ne permettrait pas à la Syrie voisine de devenir la tête de pont des forces iraniennes.