Province de Hajjah

  • Yémen : 12 soldats gouvernementaux tués par les rebelles chiites houthis

    Imprimer

    L'armée yéménite a annoncé, vendredi soir 22 juillet 2022, que 12 soldats avaient été tués par les rebelles chiites houthis, en l'espace de 48 heures, malgré la trêve en vigueur entre les deux parties.

    C'est ce qui ressort d'un communiqué publié par le Centre des médias des forces armées yéménites.

    "La milice putschiste houthie soutenue par l'Iran a commis 277 violations de la trêve de l'ONU au cours des dernières 48 heures, à Hodeïda (ouest), Taez (sud-ouest), Al-Dhalea (sud), Hajjah, Saada (nord-ouest), Al-Jawf (nord) et Marib (centre)", indique le communiqué.

    Le même source a ajouté que "Ces violations ont fait 12 morts et 19 blessés dans les rangs de l'armée".

    "Les Houthis ont tenté de s'infiltrer dans les positions de l'armée sur l'axe d'Al-Dhalea", indique le Centre des médias des forces armées yéménites, précisant que "le groupe terroriste a ciblé les positions de l'armée avec l'artillerie, des snipers et des drones piégés".

    Il s'agit du bilan le plus élevé, enregistré en l'espace de deux jours, annoncé par l'armée yéménite depuis le début de la trêve le 2 avril 2022.

    Aucun commentaire immédiat n'a été émis par le groupe houthi à ce propos.

    Le gouvernement yéménite et le groupe houthi avaient convenu, début juin, de prolonger une trêve humanitaire dans le pays pour une période de deux mois.

    Parmi les dispositions les plus importantes de la trêve figuraient la reprise des vols commerciaux via l'aéroport de Sanaa et l'ouverture de routes vers la ville de Taez, assiégée par les Houthis depuis sept ans.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, lorsque les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

    Une coalition conduite par l'Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour ramener le gouvernement yéménite au pouvoir.

    Le conflit, qui dure depuis huit ans, a engendré l'une des pires crises humanitaires au monde.

  • Yémen: huit soldats tués par les rebelles chiites Houthis

    Imprimer

    L'armée yéménite a annoncé, samedi 16 juillet 2022, que huit de ses soldats ont été tués par des tirs des rebelles chiites houthis en l'espace de deux jours, malgré la trêve en vigueur entre les deux parties.

    Le Centre des médias des forces armées yéménites a déclaré, par voie de communiqué que "la milice putschiste houthie soutenue par l'Iran a commis 188 violations de la trêve de l'ONU entre jeudi 14 et vendredi 15 juillet".

    D'après le communiqué, les violations ont été perpétrées sur "les fronts de Hodeïda (ouest), Taëz (sud-ouest), Al-Dhalea (sud), Hajjah, Saada, Al-Jawf (nord) et Marib (centre)".

    "Les Houthis ont ciblé les positions de l'armée avec de l'artillerie, des tirs de snipers et des drones piégés. Au total, huit soldats ont été tués et neuf autres blessés", indique le communiqué des forces armées yéménites.

    Le communiqué ajoute que la milice houthie a déployé des avions de reconnaissance sur plusieurs fronts, creusé des tranchées et construit des fortifications.

    Pour l'heure, les Houthis n'ont pas réagi aux informations communiquées par les forces armées yéménites.

    Notons aussi qu'il s'agit du bilan le plus élevé en l'espace de deux jours, annoncé par l'armée yéménite depuis le début de la trêve le 2 avril 2022.

    Le gouvernement yéménite et le groupe houthi avaient convenu, début juin, de prolonger une trêve humanitaire dans le pays pour une période de deux mois.

    Parmi les dispositions les plus importantes de la trêve figurent le reprise des vols commerciaux via l'aéroport de Sanaa et l'ouverture de routes vers la ville de Taëz, assiégée par les Houthis depuis sept ans.

    Le Yémen est en proie à la violence et à l'instabilité depuis 2014, lorsque les rebelles Houthis, alliés de l'Iran, ont pris le contrôle de la majeure partie du pays, y compris la capitale Sanaa.

    Une coalition conduite par l'Arabie saoudite est entrée en guerre au début de 2015 pour ramener le gouvernement yéménite au pouvoir.

    Le conflit, qui dure depuis huit ans, a engendré l'une des pires crises humanitaires au monde.

  • Yémen : Plus de 30 frappes aériennes contre des cibles houthis dans le nord ouest du Yémen

    Imprimer

    La coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a annoncé dimanche avoir lancé plus de trente frappes aériennes au cours des dernières 24 heures sur des sites houthis au nord du gouvernorat de Hajjah, dans l'ouest du Yémen.

    Dans un communiqué publié par l'agence de presse officielle saoudienne, la coalition a déclaré que ses combattants "avaient lancé au cours des dernières 24 heures 31 frappes aériennes sur des sites de la milice Houthi, au nord du gouvernorat de Hajjah".

    Il a ajouté que les raids "ont entraîné la destruction de 16 véhicules militaires, et des pertes humaines dans les rangs de la milice (le nombre n'a pas été mentionné)".

    Il n'y a pas eu de commentaire immédiat du groupe Houthi sur la déclaration de la coalition.

    Les forces fidèles au président yéménite Abd Rabbuh Mansour Hadi ont annoncé plus tôt dimanche avoir repoussé une attaque éclair menée par les combattants houthi dans le district d'Abs, à l'ouest du gouvernorat de Hajjah.

    Le Yémen connaît depuis près de 7 ans une guerre continue entre les forces pro-gouvernementales soutenues par une alliance militaire arabe dirigée par l'Arabie saoudite voisine, et les Houthis soutenus par l'Iran, qui contrôlent plusieurs gouvernorats, dont la capitale, Sanaa. Septembre 2014.

    En novembre dernier, les Nations unies ont annoncé que d'ici fin 2021, la guerre au Yémen aura tué directement et indirectement 377.000 personnes.

    La guerre a coûté 126 milliards de dollars à l'économie du pays, dans l'une des pires crises humanitaires et économiques au monde, la majeure partie de la population de 30 millions d'habitants dépendant de l'aide, selon les Nations Unies.

     

     

  • Yémen : Neuf soldats soudanais tués par les rebelles, selon le gouvernement

    Imprimer

    Neuf soldats soudanais qui combattent au côté de l'Arabie saoudite ont été tués par un missile des rebelles houthis visant un camp militaire dans le nord du Yémen, ont indiqué des sources militaires gouvernementales.

    Le Soudan fait partie de la coalition militaire dirigée par Ryad qui appuie depuis 2015 les forces loyales au gouvernement reconnu par la communauté internationale face aux rebelles, soutenus eux par l'Iran. "Neuf membres des forces soudanaises ont été tués et 30 autres blessés ce (mercredi 2 mars 2022) matin par un missile des houthis", a indiqué à l'AFP une source au sein du ministère de la Défense yéménite.

    L'attaque visait un camp militaire dans la région de Hajjah, frontalière de l'Arabie saoudite, a-t-elle ajouté. Mi-décembre 2021, 14 soldats soudanais avaient déjà été tués dans une attaque attribuées aux rebelles chiites houthis contre des sites de la coalition à Harad, dans la même région de Hajjah.

     

  • Yémen : La bataille de Harad tourne à la faveur des rebelles chiites houthis

    Imprimer

    Les rebelles yéménites Houthis ont maintenu leurs positions dans le district de Harad, dans la province de Hajjah, au nord-ouest du Yémen, repoussant les attaques à grande échelle des forces pro-gouvernementales soutenues par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite.

    Jeudi 17 février 2022, les Houthis ont tiré trois missiles balistiques sur des zones tenues par les forces du 5e district militaire des forces armées gouvernementales. Dans un communiqué, le 5 e district militaire a affirmé que les frappes de missiles n'avaient entraîné aucune perte.

    Le 5 e district militaire, qui mène l'attaque des forces gouvernementales contre Harad, a également affirmé que ses forces avaient abattu dix drones des Houthis au-dessus du district.

    Des images diffusées par la force montrent l'épave d'un seul drone, un hexacoptère Rujum armé de trois obus de mortier de 60 mm.

    Malgré un soutien massif de la coalition dirigée par les Saoudiens, les forces du 5e district militaire n'ont jusqu'à présent pas réussi à progresser à Harad.

    Entre le 15 et le 17 février, des avions de combat de la coalition ont effectué 32 frappes aériennes sur les forces houthies dans la province Hajjah et celle de Ma'rib. Selon les affirmations de la coalition, les frappes aériennes ont tué des dizaines de combattants houthis et détruit 25 véhicules des rebelles chiites.

    Les Houthis sont en mesure de résister à l'offensive des forces gouvernementales et il est peu probable que ces dernières réussissent à s'emparer de la localité.
     

     

     

  • Yémen : Les forces gouvernementales lancent une opération audacieuse à Saada, le fief des Houthis

    Imprimer

    Jeudi 10 février, les forces gouvernementales appuyées par la coalition dirigée par les Saoudiens ont lancé une opération terrestre audacieuse dans la province de Saada, au nord du Yémen, le cœur des rebelles chiites Houthis.

    L'opération est dirigée par les Brigades Yémen (Happy Yemen Brigades), une coalition de plusieurs unités des forces armées yéménites qui ont été entraînées et équipées par la coalition.

    Dans une brève déclaration partagée par l'agence de presse saoudienne, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a affirmé que les Brigades Yémen avaient déjà réalisé des gains à Saada. La coalition n'a pas fourni plus de détails.

    "Les Brigades Yemen ont été équipées et soutenues par la coalition en coordination avec le ministère yéménite de la Défense", indique le communiqué de la coalition.

    Des sources d'information yéménites ont fait état d'affrontements entre les forces gouvernementales et les Houthis dans la région d'Almalaheeth, située dans la partie ouest de Saada, juste à la frontière avec l'Arabie saoudite. Cependant, les sources ont déclaré que les forces houthies avait lancé une contre-offensive.

    Au cours de la semaine précédente, les forces armées saoudiennes avaient bombardé plusieurs positions et fortifications des Houthis à Almalaheeth avec des lance-roquettes thermobariques TOS-1A de fabrication russe.

    Les Houthis maintiennent une forte présence à Saada, leur cœur historique. Les chances que les forces gouvernementales réussissent à défaire leurs adversaires dans la région sont extrêmement minces.

    La nouvelle opération de la coalition à Saada ne vise probablement qu'à désorganiser la résistance des Houthis et à accroître la pression sur leurs forces, qui font déjà face à de vastes attaques dans la province centrale de Ma'rib et la province nord-ouest de Hajjah.

  • Yémen : Les rebelles chiites houthis mettent en échec l'offensive des forces pro-gouvernementales à Harad. 

    Imprimer

    Les Houthis ont conservé leurs positions dans la ville de Harad, dans la province de Hajjah, au nord-ouest du Yémen, face à une attaque à grande échelle par des forces pro-gouvernemenales appuyées par  la coalition sunnite dirigée par l'Arabie saoudite.

    L'offensive contre Harad, qui a débuté la première semaine de février, est menée par les forces soutenues par l'Arabie saoudite du 5e district militaire des forces armées yéménites. Après avoir pénétré dans la ville, les forces pro-gouvernementales ont été obligées de se retirer vers la banque Tadamon en raison de la forte résistance des rebelles houthis.

    Au 9 février, les forces soutenues par l'Arabie saoudite n'avaient toujours pas réussi à faire des gains significatifs à Harad. Les Houthis faisant preuve d'une résistance féroce à l'intérieur de la ville, les forces soutenues par l'Arabie saoudite se sont déplacées vers le mont al-Hayjah voisin où elles ont repris quelques positions qu'elles avaient perdues très récemment. 

    Les Houthis ont réussi à empêcher briser la mise en place d'un siège de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite sur Harad. Le 8 février, le groupe a tiré trois missiles balistiques sur des rassemblements de forces soutenues par l'Arabie saoudite autour de la ville. Huit drones lancés par le groupe ont également été interceptés au-dessus de la ville le même jour.

    De son côté, la coalition dirigée par l'Arabie saoudite continue de fournir à ses alliés pro-gouvernementaux un soutien aérien rapproché. Les avions de guerre de la coalition ont effectué 26 frappes aériennes contre les forces houthies à Hajjah et dans la province centrale de Ma'rib entre les 8 et 9 février. Selon les affirmations de la coalition, des dizaines de combattants houthis ont été tués et 22 véhicules du groupe chiite ont été détruits.

    L'attaque sur Harad avait commencé avec succès, mais elle semble maintenant s'embourber. Les forces pro-gouvernementales appuyées par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite semblent avoir des difficultés à capturer la ville, située à moins de 15 kilomètres du poste frontière d'al-Tuwal avec l'Arabie saoudite.

    Deux vidéos des forces pro-gouvernementales :